Allaiter et travailler : le témoignage de Perrine

J’ai trois enfants. Ils ont aujourd’hui 8 ans, 6 ans et 15 mois.

Pour chacun j’ai repris le travail (à temps plein) tout en poursuivant l’allaitement.

J’ai un tire-lait manuel (Avent) qui ma été offert par mes collègues de travail après la naissance de mon premier enfant. Et à la reprise du travail pour mon 3° enfant j’ai loué un tire-lait électrique double pompage (Symphonie de Medela).

Pour n°1 et n°3, qui ont accepté le biberon, la période où ils ne dépendaient que de moi pour leur nourriture en journée fut courte : dès la découverte de la nourriture solide ils ont refusé le lait autrement qu’au sein.

Mon 2° enfant n’a par contre jamais accepté le biberon. Cet enfant préférait m’attendre la journée et se rattraper lorsque nous étions ensemble.

Donc pour mes trois enfants la période ou j’ai eu besoin de tirer mon lait fut assez courte.

Personnellement j’ai trouvé la période où l’enfant dépend entièrement de la quantité de lait tiré pour son alimentation en journée assez stressante. Ensuite dès que l’enfant ne dépend plus que de nous et qu’il peut s’alimenter autrement la pression s’allège considérablement. Si la quantité de lait tirée est un peu limite ce n’est pas grave, la nourriture solide lui apportera le complément nécessaire.

Et puis ensuite la période où on peut ranger définitivement le tire-lait c’est chouette aussi, des contraintes en moins.

J’ai ensuite continué à allaiter mes enfants bien au-delà de l’arrêt du tire-lait. Personnellement continuer d’allaiter m’a aidé à reprendre le travail.
Savoir que mon enfant aurait mon lait en journée, c’était réconfortant. Sentir la présence de ce lien entre nous, même si nous étions séparés dans la journée, c’était réconfortant.
Et pour l’enfant c’est réconfortant aussi de savoir que ce lien perdure.

Je constate aussi que pour déposer mon enfant à la crèche c’est plus facile. Après une petite tétée il est prêt et confiant pour aller retrouver les autres enfants et passer une bonne journée.
Et les tétées de retrouvailles sont des moments vraiment chouettes, c’est la pause après le travail, le sas entre le bureau et la maison (et les tétées de retrouvailles après une semaine de déplacement c’est encore plus chouette).

C’est un choix que j’ai fait trois fois et si c’était à refaire je le referais sans hésiter.

Aux autres mamans je dirais de tenter si ça vous dit. Oui allaiter et travailler c’est possible alors si vous le souhaitez foncez.
Je dirais aussi que la période un peu galère coté organisation avec le tire-lait et les quantités à fournir, ça ne dure pas, alors ça vaut le coup de s’accrocher.
Et puis allaiter en travaillant c’est comme l’allaitement en général : plus on avance dans le temps, plus l’enfant grandit, plus c’est facile.

Articles en rapport :

 


9 Comments

  1. working mom

    je me retrouve totalement dans ton expérience, même si pour moi c’est bébé n°1. Et je suis justement dans la période où les tirages ne sont plus nécessaires, adieu tire-lait, ne reste plus les tétées retrouvailles et les tétées week-end, le rêve! Ca valait le coup de continuer l’allaitement après la reprise du travail!

  2. Armelle

    Je me retrouve, ma première n’a jamais accepté le biberon non plus… j’avais trouvé l’astuce d’une autre maman sur le net (merci les témoignages) pour faire des « flans » de lait maternel qu’elle prenait à la petite cuillère…

    A faire avec de la gélatine (tant pis !) car l’agar agar demande à être trop chauffé et détruit la plupart des nutriments du lait maternel…

  3. Geraldine

    @ Armelle: sinon l astuce c est de diluer l agar agar ds un peu d eau et de faire bouillir l eau. Faire rechauffer le lait et rajouter le melange eau/agar agar. C est sur que le lait est un peu coupe mais je pense qu il garde toutes ses qualites.
    @ Perrine: a quel moment avez vous cesse le tire lait? Seules les tetes ont suffit à maintenir la lactation?
    Bonne journee!

  4. Perrine

    Bonjour,

    L’arrêt du tire-lait :
    Pour n°1 : vers 8-9 mois.
    Pour n°2 : vers 11 mois avec des tirages ponctuels jusque vers 14 mois
    Pour n°3 : vers 9 mois.
    A chaque fois l’arrêt du tire-lait a correspondu à divers facteurs convergents :
    1 : le bébé ne prend pas (ou plus) de lait en journée
    2 : le bébé mange suffisamment de solides pour remplacer 1 à 2 repas (donc n’est plus dépendant uniquement du sein pour sa nourriture)
    3 : j’ai intégré l’info et je réalise qu’il est temps de passer à l’étape d’après (pas toujours facile pour les mamans de suivre le développement de leurs enfants, ils ont une capacité d’évolution bien plus grande que la notre !)

    Pour les 3 l’arrêt du tire-lait s’est fait après l’introduction des solides, donc leurs besoins en lait ont sensiblement diminués, et donc la lactation à suivi. Cette adaptation de la lactation suffisait pour que je puisse me passer de tire-lait une journée complète de travail.
    Les tétées (matins, soirs, nuits, w-e) ont largement suffit à entretenir la lactation et à assurer les besoins des enfants pour encore longtemps.

    L’arrêt du tire-lait s’est à chaque fois fait progressivement mais sur un temps assez court finalement. En 4-5 jours ça suffit. Techniquement ça veut dire que pendant 4-5 jours les horaires de tirage sont décalés par rapport à d’habitude (ex : tirage habituel vers 11h et 16h, puis tirage vers 14h, puis tirage vers 16h, puis arrêt du tirage, tout en modulant en fonction de l’état d’engorgement des seins).
    Mais là aussi chaque femme est différente, et chacune aura une façon de faire différente, de gérer cette phase de transition.

  5. Geraldine

    @ perinne: merci pour la description et les conseils precis. Mon petit a 10 mois et demi et s il pouvait se passer di bib la journee il le ferait! Il est bien diversifie et mange bien du coup je songe à remplacer le bib de mon lait par un laitage pr respirer un peu et ne plus avoir à tirer la journée. C est clair qu il faut suivre et c est pas tjs evident! Merci encore.

  6. Perrine

    @Géraldine, oui c’est une bonne idée de remplacer le biberon par un laitage.

    Pour mon 1° il ne voulait pas de yaourt, petit suisse etc… Finalement on a trouvé qu’il aimait le fromage de chèvre. Alors c’est ce qu’ils lui donnaient à la crèche.
    Maintenant il ne faut pas oublier que l’allaitement ne s’arrete pas, loin de là . Alors les enfants ont quand meme beaucoup de lait.

    D’ailleurs si la creche donnait du fromage de chevre à mon fils, c’était surtout pour rassurer le personnel de la creche, moi je savait qu’il avait tout le lait necessaire au sein…

  7. Geraldine

    @Perrine: merci pour vos reponses!

  8. Nadia

    @ Perrine: merci pour ton temoignage et les explications très détaillées. Pour moi tout ça tombe à pique – c’est super instructif et rassurant. J’ai encore deux petites questions. Le we tu donnais les tétés comme avant l’arrêt des tirages? Ou tu réduisais quand même le nombre de tétés. Bref, comment tu gérais les « différences de rythme » entre we et semaine? Par ailleurs, tu dis que tu continuais les tétés we ET nuits (!). Rajoutais-tu une tété avant de te coucher ou ce sont tes enfants qui se réveillaient la nuit?

    Perso j’ai envie de passer de deux tirages (à peu pret aux mêmes horaires que toi) à un seul vers 14h. Et du coup faire la même chose le we: ne donner que tu solide pour le gouter et faire une grosse TT le soir, quitte à la faire en 2(3?) fois: avant et après le bain. Mon fils aime quand le lait vient à profusion et la tt de 16h à tendance à me stresser car il s’enerve vite le gros goulu, va d’un sein à l’autre en ralant avant que je lui donne le goyter en solides. Mais en même temps je sais que plus de tt = plus de lait. Bref, je cherche à alleger la gestion du lait et des tétés mais continuer à allaiter. D’ailleurs pour les nuits c’est également le grand paradoxe: depuis une semaine il ne se réveille pas. J’en suis ravie: enfin retrouver des nuits complètes (j’ai le sommeil assez fragile et des fois j’ai du mal à me rendormir) c’est juste super. Mais pour l’allaitement ce n’est pas forcèment qu’une bonne nouvelle. Comme tu dis, les enfants s’adapten plus vite et plus facilement. Les grosses questions existentielles sont pour nous les adultes!

    Encore merci!

  9. @Perrine : merci de nous faire partager ton expérience ! J’allaite ma fille d’un an. J’ai les mêmes tire-lait que toi. Je tire encore mon lait 2 fois par jour : ma fille accepte de boire mon lait au biberon à la crèche (environ 300-400ml/jour) et aussi parce que je suis stressée à l’idée de réduire le tirage et de voir ma lactation se tarir… Elle tète aussi à volonté le soir, la nuit et le week-end. C’est donc bien de lire qu’on peut allaiter en ne tirant plus pendant les journées de travail à la longue !
    Je suis épatée, tu parles d’une semaine de déplacement suivie d’une tétée de retrouvailles ! Tirais-tu ton lait sur ce laps de temps de séparation pour entretenir ta lactation (et si oui, à quelle rythme ?) ?
    A partir d’août (ma fille aura 16 mois ), je devrai changer d’organisation avec 2 heures de transports en commun au quotidien pour aller travailler sans possibilité de tirer mon lait en journée. Elle ira à la crèche plus longtemps, les séparations seront plus longues (7h45-18h45, 5 jours par semaine), et je m’interroge sur mes capacités de lactation dans ces conditions plus difficiles, avec plus de stress et de fatigue… Quels étaient tes temps de séparation sur tes journées de travail sans tirer ton lait ?

    @Armelle : tu auras peut-être toi aussi des retours d’expérience qui pourront m’être utiles ?

    Merci en tout cas à toutes les deux de montrer que c’est possible !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *