Allaiter et travailler : le témoignage de Fraisouille63

Mon fils est né avec 3 semaines d’avance dans un bon contexte : maternité qui aide à l’allaitement, j’étais confiante. Le démarrage s’est bien passé avec quelques petits soucis liés à une infection pour le petit et donc une grande fatigue pour lui qui s’endormait au sein.
J’ai fait connaissance avec un premier tire-lait, qui se branchait au vide de l’hôpital et qu’il fallait actionner manuellement. Pouah quelle nullité ce truc !

Le retour à la maison s’est bien déroulé, de bonnes tétées, plutôt fréquentes, pas de crevasses, pas de soucis. Le petit a bien grossi : impeccable.

J’ai pu obtenir un arrêt complétaire d’un mois et j’avais gardé tous mes congés (c’est mon premier, j’ai pu me permettre cela). J’ai donc repris le chemin du travail pour ses 5 mois, alors qu’il démarrait la diversification (je suis informaticienne, je travaille dans des bureaux).

Comme j’ai un gros terrain atopique, et qu’il avait déjà de l’eczéma depuis ses 2 mois, je ne me suis pas posée la question et j’ai souhaité tirer mon lait plutôt que de lui en donner de l’industriel.
Mon patron étant lui aussi père d’un allergique alimentaire il connait les bienfaits du lait maternel. Il m’a donc laissé faire comme je le souhaitais.

J’ai donc commencé à tirer mon lait deux fois par jour dans la salle des archives, pour que mon fils aie des bouillies avec (il n’a pas aimé le boire au biberon). Je pensais que la situation serait temporaire, mais nous avons établi une corrélation entre mon alimentation et les poussées d’eczéma de mon fils. Nous en sommes arrivés à constater une allergie aux oeufs et au lait (très fort urticaire de contact). Adieu les prévisions d’introduction de lait !

J’aurais pu choisir un lait spécial pour enfants allergiques, mais lequel ? Il s’est avéré compliqué de choisir sans risquer une autre allergie (un peu long à expliquer ici) alors avec la pédiatre nous avons choisi de poursuivre avec mon lait.

Bilan : cela fait 6 mois que je tire mon lait deux fois par jour au boulot …

J’ai de la chance, j’ai un patron compréhensif, et un bon tire-lait. J’ai le Symphony de Medela, il est super doux et parfaitement silencieux. Je prend mon téléphone fixe avec moi et je peux répondre aux clients sans qu’ils ne se rendent compte de quoi que ce soit.

Mais tout cela est très lourd et commence à me peser.

– Déjà les vaisselles : laver, laver et encore laver. Je me suis bousillée mes mains d’eczémateuse, je mets désormais des gants (super glamour au boulot,les gants rose !)

– Ensuite le temps passé : 45 minutes par jour (en étant super rodée), que mon patron me paye malgré tout (merci, et même si mon fils a maintenant plus d’un an !).

– La gestion du lait : chaîne du froid, transmission à la nounou, congélation du lait selon sa prochaine utilisation … compliqué !!

– Enfin les déplacements : le site internet qui me loue le Medela a accepté de me prêter en plus un petit tire-lait double pompage à pile, pratique mais moins doux. J’évite au maximum les déplacements mais j’en ai fait quelques uns : tirer son lait à l’hôtel, dans le train, chez le client … pfiou encore de sacrés aventures :-).

J’ai fait ce qui me paraissait le mieux pour mon fils, mais maintenant j’en ai marre, et j’attends avec impatience le rendez-vous avec un pédiatre allergologue pour trouver quel lait lui donner en journée. Je ne souhaite pas arrêter d’allaiter, mais juste arrêter de tirer mon lait.
Cela sera une grand bouffée d’air !

En tout cas il existe encore des entreprises où il fait bon tirer son lait. Mes collègues ont été interpellés mais compréhensifs, la salle des archives a été rebaptisée « laiterie » et une autre collègue m’a emboîté le pas, visiblement rassurée, pendant quelques mois. Il ne faut pas hésiter à rappeler à nos responsables les bénéfices du lait maternel, et à se procurer un bon tire-lait silencieux.

Je ferais bien un peu de pub d’ailleurs pour le site où je l’ai loué, car dans ma région je n’aurais jamais pu avoir le Symphony. C’est le site Grandir Nature. Je pense que pleins de mamans seraient heureuses de savoir que ce genre de système existe.

Mise à jour :

En ce début février mon fils a 15 mois … et je tire toujours mon lait. Nous avons bien obtenu un lait spécial, à base de riz, mais au final ce n’est pas le produit miraculeux dont je révais. Pas de lactose dans les laits pour allergiques ! Et les études montrent que 40% des allergiques au lait finissent intolérants au lactose. Ça plus le risque, avec juste 2 tétées par jour, de voir mon lait se tarir, et nous avons décidé de continuer les tirages. Enfin il y a quand même 2 grosses avancées : je ne tire plus qu’une fois par jour à 13h30 (plus d’impact sur mon travail) et même si j’ai de petites quantités je peux toujours compléter avec le lait en poudre (un gros stress en moins).
Voilà , jusqu’à quand cela durera, je ne sais pas ! Mais pour le moment c’est ainsi et je fais avec. Heureusement les agréables tétées contrecarrent ce fichu tirage 🙂

Articles en rapport :

 


17 Comments

  1. J’ai aussi un enfant avec allergies alimentaires (lait, blé, soja, etc…) et j’ai arrêté de tirer vers 13-14 mois car il ne voulait plus de mon lait si tiré.
    Il prenait chez la nounou de la viande + féculents + légumes le midi et des compotes à 16h et sa courbe a toujours été très bonne car il se rattrappait à la maison matin, soir (et la nuit, ces enfants dorment souvent mal…).
    Le plus important ce sont les protéines donc la viande. Cela dit, ça dépend combien de temps ton enfant reste chez la nounou et de son rythme. En tout cas, bon courage pour la suite et je te recommande le forum http://rgoetallergie.forumactif.fr/ où il y a beaucoup de mamans qui allaitent leurs enfants allergiques et qui est très bien.

  2. Renarde

    Très bon courage à toi Fraisouille, c’est vrai que tirer son lait n’est pas l’activité la plus sympa qui soit….! (moi aussi j’avait trouvé cela tellement ch**** !)

  3. Fraisouille63

    @Eole : merci pour le forum, je vais aller y faire un tour. Pas de pb de courbe pour nous, et le petit n’a jamais aimé boire mon lait au bib donc il l’a en bouillie avec des céréales … Mais visiblement ce n’est pas possible pour toi ! Bon courage !

    @Renarde : et encore je peux surfer sur internet sur mon tel pendant les tirages ! 😉

  4. Vervaine

    il va bien falloir un jour que j’écrive un témoignage…
    Comme je te comprends !!! Cela fait maintenant 9 mois que je tire mon lait et j’en ai marre ! Mais à chaque fois que je pense arrêter, cela ne se passe pas comme prévu ou je me dis que allez, encore qq temps. Des témoignages comme le tien aident à tenir le coup. Merci et bravo!

  5. Merci pour ce témoignage, ici on ne sait pas encore exactement où on se situe (« simple » intolérance au lactose ou allergie au lait), donc on tâtonne, et en attendant le tirage de lait commence à me peser…
    Ca aide de lire comment d’autres se débrouille avec tout ça !

  6. Fraisouille63

    Mouarf, deverait-on monter un club des « longues tireuses » ? 🙂

  7. Fraisouille63

    oulala « devrait » !!

  8. Quel beau témoignage et quel courage! C’est vrai que c’est pesant le tire-lait, mais là c’était une question impérative de santé! Bravo.

  9. Fraisouille63

    Et voilà , c’est arrivé : j’ai arrêté de tirer mon lait depuis la semaine dernière ! Et pour le moment je ne vois pas de différence de « production » pour les tétées du matin et du soir. Il y a toujours du lait ! Peut-être ai-je atteint une « vitesse de croisière » … quoi qu’il en soit pour le moment je garde les tire-laits sous la main. Mais si mon fils peut continuer à avoir mon lait sans que j’aie à le tirer … c’est parfait !

    A suivre !

  10. Fraisouille63

    Me revoilà pour donner des nouvelles 🙂
    Je m’apprête à renvoyer mes tire laits ! Non pas que notre allaitement est terminé, mais désormais mes mains suffisent !
    J’ai découvert au cours d’un épisode de maladie de mon fils que désormais utiliser un tire lait était douloureux et peu productif, alors que l’expression manuelle fonctionnait mieux.
    En cas de déplacement je n’ai qu’à m’enfermer aux toilettes avec un gobelet en plastique et en 30 minutes le tour est joué ! C’est épatant, une fois le coup de main pris, de voir comme c’est facile, et même plutôt rapide 🙂
    J’en profite pour poser une question qui me travaille. Les différents articles sur le sujet de la lactation automatique (et les débats sur l’utilisation correcte ou incorrecte de ce terme) recoupent tous une info : il y a un moment où ce ne sont plus les hormones qui entrent en jeu. Mais l’aménorrhée dont je bénéficie encore (rah comme c’est chouette), elle n’est pas d’origine hormonale, elle ?

    Voilà , merci 🙂

    • @Fraisouille
      Merci pour ce témoignage de tirage manuel !
      Les hormones de l’allaitement, essentiellement prolactine et ocytocine ont des taux très hauts après l’accouchement. Puis ces taux diminuent au cours du premier mois. Mais ils restent toujours supérieurs aux taux des femmes qui n’allaitent pas. Et ces taux relativement bas sont suffisants pour bloquer l’ovulation.

  11. Fraisouille63

    La nature est quand même chouette quand elle veut 🙂

  12. Fraisouille63

    Nous sommes en avril 2013, et j’ai toujours le plaisir d’allaiter mon fils. Pas de contraintes, c’est le matin et le soir, et on saute même les fois où il a mangé du poisson. Il a très bien compris que si il avait mangé du saumon, cela grattait Maman ! (je suis allergique …)
    Ce maintient simple de l’allaitement est la plus belle récompense de tous ces mois de galère à tirer mon lait, je suis intimement convaincue que d’avoir maintenu un bon rythme aussi longtemps a en quelque sorte « figé » ma production de lait.
    Par contre cela fait 4 mois que je ne bénéficie plus de l’aménorrhée … dommage 🙂

  13. Fraisouille63

    Haha nous sommes en 2015 et ce n’est pas rien de relire tout cela … Notre « grand » garçon a maintenant une petite soeur. L’allaitement pour lui s’est arrêté peu après ses trois ans, simplement et naturellement. Quand à ses allergies elles semblent avoir baissé voir disparu, nous le saurons bientôt avec des tests de réintroduction qui vont être réalisés en milieu hospitalier. La petite nouvelle qui va avoir 2 mois est allaitée, et cela se passe bien, même si nous avons pris de mauvaises habitudes côté ouverture de bouche et j’ai des crevasses régulières !
    J’ai déjà mon Symphony, et la boîte pour laquelle je travaille (j’ai changé depuis) encourage l’allaitement : tirage possible à l’infirmerie, crèche d’entreprise qui accepte le lait maternel et autorise même les visites à la pause déjeuner pour allaiter ! Je reprends en septembre, histoire d’approcher le plus possible du début de la diversification et de pouvoir, comme pour mon fils, envisager des bouillies au lait maternel plutôt que des biberons si la petite loupette ne les veut pas. A suivre donc, j’enverrais probablement un autre témoignage 🙂

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *