Allaiter et travailler : le témoignage de Sandrine

J’ai 2 enfants qui ont aujourd’hui 4 et 2 ans. Pour les deux, j’ai eu la chance de pouvoir prendre 3 mois de congé parental à temps plein pour pouvoir mener mon allaitement exclusif tranquillement. A ma reprise (mes enfants avaient 6/7 mois), ils étaient diversifiés et n’avaient plus besoin de mon lait en journée.
J’ai tiré un peu mon lait jusque vers 9 mois, juste pour entretenir ma lactation.
Mon entreprise me mettait à disposition l’infirmerie, libre entre 12 et 14 heures afin de pouvoir tirer mon lait dans de bonnes conditions.

Rien de bien extra-ordinaire là -dedans …
Là où je voulais plutôt témoigner concerne un séminaire auquel j’ai participé.
A l’époque j’étais cadre dans un groupe européen et je faisais partie d’un groupe de jeunes cadres à haut potentiel. Nous suivions des séminaires de formation au management de 3 jours dans différentes filiales en Europe tous les 4/5 mois.
L’une des sessions avaient été programmée environ 6 semaines après la naissance de mon fils. Bien qu’en congé maternité, j’ai souhaité participer quand même à cette session, d’autant plus qu’elle avait lieu en France, pas très loin de mon domicile (coup de chance !).
Je connaissais le formateur et je lui ai demandé s’il acceptait que je vienne avec mon fils (de 6 semaines donc). Il a accepté après accord des autres membres du groupe. J’avais beaucoup échangé avec le formateur (nous l’avions eu lors d’une autre session : il est hollandais et sa femme allemande et je savais son approche des enfants proche de la mienne).

J’ai ensuite informé mon DRH … qui a été très surpris. Des réunions ont été organisées au plus haut niveau de la société afin de savoir si cela pouvait ou non être validé … et cela l’a été !
J’ai donc suivi ce séminaire avec mon fils de 6 semaines en écharpe et allaité. Les 3 jours se sont extrêmement bien passés, mes collègues étaient ravis d’avoir un petit bout de chou à câliner…
Aucun d’eux n’a été choqué de l’allaitement (il faut dire qu’ils étaient tous allemands, hongrois, bulgares, italiens, … tous pays où l’allaitement est beaucoup plus « dans la norme » que chez nous).

Merci à Sandrine pour ce témoignage !

Articles en rapport :

 


4 Comments

  1. Clara

    C’est vraiment intéressant et cela donne de l’espoir pour l’avenir de l’Europe !
    Cela prouve bien que lorsqu’on est motivée par son travail et soutenue par ses supérieurs hiérarchiques,
    l’allaitement n’est pas une entrave au bon déroulement des choses, bien au contraire.
    Mais au départ, avoir envie de suivre un séminaire 6 semaines après avoir accouché est aussi une belle preuve de motivation, je trouve cela magnifique de part et d’autre : bravo à la DRH d’avoir montré autant de compréhension , et bravo à toi d’avoir montré l’exemple !
    La France va peut-être rattraper son retard dans ce domaine un jour… Oui l’allaitement n’est pas in compatible avec le travail et je suis persuadée que l’on est plus motivée et rassérénée lorsqu’on est en accord avec soi-même.Donc plus performante ! (mais je n’aime pas ce mot si à la mode…)

  2. Sibylle

    Je rejoins Clara dans son analyse. Voilà une entreprise qui sait entendre les besoins de ses salariés et faire preuve d’une souplesse et d’une ouverture d’esprit à la hauteur de ses « hauts potentiels » ! Avec une superbe photo en prime !

  3. Julie

    Ce genre de ttémoignage fait du bien et montre bien que l’allaitement n’impose pas de mettre de côté sa vie professionnelle… A condition que l’employeur ne soit pas buté !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *