Les essentiels


allaitement et travailVous trouverez ici le résumé des articles reprenant les idées essentielles quand on parle allaitement et travail.

Les recommandations de préparation des biberons sont très mal connues et pourtant extrêmement importantes.

Le lait maternel tiré peut prendre un goût très fort et désagréable. La plupart du temps il s’agit de lait prédigéré mais il existe 2 autres causes à cela.

Aucune loi n’oblige les crèches à accepter le lait maternel mais certaines circulaire crèche et allaitement le font.

La quantité de lait tiré est extrêmement variable d’une femme à l’autre et il est inutile de s’inquiéter si l’on tire 30 ml de lait.

Quelles sont les différentes possibilités de gérer allaitement et travail ?
Le plus important est de se souvenir que vous avez le choix et que vous pouvez faire ce qui VOUS convient !

Quand commencer à faire du stock ? Quand vous le souhaitez !
Dès la naissance si cela ne vous pose pas de problème, ou un mois avant la reprise si vous ne voulez pas vous compliquer la vie avant.

Je vous propose aujourd’hui une fiche pratique que vous pouvez fournir à la personne qui s’occupe de votre bébé en votre absence.
N’hésitez pas à l’encadre et l’imprimer pour qu’elle puisse s’afficher sur un réfrigérateur.
Vous pouvez même la plastifier.

Il faut quelques instants avant de voir le lait commencer à couler, c’est normal, détendez-vous. Puis un réflexe d’éjection du lait se produit et le lait coule plus abondamment. A la fin de ce réflexe, la quantité diminue mais si vous persistez, il y a de fortes chances pour qu’un deuxième réflexe d’éjection se produise. Lorsque plus rien ne coule depuis au moins deux minutes, vous pouvez arrêter.

C’est une question que se posent beaucoup d’entre vous au moment de proposer les premiers biberons à leur bébé. Quelle quantité dois-je lui donner ?

Pour les femmes qui tirent leur lait se pose souvent la question du transport : pour rapporter le lait que l’on a tiré au travail, pour apporter le lait à la crèche ou à l’assistante maternelle, …

Chaque salariée allaitant son enfant dispose pour ce faire d’une heure par jour sur son temps de travail jusqu’au premier anniversaire du bébé. Cette heure est divisée en deux périodes de trente minutes réduites à vingt minutes si le local d’allaitement est à l’intérieur des locaux destinés au travail.
Cette heure n’est pas rémunérée, sauf si la convention collective le spécifie.
Une salariée peut allaiter son enfant dans l’entreprise !
Chaque entreprise de plus de cent salariées doit prévoir des locaux dédiés à l’allaitement au sein de l’entreprise, dans des conditions d’hygiène très précises.
Le coût de l’installation et de l’entretien de ces locaux est entièrement à la charge de l’employeur.
Les femmes militaires bénéficient des mêmes droits.

Si vous avez choisi de tirer votre lait au travail, il va falloir le conserver.
Le lait maternel est un produit très stable, qui se conserve très bien.
Donc pas d’inquiétude quand à sa conservation.

Quand on reprend le travail après la naissance d’un enfant, il y a toujours une nouvelle organisation à mettre en place.
Quand on poursuit l’allaitement, d’autres questions se posent : comment stocker le lait maternel, comment informer le mode de garde sur la gestion du lait maternel, comment prendre le temps des tétées,… ?

Quel tire-lait utiliser : manuel ou électrique ? En location ou à l’achat ? Simple ou double pompage ?
Tout dépend de vos moyens, de votre utilisation et de vos préférences.

Le bébé refuse de prendre le biberon en bouche, ou bien il accepte mais ne prend que 5 ml de lait, il se recule et pleure, voir hurle.
Toutes les familles sans exception s’adaptent à la reprise du travail et il suffit souvent de faire confiance à la capacité d’adaptation du bébé et de prendre le temps de l’écouter.

Il arrive qu’un bébé tète mal pendant quelques jours après avoir commencé le biberon ou qu’il perce ses dents et mâchouille votre mamelon et vous avez mal comme à la maternité…
Comment soigner les mamelons abimés ?

Première chose, la plus évidente mais pas toujours la mieux appliquée, se laver les mains.
Deuxième chose, utiliser un matériel propre.

Cela dépend beaucoup de l’âge de votre enfant.
Si votre bébé a moins de six mois, il ne se nourrit que de lait. S’il ne prend plus de lait maternel, il faut le remplacer par une préparation pour nourrisson qui est l’aliment le plus adapté pour prendre la suite de votre lait.

Le but d’une consultation d’allaitement va être de mettre à plat et de répondre à toutes les questions que vous vous posez, que vous souhaitiez sevrer ou poursuivre l’allaitement. Vous pouvez également prendre un rendez-vous pour pouvoir prendre une décision sur la poursuite ou non de l’allaitement. Les informations apportées par le consultant en lactation doivent vous permettre de prendre la décision qui vous convient, à vous, en toute tranquillité.

Certains bébés refusent de manger quand ils sont gardés et se rattrapent quand ils sont avec maman. Du coup, ils tètent beaucoup la nuit pour compenser les journées sans manger.
Ce mode de fonctionnement ne présente aucun risque pour le bébé mais il est souvent très fatigant pour la maman…

La première chose à vérifier : est-ce que votre bébé a l’air satisfait après les tétées ? Si oui, il y a toutes les chances pour que votre production lactée soit suffisante.

Aujourd’hui, quelques marques de tire-lait proposent jusqu’à cinq tailles de téterelles différentes.

Différentes solutions pour pouvoir tirer son lait en double-pompage tout en gardant les mains libres.

Il existe une méthode mise au point par Jane Morton qui permet de tirer son lait de manière beaucoup plus efficace, notamment pour concilier allaitement et travail.

Reprendre le travail en allaitement mixte est possible. Cela nécessite de faire attention à la régulation de sa lactation.