Médicaments et allaitement

Médicaments et allaitementJe reçois beaucoup de questions de femmes à qui l’on a prescrit des médicaments incompatibles avec l’allaitement ou que l’on refuse de soigner sous prétexte qu’elles allaitent. Alors, médicaments et allaitement, qu’en est-il ?

Je trouve vraiment cela dommage alors que l’on sait aujourd’hui qu’il est rarissime de devoir sevrer pour pouvoir se soigner. Une énorme majorité de médicaments est compatible avec l’allaitement. Malheureusement, vous ne savez pas lesquels sont vraiment incompatibles et il s’agit parfois de médicaments en vente libre.

Voici donc quelques ressources à proposer à votre médecin :

  • Sans conteste la meilleure source : Medications and Mother’s Milk de Thomas Hale.
    Son site internet est complémentaire et apporte des mises à jour.
  • La meilleure source en français : La compilation des coins du prescripteur, édité par LLL France, que vous trouverez ici .
    Un très bon cadeau à faire à votre médecin…
  • Le site internet Lactancia est également une excellente source d’informations.
  • Le site Lecrat peut être complémentaire.

Avec tout ça, si votre médecin refuse toujours de vous soigner, c’est qu’il est vraiment de mauvaise volonté

Et vous, avez-vous eu du mal à vous faire soigner ?

 


27 Comments

  1. leclerc

    sans oublier pour les pathologies plus complexes: le réseau médic’al qui répond du lundi au vendredi.
    Il est animé par une équipe pluridisciplinaire basée au CHU grand-ouest:
    vous pouvez appelez vous-même ce réseau(Tél. : 01 40 44 39 14, du lundi au vendredi de 9 h à 16 h 30.) qui répond aux mamans et aux professionnels de santé.

  2. Pas de problème pour me faire soigner pour moi… mais je n’ai eu que des affections courantes : gastro et rhinopharyngite principalement.
    Il faut dire que je me soigne dès que possible par homéopathie, ceci explique peut-être cela!

  3. A chaque fois que j’ai eu un petit soucis de santé j’ai vu la pharmacienne devenir blanche quand je lui disais que j’allaitais, elle ne voulait rien me donner, c’était à moi de lui suggérer que l’homéopathie pouvait éventuelle être utilisée.

    Lorsque mon fils a eu un muguet, et que la pédiatre lui a prescrit un traitement, j’ai demandé ce que je devais faire si je l’attrapais aussi. Sa première réaction a été de me dire que ça n’arrivait jamais, puis elle m’a donné un truc qu’il fallait mettre à bonne distance des tétées, bien nettoyer avant de donner le sein… super pratique quand on donne à la demande à un bébé de quelques semaines. Pas de
    chance pour moi, j’ai attrapé le muguet, et heureusement j’ai trouvé sur le site de LLL que le traitement donné à mon fils pouvait être utilisé sur mes mamelons sans aucun risque, c’était quand même beaucoup plus pratique.

    Par contre, quand j’ai attrapé une très grosse bronchite, mon médecin traitant a parfaitement pris mon allaitement en compte, et a cherché les médicaments compatibles (il faut dire que c’est bien le seul médecin que j’ai vu qui ne m’a jamais sorti de remarque stupide sur mon allaitement, je soupsonne sa femme d’avoir allaité leurs enfants).

  4. Mademoiselle Dentelle

    Moi ce qui me gène le plus, c’est que personne ne dit la même chose.
    Exemple récent :
    – Mon médecin me prescrit de l’ibuprofène 3 fois par jour pour une tendinite, en me disant de le prendre après les tétées.
    – La pharmacienne me dit que c’est n’importe quoi, que maintenant on ne donne plus d’ibuprofène aux bébés de moins de 6 mois à cause des risques en rapport avec la varicelle (j’ai pas tout compris) et qu’il faut que j’attende 4 heures après un comprimé pour redonner le sein.
    – Le pédiatre (très pro allaitement) que j’appelle pour avoir son avis, me dit de couper la poire en deux et d’en prendre 2 fois par jour (sous-entendant ainsi que ça peut être un peu dangereux..).

    J’ai beau lire sur les sites que vous conseillez que l’ibuprofène est sans danger, à force d’entendre le contraire, j’ai peur d’en prendre, et du coup ma tendinite est toujours là…

    • @Mademoiselle Dentelle
      Je comprends votre confusion devant tant d’avis différents. L’avantage des références que j’ai données c’est qu’elles s’appuient sur des études. Mais il est toujours difficile d’aller contre l’avis de son médecin. Peut-être pouvez-vous lui demander ses références ?

  5. Super article, merci pour les liens. C??est vrai que les médecins sont souvent assez ignorants sur le sujet et se réfugient dans la prudence. Mais j??ai plutôt eu des questions sur l??allaitement. Par exemple un dentiste à qui je posais la question des antibios compatibles avec l??allaitement « Mais vous allaitez ENCORE ?? Mais pourquoi ? » Même chose avec la dermato « Vous savez chère Madame, après un certain temps, l??allaitement crée un trouble dans la relation avec l??enfant » Et la prochaine fois que j??ai des problèmes de peau, j??irais voir un psychologue ??? Ah la la?.

  6. Sophie

    Je confirme qu’ il est parfois difficile de se faire comprendre par son médecin lorsqu’on allaite. Lorsque j’ai faitune mastite mon médecin qui suit toute la famille depuis des années était tout perdu. Que fallait-il prescrire de compatible avec l’allaitement. C’est moi qui ait téléphoné à Véronique pour avoir des infos. Seul point positif: c’est quelqu’un de confiant. Il n’a jms remis en cause ce qui lui était dit. Je ne peux pas en dire autant de mon pharmacien qui hésite même à me vendre des pastilles pour le mal de gorge sous prétexte que j’allaite

    • @Sophie
      Le point positif de votre médecin, c’est qu’il accepte la documentation, c’est déjà un grand pas !

  7. Sibylle

    Le jour où j’ai consulté mon médecin généraliste « classique » pour une mastite (j’avoue que j’avais surtout besoin d’un arrêt de travail car j’étais totalement incapable d’aller travailler, mais concrètement je savais déjà ce que je devais faire pour me soigner), j’ai d’abord été agréablement surprise qu’il sache 2-3 choses sur le sujet, compresses chaudes etc. Mais quand je lui ai dit que j’avais drainé au maximum le sein, il m’a demandé, très sérieusement « ah, et alors, c’était comment ce qui a coulé ? » – « ben, c’était du lait, j’ai mis mon fils au sein pour drainer » et lui de me regarder, ahuri, comme si j’avais fait boire du pus à mon garçon ! Et malgré les antibios prescrits je n’ai rien pris et tout est vite rentré dans l’ordre grâce aux nombreuses tétées !
    Quand je lui dis que j’allaite encore il ne fait aucun commentaire, ça me va bien ? Je préfère ça aux remarques de la dermato de Ségolène !!

    • @Sibylle
      En cas de mastite grave, il peut y avoir du pus qui coule en grosse quantité. Dans ce cas là, on draine au tire-lait et on ne met pas le bébé au sein… :-)

  8. Sibylle

    Non… !! Bon, c’était peut-être mieux que je ne le sache pas peut-être ;-) ! Décidément, il est vraiment pas mal mon médecin finalement… Je suis sur les fesses là !

  9. Pascale

    Je suis traitée pour de l’hypertension qui évidemment ne s’est pas améliorée avec la grossesse. HAD et companie pendant l’été 2009, un enfer auquel j’étais préparée puisque c’était ma deuxième grossesse.
    Mais le pire était à venir. A l’hôpital Bichat à Paris, juste après avoir accouché, l’anésthésiste est venue me dire que je ne pouvais pas allaiter à cause du traitement qu’il allaient me donner. Mais comme c’était ma deuxième fille , je savais qu’on pouvait trouver un traitement compatible alors j’ai refusé et demandé qu’on me trouve un traitement compatible. ET là le médecin m’a dit qu’elle ne pouvait pas me laisser monter dans ma chambre sans traitement et toute l’équipe m’a littéralement abandonnée dans la salle d’accouchement avec mon bébé sur les bras, une péridurale qui faisait son effet après coup, ce qui m’empêchait de bouger pour m’assoir correctement et mettre mon bébé au sein. Mon compagnon venait de me quitter pour aller chercher la grande à la maison. Je suis restée seule pendant 4h. Nah, c’était ma punition pour avoir osé dire non à l’autorité médicale! J’aurais pu laisser tomber mon bébé de fatigue ou je ne sais quoi d’autre, il n’y avait personne pour m’aider. La sonnette était tombée par terre. Pas très pro comme attitude. L’anesthésite est revenue à la charge 4h après mais je n’ai pas cédé. Dialogue de sourds. Autant dire qu’elle était furax. Elle du aller discuter avec le pédiatre! En fait elle voulait me mettre sous bi-thérapie mais l’association des deux médicaments chez les femmes allaitantes n’a pas été étudiée. On ne sait donc pas l’effet exacte que cela pourrait avoir sur le bébé. C’est le pédiatre qui m’a expliqué ça après coup. Je suis donc remontée dans ma chambre avec 1 médicament.Toute contente!
    Manque de pot, ma tension ne baissait pas des masses et le deuxième jour on m’a dit qu’il fallait que je prenne le deuxième médoc (Trandat). j’en ai chialé toute la journée je voyais la fin de mon allaitement de deux jours se profiler! Même les sages-femmes me soutenaient mordicus que l’allaitement mixte dès le départ c’était possible et c’était mieux pour ma santé! J’étais furieuse d’entendre des conneries pareilles.
    Il fallait que je donne une tétée sur deux au bib de lait en poudre pour que ma petite puce ne prenne pas toutes les doses de médoc. Et là, j’ai une super copine qui m’a dit: « te laisse pas faire , bats toi , ils doivent être là pour t’aider pas pour te martyriser, si tu veux je donne le tel d’une consultante en lactation (Véronique!)qui m’a beaucoup aidé pour mon fils. Appelles-la, elle te donnera des conseils. » Et puis le même jour, je tombe sur ma sage-femme préférée toute étonnée de me voir déjà accouchée (une mois et une semaine d’avance). Qui me dit: « il n’y a pas qu’un anesthésiste ici, demandez à voir quelqu’un d’autre. Demandez des explications. Ne restez pas comme ça, malheureuse comme les pierres avec une décision que vous ne comprenez pas et n’acceptez pas. Vous risquez de regretter de ne pas voir cherché une autre solution. » Ce fût la seule! avec une petite aide soignante, toute jeune et toute mignonne, qui avait osé! oh malheureuse! émettre une idée sur la façon de donner le lait en poudre à mon bébé pour ne pas risquer qu’il n’arrive plus à têter correctement. et pourtant elle était bonne son idée: elle avait timidement dit: « vous pouvez peut-être lui donner à la seringue comme ça il n’y aura pas de risque de confusion sein biberon? » Pour qu’aussitôt la mégère d’auxiliaire de puériculture lui dise sur un ton méprisant au possible: « N’importe quoi, tétine ou seringue, c’est pareil. » Je suis donc allée trouver l’interne de garde à qui j’ai expliqué mon cas pour la n ième fois et qui m’a dit: j’appelle le nephrologue pour voir si on peut vous trouver une solution, et dans la journée c’était réglé: on a augmenté la dose d’Aldomet, que je prends toujours, et supprimé le deuxième médoc! Trop difficile à trouver la solution! Cela reste du provisoire car effectivement pour ma fonction rénale il faut associer une autre molécule . Mais le temps d’un allaitement , il n’y a pas de danger.
    En conclusion à ce roman fleuve, je tiens à dire mon effarement devant tant d’ignorance de la part des soignants de Bichat en particulier des auxiliaires de puériculture et devant l’attitude des médecins face (oui je dis bien: face)au patient. Avec des exceptions évidemment.IL est bien plus simple et demande moins de présence et d’engagement de balancer des biberons pour la journée dans chaque chambre que de prendre le temps d’aider chaque maman qui désire allaiter à mettre son enfant au sein , à lui expliquer les différentes positions etc.

    • @Pascale
      Pour moi, et je vous l’ai déjà dit, c’est de la maltraitance vis à vis de vous et de l’incompétence vis à vis du bébé qu’on ne laisse pas seul avec sa mère 4h en salle de naissance : si vous aviez fait un malaise, il serait tombé et je n’ose imaginer la suite…
      Je pense que vous devriez au moins faire un courrier à l’hôpital pour protester.

  10. Sibylle

    Quel témoignage ! Je pense que certains médecins ont été dénoncés au conseil de l’ordre pour moins que ça ? Peut-être avez-vous envisagé de faire un courrier à la direction de l’hôpital, afin d’exprimer votre colère et de permettre, peut-être, d’éviter à une future maman une ignorance et un traitement aussi pénible et douloureux que le votre ? ? Bravo pour votre opiniâtreté et volonté !

  11. lilibali

    Bonjour, je me demandais si les crèmes « amincissantes » par exemple pour raffermir ou pour les vergetures étaient déconseillées pendant l’allaitement.

    Merci!

  12. Florence

    Aujourd’hui ayant mal à la gorge, je me suis rendue chez un médecin afin de pouvoir me soigner.
    Quand j’ai prévenu que j’allaitais, la doctoresse m’a immédiatement conseillé d’arrêter afin de pouvoir me prescrire des médicaments.

    Elle a voulu ensuite me donner du Doliprane (que je prends depuis 2 semaines sans grands résultats) puis devant mon refus poli, m’a demandé s’il était important pour moi d’allaiter mon enfant de un an.
    Je lui ai répondu que c’était effectivement le cas et elle m’a donc conseillé d’aller consulter un pédopsychiatre ou un psychologue (!!!) car il est selon elle inutile d’allaiter un enfant au-delà de 6 mois.
    Je lui ai fait remarquer qu’il me semblait que l’OMS recommandait 2 ans d’allaitement et elle m’a rétorqué que c’était valable pour l’Afrique et que ça ne se justifiait pas dans nos conditions sanitaires.
    Je lui ai donc répondu que nous n’allions pas faire un débat « pour/contre l’allaitement » dans son cabinet, que je comprenais son refus de me prescrire quoi que ce soit (même du Maxilase, elle me l’a refusé !)et suis sortie de son cabinet.

    Je suis donc allée à la pharmacie et ai pris ce qu’on a bien voulu me donner (pharmacienne sympa, ouf !)

    Ce qui me choque le plus, c’est qu’elle a tout fait pour que je remette en question mon choix de l’allaitement long alors qu’à aucun moment elle n’a trouvé anormal le fait d’en savoir si peu sur l’allaitement en étant pourtant médecin…

    • @Florence
      Une telle ignorance est vraiment navrante… J’en suis désolée pour vous. Peut-être essayer de trouver un autre médecin ?

  13. Garance

    Bonjour,

    Je dois me faire opérer d’une amygdalectomie et moi aussi, le médecin m’a tout de suite conseillé d’arrêter d’allaiter, surtout quand j’ai dit que mon fils avait 9 mois. Quand je lui ai dit que je voulais essayer de continuer, quitte à faire une pause le temps que les anesthésiants soient éliminés, il a heureusement été très compréhensif et m’a dit que si le pédiatre était ok, il était partant. Bon, mon pédiatre ne connaît rien en allaitement donc je cherche des infos à gauche à droite. Est-ce que quelqu’un a déjà subi une intervention pendant son allaitement?
    Globalement mon idée était de tirer beaucoup de lait pour faire un bon petit stock et, après l’intervention, de tirer mon lait, que je jetterai bien sûr, pendant 3 jours, pour continuer de stimuler la lactation sans risquer d’empoisonner mon loulou. Je compte aussi me faire aider pour ne pas trop me fatiguer pendant une semaine (car il paraît que c’est vraiment très douloureux).
    Maintenant je suis un peu hésitante quant aux nombres de jours pendant lesquels les produits anesthésiants risquent de se retrouver dans mon lait. Et aussi de savoir si ça ira pour mon fils de ne prendre que des biberons et du solide (il n’aime pas trop ni l’un ni l’autre) pendant tout ce temps, et aussi si après ça il voudra bien reprendre le sein. Je me demande aussi si les analgésiques que je devrai prendre pendant au moins une dizaine de jours après l’intervention seront compatibles avec la reprise de l’allaitement. Bref, c’est assez angoissant tout ça !
    Je voudrais bien remettre l’opération à plus tard mais je suis malade de façon régulière et à la longue mon système est vraiment affaibli (grosse fièvre et 2 jours au lit une fois par mois minimum).
    Est-ce que quelqu’un a déjà connu cette situation?

    • @Garance
      Les anesthésiants ne font plus effet lorsque vous êtes réveillée donc vous pouvez allaiter sans problème à votre réveil. Pour les analgésiques, vous pouvez demander des médicaments compatibles, ça existe !
      Bon courage !

  14. Garance

    Merci beaucoup ! j’ignorais totalement que je pouvais allaiter dès mon réveil, voilà qui simplifie grandement les choses… Et merci pour ce blog super bien fait et qui donne de précieuses informations, car comme dit précédemment les médecins ne sont pas toujours très informés en matière d’allaitement!

Trackbacks/Pingbacks

  1. Tweets that mention A tire d'Ailes | Médicaments et allaitement -- Topsy.com - [...] This post was mentioned on Twitter by La poule pondeuse, Veronique Darmangeat. Veronique Darmangeat said: Nouvel article sur A …

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>