En savoir plus


read more

Vous êtes assez nombreuses à me dire que les téterelles de votre tire-lait sont trop grandes alors que vous utilisez la plus petite taille disponible.

Alors que faire ?

Certaines d’entre vous m’ont confié qu’elles mettaient un bout de sein en silicone dans la téterelle pour en rétrécir la taille.
Cela peut fonctionner mais n’est pas pratique.

L’une d’entre vous m’a fait découvrir l’existence de téterelles en taille 17 mm et 19 mm compatibles avec les tire-lait Medela, fabriquées par Maymom.

Vous les trouverez sur Amazon. Si vous arrivez à les trouver ailleurs, partagez l’information.

Et vous, comment faites vous si votre téterelle taille 21 est trop grande ?

Article en rapport :

Lire des articles ou poser des questions en commentaire ne suffit pas à résoudre votre problème ? Savez-vous que vous pouvez prendre RDV pour une consultation avec moi ? N’hésitez pas à me contacter !


read more
lait de fin de tétée

Photo : Daniel Lobo

Beaucoup de mamans me posent des questions sur le temps passé sur un sein et la prise du lait de fin de tétée :
« On m’a dit de ne donner qu’un sein pour qu’il ait le lait de fin de tétée, plus gras. »
« Si je lui donne 2 seins, comment je sais qu’il a eu le lait de fin de tétée ? »
« Si je tire mon lait, comment je sais qu’il y a le lait gras ? »
« Si je ne donne à mon bébé que du lait tiré en début de tétée, il va avoir faim. »

Mettons les choses au point :

  • Oui le lait varie en cours de tétée : il est plus riche en lactose en début de tétée et plus riche en gras en fin de tétée.
  • Mais il y a déjà du gras dans le lait en début de tétée et il y a toujours du lactose dans le lait en fin de tétée.
  • Le lait est toujours complet et nourrissant, quel que soit le moment de la tétée.
  • D’autre part, vous ne saurez jamais si vous êtes ou non sur la partie la plus grasse du lait sauf si vous tirez votre lait (car le lait est alors beaucoup plus opaque). En effet, la composition du lait en graisses varie en fonction de la fréquence des tétées, du taux de drainage du sein, de l’efficacité de votre bébé au sein,…

Je vous propose donc de ne jamais vous occuper de la composition de votre lait, qui est toujours bon pour votre bébé.

Il y a seulement 2 exceptions à cela :

  • Le grand prématuré à qui on va systématiquement donner la partie la plus grasse du lait tiré pour augmenter ses apports caloriques.
  • Le bébé qui a très mal au ventre, des selles liquides, explosives, mousseuses et vertes, sans aucun grumeaux. Celui-ci a peut-être trop d’apports de lactose et pas assez de lactase pour digérer tout ce lactose.

Dans tous les autres cas, on ne se préoccupe pas de la composition du lait. Un bébé qui se nourrit avec beaucoup de lait de début de tétée prend très bien du poids. Le lait de début de tétée n’est pas de l’eau, il est calorique !

Donc si vous tirez votre lait, ce n’est pas la peine de l’observer à la loupe, il est bon et nourrissant pour votre bébé.

 

Lire des articles ou poser des questions en commentaire ne suffit pas à résoudre votre problème ? Savez-vous que vous pouvez prendre RDV pour une consultation avec moi ? N’hésitez pas à me contacter !

read more

meilleur biberonJe reçois de nombreuses questions sur le meilleur biberon à utiliser pour la transition avec le sein. Pas un mois ne passe sans que l’on ne m’envoie une question sur un nouveau biberon.

Je vous rappelle que ce que disent les publicités n’est pas à prendre au pied de la lettre : c’est un argumentaire pour faire vendre un produit. Ne croyez pas que les industriels ont à coeur de préserver votre allaitement, bien au contraire… Moins vous allaiterez et plus vous achèterez de biberons et de préparations pour nourrissons, plus vous serez rentable pour toutes ces marques !

Ne cherchez pas à ce que le biberon ressemble à votre sein car rien n’égalera jamais un sein. Dans la bouche du bébé qui tète, le mamelon s’étire (il est fait pour cela). Aucune tétine de biberon ne s’étire dans la bouche du bébé…

Il est donc important de choisir une tétine que l’on pourra placer au fond de la bouche du bébé, presque à la limite du palais osseux et du palais mou, là où le bébé amène le mamelon. Cela lui permet de déclencher un mouvement de langue vers l’avant.

Pour qu’une tétine puisse se placer aussi loin en bouche, il faut que le bébé puisse prendre la base de la tétine en bouche. Il faut donc que la base ne soit pas trop large, sinon, il n’y arrive pas et ne prend en bouche que la partie la plus fine de la tétine et place sa langue derrière la tétine en faisant un mouvement en piston. Si jamais votre bébé se met à reproduire ce mouvement au sein, c’est la catastrophe pour votre allaitement.

Il vaut donc mieux choisir, a priori, des tétines standard, à l’ancienne, comme celle que vous voyez sur la photo illustrant ce billet. De plus, ce sont les tétines les moins chères du marché.

Voici quelques marques (il y en a surement d’autres) :

  • Tex 3 vitesses (Carrefour)
  • Auchan Baby
  • Dodie col étroit 1er âge
  • Rémond NN 1er âge
  • Medela classique
  • Beaba

Mais si votre bébé prend un autre biberon et que tout se passe bien, ne changez rien !

Et pour vous, quel a été le meilleur biberon ?

Articles en rapport :

 

Lire des articles ou poser des questions en commentaire ne suffit pas à résoudre votre problème ? Savez-vous que vous pouvez prendre RDV pour une consultation avec moi ? N’hésitez pas à me contacter !

read more

courbe de poidsVous êtes nombreux à me poser des questions sur ce que mange votre bébé pour savoir si c’est suffisant ou non, adapté ou non,…

La meilleure façon de savoir si un bébé mange suffisamment reste de vérifier sa prise de poids. Mais par rapport à quelles références ?

Dans les carnets de santé français, les courbes de poids utilisées datent de 1979 et ont été établies par le professeur Michel Sempé, sur des cohortes d’enfants essentiellement nourris au biberon, à heure fixe avec des quantités prédéfinies d’une préparation pour nourrisson pas franchement adaptée à un bébé humain. Jusqu’à trois ans, la courbe de poids est la même pour les filles et les garçons. Elles ne reflètent pas la prise de poids normale d’un bébé allaité, à la demande.

L’OMS a conduit une vaste étude multicentrique menée de 1997 à 2003 sur 8500 enfants, entièrement allaités et en bonne santé, venant de milieux ethniques et culturels très différents, dans les pays suivants : Brésil, Etats-Unis, Ghana, Inde, Norvège et Oman.
Les résultats de cette étude ont permis d’établir des courbes de poids identiques pour toutes les régions du monde mais différentes pour les filles et les garçons. Ces courbes montrent que les bébés allaités prennent beaucoup de poids au cours des trois premiers mois.

Si l’on compare les courbes de l’OMS avec celle du carnet de santé, on s’aperçoit qu’elles ne sont pas superposables, ni pour les filles, ni pour les garçons.
Dans ce contexte, quelle courbe utiliser ? Puisque l’allaitement est la norme biologique de notre espèce, il est logique de considérer que les courbes de poids des bébés allaités doivent servir de référence pour tous les bébés, allaités ou non.

Je vous engage donc à télécharger les courbes de l’OMS, à les remplir avec les différentes prises de poids de votre bébé.

Courbes de filles :

Courbes de garçons :

Votre bébé a le droit de prendre plus de poids que ce que l’on attend s’il est uniquement nourri au lait maternel.
Par contre, il ne doit pas sortir de son couloir vers le bas.
Globalement, il doit rester dans son couloir. Si c’est un gros bébé au départ, il sera en haut de courbe alors que si vous avez un petit bébé, il restera en bas de courbe et tout cela est complètement normal. Tous les bébés ne doivent pas coller à la courbe verte !

Et vous, avez-vous utilisé les courbes de l’OMS ?

Articles en rapport :

 

Lire des articles ou poser des questions en commentaire ne suffit pas à résoudre votre problème ? Savez-vous que vous pouvez prendre RDV pour une consultation avec moi ? N’hésitez pas à me contacter !

read more

tire-allaitementMon petit garçon est né le 28 juin avec 3 semaines d’avance. Ce n’est pas grand-chose, mais pour nous ça a compté. Moi qui rêvait d’un accouchement naturel l’idée d’accoucher à la maison m’a souvent traversée l’esprit- sans péridurale, à terme, avec une première mise au sein à la demande, j’ai mis quelques idéaux de côté.
Nous arrivons à la mat’ suite à une fissure de la poche des eaux à 20h.
Positive au test du streptocoque B, je suis déclenchée à midi le lendemain et accouche finalement le surlendemain à 1h. Mon petit bonhomme doit avoir un prélèvement dans l’estomac avant même la première tétée (toujours à cause du streptocoque).

Si bébé cherche le sein dès le peau à peau, lors de la deuxième tétée, l’équipe soignante de la maternité remarque qu’il ne prend pas bien le sein. Après de multiples raisons évoquées (seins trop gros ou trop tendus, bébé fainéant ), c’est celle du frein de langue trop court qui est retenu. Il lui est donc coupé.

Néanmoins, dans la recherche de cause de la mauvaise prise du sein qui met plusieurs jours- on me propose un bout de sein pour plus de confort. Aaaaah ! lire un soulagement !- Oui ! Merci ! Mais non ! Mauvaise idée, bien sûr ! Car nous rentrons à la maison avec des tétées complètes munies du bout de sein. Ce qui doit arriver arrive : lactation moins bien stimulée, bébé reçoit moins de lait et se met en mode « économie d’énergie » (nous qui croyons alors qu’il commence à faire ses nuits !) et donc zéro prise de poids.

Pas de panique, il suffit d’enlever le bout de sein au milieu de la tétée pour re-stimuler la lactation ! Pas si simple quand petit roudoudou ne prend pas bien le sein. Dans ces heures un peu sombres de doutes et de culpabili -quoi ? Ce fameux sentiment de parent qui naît en même que les enfants et fait le yoyo avec nos nerfs : la culpabilisation !-, nous rencontrons notre première lumière : Adeline, sage-femme et consultante en lactation, nous propose de donner un complément de lait tiré au biberon. Et toujours à la demande, bien entendu. Petit biboundet n’a que 3 semaines et c’est risqué parce que le tire-lait ne stimule jamais aussi bien que la succion de bébé et la lactation n’est au « top » qu’à partir d’un mois ½ environ. Mais on tente le coup et, pendant quelques jours, on jongle entre tétées, tirages de lait, biberons.

Et ça marche ! Petit chouchou reprend du poids et Papa – Maman reprennent des couleurs ! Mais deuxième descente dans les montagnes russes des émotions : notre sage-femme libérale, Laurence, nous dit de manière très zen. Toujours !- que notre petit loulou boit autant de lait par le biberon que la moyenne qu’il est « censé » prendre à son âge. Peut-être ne prend-il pas grand-chose à mon sein.
Et c’est quoi la suite ?

C’est d’abord un épisode horrible de super-alternance pour stimuler à fond la lactation, que je n’ai pas du tout réussi.
La suite commence surtout par un dimanche midi : supermarché du coin, dernier jogging propre dans lequel je rentre, cheveux cracra mais surtout boule au ventre et larme à l’oeil : achat d’une boîte de lait bio, pour moins culpabili vous connaissez la fin
Mais surtout, la suite c’est l’organisation d’une salle de traite à la maison ! Je ne veux pas que mon bébé boive du lait de vache avant que je n’aie tout tenté finalement il en aura en moyenne 2 biberons sur 8 pendant 2 semaines et 1 par ci par là , lors des journées où bébé se transforme en glouton !
C’est ici que commence le tire-allaitement exclusif.

Armée d’un tire-lait de compèt’ (je l’ai su après, merci ma pharmacie), le Medela Lactina double-pompage, je tire alors mon lait environ 8 fois par jour pendant 30 minutes à 1 heure. J’obtiens difficilement 30ml par sein, et maxi 500 ml dans la journée.
Je ne fais que ça et, petit à petit, je deviens incollable sur la stimulation manuelle, les tire-laits simple ou double pompage, la stérilisation, les transvasements, ! Le sujet de l’allaitement me passionne et j’ai envie de tout connaître.

Aujourd’hui, mon petit boulot a 5 mois. Il ne boit toujours que mon lait en tire-allaitement. Je ne tire plus mon lait que 3 à 4 fois par jour, en maxi 30 minutes, pour obtenir entre 800 et 900 ml sur la journée.

Les mauvais moments et autres réflexions absurdes :
Une auxiliaire de la mat’ qui me pelote pendant des heures pour faire sortir mon lait au lieu de m’expliquer comment faire seule et en me disant que c’est son métier.
Le gavage de tisane d’allaitement et d’homéopathie à la mat’ pour aider une montée de lait qui sera finalement trop forte et rendra la prise de sein difficile. A noter que j’ai fait une grosse anémie et qu’il était normal que ma montée de lait se fasse plus tard.
Il faut réveiller bébé toutes les 4 heures.
Un médecin du 15 qui nous explique que si notre bébé a des coliques (il en a eu seulement avec l’allaitement mixte ) il faut le « rationner ».
Le lait maternel est moins nourrissant.
Il faut commencer la diversification assez tôt parce que mon lait n’a pas assez de fer.
« Jusqu’à quand vas-tu faire « ça » ? ».
Devoir tirer dans les toilettes du boulot avant de demander une salle et que la fameuse question « Ah ?! Tu tires encore ton lait ? » ne vienne tout gâcher.

Les moments de grâce :
Rencontrer Julie, auxiliaire et consultante en lactation, qui a tout mis en oeuvre pendant notre séjour à la mat’ pour que bébé prenne mon lait et qui a pris de nos nouvelles après la sortie.
Discuter avec Laurence, notre sage-femme, qui a toujours l’histoire « d’une dame » (comme elle dit), qui nous motive à continuer. Et se dire qu’un jour on sera peut-être « la dame » dont elle parlera à une autre maman.
Voir Adeline, sage-femme et consultante en lactation, sans bébé dans la crainte qu’elle « m’oblige » à le remettre au sein et s’entendre donner de précieux conseils pour poursuivre le tire-allaitement, notamment celui de lire le blog A tire d’ailes !
Tirer 1L sur une journée ! ça n’est arrivé que trois fois
Donner (pas beaucoup mais quand même) au lactarium et rencontrer Amandine.
Entendre de la nounou « ça, il l’aime le lait de maman ! ».
Etre soutenue par le père de son petit cul à la maison comme à l’extérieur, sans jugement, avec même, au fur et à mesure, la motivation grandissante que bébé ait du lait maternel le plus longtemps possible.
Le premier biberon de lait maternel, les yeux dans les yeux, et la certitude de faire ce qu’il fallait pour mon enfant.

Articles en rapport :

 

Lire des articles ou poser des questions en commentaire ne suffit pas à résoudre votre problème ? Savez-vous que vous pouvez prendre RDV pour une consultation avec moi ? N’hésitez pas à me contacter !

read more

Page 1 sur 191234510Dernière page »