Allaiter et travailler : le témoignage de July

Quel choix avez-vous fait au moment de la reprise du travail : sevrage ou poursuite de l’allaitement ? Pourquoi ?

J’allaite ma fille depuis six mois et j’ai repris le travail à ses quatre mois. Avant sa naissance, j’avais décidé d’allaiter pour essayer, sans trop me prendre la tête, et au final, j’ai adoré ces moments, si bien qu’à l’arrivée de la reprise, il m’était inenvisageable de ne pas continuer.

J’ai donc glané beaucoup d’informations sur le net et auprès de consultantes en lactation (que je remercie !!), j’ai loué un tire-lait électrique double pompage et acheté un tire-lait électrique manuel. J’ai commencé à me préparer un stock de lait plusieurs mois à l’avance en tirant une fois par jour et en constituant une réserve de glaçons de lait.

Comment vous êtes-vous organisée ?

Le jour de la reprise, j’avais décidé de tirer trois fois par jour : une fois pendant la tétée du matin, une fois entre midi et deux au bureau et une fois le soir avec la tétée retrouvailles. Ces différents tirages me permettaient de fournir deux biberons de 150 ml de lait pour le lendemain. Je fonctionnais donc en flux tendu et avais un bon stock de lait en réserve au cas où.

Au bureau, je n’avais que les toilettes pour m’accueillir, ce qui me dérangeait au début donc j’allais tirer mon lait tous les midis à l’espace nursery d’un grand magasin. J’aimais le coté intimitiste de cet espace dédié au bébé mais ça s’est vite avéré compliqué et ingérable. J’ai fini par utiliser les toilettes de mon entreprise et je les utilise toujours entre midi et deux. Avec un tire-lait double pompage et une brassière kit main libre, c’est très simple et ça ne prend que vingt minutes. Avec le temps, j’ai arrêté de tirer mon lait le matin et je pioche dans mon stock de lait régulièrement pour compléter les biberons.

Quelles ont été vos principales difficultés ?

Je n’ai pas rencontré de vraies difficultés car je m’étais très bien renseignée avant de me lancer et j’avais investi dans le matériel nécessaire, ce qui facilite beaucoup les choses. Le plus important est de bien s’organiser à l’avance et de s’y tenir chaque jour. Avec le temps, cela devient aussi naturel que de faire une pause café ! La seule chose qui me manque par moment est de ne pas pouvoir profiter de ma pause déjeuner pour déjeuner à l’extérieur ou faire une grosse course car je dois tirer mon lait.

Quels ont été vos meilleurs moments ?

Le meilleur moment pour moi est la satisfaction de remplir les biberons de mon bébé chaque soir avec mon lait, de voir qu’elle prend bien mon lait au biberon tous les jours et que l’allaitement au lait maternel exclusif se poursuit malgré la reprise. La tétée du matin, la tétée retrouvailles et la tétée dodo sont des moments extrêmement agréables, très privilégiés que je ne suis pas prête d’arrêter.

Qu’est-ce que vous souhaiteriez dire aux mamans qui doivent faire un choix dans les semaines à venir ?

Aux mamans qui doivent faire un choix, je leur dirais de se renseigner à fond sur cette possibilité, d’y penser et de se préparer à l’avance et d’investir dans le bon matériel. Préparer un stock de lait à l’avance est très important car il permet d’apprivoiser le tire-lait et toutes ses subtilités à l’avance et d’être sereine au moment de la reprise. Je leur dirais qu’elles sont tout à fait capables de poursuivre ce beau projet si elles le souhaitent et qu’elles en tireront une très grande satisfaction et fierté. Il suffit d’un peu d’organisation et de préparation !

Ce serait à refaire, vous referiez le même choix ? Que changeriez-vous ?

Si c’était à refaire, je referais exactement le même choix car c’est une décision qui m’apporte beaucoup de plaisir et de bonheur au quotidien. Je suis très contente de ne pas voir arrêté l’allaitement par contrainte (ce qui m’aurait causé beaucoup de remords) mais de pouvoir le faire quand ce sera mon choix.

Articles en rapport :

 


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *