Allaiter et travailler : le témoignage de Natalia

allaiter et travaillerJe suis Natalia, j’ai 30 ans. J’ai accouché de Valentina le lundi 9 Mai 2016 à 1h26 à la maternité de Longjumeau (91 – Essonne). Je n’ai pas su mettre ma fille au sein correctement, elle ne prenait pas bien vu mes mamelons très plats et je suis donc sortie de la salle d’accouchement avec un bout de silicone prêté par l’assistante de puériculture. Vu que Valentina prenait bien ainsi, j’ai demandé à mon mari d’en acheter afin de rendre celui que j’utilisais.

A cause d’une trop grande épisiotomie, je ne pouvais pas allaiter Valentina assise. L’allaitement se passait allongé, et il n’y avait pas de problème pour que Valentina se nourrisse. J’ai eu ma monté de lait le jeudi 12 mai. Valentina prenait bien le sein, mais toujours avec l’aide du bout de silicone.

Valentina été mise au sein à la demande, c’est-à-dire +/- toutes les 3 ou 4 heures. Cependant la sage-femme qui me suivait à la maison, a commencé à dire que Valentina ne prenait pas assez de poids, (+/- 15gr par jour), et nous a conseillé de donner un complément de lait artificiel. Mon mari et moi n’aillant aucune idée du poids qui doit être pris, avions décidé de le faire.

Je ne voulais pas du tout le lui donner, car je sentais que cela n’allait pas aider ma production. J’ai commencé à demander de l’aide autour de moi.

Bref, ce fut compliqué dès le départ.

J’ai réussi à me débarrasser des bouts de silicone vers les 2 mois de Valentina. J’avais acheté des plus petits et avec beaucoup de persévérance, je m’en suis débarrassé !!!

J’ai repris le travail le lundi 29 août, ma fille avait 3 mois et 3 semaines. La mise au sein continuait à la demande, mais presque toutes les 4 heures.

  • Quel choix avez-vous fait au moment de la reprise du travail : sevrage ou poursuite de l’allaitement ? Pourquoi ?

Bien entendu je voulais continuer à allaiter.

Mes horaires sont 7h – 15h. Je me lève tous les matins à 5h pour partir de chez mois vers 6h.

  • Comment vous êtes-vous organisée ?

J’ai demandé mon heure d’allaitement journalière, et j’essayais du mieux que je pouvais de tirer mon lait. Au début aucun local n’a été mis à ma disposition, j’étais obligé de tirer mon lait dans les wc. Après j’ai demandé la clef de la salle de réunion, mais comme elle est constamment occupée, je ne pouvais pas tirer à l’heure que je « devais ».

Je donnais le sein vers 4h30, puis je tirais vers 8h. Je donnais à nouveau le sein à 12h et vu que je termine à 15h, je pouvais déjà mettre ma fille à nouveau au sein pour la tétée de 16h.

  • Quelles ont été vos principales difficultés ?

Tout été assez bien calculé pour continuer à allaiter sans problème. Je buvais beaucoup d’eau, je m’alimentais bien et sainement, et je prenais même des tisanes d’allaitement pour m’aider à la monté de lait. Mais la production a commencé à diminuer. Au début je tirais +/- 170ml , mais très vite je tirais de moins en moins. De 170ml je passe à 10ml en 4 semaines… … j’étais terrifiée et terriblement triste. Je ne satisfaisais plus ma fille. A chaque fois que je la mettais au sein, elle tétait 2 minutes et après elle hurlait. Je changeais de sein. Elle tétait 2 minutes, puis hurlait. Je changeais à nouveau, et à nouveau, et à nouveau. Je ne sentais plus les montées de lait… … Je donnais donc un biberon de LA…

Je pleurais tous les jours, jour et nuit. Je prenais des vitamines vendues en pharmacie, je buvais plus de 3 litres d’eau par jour… … mais plus de lait !!!

Début octobre, ma fille ne tète plus du tout, rien qu’à l’approche du sein elle pleure. Ce fut une déchirure beaucoup trop violante pour moi !!!

  • Qu’est-ce que vous souhaiteriez dire aux mamans qui doivent faire un choix dans les semaines à venir ?

Mon seul conseil : entourez vous des personnes les plus qualifiées, et faites vous confiance !!!

Je vous ai découverte, grâce à ma kiné, mais il été déjà beaucoup trop tard.

Une chose est sûre, la prochaine fois, je n’écouterais que mon cœur, et je prendrai contact avec vous dès que la moindre difficulté se présente à moi.

Malgré tout, mes meilleurs moments sont sans doute lors que ma fille s’endormait paisiblement encore au sein.

Articles en rapport :

 

Lire des articles ou poser des questions en commentaire ne suffit pas à résoudre votre problème ? Savez-vous que vous pouvez prendre RDV pour une consultation avec moi ? N’hésitez pas à me contacter !

2 Comments

  1. Bonjour,
    à vous lire j’imagine que c’est votre premier enfant. Moi aussi j’ai été confrontée aux difficultés de cet univers inconnu qu’est l’allaitement, sans conseils avisés autour de soi. J’ai tenu 6 mois en mixte pour mon premier bébé, c’est là qu’il n’a plus voulu du sein, il hurlait tout comme votre fille, et j’ai compris mes erreurs par la suite…
    J’ai accouché en Décembre 2015 de mon deuxième garçon (à l’hôpital d’Arpajon – Essonne), les difficultés ont été grandes pour cet allaitement également, je suis passée aussi par l’allaitement mixte, mais quelques semaines seulement car cette fois j’ai demandé de l’aide à des personnes compétentes et je me suis accrochée, je suis donc rapidement revenue à l’allaitement exclusif. Mon bébé a maintenant 17 mois et il tête toujours goulûment, ne boit que mon lait (même s’il mange des laitages aux repas) et je suis fière du chemin accompli.
    C’est difficile de se sentir en échec, mais il faut se déculpabiliser, on ne peut pas tout connaître dès le départ et les erreurs nous aident à avancer et à devenir plus forte. Je vous souhaite de trouver la paix face à ce sevrage beaucoup trop brutal, je vous comprends totalement et vous envoies toutes mes ondes d’apaisement et de réconfort. Le principal c’est que votre puce soit en bonne santé et que vous partagiez un véritable amour mutuel. La suite n’en sera que meilleure !

  2. Clara

    Bonjour Natalia, je suis vraiment désolée pour vous ! Ce témoignage m’a rendue bien triste pour vous.
    Je comprends parfaitement ce sentiment de déchirement que vous avez pu ressentir… Mais, même si on ne peut pas revenir en arrière, il faut vous persuader que vous avez fait tout ce qui était possible à ce moment-là pour votre fille. Vous ne pouviez pas faire mieux. Ça n’a pas marché, ce n’est pas de chance, vous n’étiez pas bien entourée et vous n’aviez pas les connaissances qu’il fallait. Mais vous ne pouvez rien vous reprocher. Et votre fille sait que vous avez fait le maximum pour elle. C’est ce qui compte. Pour le 2ème bébé, il y plein d’erreurs qu’on ne fait plus, et qu’on regrette amèrement pour le 1er, parfois pendant des années… Alors que ça ne sert à rien, c’est comme ça. Je suis entièrement d’accord avec lepetitpoussin ! J’ai beaucoup de regrets pour mon 1er garçon, qui n’ont rien à voir avec l’allaitement. Pour mon 2ème, qui a 16 mois maintenant, il y a beaucoup de choses que je ne conçois plus du tout comme avant ! En tout cas, la vie fait avancer… Et pour votre fille, pour qu’elle se sente bien, je vous souhaite de vous sentir mieux et de trouver l’apaisement que vous méritez.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *