A la suite de ma demande de la semaine dernière, voici ce que vous m’avez répondu sur le blog et sur les réseaux sociaux quand aux réactions de vos collègues lorsque vous tirez votre lait au travail.

Il y a les encourageants :

  • « Et puis, des collègues, plutôt des femmes, m’ont posé des questions, pour savoir si j’allaitais encore, et du coup, pour savoir comment je faisais… et elles ont été plutôt admiratives. L’accueil a été très positif.
    Mon chef avait remarqué mon petit manège aussi, et m’a dit qu’il comprenait fort bien, puisque sa femme avait allaité sa fille pendant deux ans. »
  • « Quand j’ai annoncé à ma cadre que je comptait tirer mon lait, elle a tout de suite accepté et m’a encouragée, même réaction pour la cadre qui l’a remplacée peut de temps après.
    J’étais la première à le faire dans mon équipe.
    Mes collègues (hommes et femmes) ont vite vu mon sac supplémentaire et ma disparition pendant la pause. Ils ont tous accepté le fait que je prenne du temps pour tirer mon lait, m’ont soutenue et donné le temps qu’il me fallait. Ça m’a aussi permis de découvrir le témoignage d’autre collègues par rapport à leur allaitement.
    Après 6 mois d’allaitement, j’ai entendu les inévitables : « encore!? » mais sans jugement et avec parfois un peu d’admiration.
    Un jour, des jeunes collègues avec un « projet bébé » sont venues me voir pour prendre des conseils pour l’allaitement. Arriver sans le vouloir à donner envie aux autres je trouve cela magnifique. »

Il y a les compréhensifs :

  • « Mon chef a été très compréhensif. »

Il y a ceux qui ne comprennent pas l’intérêt de l’allaitement :

  • « On me disait tu sais il y a le lait artificiel. Ton fils s’y fera comme les autres. »

Il y a les moqueurs :

  • « Elles rigolaient en disant que j’étais une vache laitière, que j’allais allaiter jusqu’à ses 10 ans. »

Il y a les dégoûtés :

  • « Ha moi j’allaiterai 6 mois pas plus, après je trouve ça trop bizarre ! »
  • « Ça créait des interrogations. C’était une aberration pour certains. J’avais le droit à des « moi je pourrai pas ! » »

Il y a les admiratifs :

  • «  »T’es courageuse ! ». Mais j’entendais surtout au travers de ça : « Elle est un peu folle de faire ça ! Faut couper le cordon !! » »
  • « Dans l’ensemble les gens ne me disent plus rien, mais trouvent curieux que je veuille allaiter longtemps (16 mois pour ma fille, je trouve que c’est pas si long), et me trouvent courageuse de faire ça. »

Il y a les discrets :

  • « Jamais de critiques. »
  • « On en a un peu discuté au début, maintenant plus personne ne fait attention. »

Il y a les franchement désagréables :

  • « Une collègue fait exprès de faire des remarques désobligeantes et de prendre à parti d’autres femmes lorsque je tire mon lait aux wc… C est la seule, tous les autres sont top et trouvent ça normal. »
  • « J’avais informé mon chef avant la reprise. Il a été assez mitigé et a fait des remarques moyennes mais sans plus.
    Mais l’information a circulé au sein du cabinet. Ça a manifestement beaucoup fait parlé (où est-ce que j’allais me mettre, qu’est-ce que j’allais faire du lait, etc…). J’ai eu le droit à des remarques des collègues femmes et mamans… qui avaient allaité mais seulement le temps du congé mat et qui m’ont fait comprendre que c’était pas compatible avec notre travail (je suis avocate), que ça n’irait pas.
    Les regards et sous entendus étaient tels que j’ai fini par ne plus tirer au travail. »
  • « Il faut que je mette mon lait dans le frigo commun, et consigne m’a été donnée par un des dirigeants de « cacher mon lait », ça le choque … J’ai donc créé des « cache-pots »… »

 

Lire des articles ou poser des questions en commentaire ne suffit pas à résoudre votre problème ? Savez-vous que vous pouvez prendre RDV pour une consultation avec moi ? N’hésitez pas à me contacter !

read more

Aujourd’hui je fais appel à vous.

En effet de nombreuses femmes s’inquiètent, avant la reprise du travail, des réactions de leurs collègues si elles tirent leur lait au travail.

Alors racontez-nous : est-ce que vos collègues savent que vous allaitez ? Est-ce qu’ils savent que vous tirez votre lait au travail ? Quelles sont leurs réactions ?

A vos claviers !

 

 

 

Lire des articles ou poser des questions en commentaire ne suffit pas à résoudre votre problème ? Savez-vous que vous pouvez prendre RDV pour une consultation avec moi ? N’hésitez pas à me contacter !

read more

allaitement et  entreprise Vous allez reprendre le travail et vous souhaitez poursuivre l’allaitement. Mais dans votre entreprise, rien n’est prévu pour faciliter la vie des femmes qui veulent tirer leur lait au travail et allaitement et entreprise ne se conjuguent pas encore au présent.

Et si vous invitiez votre entreprise à devenir « baby friendly » ?

Pour votre entreprise, soutenir les femmes qui souhaitent poursuivre l’allaitement à la reprise du travail a de nombreux avantages que je vous invite à découvrir sur le site de Lactissima.
Et vous seriez la première à bénéficier de la mise en place d’un tel programme.

Alors comment faire ?

  • En parler tout d’abord : soit au service de santé au travail, soit au service des ressources humaines, soit à votre patron si vous travaillez dans une plus petite entreprise.
  • Leur donner un document explicatif clair.
  • Leur signifier que c’est un programme avec lequel tout le monde est gagnant.
  • Laisser l’idée faire son chemin tout en relançant régulièrement.

Et vous êtes-vous prête à inciter votre entreprise à devenir pionnière ?

Article en rapport :

 


read more

Soutenir l'allaitement dans son entrepriseJe suis très heureuse de vous présenter aujourd’hui l’interview de Mélanie qui a décidé de soutenir l’allaitement dans son entreprise et mettre en place un dispositif de soutien à l’allaitement sur son lieu de travail.

– Vous avez mis en place un dispositif pour permettre aux femmes de votre administration de tirer leur lait. Pouvez-vous nous le décrire ?

Je travaille dans un ministère. A l’heure actuelle, sur notre site, nous pouvons utiliser la salle de repos attenante à l’infirmerie. Toutefois, cela n’est pas idéal car la salle est fréquemment occupée et nous ne pouvons pas préserver notre intimité. Par ailleurs, nous devons amener notre propre tire-lait, ce qui signifie le louer en pharmacie ou l’acheter pour certains modèles.

Nous avons donc eu l’idée de créer une association, pour notre site de travail. L’objectif principal est d’obtenir une pièce équipée d’un tire-lait. Nous souhaitons, par ce biais, favoriser l’allaitement maternel de nos collègues, en diffusant des informations et en organisant des échanges entre les femmes enceintes, les jeunes mères et celles qui sont plus aguerries.

Nous considérons par ailleurs que l’ensemble de la communauté de travail bénéficie d’une telle démarche : retour après congés de maternité plus sereins, meilleure ambiance, et probablement moins d’arrêts de travail.

– Qu’est-ce qui vous a poussé à travailler sur ce sujet ?

Fille de pédiatre, j’ai toujours été persuadée du bien fondé de l’allaitement maternel. Or, le congé de maternité en France est beaucoup trop court par rapport à l’allaitement. Je pense qu’il faut au moins deux mois pour être bien calée avec son enfant alors, arrêter l’allaitement après tant d’efforts deux semaines plus tard me semble absurde. Il faut militer pour que le congé de maternité soit allongé. Cependant, tant que ce n’est pas le cas, il faut bien trouver un compromis. Heureusement, il existe d’excellents tire-lait qui permettent de vivre ce compromis dans de très bonnes conditions. Et malheureusement, beaucoup d’amies ou de collègues considèrent que tirer son lait est douloureux, dégradant, impossible avec les horaires imposés du travail, les réunions, les déplacements etc etc. Il existe mille raisons qui font que les mères se persuadent qu’à leur retour au travail, leur allaitement sera terminé Il y a même des mères qui refusent carrément d’allaiter à la naissance, parce qu’elles savent que deux mois et demi après ce sera terminé ! Je trouve ça vraiment dommage, même si je comprends.

Je constate aussi que le sujet est un peu difficile à aborder avec les collègues dire à son chef : « attendez-moi une demi-heure, j’ai « vous-savez-quoi » à faire » peut sembler un peu ridicule. Les collègues qui ne connaissent pas se demandent ce qui se passe on sait qu’allaiter donne beaucoup de plaisir, alors il peut y avoir certains fantasmes ou certaines rancÅ“urs, voire une dévalorisation On entend aussi des critiques du type « essaie un peu de lâcher ton enfant », comme si en souhaitant allaiter son enfant au-delà de trois mois relevait de la pathologie. Il convient d’expliciter au mieux cet « autre travail » que nous faisons de façon isolée, d’en expliquer les raisons en particulier le rôle de l’allaitement dans la prévention des maladies, de lever le tabou qui fait dire « vous-savez-quoi » et de toujours, à chaque expression du lait, se sentir soi-même très valeureuse. La meilleure façon d’y arriver, c’est en se soutenant mutuellement ! J’ai bien vu la différence, entre mon premier allaitement au travail, où je tirais mon lait, en cachette, aux toilettes et mon second allaitement au travail, avec le soutien de mes collègues, leurs bonnes idées et la joie que tout ça véhicule tout simplement.

En montant ce projet sur notre lieu de travail, nous souhaitons informer notamment les femmes enceintes que « ça sera possible », qu’il n’y a pas de tabou et que nous serons là pour les encourager. A la base de la création de l’association, il y a quelques mères qui, comme moi, ont réussi à allaiter au travail le temps qu’elles voulaient et qui en sont très fières.

– Comment imaginez-vous l’évolution de ce dispositif ?

Nous souhaiterions que l’association concerne les autres sites de notre administration et organiser des ponts vers d’autres ministères, d’autres entreprises ? A bon entendeur

– Que souhaitez-vous pour l’avenir ?

Dans mes rêves je voudrais un congé de maternité plus long. Je ne sais pas quelle longueur serait optimale mais deux mois et demi en post-partum, c’est sûr, ce n’est absolument pas optimal ! C’est presque se moquer des gens, des mères en particulier, qui sacrifient leur salaire et leur retraite pour retarder un peu leur retour au travail.

Mais je souhaiterais également une vraie politique de l’allaitement au travail, avec un programme français digne de ce nom, porté par le ministère en charge de la santé. Cela comporterait l’obligation formelle (et opposable) de détenir une salle dédiée à l’allaitement et équipée convenablement dans toutes les entreprises, par exemple au-delà de cinquante salariés. Nous avons des défibrillateurs partout, même dans les trains alors, et le tire-lait ?? Il conviendrait également de promouvoir l’allaitement par des formations organisées par les entreprises, des campagnes d’affichage partout, des concours des « meilleurs initiatives en entreprise » par exemple. Parmi toutes les campagnes de prévention de l’Etat, celle-ci me semblerait peu onéreuse et surtout rentable très rapidement.

– Qu’aimeriez-vous dire aux femmes qui ont envie de faire comme vous dans leur entreprise ?

Pour ce qui est de monter une association, je pense que toutes les initiatives fédératrices sont bonnes à prendre. Nous n’avons pas assez de recul pour formuler des conseils…

Pour ce qui est d’allaiter au travail… je dirais que c’est une excellente idée !!! On sait que les enfants allaités sont moins malades Voilà , déjà , une bonne raison de le faire. Mais ce n’est absolument pas un sacrifice pour vous : il existe des tire-lait ultra performants, rapides et doux Et puis, faire cette petite escale quotidienne vous permettra de ne pas avoir la sensation d’être brutalement séparée de votre enfant. Avec un peu d’entraînement, l’expression du lait peut ne durer qu’une demi-heure par jour, c’est rien du tout par rapport au temps de pause qu’on peut s’accorder (qu’on doit s’accorder pour être efficace !). Le moment de l’expression du lait peut changer d’un jour à l’autre, à plusieurs heures près. Et puis, de toute façon, vous êtes mère, vos collègues et vos chefs le savent. Donc, assumer l’allaitement au travail ce n’est que rappeler que vous avez une autre mission dans la vie, ce qui est plutôt glorifiant et dénote une grande capacité d’organisation. D’autre part, on est souvent surpris par la réaction des gens très très bienveillants à ce sujet. Et ceux qui ne le sont pas ? Les identifier dans le cadre de l’allaitement au travail permet d’éviter des déboires dans d’autres sujets professionnels, car ça n’est pas bon signe Enfin, il y a le problème des déplacements. Quand ceux-ci sont de courte durée (un ou deux jours), il y a toujours des possibilités. Mais il faut se renseigner pour connaître l’emplacement du frigo, d’une pièce isolée, il faut aussi optimiser les trajets, prévoir le matériel adéquat etc C’est sûr que ça complique, mais la solidarité résout beaucoup de choses.

Je pense enfin que l’allaitement au travail doit être un minimum préparé, ne serait-ce que pour le tire-lait. Avoir une montée de lait avec cet appareil peut sembler insurmontable donc, mieux vaut s’entraîner. Pourquoi pas donner son lait au lactarium pendant le congé de maternité ? C’est ce que j’ai fait pour mes deux lactations, je me suis donc un peu « poussée », mais je me suis vraiment détendue avec le tire-lait parce que je n’avais pas un objectif de résultat. Et après j’avoue que la vision ou même simplement le fait de penser au tire-lait me donnait des montées de lait !!! Il est certain qu’avec le stress de la reprise, j’aurais eu beaucoup de mal dans l’étape de « découverte » de l’objet. Et puis, quand on choisit d’allaiter au travail, il faut en parler, se faire conseiller, assumer, être fière, parce que je pense qu’on le mérite. Enfin, il y a la question de la fatigue indéniable. Mais quand on a un vrai beau défi, on trouve toujours les ressources nécessaires.

A mon avis, quand on ressent la fatigue, c’est qu’on a décidé inconsciemment que l’allaitement avait assez duré. Pas de regret à avoir, chaque jour d’allaitement est un petit bonus !

Merci beaucoup Mélanie et bravo !

Articles en rapport :

Salle d’allaitement


read more

Implication au travail et allaitementVous tirez votre lait au travail, une critique peut arriver rapidement dans la bouche de votre entourage professionnel : vous n’êtes plus impliquée comme avant dans votre travail, vous avez la tête ailleurs ! Ah bon, implication au travail et allaitement sont incompatibles ?

Essayons de voir ce qu’il en est : tirer votre lait vous demande une ou deux pauses de quinze à vingt minutes, auxquelles vous avez droit et pendant lesquelles vous ne travaillez pas. Quoique je sais que certaines d’entre vous continuent à travailler pendant ce temps… Le reste du temps, vous travaillez !

En quoi cette ou ces pauses vous empêchent d’être impliquées au travail ? Est-ce que les fumeurs sont moins impliqués dans leur travail parce qu’ils prennent des pauses cigarettes (qui elles ne sont pas prévues dans le code du travail…) ?

Au contraire, une étude que j’avais menée avec une collègue il y a quelques années montrait que les femmes interrogées qui poursuivaient l’allaitement après la reprise du travail avaient l’esprit plus tranquille et s’inquiétaient moins au cours de la journée pour leur enfant que celles qui n’allaitaient pas ou plus. Cette étude incluait un échantillon de cinquante mères, ce qui est trop peu pour extrapoler. Ceci étant dit c’est un résultat intéressant.

La peur du milieu professionnel serait-elle liée à l’intrusion sur le lieu de travail d’une problématique jugée intime ?

Comment faire reculer cette idée ? Certainement en vous montrant professionnelle jusqu’au bout des ongles. Soyez correctement habillée en fonction de votre poste, arrivez à l’heure, ne parlez pas de votre enfant en permanence à vos collègues ou pour justifier tout retard ou absence.
Est-ce suffisant ?

J’attends que vous me disiez ce que vous en pensez et comment vous l’avez vécu !

Articles en rapport :

 


read more

Une bonne nouvelle venant de l’une des lectrices du blog : l’ambassade des Etats-Unis en France a mis en place une salle d’allaitement à la demande de l’une de ses employées.

C’est important de noter qu’il n’y a pas eu besoin de faire de gros travaux : ils ont transformé d’anciennes toilettes en laissant le lavabo et en installant une table et une chaise. Bientôt viendra le réfrigérateur. Ce n’est pas grand mais suffisant pour tirer son lait tranquillement.

De mon côté, je suggère aux femmes qui l’utilisent d’habiller ces murs blancs avec une déco sympa.

Comme quoi, quand il y a la volonté, c’est possible. Bravo à eux !

Et vous, comment cela se passe-t-il sur votre lieu de travail ?

 


read more

Page 1 sur 212