Repousser la reprise du travail pour l’allaitement

Aujourd’hui, j’aimerais mener une enquête : avez-vous repoussé votre reprise du travail pour pouvoir poursuivre l’allaitement ?

Voici un questionnaire que vous pouvez faire circuler, d’avance je vous en remercie :

 

 

Lire des articles ou poser des questions en commentaire ne suffit pas à résoudre votre problème ? Savez-vous que vous pouvez prendre RDV pour une consultation avec moi ? N’hésitez pas à me contacter !

32 Comments

  1. J’ai aimé allaiter ET profiter de les bébés

  2. Emmanuelle AGUESSE

    J’ai décalé de 1 mois ma reprise, mais je continue à allaiter en travaillant. C’est juste que je trouve que 2 mois et demi c’est trop petit pour quitter maman…

  3. Mylene

    J’ai allaité mon bébé jusqu’à 7 mois tout en travaillant à 80%. Travaillant en Neonat jai pu prendre le temps de tirer mon lait et Avec des horaires décalés allaiter mon bébé le matin ou l’après midi.

  4. Comme Cook, en plus de prolonger l’allaitement, on profite vraiment de tous les petits moments avec nos bébés

    j’avoue il y a aussi la trouille de retourner bosser dans un climat professionnel compliqué. ..☹

  5. ici j’ai prolongé en prenant des conges payés, plus pour être avec bébé à la base. et j’ai ensuite pris un conges parental partiel pour passer du temps avec bébé, et il est vrai que ça facilite la poursuite de l’allaitement.

  6. Helene

    Au chômage à la naissance d’Eliott, j’ai fait le choix de commencer à chercher du travail à ses 6 mois.
    J’aurai eu peur des quantités à fournir avant la diversification et j’aurai surement tout tenté pour privilégier l’allaitement (temps partiel, repousser la reprise au max..)

  7. Pour mon fils aîné j’ai eu 26 semaines de congé maternité (grâce aux deux aînés de mon mari, j’ai pu bénéficier du congé maternité pour 3ème enfant) dont 21 semaines en post-natal car j’avais décalé mon départ de 3 semaines + 4 semaines de congé patho post-natal + mes congés de l’année, ce qui fait que j’ai repris quand il avait 8 mois. Et comme mon employeur m’a facilité les choses pour l’allaitement, cela s’est poursuivi jusqu’à ses 2 ans.
    Là ma fille a 1 mois, et on se destine au même programme avec grand bonheur!

  8. Beck ceccaldi

    J’ai repoussé pour rester plus longtemps avec mon bebe pas forcément que pour l’allaitement

  9. Fouarge

    Bonjour,
    Je suis enseignante et j ai obtenu 15 jours pathologiques pour prolonger mon allaitement d un mois (vacances scolaires).
    J ai continué à travailler ensuite à temps complet en tirant mon lait. Cela n a pas été facile mais c est un rythme à prendre: je me levais à 5h du matin pour tirer mon lait puis j allaitais mon fils à 6h30 avant d aller travailler. Je t’irais à nouveau mon lait pendant la pause déjeuner puis entre 16h et 17h. J allaitais mon fils le soir pour finir. J ai pu comme ça me faire un stock de lait congelé que je donnais à la nounou.
    Aujourd’hui mon fils a 19mois et je continue à l allaiter le matin et le soir mais malheureusement je ne produits plus assez de lait pour le tirer.
    Bon courage à toutes les mamans allaitantes, c est une expérience magique ❤️

  10. Breton

    Le congé maternité est bien trop court ! Il est pour moi essentiel de profiter de bébé les premiers mois. Je pense également que la séparation pour bébé arrive trop tôt si on ne prolonge pas un peu.

  11. Maïlys

    Le questionnaire n’est pas assez précis J’ai la chance de travailler dans un pays où le congé pour allaitement est de 12semaines. J’ai prolongé de 2semaines pour difficultés de sevrage ce Qui était vrai . Et c est deux semaines m’ont permise de mettre en place sainement mon retour … discussion avec mon employeur. On a trouvé un arrangement , diminution des heures jusqu aux 6 mois de ma fille , mise à disposition d’une salle d’Allaitement … car durant ces deux semaines j’ai pris conscience que le plus important pour moi était d’allaiter Ma fille le plus longtps possible … j’ai repris á 90% soit 36h/sem à ses 7 mois et on a continué l’allaitement jusqu’à ses 1 an … c’est elle qui a décidé d’arrêter … et je suis comblée car je n’ai aucun regret.

  12. cecile griffon

    Questionnaire trop restrictif.
    Pour mon second j’ai pris 2semaines de congé patho et cumulé mes congés payés, donc 5semaines. et reprise a mi temps pendant 4 mois puis a80%. Là il a 3ans et est co allaité avec sa soeur de 11 mois. Je suis actuellement en congé parental et je retravaillerais en septembre a 80%, en espérant que numéro 2 sera sevré…. Pour la troisième
    on lui laisse le temps.

  13. AlouetteBZH

    Ici bébé est arrivé trois semaines en avance (donc 13 semaines de congés post accouchement) que j’ai prolongé par 5 semaines de Congés payés; par conséquent j’ai pu reprendre (à temps complet pour des questions financières) le travail à 4 mois et demi. Je n’ai pas obtenu de congé pathologique.
    10 semaines c’est vraiment court pour faire connaissance de son enfant et en cas d’allaitement, on ne passe même pas le cap des 3 mois, qui est pour moi, la période à partir de laquelle on (bébé et maman) commence à être rodé et où ça commence à être vraiment sympa.
    Travaillant dans une grosse société, j’ai la chance d’avoir une salle d’allaitement à disposition mais je ne l’ai malheureusement pas utilisée. Mon bureau étant à 15 minutes à pied de la salle, je trouvait cela trop fatiguant et contraignant (1 heure de trajet + 1 heure de tirage par jour !). Du coup à maintenant 14 mois, je continu à chercher un bureau ou une salle de réunion pour « méditer » tous les midis.
    A refaire, je pense que j’insisterais un peu plus pour bénéficier du congé pathologique.
    Un regret, c’est que vu que je n’utilise pas la salle, je ne suis pas comptabilisée parmi les femmes allaitantes de l’entreprise et cela ne joue pas en faveur de l’allaitement au travail (promotion de l’allaitement, facilités d’accès…) selon moi.
    P.S. : Lors de la visite médicale de reprise la doctoresse m’a dit que l’allaitement au travail ça ne marchait jamais… il faudra que je pense à lui dire le contraire lors de ma prochaine visite de contrôle :-p

  14. Laure GBD

    Patricia coutable (consultante au centre V. Darmangeat) a semé une petite graine à ce sujet dès le premier jour de mon retour de la maternité, lorsqu’elle est venue me voir en consultation à domicile. Et je l’en remercie encore (car je n’envisageais pas tellement les choses autrement que telles qu’elles sont prévues par le cadre de la sécurité sociale ! ) : prendre du temps supplémentaire avant de reprendre le travail à été un très bon choix. Rien qu’un mois a fait pour moi un difference énorme dans le fait d’être prête à laisser mon bébé. J’ai aussi pu continuer d’allaiter en travaillant, grâce à une salle qui s’est trouvée parfaite pour ça et des collègues soutenants, mais aussi en choisissant de ne plus travailler les vendredis. Toujours sur un conseil judicieux de Patricia, avoir 3 jours non stop d’allaitement à la demande a vraiment été salvateur dans les moments de baisse (de lactation, de moral, d’énergie…). Un choix que je recommande, autant que possible bien sûr. En plus avoir 1 jour par semaine rien que pour mon fils m’a vraiment permis de me réinvestir au travail sans trop regretter de passer trop de temps loin de lui en semaine (j’ai bcp de réunions le soir notamment… Incontournables) car je savais que le vendredi nous pourrions alors profiter complètement d’être ensemble et j’ai pu voir ses progrès chaque semaine. Devenir maman, reprendre le travail et le combiner avec sa nouvelle vie, choisir d’allaiter en travaillant… cette première année m’a paru être un défi permanent de trouver et retrouver l’équilibre nécessaire. Le 80% (étalement de congés pour ma part, ne pouvant me permettre une baisse de salaire. Option à considérer quand on a cumulé bcp avant et pendant le congés mat par ex) a très grandement contribué a le trouver sans épuisement.

  15. Bonjour,
    Pour mes deux enfants, j’ai repris le travail sans prendre de congé supplémentaire mises à part les trois semaines de congé prénatal basculées en postnatal. Je ne regrette pas mon choix, tout s’est très bien passé avec le tire-allaitement, que j’ai pu poursuivre en exclusif pendant neuf-dix mois à chaque fois.

    Reprendre rapidement m’a permis de rester bien intégrée à mon activité professionnelle, tout en continuant l’allaitement. Je ne me serais pas vue rester plus longtemps à la maison…

    Je crois que c’est vraiment une question de ressenti personnel mais pour moi, la possibilité de tirer mon lait a été un vrai plus pour repartir rapidement au travail sans trop culpabiliser.

  16. Viviane

    Bonjour,
    Le congé maternité en France est beaucoup trop court. J’ai repris à plein temps au 2 mois1/2 de bébé, en allaitant exclusivement,avec des horaires posté et irrégulières.
    J’ai trouvé ça horrible. C’est très difficile de laisser un bébé si jeune et aussi frustrant de passer le cap des trois mois avec un tire-lait.
    C’était épuisant et les deux premiers mois après ma reprise ont été les plus durs de tous. Je crois bien avoir frôlé le burn out maternel et professionel en même temps à cause de la fatigue.
    Un jour, ma belle soeur est venue prendre le bébé pour un week end car elle sentait que j’arrivais au bout. Elle m’a offert un répit salvateur.
    C’est dur aussi pour le bébé. Ma puce a mis beaucoup de temps à bien dormir et était stressé durant cette période. Elle angoissait car ne savait pas qui serait là à son réveil ou à son coucher.
    Ses premières nuits hors de la maison: elle avait deux mois 1/2, environ une nuit par semaine jusqu’a ses 5 mois.Chez mes parents ou beau-parents. Une question de survie pour moi.
    Je ne referait pas le même choix pour tout l’or du monde.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *