Tu n’as qu’à arrêter !

problème allaitementCette phrase, vous l’avez surement entendue un jour ou l’autre si vous poursuivez l’allaitement à la reprise du travail, non ?

Si vous êtes fatiguée, si vous rencontrez un souci, si votre bébé ne correspond pas tout à fait à ce que l’on en attend, c’est la première réponse apportée : arrêter l’allaitement. Comme si l’allaitement était la cause de toutes les difficultés et le sevrage la réponse à tous les ennuis.

Et pourtant, à la reprise du travail, vous pouvez rencontrer des problèmes d’allaitement et avoir besoin d’aide, rien de plus naturel puisque l’on n’a en général pas de modèle ni de repère pour vivre cette période où l’on conjugue allaitement et travail.

Dans une société qui n’a justement aucun modèle ni repère autour de l’allaitement à la reprise du travail, c’est tout à fait compréhensible que l’on vous propose le sevrage : cela permettrait de vous replacer dans une situation que l’on connait et pour laquelle votre entourage et les professionnels ont des repères, et donc des réponses à vous proposer.
Cette incitation de la société à sevrer est pourtant une violence à votre encontre et ne doit pas vous contraindre si ce n’est pas ce que vous souhaitez.

Lorsque l’on rencontre des difficultés, on peut chercher des réponses pratiques (comment conserver le lait ou le transporter, comment s’organiser par exemple) mais on a parfois juste besoin de partager nos soucis sans forcément être à la recherche d’une solution pratique. Si votre enfant refuse le biberon, que vous savez que c’est juste une période d’adaptation à passer, vous pouvez avoir besoin de partager votre souci tout en n’attendant aucune solution puisque vous savez que la solution est juste de laisser le temps au temps.
Or peu de personnes comprennent ce besoin et la plupart des gens à qui vous vous confiez vont essayer de vous trouver une solution, ils ont ainsi la sensation de vous aider réellement…alors que vous n’avez besoin que de soutien. C’est une réaction humaine et compréhensible de leur part mais inadaptée.

A vous d’oser dire que vous n’avez pas besoin de solution mais seulement de compréhension et de soutien.

A vous de trouver les bonnes personnes à qui vous adresser pour des conseils pratiques adaptés et pour le soutien nécessaire.

A vous d’apprendre à dire non quand on vous demande un sevrage qui ne vous convient pas.

Vous en êtes capable et serez heureuse de pouvoir vivre l’allaitement qui vous convient !

Et vous, avez-vous entendu cette phrase et comment avez-vous réagi ?

Articles en rapport :

 


32 Comments

  1. renault gwenaelle

    je suis infirmière en psy et j’ai repris mon travail à la fin du congé mat normal. Et j’ai continué à allaiter (9 mois en tout)…
    Dur dur de trouver un moment qui convient pour tirer son lait, de gérer les changements de rythmes avec les horaires irréguliers, de se trainer au boulot à 6h30 après 3 lever la nuit car mlle avait faim (ou plutot adorait téter la nuit, seuls moments vraiment calmes et réguliers)…
    Je l’ai entendu le « aaaaah ta vu ta tête, t’es crevée tu devrais arreter pour te reposer et puis à 4 mois c’est bon, elle n’a plus besoin de ton lait, a mon époque… … … » ou les « tu devrais arreter car allaiter à 7 mois c’est limite obscene… »
    bref… je me suis obstinée pour plusieurs raisons :
    1 j’adorai ca et la miss aussi
    2 vu la « crème fraiche » qu’il y avait sur les pots de lait que j’avais tiré je me disais que ca ne pouvait que lui etre bénéfique
    3 elle profitait super bien et à 2 ans elle est au niveau supérieure de toutes les courbes
    4 j’ai une maladie rhumato et lors de la grossesse et de l’allaitement j’étais protégée de douleurs toutes plus horribles les unes que les autres

    alors me dire que je devrais allaiter car je suis fatiguée ben non, désolée, ça ne suffit pas

    en même temps, là , elle a 2 ans, une gastro et je suis aussi crevée car je dors 3h par nuit. Pourtant je n’allaite plus. Je dois donc faire quoi ? L’abandonner pour me reposer…

    J’ai allaité 9 mois, j’en suis fière et c’est elle qui a décidé la fin, moi je n’y étais pas préparée du tout !

    Pour ma 1ère j’ai arrêté au bout de 3 semaines car elle tétait mal, ne grossissait pas assez, avait des coliques d’enfer… J’ai collaboré au « tu n’as qu’à arrêté »
    Pour ma 2ème ça a été niet malgré les difficultés à la reprise du travail

    et j’ai passé le concours de puéricultrice suite à cette expérience merveilleuse qui m’a fait réfléchir sur mon travail, ce que je voulais apporter… manque de bol, 13 ans de psy n’aident pas à réussir un oral…

    • @Gwenaelle
      Merci beaucoup pour votre témoignage ! Désolée pour votre oral… Vous pensez le retenter ?

      • RENAULT

        Je vais déjà voir avec la directrice pourquoi j’ai loupé l’oral et en fonction je retente ou non. Mais vu que votre métier me tente énormément ca serait vraiment mieux si j’étais puéricultrice car j’aurai plus facilement accès aux formations sur l’allaitement qu’en étant en psy…
        Pourriez vous me renseigner sur votre cursus pour faire votre métier s’il bous plait, car je trouve tout et n’importe quoi sur le net ? 🙁 Je vous en remercie par avance.

  2. Bonjour,
    J’allaite encore ma fille de 7 mois et 1/2. C’est fatigant c’est sûr mais je suis bien dans ma tête et j’aime bcp allaiter.
    L’ennui, c’est que j’ai perdu pas mal de kilos. Je pesais 61 kg avant la grossesse, 73 en fin de grossesse et 55 aujourd’hui.
    Du coup, les gens s’inquiètent un peu trop pour moi. Une amie m’a prise en photo avec ma fille et la photo a un peu circulé. Mon dieu !
    Des amis m’ont appelée pour me dire que je semblais bien marquée par mon allaitement, que Camille réclamait bcp la nuit car mon lait n’était pas assez nourrissant, que j’allais sûrement mal à cause de ça etc…
    Enfin je n’y ai pas prêté attention. Je suis fatiguée c’est certain mais je mange bcp et je vais bien !!!

    Quand ma fille avait 3 mois on me laissait déjà entendre que c’était à cause de l’allaitement que ma fille ne faisait pas ses nuits, qu’il ne tenait qu’à moi de régler le problème en lui donnant des biberons de Lait maternisé, etc…

    Et au quotidien, j’entends souvent dire qu’allaiter jusqu’à tel âge « c’est déjà pas mal », sous entendu qu’on peut arrêter (le quotas est atteint peut être ???). Moi je ne raisonne pas comme ça. Pour l’instant tout va bien alors je continue. Jusqu’à quand ? Je n’en sais rien mais arrêter n’est pas prévu dans mon planning.

  3. Bonjour,

    Pour ma part j’ai beaucoup entendu le « tu es fatiguée, arrête d’allaiter ». Mais ayant donné le biberon à mon premier bébé, je suis très bien placée pour répondre que non, le biberon n’est pas la solution à : la fatigue, les maux de ventre, les réveils de nuit, les pleurs, etc… C’est vrai que c’est fou cette idée qu’ont la plupart des gens de croire que le sevrage et le biberon sont la réponse ultime à tous les « soucis » liés aux difficultés d’avoir un bébé.
    C’est en tout cas ce discours que je tiens devant de futures mamans par rapport à la question de l’allaitement et de la fatigue.
    Du coup pour ce troisième bébé, soit je mens ehontément (tout est parfait, bébé dort comme un ange, je bosse et tout va bien) quand je sais que je m’adresse à des personnes qui ne changeront jamais d’opinion, soit je dis la vérité quand je sens que je peux avoir du soutien (à savoir que oui je suis crevée, mais avant l’allaitement je mettrais plutôt comme cause principale le fait d’avoir 3 enfants entre 5 mois et 5ans…)

    Par contre j’ai une question (et peut-être une idée de billet ultra glamour sur les selles des bébés allaités) : mon bébé de 5 mois, exclusivement allaité (avec des biberons de mon lait la journée) fait des selles jaunes, de consistance normale mais de manière irrégulière et visiblement quand ça sort pas, ça lui fait très mal (il a un peu des coliques comme peuvent en avoir les bébés de moins de trois mois, sauf que lui ça a commencé à ses 3 mois).; J’ai tenté les probiotiques mais résultat peu probant. Je lui met parfois un suppo de glycérine pour nourrissons, et ça l’aide, mais j’aimerai avoir votre opinion ? Merci !

    • @Francea
      Merci beaucoup de votre témoignage.
      Les selles espacées chez les bébés allaités ne sont pas problématiques (et ce cas n’est pas rare non plus). Le seul souci c’est si votre bébé souffre : il vaut mieux éviter les suppos de glycérine mais par contre vous pouvez essayer de lui masser le ventre.

      • Bonjour,
        merci pour votre réponse. On n’a utilisé la solution « suppo » que deux fois où ce n’tait plus supportable ni pour lui, ni pour nous. On le masse (ventre) beaucoup, cela ne suffit pas. C’est bizarre car il a à la fois l’air d’avoir du mal, mais il doit quand même bien digéré le lait car il grandit et grossit +++ ! Mais bon, j’espère qu’avec la diversification (on commence tout doucement) cela ira mieux.
        Encore merci pour votre blog!

        • @Francea
          J’espère que ça va aller en s’arrangeant !

        • Stifou

          Francea,
          Ma petite fille avait aussi ces problèmes la. Je buvais 1l d’hepar par jour tant que je l’allaitais et maintenant c’est elle qui en boit. Ça aide pas mal. Et des petits massages du bidon.
          Bon courage,
          Stifou

  4. Bonjour,

    J’allaite mon fils de 17 mois et je sors d’´un rendez-vous avec une gynécologue pour parler de ma contraception.

    Quand je lui ai dit que j’allaitais toujours mon fils, elle m’a dit tout net d’arrêter d’allaiter car je suis fatiguée même si je ne le ressens pas (!!!). Elle a rajouté que l’allaitement me faisait plaisir à moi et ne servait à rien pour mon fils à son âge, qu’il fallait couper le cordon et que je lui permette de s’autonomiser. Elle m’a prescrit sans me demander mon avis une pilule non compatible avec l’allaitement à prendre dans 15 jours (« délai qui me permettra d’arrêter l’allaitement ») !

    Évidemment je ne vais rien faire de tout ça : je n’en ai pas envie et mon fils non plus.
    Mais c’est hallucinant d’entendre ce discours et de voir que mes questions relatives à la contraception ne sont pas entendues.

    Merci en tout cas de m’avoir permis de m’exprimer.
    Céline

    • @Céline
      Quelle horreur ! Je partage votre indignation !

      • Il faut vite changer de gynécologue. Je n’ai pas encore vu le mien, mais j’ai quelques appréhensions. Ils ne sont pas forcément tous pareils (heureusement).
        Que ce médecin lève les yeux au ciel, pourquoi pas, on a l’habitude 🙂 mais qu’il fasse une ordonnance orientée et forcée en imposant son point de vue, c’est vraiment n’importe quoi.
        Bon courage pour la suite. (Euh, moi aussi il faudrait que je me penche sur la question contraceptive…).

  5. Pour mon aîné j’ai entendu beaucoup de « bons » conseils comme quoi je devrais arrêter l’allaitement. Faut être honnête, je n’ai jamais été aussi souvent malade que pendant la première année de mon fiston qui me ramenait généreusement tous les virus de la crèche. Mais à chaque fois je me disais qu’au contraire, grace à l’allaitement, j’aidais mon fils à se protéger.
    Et a postériori, puisque mon second a un an passé, et est toujours allaité : je peux confirmer que ce n’était pas l’allaitement qui m’affaiblissait au point de me faire tomber malade, mais plutôt la dépression qui a suivi la césarienne. Et la réussite de l’allaitement est certainement ce qui m’a tenu la tête hors de l’eau pendant ces mois difficiles.

  6. Emmanuelle

    Moi, j’ai eu droit à :
    – elle va tout te pomper, il faut t’arrêter (ma belle famille, avec mon aînée, au bout de 6 mois)
    – bon, l’allaitement donne des contractions, il faut arrêter (NuméroBis s’était installée en douce, mon gynéco voulait que je sèvre la grande… elles ont été coallaitées pendant plus de 2 ans !)
    – non, mais la deuxième, tu vas pas l’allaiter, hein, t’as déjà beaucoup donné à la grande (toujours la belle famille)
    – il faut arrêter, tu es toute maigre (hummm… 52kg pour 1m70… ok, c’est pas énorme, mais c’est dans ma nature, de toute façon)
    – non mais il ne faut pas allaiter, le lait maternel, on l’a analysé, il est plein de dioxines, donne du lait G…z, c’est bien plus adapté !!! (un collègue !)

    Et évidemment, avec NuméroTer, j’attends le « tu devrais arrêter, c’est un garçon, tu ne peux pas l’allaiter aussi longtemps que ses soeurs, tout de même ! », vu qu’ « on » lui dit déjà qu’il est un grand garçon à tout juste 1 an ;-P

  7. Bonjour,
    Je sors d’un rv avec mon hématologue et je suis consternée une fois de plus par le corps médical. Elle pense que je dois arrêter l’allaitement à cause de mon état de santé (infections orl non-stop, perte de poids, asthénie et d’autres symptômes en lien avec une éventuelle carence en vitamine b12…), que mon fils me « pompe » toute mon énergie et qu’à 13 mois, « il n’a plus besoin d’être allaité » ! Par ailleurs, j’ai aussi eu le droit au commentaire sur le lait non viable après 6 mois… Autre sujet : j’ai régulièrement des sueurs nocturnes (mon lit est trempé), cela dure une quinzaine de jours puis plus rien jusqu’au prochain épisode. Est-ce fréquent ? Je me demande s’il existe un lien avec mon cycle mais je n’ai pas eu de retour de couches pour le moment et je ne prends pas de contraception hormonale. J’ai également une grosse baisse de moral dans ces moments là et une perte d’appétit. Mon bilan thyroïdien est normal donc pas de dérèglement à ce niveau. Véronique, avez-vous déjà eu des retours de ce genre avec d’autres femmes ? Merci

    • @Annso
      Oui j’ai déjà vu ce genre de tableau qui nécessite une bonne prise en charge. C’est important de trouver pourquoi tout ceci se produit.
      Bon courage !

  8. Bonsoir,
    Pensez-vous que l’allaitement puisse avoir un lien avec cela ? Ma conseillère en lactation, qui est puéricultrice à la PMI, est plutôt de cet avis (notamment pour les sueurs nocturnes). Comme les médecins connaissent peu ou pas l’allaitement, ils sont plutôt sceptiques quant à ce lien. Pourtant, il me semble que la baisse des oestrogènes provoque ce type de symptômes (c’est le cas lors de la ménopause par exemple). Ce n’est pas la première fois que les médecins contredisent ma conseillère mais c’est elle qui a eu raison à chaque fois…

  9. Gaëtane

    Bébé a 2 mois et demi (ça passe si vite !! ^^) et lundi nous commencerons l’adaptation à la maison d’assistantes maternelles. On m’a donc demandé si je l’avais bien sevré avant son entrée… à quoi j’ai répondu « non !! » Enfin, je veux l’allaiter le plus possible !! Oui, on a déjà essayé quelques biberons de mon lait tiré ponctuellement avec papa en mon absence, mais je n’ai pas envie d’arrêter de lui donner le sein ! Et surtout, pour l’adaptation, il n’y passera pas plus d’une demi journée, s’il refuse de téter le biberon, ce ne sera pas le bout du monde !!
    Il a aussi du RGO, et là on m’a carrément suggéré que c’était à cause de l’allaitement…
    Et je suis aussi une maman porteuse, et les gens qui trouvaient ça mignon à la naissance me disent aujourd’hui « ça donne de mauvaises habitudes », « il faudrait arrêter de le porter tout le temps », « le laisser un peu seul »… même ma tante qui utilise l’écharpe de portage à son travail (pouponnière) m’a laissé entendre que ce n’était pas fait pour l’utiliser tous les jours… Je reprends bientôt le travail, à mi temps, je suis infirmière dans un hôpital, j’ai signalé que j’aurais besoin de tirer mon lait… on a su me dire que je ne retrouverai pas le service que j’avais quitté, mais aucune réponse sur le fait de tirer mon lait, pas même un « c’est noté »… J’appréhende, mais je compte bien continuer d’allaiter le plus longtemps possible !!

  10. Nelly

    Cela fait maintenant 4 mois et demi que jallaite mon petit garçon qui semble bien profiter !
    J’ai effectivement entendu aussi plusieurs fois par plusieurs personnes « arrête de l’allaiter ». Les raisons étaient les suivantes :
    – tu vas être une maman fusionnelle
    – après un mois cela ne sert plus à rien de l’allaiter, seul le premier mois d’allaitement lui est profitable
    – il ne fait pas encore ses nuits à 4 mois et demi ? C’est à cause de l’allaitement
    – tu es fatiguée ? Tu devrais arrêter d’allaiter
    – il faudrait arrêter d’allaiter et songer à commencer la diversification alimentaire maintenant (alors qu’il ne montre strictement aucun intérêt à la nourriture pour le moment). Papy a essayé de lui faire goûter la chantilly et le sirop des fraises qu’il avait dans son assiette, je n’ai jamais vu aussi noir que ce jour là !!
    – au boulot : il faudrait que tu fasses plus d’heures (sachant que je fais déjà des heures supplémentaires non payées, en sous entendant que l’heure quotidienne pour me tirer le lait pose soucis)
    – et la médaille revient de la nounou, qui reçoit son premier bebe allaité (il a refusé le biberon jusqu’au jour J… ) : tu devrais arrêter l’allaitement car ce n’est pas normal qu’il ne prenne pas le biberon. Et ça serait plus facile pour moi. Et tu te rends compte, comment tu vas faire pour te tirer le lait au travail ? Ca va te fatiguer. Tu devrais l’entraîner à lui donner le biberon chez toi au lieu de lui donner le sein… Blabla…….
    En gros depuis sa naissance, c’est une constante « mise à l’épreuve » de la part de tous, sauf des mamans allaitantes de mon entourage.
    Mais je tiens bon, déterminée à donner ce qu’il y a de mieux à mon petit garçon.
    Je songeais arrêter de l’allaiter à ses 6 mois, mais je pense que je n’y arriverai pas si facilement et je pensais laisser le lait se tarir en lui donnant des purées et compotes avant de lui donner le sein.
    J’ai donc une petite question car j’ai deux journées à passer sans mon fils et mon tire lait électrique (enterrement de vie de jeune fille et mariage d’une copine). Je souhaite savoir si entre le tire lait électrique et manuel il y a de la différence côté utilisation.
    Je songe à en acheter un (un conseil sur la marque ??).
    Merci de votre réponse !

  11. Bonjour,
    Je ne suis peut-être pas au bon endroit sur le site mais je ne trouve pas mieux pour le moment, désolée d’avance. Je me suis fait mordre par une tique et je l’ai découvert 25 heures plus tard. Elle a maintenant été ôtée, je sais que je dois surveiller certains symptômes éventuels ces prochaines semaines mais ce que personne ne peut me dire c’est si je peux continuer à allaiter…je ne veux pas
    « empoisonner » mon fils de 10 mois mais je ne voudrais pas arrêter sur ce coup de mal chance…merci d avance

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *