• allaiter et travaillerQuel choix avez-vous fait au moment de la reprise du travail : sevrage ou poursuite de l’allaitement ? Pourquoi ?

J’ai repris le travail lorsque Maxime avait un peu plus de 5 mois. L’allaitement était bien installé. Je n’avais pas rencontré de soucis particuliers. En effet j’ai eu la chance, lors de cours de préparation à l’accouchement organisés à la piscine par 3 sages-femmes, qu’il y en ait une qui se présente comme spécialiste en lactation (certifiée IBCLC) travaillant dans une PMI proche de mon domicile (Sainte Geneviève des Bois). Elle m’avait proposé de prendre un rendez-vous avant la naissance pour discuter de l’allaitement et cela a été un point très positif pour moi. Ce premier rendez-vous m’avait permis de mieux me préparer et d’avoir également un numéro à appeler en cas de problème (ce qui est toujours très rassurant pour une future maman). Par la suite j’ai pris d’autres rendez-vous dans cette PMI avec la seconde consultante en lactation (puéricultrice) qui m’a permis de me rassurer dans les moments de doutes que j’ai pu avoir.
La poursuite de l’allaitement lors de ma reprise du travail, a été prévu avec les conseils d’organisation de cette consultante en lactation : allaitement mixte : tétée + lait tiré à la maison, lait en poudre chez la nounou.

  • Comment vous êtes-vous organisée ?

Je tirais mon lait le matin (bébé encore endormi) avant de partir au travail, et le midi sur mon lieu de travail. Je faisais une tétée le soir (au moment de son souper) et un dernier tirage plus tard dans la soirée.
Maxime buvait mon lait tiré le matin et en complément des tétées le weekend, puis progressivement en complément le soir aussi.
Maxime avait un rythme établit de 4 repas par jour (certains jours 5 tétées mais plus pour me rassurer que par envie de la part du bébé). Par ailleurs nous avons également commencé l’introduction des solides 15 jours avant. C’est un bébé qui a beaucoup aimé l’introduction des solides.

  • Quelles ont été vos principales difficultés ?

Lorsque l’on tire son lait, on voit les quantités … et je pense ne pas être la seule à avoir certains jours désespéré devant un faible tirage. Bon j’avoue mon côté scientifique (je suis ingénieure) m’a poussé à faire une courbe de mes tirages de lait. Ça m’a permis de relativiser en voyant comment sur le moyen terme les quantités restaient finalement stables (320ml / jour en moyenne). Par ailleurs l’allaitement mixte m’a permis de ne jamais avoir la pression sur les quantités. Dans les faits mon lait me suffisait à la maison de septembre à mi-décembre
La plus grosse difficulté à mes yeux a peut-être été d’accepter que mon fils à partir de ses 9 mois préférait le biberon au sein. J’ai souhaité profiter de 2 semaines de vacances à Noël pour le mettre à chaque repas au sein (chose que j’ai toujours maintenu les weekends), et il faut bien avouer que si oui il accepté de commencer par prendre le sein, il s’en désintéressait très vite et était soulagé et visiblement heureux quand le biberon arrivait ensuite. Suite à cela m’a décision a été prise je me suis dirigée vers un sevrage définitif tout au long du mois de janvier. Je me suis libérée progressivement de mon tire-lait (ça c’est la partie ultra positive du sevrage). La dernière tétée s’est faite finalement très simplement, j’étais prête, Maxime aussi (enfin lui depuis un bon petit moment en fait).

  • Quelles ont été vos points positifs ?

J’ai apprécié la salle de repos et d’allaitement mise en place dans mon entreprise pourtant très fortement masculine (je travaille dans la mine et la métallurgie). J’étais la seule à l’utiliser de septembre à décembre. Et en janvier savoir que deux nouvelles mamans en avaient également l’utilité m’a aidé, en leur laissant « ma place », à accepter le sevrage.

  • Quels ont été vos meilleurs moments ?

J’ai beaucoup apprécié la proximité créée par l’allaitement et le côté pratique lorsque l’on est en allaitement exclusif. Par exemple savoir que l’on a tout ce qu’il faut pour nourrir son bébé de trois mois en plein mois de juin (30°C ce jour-là) suite à un accident voyageur sur une grande ligne.

  • Qu’est-ce que vous souhaiteriez dire aux mamans qui doivent faire un choix dans les semaines à venir ?

Si possible rencontrer comme moi une spécialiste en lactation. Leurs conseils sont précieux, toujours bienveillants, et cela permet aux mamans de faire prendre des décisions éclairées qui leur correspondent, et ceux tout au long de leur allaitement.

  • Ce serait à refaire, vous referiez le même choix ? Que changeriez-vous ?

Je pense bien évidement allaiter mes autres enfants. Je pense ne pas changer grand-chose dans mes grandes décisions et continuer à avoir le soutien d’une consultante en lactation, et même refaire une séance avant l’accouchement pour me remettre dans le bain !

Articles en rapport :

 

Lire des articles ou poser des questions en commentaire ne suffit pas à résoudre votre problème ? Savez-vous que vous pouvez prendre RDV pour une consultation avec moi ? N’hésitez pas à me contacter !

read more
  • allaiter et travaillerQuel choix avez-vous fait au moment de la reprise du travail : sevrage ou poursuite de l’allaitement ? Pourquoi ?
J’avais réussi un allaitement exclusif jusqu’à la reprise alors c’est tout naturellement que j’ai souhaité continuer.
  • Comment vous êtes-vous organisée ?
J’ai acheté un tire-lait manuel puis, après l’avoir utilisé quelques fois à la maison pour constituer mon stock, j’ai compris que cela ne serait pas suffisant. J’ai donc investi dans un Medela swing maxi.
Le jour de la reprise, j’ai cru que mes seins allaient exploser avant la pause de midi où je comptais tirer mon lait ! J’ai cherché un coin tranquille pour tirer et j’ai trouvé une douche propre et inutilisée dans les vestiaires au travail. Apres le premier tirage je me suis dit que c’était bien long et compliqué j’étais un peu démoralisée. Puis j’ai croisé une collègue dans le couloir à qui j’en ai parlé (je savais qu’elle même avait allaité ses enfants) et elle m’a dit qu’elle avait tiré pendant 6 mois au travail. Je me suis dit pourquoi n’y arriverais-je pas ?? J’étais reboostée !!
J’ai tiré mon lait jusqu’aux 15 mois de mon fils ! Il a 2 ans 1/2 et je l’allaite encore matin et soir en co-allaitement avec ma fille de 3 mois.
  • Quelles ont été vos principales difficultés ?
Les jours de réunion ou formation : trouver une excuse pour s’échapper, ou pendant les déplacements à l’étranger. J’ai parfois tiré mon lait dans les toilettes d’aéroport ou les chambres d’hôtel pour le vider dans le lavabo ! Ça fait mal au cœur…
Je n’aimais pas non plus la phase de lavage en rentrant le soir mais il faut l’inclure dans une routine quotidienne.
 
  • Quels ont  été vos meilleurs moments ?
Voir mon fils grandir en échappant aux épidémies, les tétées de retrouvailles…. Avoir poursuivi l’allaitement suffisamment longtemps pour entendre mon fils me dire « hummmm ça sent bon les seins » en plongeant son nez dans mon décolleté ou me dire « il est pas bon le lait maman » en étant enceinte de 4 mois puis le voir reprendre le sein à pleine bouche.
J’adore aussi allaiter car tout est plus simple, parfois je vois les mamans avec des gros sacs pour transporter les boîtes de lait et les bouteilles d’eau je me dis quelle galère !! Sans parler du côté écologique, économique et des bénéfices santé indéniables.
Je suis aussi assez fière d’avoir montré à quelques collègues proches où je tirais mon lait au bureau car plusieurs l’ont fait ou le font encore depuis et on se motive mutuellement.
  • Qu’est-ce que vous souhaiteriez dire aux mamans qui doivent faire un choix dans les semaines à venir ?
Foncez, ne baissez pas les bras, ça vaut la peine. On veut toutes le meilleur pour nos enfants et je suis convaincue que c’est l’une des choses les plus faciles à faire. Entourez-vous des bonnes personnes pour réussir votre allaitement, ne vous laissez pas perturber par des messages déstabilisants ou négatifs. Écoutez votre corps et votre bébé, faites-vous confiance et dites-vous que la magie de l’allaitement vous récompensera. Les moments de partage avec vos enfants pendant l’allaitement n’ont pas d’égal.
Et faites confiance à la nature, le corps s’adapte ! Quand on arrête de tirer le corps régule… c’est incroyable à entendre mais vrai…
  • Ce serait à refaire, vous referiez le même choix ? 
Tirer son lait demande un minimum d’organisation, mais c’est tout à fait possible. Mon deuxième congé maternité se termine la semaine prochaine je vais donc recommencer les séances de tirage ! Cette fois j’ai constitué mon stock à la maison en faisant un tirage manuel je vais voir si j’adopterai cette méthode au travail ou si je recommencerai au tire-lait.
  • Que changeriez-vous ? 
J’aimerais pouvoir dire que je dois m’absenter 20 min pour tirer mon lait sans gêne… malheureusement je n’ai pas le sentiment que je pourrai le faire sans me sentir jugée. Mais je sens que les choses changent ! Mobilisons-nous pour faire de l’allaitement une banalité.

Articles en rapport :

 

Lire des articles ou poser des questions en commentaire ne suffit pas à résoudre votre problème ? Savez-vous que vous pouvez prendre RDV pour une consultation avec moi ? N’hésitez pas à me contacter !

read more
  • allaiter et travaillerQuel choix avez-vous fait au moment de la reprise du travail : sevrage ou poursuite de l’allaitement ? Pourquoi ?

Pour comprendre mon choix à la reprise du travail après la naissance de mon deuxième enfant, il faut revenir à mon premier allaitement lors de la naissance de ma première fille. A l’époque, sans doute moins à l’aise avec l’allaitement, moins informée, j’avais tenté un allaitement mixte qui a fonctionné tant bien que mal pendant 2 mois en plus des 3 mois d’allaitement exclusif. Pour Bounette n° 2, j’avais décidé de faire aussi bien et mieux si possible.

  • Comment vous êtes-vous organisée ?

J’ai demandé une ordonnance pour un tire-lait à ma gynéco dès mon rendez-vous post naissance. Elle m’a fait une ordonnance pour un an en me disant « après vous verrez », j’ai donc pu faire avant la reprise quelques réserves de lait que j’ai congelées.
La pédiatre de mes filles à qui je posais plein de questions m’a indiqué le blog de Véronique ou j’ai trouvé plein de conseils pratiques, d’astuces et surtout de témoignages motivants de mamans qui avaient repris le travail en continuant l’allaitement, je me suis donc lancée.

Je tirais du lait chez moi à l’heure du déjeuner (Oui j’ai la chance de pouvoir rentrer à la maison) et une fois dans l’après-midi au travail. Mes patrons m’avaient demandé de m’installer dans notre salle de réunion qui est un peu à l’écart des bureaux mais qui dispose d’un frigo, d’une fenêtre et qui se trouve tout près des toilettes, ce qui était très pratique pour le lavage de mains…

Les quantités de lait tiré étaient tout à fait correctes, en principe le sachet tiré le midi était destiné à la congélation et celui de l’après midi à la nounou pour le lendemain. Le reste du temps, c’est à dire le matin, le soir, la nuit (parfois!) et le week end, Bounette tétait.

Après la diversification à ses six mois, je n’ai fait plus qu’un seul tirage à l’heure du déjeuner, à la maison. Après son premier anniversaire, je ne tirais qu’un jour sur deux et j’ai éclusé mon stock de lait congelé et puis j’ai rendu mon tire-lait un an tout pile après sa location. Je crois que la pharmacienne avait oublié qu’elle me l’avait loué !!

  • Quelles ont été vos principales difficultés ?

Peut-être la gestion des stocks de lait, la nounou me tenait informée des quantités bues par SMS. Et puis trouver un moment pour tirer mon lait au travail, on se dit toujours j’irai après avoir fini ça et le temps passe et…

Également une certaine lassitude des tirages, je ne surprendrai personne en disant que le tire-lait ce n’est pas glamour et puis il y a la vaisselle, le rangement…Cela explique sans doute la baisse des quantités tirées sur le long terme.

  • Quels ont été vos meilleurs moments ?

Paradoxalement, les tirages de lait, pouvoir me dire que même si je n’étais pas avec ma fille, je pouvais lui laisser un peu de moi et puis bien sûr, pouvoir continuer à allaiter mon bébé de 3, 6, 9 ou 12 mois sans me poser de questions, en vacances, sur plage, dans la voiture.

Enfin, les commentaires positifs de l’entourage (j’ai oublié les commentaires négatifs !!).

  • Qu’est-ce que vous souhaiteriez dire aux mamans qui doivent faire un choix dans les semaines à venir ?

Continuer à allaiter en reprenant le travail demande de l’organisation et de la motivation, il faut savoir pourquoi on le fait, ne pas se mettre trop de pression, il ne faut pas que le tirage devienne une contrainte. Et surtout, quoi qu’il arrive ne pas culpabiliser, essayer c’est déjà génial…

  • Ce serait à refaire, vous referiez le même choix?

Oui!

  • Et le sevrage ?

Aujourd’hui Bounette vient de fêter ses deux ans et est toujours allaitée matin et soir et les jours où je ne travaille pas. Je commence à penser au sevrage mais je ne suis pas vraiment sure d’en avoir envie, j’aime ces moments câlins, surtout le soir et puis je crois qu’elle aussi. Pour l’instant je laisse faire le temps, on verra…je vous donnerai des nouvelles !!

Articles en rapport :

 

Lire des articles ou poser des questions en commentaire ne suffit pas à résoudre votre problème ? Savez-vous que vous pouvez prendre RDV pour une consultation avec moi ? N’hésitez pas à me contacter !

read more
  • allaiter et travaillerQuel choix avez-vous fait au moment de la reprise du travail : sevrage ou poursuite de l’allaitement ? Pourquoi ?

J’ai fait le choix de poursuivre l’allaitement. Mon fils avait presque 4 mois à la reprise, puisque j’ai pu cumuler des congés suite à mon congé maternité. J’ai aussi fait le choix de travailler à 80% pendant 6 mois. Ainsi, j’ai mis toutes les chances de mon côté pour pouvoir poursuivre cet allaitement. J’ai souhaité continuer car ça s’est toujours très bien passé de ce côté-là, depuis le début, sans difficulté particulière, J’aimerais aller jusqu’aux 6 mois recommandés par l’OMS, et pour la suite peut être passer en mixte.

  • Comment vous êtes-vous organisée ?

J’ai d’abord organisé les choses avec mon employeur : autorisation de l’heure d’allaitement, et recherche d’un local…ce n’a pas été chose simple puisqu’ils n’avaient jamais eu à faire face à cette demande ! On m’a donc d’abord dit non…je me suis alors tournée vers les représentants du personnel, qui m’ont mis à disposition leur local, ainsi les RH n’ont pas pu refuser ma demande ensuite de disposer de cette heure d’allaitement…
Ensuite, j’ai échangé mon tire-lait loué à la pharmacie du coin (trop vétuste, je tirais peu avec…) contre un autre beaucoup plus léger et performant, moins bruyant également.
J’ai récupéré des récipients adaptés d’une copine qui faisait des dons au lactarium, acheté un petit sac isotherme discret, et je me suis mise à beaucoup parcourir votre blog ou j’ai notamment récupéré l’astuce des téterelles à mettre dans un sac ziploc au frigo, qui me permet d’éviter la vaisselle sur mon lieu de travail ! Et oui, je préfère rester discrète…
Je tire donc 2 fois par jour, à 11h et 15h, et je dépose le lait chez le nounou en allant chercher le petit le soir.

  • Quelles ont été vos principales difficultés ?

Trouver un local au travail, hors de question de faire ça aux toilettes !
Mon petit est tombé malade (bronchiolite) 10 jours après ma reprise, ce qui m’a valu une belle baisse de lactation…Après une semaine d’absence pour être à ses côtés, à mon retour je tirais moitié moins qu’avant ! Heureusement j’avais un peu de stock congelé… Et j’ai relancé la machine en le faisant téter + utilisation de compléments alimentaires et enfin un peu de repos.

  • Quels ont été vos meilleurs moments ?

Alors comment dire… Les moments où je tire mon lait ne sont pas les meilleurs moments, mais c’est plus de me retrouver avec mon bébé le weekend « comme avant ». Je trouve ça chouette de continuer à le nourrir au sein même en ayant repris un rythme de vie différent.

  • Qu’est-ce que vous souhaiteriez dire aux mamans qui doivent faire un choix dans les semaines à venir ?

De faire comme elles peuvent, c’est déjà compliqué de revenir après un congé maternité assez long. Mais si vous avez un local, ça vaut la peine, au final ça ne me prend pas plus de temps que mes anciennes pauses clopes ! Le seul impact sur mon activité c’est par rapport aux déplacements, je me suis arrangée pour ne pas avoir à en faire pendant les 2 premiers mois de la reprise.

  • Ce serait à refaire, vous referiez le même choix ? Que changeriez-vous ?

Oui, même si dans les jours de fatigue ou de baisse de lactation, je suis parfois démotivée… Et beaucoup de gens ne comprennent pas mon choix…(et pourtant je n’ai prévu de le faire que jusqu’à ses 6 mois !).

Articles en rapport :

 

Lire des articles ou poser des questions en commentaire ne suffit pas à résoudre votre problème ? Savez-vous que vous pouvez prendre RDV pour une consultation avec moi ? N’hésitez pas à me contacter !

read more

la vie est farceuseVous avez tout prévu pour reprendre le travail dans les meilleures conditions : le meilleur tire-lait, comment le transporter, vous avez habitué votre bébé au biberon et votre employeur est d’accord pour que vous tiriez votre lait au travail, bref, vous avez TOUT prévu.

Sauf que la vie est farceuse et que le jour où vous reprenez le travail, votre bébé refuse subitement le biberon, vous vous rendez compte que même si vous avez le droit de tirer votre lait, vous n’en avez physiquement pas le temps (vécu notamment par un certain nombre d’infirmières), que votre nounou a parlé avec ses collègues et que finalement, elle ne veut plus avoir à gérer votre lait,…et j’en oublie surement.

Vous avez déjà remarqué que la vie ne se déroule pas toujours comme on l’avait prévue.

Pas de panique ! On peut toujours s’adapter aux imprévus et il n’y a pas qu’une seule façon de faire pour poursuivre l’allaitement à la reprise du travail.

Si vous vous rendez compte que tirer votre lait au travail est impossible, vous pouvez envisager de tirer votre lait à la maison. Vous pouvez également mettre en place un allaitement mixte.

Si votre bébé refuse brutalement le biberon, laissez lui le temps de s’adapter à cette nouvelle vie avec quelqu’un qu’il ne connait pas encore très bien. Il y a de fortes chances pour qu’il prenne le biberon dans les jours ou les semaines qui viennent.

Si votre nounou refuse votre lait, reparlez en avec elle pour comprendre ce qui la bloque. Le plus souvent les gens ont peur que ce soit compliqué de manipuler le lait maternel alors que c’est en réalité plus simple qu’une préparation pour nourrisson avec moins de risque de contamination du lait.

Bref, gardez l’esprit ouvert à de nouvelles solutions et restez zen…

Et vous, avez-vous du faire face à des difficultés de dernière minute ?

 

Lire des articles ou poser des questions en commentaire ne suffit pas à résoudre votre problème ? Savez-vous que vous pouvez prendre RDV pour une consultation avec moi ? N’hésitez pas à me contacter !

 


read more
  • allaitement et travailQuel choix avez-vous fait au moment de la reprise du travail : sevrage ou poursuite de l’allaitement ? Pourquoi ?

Au moment de la reprise du travail j’ai décidé de poursuivre l’allaitement tout simplement parce qu’il me semblait évident que mon fils devait bénéficier encore des bienfaits du lait maternel et en plus j’en avais énormément.

  • Comment vous êtes-vous organisée ?

L’organisation fut compliquée au début. Il a fallu demander à la crèche de coopérer. La directrice étant nouvelle accepta la chose, donc tout les jours j’apportais un biberon de lait que je tirais.
Je tirais également au travail. J’ai dû m’imposer pour pouvoir tirer mon lait car cela se faisait sur mon lieu de travail. Pour cela, la responsable de l’infirmerie m’imposa une heure afin de pas la déranger, j’ai accepté. Je n’avais pas le droit de laisser mon appareil sur place, ni d’utiliser le frigo : imaginez ! J’ai dû faire des aller-retour avec l’appareil et trouver  un système de froid pour la conservation. J’y suis allée au culot en demandant à la cantine de me conserver le lait jusque mon départ du soir, chose qu’ils ont accepté. Donc je laissais le lait avec le sac hermétique pour le transport.

  • Quelles ont été vos principales difficultés ?

Les difficultés furent :

  • la non compréhension du chef de service.
  • L’étonnement lors de ma demande d’un espace pour tirer mon lait.
  • La responsable de l’infirmerie qui, en tant que femme, ne soutenait pas la chose.
  • Toutes les porte m’étaient closes.

 

  • Quels ont été vos meilleurs moments ?

Mes meilleurs moment n’ont pas été des moments mais une fierté personnelle, face à tant de difficultés, d’avoir réussi coûte que coûte à maintenir mon allaitement .

  • Qu’est-ce que vous souhaiteriez dire aux mamans qui doivent faire un choix dans les semaines à venir ?

Pour les mamans qui doivent faire un choix dans les semaines à venir c’est de foncer. La loi est de leur côté, de bousculer les habitudes.

  • Ce serait à refaire, vous referiez le même choix ? Que changeriez-vous ?

Si c’était à refaire je referais le même choix, j’investirais dans un mini réfrigérateur et des coussinets plus absorbants.
Pour ma 2e, j’ai pris un congé parental total afin de profiter d’elle et pas avoir des seins pleins de lait et devoir attendre le soir.

Articles en rapport :

 

Lire des articles ou poser des questions en commentaire ne suffit pas à résoudre votre problème ? Savez-vous que vous pouvez prendre RDV pour une consultation avec moi ? N’hésitez pas à me contacter !

read more

Page 1 sur 4312345102030Dernière page »