Période d’adaptation et allaitement

période d'adaptation et allaitementLorsque votre bébé entre en crèche ou est accueilli par une assistante maternelle, il est habituel de faire une période d’adaptation dont la durée varie selon les établissements et les personnes.

Cette période d’adaptation et allaitement n’est pas toujours facile lorsque son bébé refuse le biberon.

Dans beaucoup de crèches, on demande à la mère de donner le biberon à la crèche pendant cette période. Or lorsqu’un bébé refuse le biberon, il ne comprend pas pourquoi maman lui propose un biberon alors que le sein est à portée de bouche. Je suggère en général d’éviter cette étape et de laisser la crèche ou l’assistante maternelle donner le biberon.

Mais même ainsi, certains enfants continuent à refuser le biberon. Dans certains cas, allonger la période d’adaptation peut être une bonne idée. Une lectrice de ce blog nous a donné ce témoignage :
« Nous avons la chance de très bien nous entendre avec l’assistante maternelle qui garde notre fille. Nous avons aussi pu faire une adaptation très progressive : trois semaines en tout avant de faire une « vraie semaine » en avançant demi heure par demi heure. Pendant un temps, j’ai emmené ma fille dès le réveil pour qu’elle ait vraiment besoin du biberon et l’accepte. Cette longue adaptation nous a permis d’échanger, de discuter, de chercher ensemble des solutions pour qu’elle accepte le biberon. L’assistante maternelle qui était septique sur un temps d’adaptation si long a dit ensuite qu’elle le proposerait à d’autres parents parce que cela avait vraiment été bénéfique pour elle et notre fille. »
Cette solution peut très bien convenir aux familles qui ont le temps.

Certaines crèches ou assistantes maternelles proposent à la mère de l’appeler quand leur bébé a faim s’il refuse le biberon, pour qu’elle puisse venir donner une tétée.
Cette solution peut être une bonne idée si vous êtes disponible pour venir mais c’est assez rarement le cas et c’est souvent un bon moyen pour que le bébé continue à refuser le biberon. Il comprend vite que s’il refuse, maman va venir donner à téter : pourquoi s’en priver ?
Cette solution peut donc convenir au début de la période d’adaptation mais ne peut pas perdurer. Il est alors important de rester ferme avec la personne qui s’occupe de votre enfant. Si votre bébé refuse de manger, il a le droit de vous attendre pour téter, ce n’est pas grave et il ne risque rien.

Bien sûr, le dialogue avec la personne qui s’occupe de votre enfant est primordial pendant cette période d’adaptation car cela permet d’établir une relation de confiance pour le plus grand bien de votre enfant, de vous et de la personne qui s’occupe de votre enfant.

Et pour vous, comment s’est passée la période d’adaptation de votre bébé ?

Articles en rapport :

 


10 Comments

  1. Kaline

    Je me rappelle du premier jour d’adaptation à la crèche pour mon aîné, je devais rester une heure avec lui : il s’y est senti très bien, profitant d’une bonne tétée 😉
    Les jours suivants je l’ai laissé, et il n’a finalement eu aucun mal à accepter le biberon avec le personnel, tant que je n’étais pas dans les parages.

    Pour mon second c’est pareil, je ne lui ai jamais donné un biberon : si je suis là il tète, et il n’a de biberons qu’en mon absence.

  2. Chez moi, pour deux de mes enfants, il n’y a pas eu de problème pour l’introduction du biberon (avec mon lait dedans). Laurent qui a maintenant presque 3 ans a été en garde chez une assistante maternelle depuis ses 3 mois. Je l’ai allaité exclusivement jusqu’à 6 mois puis que mon lait en laitage jusque 1 an puis allaitement en complément de l’alimentation ordinaire jusque 23 mois. L’avant veille du début de la période d’adaptation, j’ai eu l’occasion de quitter la maison 15 minutes au moment où il allait avoir faim. Son père lui a donné un biberon de 90 ml de mon lait. Il a mis 5 minutes à comprendre le fonctionnement de la tétine puis s’y est mis. Quand je suis rentrée, il avait encore faim, je l’ai mis au sein en lui disant: »avec moi, tu n’aura jamais de biberon, c’est le sein; par contre, quand je ne suis pas là , c’est le biberon avec mon lait » et le 2ème bib et les suivant n’ont été pris qu’avec l’assistante maternelle.
    Pour Nathanaël, 5 mois 1/2, en période d’adaptation actuellement, le premier biberon a été donné par l’assistante maternelle. Il n’a bu que 40ml en jouant avec la tétine. Le 2ème et 3ème jour, il commence par jouer avec la tétine puis se concentre et prend environ 120ml par biberon. On est sur la bonne voie, je reprends le boulot dans 3 jours l’esprit tranquille.

  3. J’ai beaucoup lu votre blog avant ma reprise de travail, qui m’a beaucoup renseignée et rassurée, et souhaitait cette fois-ci apporter mon témoignage, s’il peut aider des mamans!
    Mon fils a 4 mois et demi, et est allé pour la première fois chez la nourrice à 3 mois, pour sa semaine d’adaptation, avant les « vraies » semaines complètes .
    Nous avions testé le biberon ponctuellement auparavant en cas de sortie de la maman, il le prenait sans problème. Par acquis de conscience, nous avons re-testé deux jours avant son premier jour d’adaptation. Et là , horreur, il hurle, détourne la tête, se cambre, impossible de le lui donner. J’étais très inquiète mais me suis dit que peut-être que dans les mains de l’assistante maternelle, il le prendrait, n’ayant pas d’autre choix. J’ai donc emmené mon fils chez l’assistante maternelle, lui ai expliqué qu’il avait déjà pris le biberon, mais que depuis quelques jours il râlait pour le prendre, qu’il ne fallait pas qu’elle s’inquiète, qu’il ne se laisserait certainement pas mourir de faim et se rattraperait avec moi quand je le récupérerais…Mais cela n’a pas loupé : hurlements de faim, puis hurlements au biberon, impossible de le lui donner, de le calmer, l’assistante maternelle me demande de le récupérer et s’inquiète de ne pas parvenir à le nourrir. Je la rassure, lui dis que mon bébé mangera bien avec moi, et finira par s’habituer mais le doute s’insinue en moi néanmoins. Les jours suivants, l’adaptation se fait sur de courtes durées sans biberon, et à la maison, nous tentons de donner des biberons pour le réhabituer. Mais c’est toujours difficile, et je sens que ma lactation s’en ressent. Et bien sûr, la date couperet de la reprise du travail approche à grands pas! Finalement, la veille de ma reprise, mon fils prend enfin un biberon de mon lait avec son père, sans trop le repousser. Et chez la nourrice le lundi, pour sa première grosse journée, il se nourrit. Certes très peu (2*30ml) mais cela rassure tout le monde, c’est une victoire pour l’assistante maternelle et nous sommes fiers de notre bébé. S’il a besoin de plus, il prendra plus!
    Aujourd’hui, au bout d’un mois, mon fils prend deux biberons de mon lait de 210ml chez la nourrice, sans rechigner du tout. Il y est complètement habitué, à tel point que le week end, il semble les demander et se demande pourquoi on lui propose le sein!

  4. Bonjour,
    J’ai vécu la grève du biberon. A deux mois, bébé avait pris un bib sans problème. A 4 mois, nous avons eu une place en crèche et là refus total du bib tant par le papa que par les puéricultrices. Nous sommes partis en vacances de noël avec pour devoir que je tire mon lait et que ce soit le papa qui donne le bib en journée, histoire d’imiter un peu le rythme de la crèche. Pendant la première semaine, refus total. Je donnais donc le sein après les séances difficiles au bib. La solution est venue de ma cousine qui avait des tétines en caoutchouc pour son bébé et m’a proposé d’en essayer une…. Depuis qu’on est passé au caoutchouc, et après presque un mois de grève et refus,le miracle s’est enfin produit…

  5. Marion

    Bonjour,

    Tout d’abord, je tiens à vous remercier pour votre site et la qualité de vos articles. C’est une mine d’informations précieuses !

    Je ne sais pas trop si je suis sur le bon article car mes questionnements regroupent plusieurs thèmes…
    Je me permets de poster pour la première fois (même si cela fait un moment que je consulte votre site) car j’appréhende beaucoup ma reprise du travail. Je dois reprendre le 23 mars et j’ai fait le choix de conserver l’allaitement exclusif de ma fille qui va avoir 4 mois.

    Elle n’a jamais vraiment bu au biberon (2 fois avec son papa et cela n’a pas été une réussite : la 1ère 10 ML et la seconde 25 ML mais nous avons fini par la mettre au sein ensuite). Sa nourrice n’a jamais vraiment gardé de bébé allaité mais elle semble ouverte et n’est pas réticente. J’ai malgré tout peur que ma fille ne sache pas se nourrir avec elle…

    De plus, après avoir passé un mois à téter toutes les 4 heures, soit 6 tétées par jour et une bonne nuit de 12h, elle tète maintenant de façon très anarchique et très souvent (cela fait d’ailleurs suite à son pic de croissance des 3 mois, est-ce la raison ?), j’ai donc beaucoup de mal à calculer la quantité de lait à fournir pour la garde. Elle peut téter de 7 à 11 fois et se réveille parfois de nouveau la nuit vers 4h30 alors qu’elle dormait avant de 21h à 9h depuis qu’elle a 1,5 mois.

    Par ailleurs, elle ne s’endort qu’au sein, y compris pour la sieste (il y a donc au moins 2 tétées dans la journée juste pour s’endormir), et j’appréhende le fait qu’elle ne veuille pas s’endormir avec la nourrice, d’autant que celle-ci à l’air un peu « rigide » sur le fait de faire la sieste et d’établir un rythme. J’ai vraiment peur que ma fille ne réussisse pas à s’endormir et ne fasse que pleurer.

    Bref, désolée d’être si longue, mais je suis un peu perdue.

    • @Marion
      Vous ne pouvez pas faire plus à ce stade que faire confiance à votre bébé… Je ne peux rien vous proposer de mieux. Votre bébé saura s’adapter si elle est entourée avec bienveillance et sans angoisse 😉

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *