Allaiter et travailler : le témoignage de Fanny

fannyJe m’appelle Fanny, j’ai 30 ans, je vis près d’Avignon et je travaille dans un bureau d’études.
Je suis l’heureuse maman de Charlotte depuis le 20 juillet 2014.

  • Quel choix avez-vous fait au moment de la reprise du travail : sevrage ou poursuite de l’allaitement ? Pourquoi ?

Avant de tomber enceinte, je ne voulais pas allaiter. J’avais peur d’avoir les seins qui tombent…
Et puis quand je me suis retrouvée avec mon bébé dans le bidou, je voulais allaiter. C’était évident. Et je crois que j’aurais été très déçue si ça n’avait pas marché.

Je pense avoir été bien préparée à ce qu’allait être l’allaitement. J’ai aussi bien précisé à la maternité que je ne voulais pas qu’on donne de biberon à ma fille. Elle avait de la marge avec ses 4kgs de poids de naissance 🙂 .
J’ai eu également la chance d’avoir un bébé qui a bien tété dès le début, et goulument. L’allaitement s’est mis en place assez rapidement et facilement.

J’avais prévu de reprendre le travail après le congés maternité, donc je m’étais fixé 2 mois et demi d’allaitement.
Et puis 2 mois et demi, ça passe très vite. Trop vite.
Mon pédiatre, m’a naturellement mis en relation avec une conseillère en lactation. C’est là que j’ai compris le rôle qu’allait jouer le fameux tire-lait qu’on avait acheté !
C’est aussi là que j’ai entrevu la possibilité de continuer un peu plus l’allaitement.

  • Comment vous êtes-vous organisée ?

Avant de reprendre le travail, je pense avoir lu tous les autres témoignages du blog. Oui, j’espérais trouver celui qui collerait parfaitement à mon cas.
Pour me rassurer et voir si c’était réalisable. Je n’en ai trouvé aucun.
On est toutes différentes et on a chacune notre mode de fonctionnement, nos habitudes… Il a fallu trouver ma propre organisation.

J’allais reprendre le travail à 80% pendant 6 mois. Et Charlotte allait se retrouver à la crèche. Il fallait qu’elle fasse connaissance avec le biberon et qu’elle s’y habitue.
Quelques semaines avant la reprise, j’ai commencé à tirer mon lait, et on a fait des essais avec le papa.
Je ne voulais pas lui donner moi même le biberon, de peur qu’elle ne prenne plus le sein. Après quelques petits cafouillages, la prise du bibi, c’était ok !

Pour l’organisation en elle même, ça s’est mis en place rapidement.
Pendant les 6 premiers mois de reprise, je travaillais du lundi au jeudi, de 8h à 16h avec une pause d’une heure pour le déjeuner et le tirage.
Ma boîte est petite, nous sommes 11 et tout le monde était au courant que je tirais mon lait. J’attendais qu’un de mes collègues parte déjeuner pour utiliser son bureau (je suis avec 4 hommes dans mon bureau, je me voyais mal faire ça devant eux !). Puis je stockais mon lait dans le frigo collectif.

A la crèche, le lait maternel (même congelé) a été accepté sans aucun problème. Le directeur m’a même proposé de l’aide si j’en avais besoin à la reprise à 100%.
C’est vraiment super de se sentir entourée de gens qui vont dans votre sens.

– Le matin, il y avait une tétée au réveil.
– A midi, Charlotte avait son bibi de lait maternel à la crèche, et moi je tirais mon lait au boulot.
– Au gouter, pareil, elle avait son bibi à la crèche. Moi je ne tirais mon lait qu’une fois rentrée à la maison, vers 17h-17h30.
– Le soir, à nouveau une tétée.

Ça fonctionnait bien comme ça, le vendredi et le week-end, c’était tétée à chaque fois, sauf peut être quelques rares fois ou papa voulait donner le biberon, moi je compensais par un tirage.

Puis sont arrivées progressivement et successivement : la diversification, la suppression du bibi du midi, la reprise à 100% ( du lundi au vendredi en finissant à 18h30 avec le mercredi après midi de libre).
Ça s’est ressenti au niveau des quantités de lait tiré. Mais finalement, ça collait toujours très bien aux besoins de bébé.
J’ai continué à tirer mon lait au travail jusqu’aux 10 mois de bébé. Je sentais que la production avait beaucoup diminué. Et il faut l’avouer, le tire-lait, il commençait à me gonfler ! Enfin c’était surtout la corvée de nettoyage de l’engin qui m’exaspérait…
C’était le moment d’arrêter.

  • Quelles ont été vos principales difficultés ?

Je n’ai pas eu de difficultés particulières.
J’ai fait le choix du tire-lait manuel, ça me prenait 20 min maximum pour tirer les 2 seins. J’avais essayé le tire-lait électrique, mais j’ai trouvé ça assez peu confortable et très contraignant.

Il y a eu aussi l’épisode du choix du biberon un peu difficile. Ma conseillère en lactation m’avait parlé du Calma de Medela, je m’en suis procuré un, mais c’était pas génial, bébé n’a pas forcément bien compris le système. Du coup, on est passé au Avent, c’était beaucoup mieux 🙂

Quand Charlotte à commencé la crèche, elle s’est remise à se réveiller la nuit (peut être avait-elle compris que j’étais là à ce moment là , et que c’était le moment de réclamer), elle qui faisait ses nuit depuis ses 1 mois et demi… Ça n’a duré que quelques semaines, mais c’était assez dur de devoir se relever la nuit en ayant repris le travail.

Au final, le plus dur à été de passer au lait artificiel. Pour moi ! Car Charlotte n’a même pas sourcillé quand on lui a donné son premier bibi de LA… Comme dirait une copine, c’est limite vexant 🙂 .

  • Quels ont été vos meilleurs moments ?

Les tétées du matin. Celles d’ailleurs qui me manquent !

  • Qu’est-ce que vous souhaiteriez dire aux mamans qui doivent faire un choix dans les semaines à venir ?

J’estime faire partie des mamans chanceuses qui n’ont pas eu de difficultés, ni avec la personne qui garde bébé, ni avec son employeur… avec personne. C’est difficile pour moi de donner un conseil.
Mais je pense que dans le cas d’une poursuite d’allaitement, il faut discuter de ce choix avec les personnes qui seront concernées directement par ce choix (dans mon cas c’était la crèche et mon patron) et le plus tôt possible.
Et surtout écoutez-vous et ne culpabilisez pas. Si vous vous posez la question de la poursuite ou du sevrage, c’est que vous avez déjà allaité bébé au moins 2 mois, et c’est déjà super !
Ah et puis, lisez le bouquin de Véronique et les témoignages du blog 😉 .

  • Ce serait à refaire, vous referiez le même choix ? Que changeriez-vous ?

Sans hésiter ! Je suis très fière d’avoir allaité mon bébé jusqu’à presque 11 mois tout en travaillant. C’est une grande satisfaction de lui avoir donné le meilleur 🙂 .
C’est parfois fatiguant, mais ça vaut le coup.
Les seules choses qu’éventuellement je changerais, c’est une reprise plus en douceur du travail, je pense que je commencerais à tirer mon lait beaucoup plus tôt et j’achèterai un deuxième tire-lait pour ne pas avoir à laver en catastrophe le seul que j’ai !

Articles en rapport :

 

Lire des articles ou poser des questions en commentaire ne suffit pas à résoudre votre problème ? Savez-vous que vous pouvez prendre RDV pour une consultation avec moi ? N’hésitez pas à me contacter !


5 Comments

  1. Florence

    Alors pour le coup, je me retrouve à 100â„… dans votre témoignage !
    Reprise du travail à 80%, du lundi au jeudi, mêmes horaires ! super crèche, bébé de 4kg également 🙂
    Un grand merci pour votre témoignage ! J’ai trouvé celui qui colle à ma situation ! 😉

  2. Merci pour ton témoignage, je me retrouve bien dedans!
    J’ai également repris le travail au bout de deux mois et demi, à 80% pendant 5 mois.
    Je n’imaginais pas arrêté en reprenant le travail, alors que ça marchait si bien!
    J’ai tiré mon lait 2 à 3 fois par jour dans un local « improvisé ». Ca a beaucoup fait parler à mon travail mais plutôt de manière positive!
    Comme toi, si c’était à refaire, je ferais plus de stocks, et je consulterais une conseillère en lactation plus tôt!
    J’ai allaité mon enfant jusqu’à ses 10 mois et la fin a été chagrine…pour moi! Le sevrage s’est fait un douceur et aucun probleme pour démarrer le lait artificiel.
    Pour résumé, c’est difficile, parfois épuisant et contraignant mais c’est une sacrée satisfaction 🙂 !

  3. Cécile Bz

    Tiens, on se retrouve ici !!! Je me retrouve aussi dans ton témoignage, vraiment marre du tire-lait au bout de quelques mois et un peu vexée que Pierre n’ai pas eu l’air de se formaliser quand on a arrêté l’allaitement !

    • Coucou Cécile
      Le « limite vexant » vient de toi !

      Sinon j’ai cru comprendre que dans quelque temps tu allais pouvoir remettre ça il faudra que je vienne prendre des nouvelles !

  4. Vinciane

    Bonjour et merci pour ce témoignage.

    Je me posais la question de la quantité de lait que vous tiriez. Ma puce avait besoin de beaucoup plus que 4 tétées ou biberons par jour de ces 2 mois et demi à 8-9 mois. Donc je me dis que vous deviez tirer beaucoup plus que moi.

    A l’époque, je tirais 2 fois par jour, environ 160-180mL par tirage.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *