allaitement et déplacements professionnelsVotre patron vous a annoncé hier, tout content, que c’est vous qui étiez choisie pour représenter la société auprès des nouveaux clients chinois, en Chine, la semaine prochaine pendant trois jours…
Bonne nouvelle : votre patron considère, malgré votre récente maternité, que vous êtes la meilleure et digne de confiance 🙂 .
Mauvaise nouvelle : votre bébé a trois mois, vous n’avez aucune envie de le laisser trois jours d’affilée et vous commencez à angoisser pour votre allaitement.
Pas de panique, voyons ensemble comment vous y prendre.

Tout d’abord, si vous êtes au travail, c’est que vous avez déjà mis en place une stratégie pour poursuivre votre allaitement (ou bien vous avez déjà sevré et la question ne se pose pas). Il va juste falloir adapter cette stratégie à cette situation particulière.

Si vous êtes de celles qui ne tirent pas leur lait au travail et qui poursuivent l’allaitement lorsqu’elles sont avec leur enfant, vous allez devoir apprendre à utiliser un tire-lait, ne serait-ce que pour gérer les possibles engorgements. Dans ce cas, vous pouvez prendre un petit tire-lait manuel ou électrique. Voir cet article.
Vous tirerez le lait matin et soir jusqu’à avoir les seins confortables. Vous n’êtes pas obligée de conserver le lait et vous reprendrez votre allaitement habituel de retour à la maison.

Si vous êtes de celles qui tirent leur lait au travail, il va falloir songer à tirer votre lait matin et soir en plus des tirages habituels. Souvenez-vous que la lactation est adaptable et que si vous ne tirez pas aux horaires habituels, ce n’est pas grave. Vous devez juste faire attention à éviter les engorgements.
Si vous souhaitez conserver votre lait pendant plusieurs jours, vous devez avoir obligatoirement accès à un réfrigérateur mais il vous suffira d’une glacière munie de freezpack pour le trajet du retour. Attention cependant, le lait maternel est généralement refusé en cabine en avion 🙁 .
Si vous souhaitez que votre bébé n’ai que votre lait durant votre absence, vous aurez besoin de faire du stock avant de partir et faire du stock pour trois jours alors que l’on tire déjà quotidiennement, ce n’est pas facile ! Pensez à exploiter les week-end et les soirées pour tirer du lait supplémentaire.
Si vous savez à l’avance que vous aurez des déplacements professionnels, pensez à faire du stock au congélateur pendant votre congé maternité. Cela facilite la logistique.

Les petits trucs en plus :

  • les lilypadz pour éviter les fuites devant les clients chinois.
  • la glacière souple qui se range dans la valise au départ.
  • les pots de conservation qui ferment hermétiquement pour ne pas retrouver une valise mouillée au lait maternel à la descente du train.
  • le tire-lait électrique qui fonctionne sur batterie (que vous aurez rechargée) car les prises électriques à l’étranger ne sont pas toujours compatibles avec les appareils français.
  • le savon liquide et le torchon propre pour nettoyer son matériel.

Et vous quels sont vos trucs pour concilier allaitement et déplacements professionnels ?

Articles en rapport :

 


177 Comments

  1. Bonjour,
    J’ai une question sur les tire -lait. Est ce qu’ils permettent de stimuler la lactation comme le bébé le ferait en tétant plus souvent?

    • @Florence
      Un bébé qui tète très bien est toujours plus efficace que le meilleur des tire-lait. Cependant, le meilleur des tire-lait est au moins aussi efficace qu’un bébé qui tète moyennement bien (ce qui est le cas de beaucoup de bébés).
      Pour répondre à votre question, un bon tire-lait stimule la lactation presque comme un bébé… 🙂

  2. Bonjour,

    Encore moi… Maintenant, mon problème va être que je risque d’avoir des déplacements professionnels, probablement sur une journée, peut être avec une nuit.
    Techniquement, pas de souci, j’ai l’équipement nécessaire (la pompe du tire lait medala lactina sert aussi de tire lait manuel : magique !!), j’ai pensé à la glacière et tout. Au besoin, je dois pouvoir exprimer un peu de lait à la main. Je me sers du tire lait en électrique tous les jours (même s’il est encombrant, je le mettrai en soute si je pars la nuit).

    Il faudrait donc que je tire mon lait, comme quand je travaille, au moins une fois dans la journée.
    Le pb c’est que le déplacement sera pour une journée de réunion chez le client que je ne connais pas du tout, donc le 1er déplacement, ça sera la 1ère fois que je les vois et dans des locaux où je n’ai jamais mis les pieds…
    Je mise un peu sur la présence d’une hôtesse d’accueil pour m’aider à trouver l’endroit mais après, je ne sais pas du tout comment je vais me débrouiller pour m’absenter 30 min dans la journée… m’absenter au moment du repas ? Mentir sur le raison ?
    Je précise que je travaille dans un milieu très masculin…

    Dans le pire des cas, je dirai cache pourquoi je dois m’absenter un peu mais si quelqu’un a eu une expérience similaire, ça serait sympa de me la faire partager. Et sinon, si vous avez des suggestions, je suis preneuse !

    Merci

    Nathalie

    PS : je repense déjà à votre article « petites phrases assassines » MDR !! (http://www.lactissima.com/a-tire-d-ailes/?p=1517)

    • @Nathalie
      Même si vous êtes chez un client, vous devez bien avoir une ou deux pauses dans la journée, non ? Sinon, utiliser la pause déjeuner.
      Les réactions peuvent aussi être positives si dites la vraie raison de votre pause… à essayer 😉 .

  3. bonjour Nathalie,
    cette semaine, j’ai eu un déplacement professionnel, je ne connaissais pas les locaux. J’ai disparu aux toilettes quelque temps, on a quand même toujours un « pause-pipi » dans une journée de travail ! Par chance, il y avait des toilettes handicapés disponibles avec le lavabo à l’intérieur. J’ai pris plus de précaution d’hygiène comme évoqué dans un des articles de ce blog (ma bible depuis que j ‘allaite en travaillant !). J’ai conservé mon lait dans ma petite glacière isotherme placée dans un grand sac à main. J’ai réussi à tirer une quantité correcte, mais je reconnais que les conditions n’étaient pas très confortables. la prochaine fois (si j’ose) je m’adresserai soit à un agent d’accueil , soit à la secrétaire – de préférence un agent féminin – pour qu’elle me dégotte un bureau ou une pièce plus tranquille, voire un réfrigérateur.
    Bon courage

  4. Nathalie

    @ Rachel,
    Oui, merci pour ce témoignage.
    Je vous raconterai quand ça arrivera, comment je m’en sors 😉

  5. Mélaine

    Bonjour,

    je suis cadre (chef de projet) dans une PME du BTP. Il y a environ 10 autres chefs de projets, tous des hommes. La denière grossesse dans l’entreprise date d’il y a environ 10 ans. J’ai eu une reprise du travail tres difficile avec mon employeur qui m’a matraqué de travail (ma puce avait 3 mois et demi quand j’ai repris l’année dernière, maintenant elle en a 14). Puis suite à un échange de courriers en recommandé (ils étaient vraissemblablement sur le point de me licencier), nous nous sommes regardés en chiens de faience pendant quelques mois où ma charge de travail est redescendue. Et quelques mois avant les 1 an de ma puce on m’a donné le plus gros projet du moment dans l’entreprise (je ne comprends pas la logique, mais…) Donc c’est très prenant. Je n’ai jamais eu autant de travail depuis que je suis dans cette entreprise. Je n’ai jamais été aussi fatiguée accessoirement (entre le travail, les heures sup, la maison a faire tourner – et je fais le strict minimum, a savoir les repas et le ménage tous les 36 du mois, mon homme a beaucoup pris le relai et je ne m’en sortirai d’ailleurs pas sans lui, il est cadre également et a un patron beaucoup plus raisonnable en termes d’horaires, d’autant plus que son salaire est plus élevé que le mien!). Bref, tout ça pour en venir au fait qu’avec ce joli cadeau empoisonné, venait tout un lot de déplacements (jusqu’à 2 ou 3 déplacements par semaine n’importe ou en france et en europe puisque je suis le seul chef de projet qui parle anglais dans cette boite apparement – c’est un peu ironique, mais je me retrouve avec tous les projets internationnaux). J’arrive à gérer quand je me deplace. Je n’allaite plus ma fille que le matin et le soir de toute façon. Donc je fais suivre le tire lait et je jette le lait tout simplement (je ne tire plus que le matin et le soir, donc pas de problème entre deux réunion en journée, mais je me suis deja retrouvée à tirer mon lait dans toutes sortes d’endroits: les toilettes du train ou de l’avion ou dans ma voiture – mais je ne gardais pas le lait la plupart du temps. Par contre, je me suis retrouvée avec des insatisfaits de l’autre côté de la porte en train de tambourriner dessus… je leur ai expliqué la situation et ils n’ont pas osé insister!).

    Mais ce qui me surprend la dedans, c’est que je n’ai trouvé absolument rien sur ce sujet côté législation. Comment se fait il que mon employeur puisse me donner le projet le plus lourd et avec le plus de déplacements alors que certains de mes collegues masculin ont en tout et pour tout un déplacement par mois en moyenne? Savez vous si je pourrais avoir des arguments pour que mon employeur me donne une charge de travail plus adaptée à ma qualité de jeune mère qui allaite surtout?

    Il faut dire que mon patron n’évalue pas du tout la charge de travail de ses chefs de projet (pas d’entretien annuel), ce qui est illégal. Pour ceux qui me diront que ma seule solution est de quitter l’entreprise, j’ai déja cherché du travail, mais sans résultat aucun. Je pense que nous allons essayer d’avoir un deuxième bout de chou dans quelques mois donc je ne cherche plus ailleurs pour l’instant, mais je m’y remettrai après. J’ai bien l’intention de me battre contre ce patron pas toujours très honnete, mais mon problème réside principalement dans le fait que je ne trouve pas d’arguments à lui opposer.

    Merci pour toute l’aide que vous pourrez m’apporter!

    • @Mélaine
      Vous êtes effectivement dans une situation très difficile. Les seuls articles de loi que j’ai trouvé sont les suivants :
      Article R4152-1
      Les femmes enceintes ainsi que les mères dans les six mois qui suivent leur accouchement et pendant la durée de leur allaitement bénéficient, conformément à l’article R. 4624-19, d’une surveillance médicale renforcée.
      Article R4152-2
      Indépendamment des dispositions relatives à l’allaitement prévues par les articles L. 1225-31 etR. 4152-13 et suivants, les femmes enceintes ou allaitant doivent pouvoir se reposer en position allongée, dans des conditions appropriées.

      Mais je pense surtout que vous devriez vous mettre en relation avec un avocat qui pourra certainement mieux vous aider que moi.
      Je vous souhaite bon courage !

  6. Mélaine

    Bonjour,

    je vous remercie pour cette piste. C’est très gentil de m’avoir répondu aussi vite. J’ai déja contacté la médecine du travail qui avait essayé de m’aider. Je vais essayer de forcer l’inspection du travail à s’impliquer vis a vis de mon entreprise également.
    Cordialement,
    mélaine.

    • @Mélaine
      Oui je pense que l’inspection du travail est une bonne piste !
      Tenez-moi au courant.
      J’espère que vous trouverez une solution rapidement.

  7. Bonjour,

    J’ai déjà fait quelques déplacements professionnels, à chaque fois de deux jours (et deux nuits !). J’allaite ma fille matin et soir quand je travaille et à la demande les week-ends et vacances, donc je ne tirais mon lait que matin et soir, en général à l’hôtel (ce qui permet d’être détendue, car pas de risque que quelqu’un débarque !), mais je mettais quand même dans mon sac mon tire-lait (le manuel d’avent, qui ne prend donc pas trop de place), au cas où. En plus, comme je jette le lait, je ne faisais pas hyper attention à l’hygiène.

    Par contre, le tire-lait m’a toujours moins stimulé que ma fille. Donc, le deuxième matin, j’ai, à chaque fois, tiré entre la moitié et les deux tiers de la veille en quantité. Donc je me suis toujours débrouillée pour pouvoir, à mon retour de formation passer une ou deux journées entières avec ma fille, et rebooster ma lactation en lui proposant le sein très souvent. Et en général, en 24h, j’ai l’impression de revenir à ma lactation d’avant départ (et ma fille est tellement contente des retrouvailles !).

    J’ai par contre eu quelques sensations désagréables, liées au fait que le tire-lait ne vidait pas les seins comme des tétées ordinaires. Une animatrice de la leche league m’avait conseillé de me faire des massages sous une douche bien chaude, j’ai trouvé ça très efficace !

  8. lynette53

    Bonjour Véronique,

    alors alors, comment te dire… il me semble évident que ton patron t’utilises (tu es la seule à parler anglais) en attendant de te faire partir (ce n’est pas un hasard s’il te propose de tels déplacements alors que tu lui avais parlé de ta charge de travail).
    Désolée, c’est la conclusion que j’en tire en te lisant. Il veut te faire craquer (je suis cadre, manager d’une importante équipe, et ce sont exactement les méthodes qui sont employées dans mon milieu professionnel (la distribution)).

    donc, donc, donc…
    1. tu as raison, fais ton 2ème
    2. pars avec un gros chèque ou fais toi licencier
    3. prends le temps avec tes enfants, savoure le temps que tu passes avec eux, fais plein de photos, écris un maximum de petits souvenirs dans des cahiers que tu leur donnera + tard…
    4. tu chercheras tranquillement un travail qui te conviendra davantage.

    Voilà mon avis. Il y a un peu de vécu dans cette histoire…

    Bon courage, et fais vite ce 2ème bébé!!
    @ bientôt.

  9. Laetitia

    Bonjour à toute,

    Je me prépare à reprendre le travail pour début mai.
    Mais voilà … une formation de 2 semaines m’attend et je ne pourrais pas rentrer chez moi pdt toute sa durée (même pas le week end…).
    Mon titou aura 4 mois à ce moment là , et je ne VEUX PAS le sevrer si tôt (et surtout pas par obligation).
    Est ce qu’il vous parait jouable que j’utilise un tire-lait pdt 15 jours, sans stimulation naturelle? N’est ce pas un gros risque pour le maintien de la lactation?
    J’avoue que celà me pose un gros problème de conscience, et que j’angoisse rien qu’à l’idée de retourner au taff dans ces conditions…

    • @Laetitia
      Oui c’est jouable avec un non tire-lait électrique et des tirages réguliers. Le risque c’est qu’il peut ne pas accepter le sein à votre retour mais la plupart des bébés sont heureux de reprendre le sein.
      Bon courage !

  10. Bibiti

    Decidement ce blog est vraiment devenu ma bible j’y trouve toujours dans les articles et les com’s des reponses aux questions qui me taraudent! Je pars en formation pro pour 5 jours la semaine prochaine et je comptais prendre mes 2 tire lait : un electrique double pompage ardo et un semi electrique avent. Pour le lait je ne sais encore pas si je vais pouvoir le conserver ou devoir le jeter. Je ne tire actuellement qu’une fois au travail , je devrai tirer en plus matin et soir une fois sur place. Je crains beaucoup de voir ma lactation mise a mal et je redoute cette separation avec mon fils mais ca fait du bien de lire que l’on n’est pas seule dans le meme cas.

    • @Bibiti
      Je comprends que la séparation soit difficile ! Tout dépend de l’âge de votre fils pour le maintien de la lactation.

  11. Bibiti

    Mon fils a 9 mois et le fait que son alimentation soit diversifiee sera plus facile a gerer pour le papa et pour lui je pense. Je suis surement trop anxieuse de nature et peut etre trop mere poule deja pour avoir si peur de lui manquer et de le rendre triste par mon absence. Je ressens deja les effets du stress car mon tirage du midi n’est plus aussi productif depuis 2 jours, je tire 170 a 200 ml alors que j’etais plus a 250 la semaine derniere. Me conseilleriez vous de reprendre des tisanes favorisant la lactation pendant ma formation?

    • @Bibiti,
      Non, je ne vous le conseille pas car vous risquez l’engorgement, sans enfant pour arranger les choses :-)…
      Juste se détendre. Une fois que vous y serez, vous penserez au retour…
      Bon courage !

  12. Bibiti

    Merci Vėronique pour vos conseils et votre soutien. Je reviendrai vous dire comment cela s’est passė au niveau du maintien de la lactation et la reaction de bebe a mon retour.

  13. Laetitia

    @ Bibiti:
    Je partage votre angoisse, le tout assaisonné avec une bonne dose de culpabilité… Au point de me réveiller la nuit en sueur…
    Votre expérience me sera précieuse, racontez nous comment ça s’est passé pour vous, votre petit bout et son papa!

    Ma formation n’ayant lieu « que » dans un mois, j’ai donc commencé à faire un stock de lait dans le congélo de nounou.
    (à ce sujet, j’utilise le tire-lait électrique Lactina de chez Medela, avec des sachets adaptés aux téterelles pour recueillir et congeler le lait, super pratique).

    Vu que je part 2 semaines pleines, j’ai calculé qu’il me faudrait tirer 90 bib de 150ml pour un allaitement exclusif… soit 3×150 ml/jour à congeler… le tout avec mon petit bonhomme qui n’est pas d’accord pour baisser sa conso quotidienne…

    bref: mission impossible pour assurer un allaitement exclusif… je suis en train de dépérir à vue d’œil (chose finalement pas si désagréable: je pourrais enfiler mes fringues d’avant BB pour cette f**** formation !!! 😉

    Je vais suivre vos conseils et planquer mon tire-lait manuel dans mon sac à main, histoire de profiter des pauses pour éviter l’explosion en pleine réunion… d’autant plus que ma lactation aura été sacrément stimulées auparavant!

    Merci d’avoir créé ce blog qui me fait me sentir moins seule !

    • @Laetitia
      Effectivement prévoir 15 jours de lait maternel me parait difficile…
      Je suis ravie que ce blog puisse vous aider.
      Bon courage !

  14. Bibiti

    oh mon long com’ d’hier n’apparait pas serait il passé dans vos spams Véronique?

  15. Clot

    J’ai un déplacement de 4 jours mi-juin, prévu depuis près de 6 mois. Avant la naissance, j’avais calculé qu’à ce moment là , mon fils serait âgé de 2 mois et demi et que je ferai en sorte qu’il soit sevré à ce moment là .

    Quand mon fils est né avec 3 semaines d’avance, je me suis réjouie en pensant que, si l’allaitement marchait bien, il pourrait en bénéficier 3 semaines de plus que prévu 🙂

    Et me voilà aujourd’hui, allaitant depuis près de 2 mois… et réalisant que ça me plaît, que ça marche bien, et que dans la mesure où mon fils ne sera gardé à plein temps qu’à partir de septembre, c’est trop bête de le sevrer si tôt.

    Bref, après en avoir discuté avec mon mari, nous avons décidé de tenter de poursuivre l’allaitement malgré cette « pause » de 4 jours.

    Mon fils sera gardé par ma mère qui, a priori, ne fera pas de difficultés pour lui proposer des biberons de lait maternel.

    Je compte commencer à lui donner quelques biberons (un par jour ?) à partir de la mi-mai pour que ça ne soit pas une nouveauté au moment où il sera gardé par sa grand-mère. Mon problème, c’est que je n’ai aucune idée des quantités à prévoir pour ces 4 jours. Mon fils tète entre 6 et 8 fois par 24H, je suppose qu’il faut donc prévoir autant de biberons par jour. Mais des biberons de quelle contenance ? Je suis perdue !

    • @Clot
      Un bébé de cet âge prend en moyenne 800 ml par 24h. Pour 4 jours vous devez donc prévoir 3.200 litres. Pas facile !
      Je vous suggère donc de tirer ce que vous pouvez et s’il n’y a pas assez, votre mère complètera avec du lait en poudre. Le plus important c’est que vous tiriez votre lait pendant votre absence pour stimuler la lactation et éviter les engorgements.

  16. Clot

    Les commentaires sont-ils modérés a priori ? je viens de tenter d’en envoyer un, sans succès :/

    • @Clot
      Non, ils ne sont pas modérés a priori mais le votre était passé en spam, j’ignore pourquoi…

  17. Clot

    Merci pour votre réponse ! 3,2 L, je ne me rends pas compte, mais si vous dites que ça fait beaucoup, je vous crois 😀

    Je pense que je vais commencer au plus vite à tirer pour constituer le stock le plus important possible, et acheter une boîte de lait en poudre pour m’assurer qu’il ne mourra pas de faim ! Et j’ai évidemment l’intention de tirer régulièrement mon lait pendant mon absence (j’ai déjà eu des engorgements au début de cet allaitement, je ne tiens pas à renouveler l’expérience !)

    J’ai RDV jeudi avec le pédiatre, peut-il me prescrire la location d’un tire-lait ou faut-il que je passe par mon médecin traitant ?

  18. rachel

    bonjour,
    c’est mon pédiatre qui m’avait prescrit la location de mon tire-lait

  19. Bibiti

    Je tente de reposter en esperant que ca ne tombe pas en spam ;o)

    Bonsoir, me voilà rentrée de formation et comme promis je viens témoigner de cette expérience. J’ai donc emmené avec moi mon tire lait Calypso de Ardo et commencé à tirer 3 fois par jour sur place pour entretenir la lactation sans trop solliciter. Le lundi tout se passe bien, le mardi également même si cela me fait une sensation bizarre de jeter mon lait dans le lavabo… Le mercredi matin je commence à ressentir une tension dans les seins, et je tire moins facilement le lait. Le mercredi midi cela à empiré et je n’ai quasiment rien pu obtenir mais je reste zen. Le soir je commence à craindre l’engorgement car même une douche chaude ne soulage pas la tension et le tirage reste difficile même manuellement. Je passe une nuit assez difficile, j’ai la poitrine douloureuse, prête à exploser et pas de bébé à faire têter!!! Comme je ne remarque pas de plaque rouge et que je n’ai pas de fièvre je me dis que j’essaie encore de tirer le jeudi et que si rien ne s’améliore je consulterai un médecin. Finalement mon corps a du s’adapter car j’ai senti une diminution de la tension le jeudi midi.
    En rentrant chez moi le vendredi soir, la poitrine était redevenue plus souple et faire têter bébé à aidé à me sentir mieux.

    Concernant bébé, il a visiblement bien vécu cette séparation, il a bien bu mon lait congelé, et le stock que j’avais constitué au cours de l’allaitement est quasi vide désormais. Il a bu plus que lorsque je suis là (200 ml le midi alors que je laisse 150 à la nounou par exemple et que cela lui suffit), ce qui me montre que les têtées au sein doivent être plus importantes en quantité que je ne le pensais.

    Niveau comportement il a bien dormi et s’est montré d’humeur égale avec la nounou comme avec son papa. Apparemment il cherchait quand même à têter en se recroquevillant après le biberon mais il n’a jamais pleuré de frustration.

    Le papa a très bien géré le stock de lait, en respectant les consignes de décongélation et conservation. (j’utilise des sachets lansinoh)

    J’avoue que je suis encore un peu perturbée par cette expérience, je n’ai pas mal vécu la séparation ni eu de crises d’angoisse mais je pense que quelque part le stress à joué sur ma lactation. De presque engorgés j’ai désormais l’impression de « ne plus avoir de lait » car je ne parviens plus à tirer mon lait le midi au travail (j’ai tiré à peine 80 ml samedi, et 140 ml ce midi)

    @ Laetitia : J’espère ne pas vous avoir fait peur avec mon récit. Prenez en effet votre tire lait manuel pour tirer dès les 1ers signes de tension éventuels. Prenez le temps de vous poser et de tirer régulièrement car je pense que j’ai trop voulu suivre le rythme des collègues qui sortaient en ville sitot la formation finie et j’aurai du rentrer tirer une fois de plus en fin d’aprem.
    Prenez peut être avec vous une poche que l’on peut mettre au frigo ou congel pour s’en servir de compresse au cas ou sur une poitrine douloureuse. Bon courage à vous

    • @Bibiti
      Je suis allée à la pêche aux spams 😉
      Merci beaucoup pour ce témoignage. Normalement votre lactation devrait repartir, elle a diminué à cause de l’engorgement.
      Bon courage !

  20. Bibiti

    Visiblement mon « roman » fait de la résistance je n’arrive pas à le publier :o(

  21. Véronique : merci pour votre réponse. J’ai vu ma sage-femme ce matin pour la rééducation périnéale, et c’est finalement elle qui m’a fait l’ordonnance 🙂

  22. Laetitia

    @ Bibiti: merci pour ce témoignage et ces conseils !
    mon congélo commence à ressembler à celui d’un laitier bio…
    Pour info, bébé est chez nounou depuis 15 jours (il a maintenant 3 mois), et prend 2 bib de lait décongelé par jour, sans aucun problème.
    On se prépare à « La Grande Séparation »… je vous raconterais…

  23. À une semaine de mon départ, j’ai presque terminé mon stock de 3,2L de lait !
    Maintenant, je commence à angoisser sur autre chose : mon fils sera gardé à une heure de chez moi (si ça roule bien), est-ce que le transport dans une glacière, avec 4 conservateurs de froid, risque de rompre la chaîne du froid ? Y’a-t-il des astuces pour retarder la décongélation ? J’enragerais franchement si tout ce stock venait à se perdre !

    • @Clot
      Bravo pour le stock !
      Je pense qu’il faut déplacer le stock d’un coup car l’ensemble sera plus froid et mettre plusieurs freezpack dans la glacière. L’idéal serait de refroidir la glacière avant le transport.

  24. Merci pour l’astuce, je mettrai ma glacière au congelo (entre le lait et la glacière, je n’aurai plus la place pour grand chose d’autre 😀 ) la veille !

  25. Laetitia

    Mission accomplie !

    Pour mémoire, j’ai dû laisser mon petit bout de 4 mois pour 2 semaines de formation.

    Mon stock n’était pas à la hauteur de celui de Clot (bravo !!!), mais il a permis à Pierre d’avoir au moins 180ml de lait maternel par jour. Le reste étant complété par une préparation en poudre (il n’aime pas trop les steak/frites 😉 )

    Du côté de bébé, tout c’est super bien passé (hormis le fait que ces selles me font peur, je l’ai retrouvé comme avant !!!).

    Pour ma part, après 16h de voyage, mes seins étaient engorgés.
    Et la situation n’a fait que s’empirer, malgré l’utilisation d’un tire-lait manuel.
    Au bout de 4 jours douloureux, le problème a été réglé tout simplement par de l’ibuprofène (400mg toutes les 6h).

    Donc, juste un petit conseil: si, comme moi, vous devez vous retrouver enfermée dans des salles de réunion, dans une zone hôtelière loin d’une pharmacie, glissez un ou deux blister d’anti-inflammatoire dans votre valise !

    Au final, après avoir tant angoissé avant cette séparation, j’ose aujourd’hui dire que, OUI, j’en ai profité pour picoler quelques verres de bon vin et que NON, je n’ai pas honte!
    Et mon titou aime toujours autant les tétées, j’apprécie d’autant plus son visage serein lorsqu’il s’endort dans mes bras…

    Merci beaucoup pour ce blog, qui m’a permis de ne pas craquer (et j’en ai entendu des « t’auras plus de lait », « ça va te crever! », « tu y arrivera pas! »).

    Plein de bonheur à toutes et à tous (les messieurs aussi sont peut être intéressés !)

    • @Laëtitia
      Bravo !!! et merci pour ce témoignage ! Je pense que votre problème d’engorgement vient des 16h sans tirer le lait. C’est effectivement très long…

  26. Laetitia

    @ Clot: Choix du biberon
    Nous avons expérimenté la tétine spéciale maintien de l’allaitement maternel de Nuk.
    Bébé est obligé de fournir un petit effort pour boire, contrairement aux autre tétines qui lui délivrent sa dose de façon « passive ».
    Le retour au sein est donc plus facile, car les poussins n’ont pas le loisir de devenir réticents au travail de succion! Au boulot les marmots !
    Dans notre cas, ça c’est super bien passé !
    Bonne formation à vous! Et racontez nous votre expérience !

  27. À mon tour de venir livrer mon retour d’expérience 🙂

    Bon alors déjà , je l’avoue, dans mon cas il ne s’agissait pas d’un déplacement professionnel, mais du mariage d’un couple d’amis à l’autre bout de la France. Entre le trajet en voiture interminable et l’envie de profiter au maximum de tous nos amis une fois sur place, nous avions décidé avant même la naissance de partir sans les enfants.

    Le jeudi soir, nous avons donc déplacé le stock de lait (3,2 L, donc) dans sa glacière non refroidie (elle ne rentrait pas dans le congélo, déjà bien rempli par les poches de lait) mais avec 4 conservateurs de froid. À l’arrivée, 1 heure après, j’ai remis les 3/4 du stock au congélo, et j’ai mis le quart restant, correspondant à la quantité prévue pour le lendemain, dans le frigo, pour qu’il décongèle pendant la nuit. J’ai été rassurée de voir que le lait n’avait pas du tout décongelé pendant le trajet, c’était ma plus grande crainte.

    Tout s’est très bien passé. Ma mère n’a pas eu besoin de compléter avec le lait en poudre que j’avais prévu, le stock était plus que suffisant, il en reste pour une prochaine fois. Mon fils a bu au biberon sans problème (je n’étais pas inquiète, il avait déjà eu l’occasion de boire mon lait au biberon et n’a jamais semblé perturbé par ce changement). J’ai utilisé les biberons Avent de son grand frère. Pendant ces 4 jours, il a même presque fait ses nuits (la dernière nuit, ma mère lui avait donné 160 ml vers 21h, il a dormi jusqu’à 6h45 !).

    De mon côté, j’ai tiré sans trop de problème. J’ai juste trouvé assez difficile de devoir m’isoler régulièrement alors que j’aurais voulu profiter au maximum de ma liberté, mais il suffisait de penser à mon fils et à mon envie de poursuivre l’allaitement pour trouver la motivation 🙂 Et le soir du mariage, nous étions 3 jeunes mères dans la même situation, ça réconforte de ne pas se sentir seule ! Sinon, le tire-lait Mini Electric de Medela est très efficace, mais plutôt bruyant ! J’ai apprécié les moments où j’ai tiré pendant le voyage, le bruit de la voiture couvrait le bruit du tire-lait. Au retour, en revanche, j’ai eu un petit moment de panique en me rendant compte au bout de 2h de route que j’avais oublié le chargeur ET les piles sur notre lieu de vacances ! Heureusement, il s’agissait de piles et non d’une batterie, et j’ai donc pu en acheter des neuves à la première station service 🙂 Bref, le seul point négatif, ça a été de devoir jeter tout ce lait… sauf un biberon, rempli dans la voiture, que mon mari a bu pour me permettre de continuer à tirer sans avoir à s’arrêter pour le vider (il me tuerait de savoir que je raconte ça ^^). Son verdict : « c’est pas mauvais, mais je trouve pas ça du tout désaltérant ! ».

    Et donc là , une semaine après notre retour et les retrouvailles avec mon bébé, je crois que je peux affirmer que cette « coupure » n’a pas eu de conséquence néfaste sur mon allaitement. Je regrette juste qu’avec moi, mon fils ne semble pas décidé à dormir plus de 5h d’affilée ! Sinon, j’ai remarqué aussi qu’en fin de tétée, il se mettait à « jouer » avec mes mamelons : il le pince très fort et agite la tête dans tous les sens comme s’il voulait me l’arracher. Ça n’a rien à voir avec les douleurs du début, mais ce n’est pas très agréable, est-ce que c’est ça qu’on appelle la confusion sein-tétine ? En tout état de cause, je le laisse faire, je me dis qu’il finira par se réhabituer au sein, et je suis déjà bien contente qu’à aucun moment il n’ait fait mine de le snober 🙂

    Voilà , désolée pour le pavé, mais j’ai voulu tout raconter, si jamais ça peut servir à d’autres mères voyageuses !

    • @Clot
      Merci pour le pavé : c’est super un retour d’expérience !
      S’il tire sur le mamelon c’est peut-être parce que le lait ne coule pas assez vite à son goût en fin de tétée, vous pouvez essayer de le changer de sein ou d’utiliser la compression mammaire (prendre le sein à pleine main et exercer une pression ferme).
      Bravo !

  28. Violaine

    @Clot
    Ouah, quel exploit ! Bravo, je suis impressionnée!
    Je trouve aussi que le Mini Electric est très bruyant. Je l’utilise chez moi en complément (j’ai le Lactina en location au bureau, beaucoup plus discret). Le bruit est assez dérangeant je trouve, même à la maison. Pas facile pour se détendre… Je mets parfois une couverture dessus pour atténuer un peu.

  29. Ravie de voir que mon témoignage vous a intéressée 🙂

    Concernant le tire-lait, ayant testé le Avent manuel pour mon premier fils, et le Medela Harmony en location pour le second, je ne me suis pas méfiée, pour moi un tire-lait, ça ne faisait pas de bruit ! Je regrette de ne pas avoir demandé, lors de l’achat en boutique spécialisée, s’il était possible de les écouter avant d’acheter ! J’avais hésité entre le Mini Electric et le Swing, c’est finalement le prix qui m’a fait choisir le premier, le Swing est-il plus discret ?
    Petite anecdote : la première fois que j’ai utilisé le Mini Electric, un matin tôt après avoir nourri mon fils, son grand frère a déboulé hors de son lit et est arrivé dans la chambre en disant « barbe Papa ? », persuadée qu’il avait été réveillé par le vrombissement de la tondeuse de son père !

  30. (j’ai posté un commentaire à l’instant qui a dû partir dans les spams !)

  31. Violaine

    @Clot & Véronique
    oui c’est vrai, c’est dommage qu’on ne puisse pas essayer les tire-lait ! Surtout quand on est maman pour la première fois. Pour ma part, je n’avais pas encore découvert ce blog avant d’en louer un! Là , j’ai changé et j’avoue que la différence entre le Kitett et le Lactina est flagrante, tant en terme d’efficacité que de confort pour la (vache) maman. Et c’est encore pire quand on en achète un, on ne se méfie pas ! A quand une boutique où on pourrait essayer les téterelles?! 😉
    Désolée, ce commentaire irait sans doute mieux sur une autre page… Je laisse le soin à Véronique de modifier si possible.

    • @Violaine
      Je ne peux pas déplacer les commentaires 🙂
      Mais je suis bien d’accord qu’il faudrait pouvoir essayer avant !

  32. Bonjour Véronique,

    ce week-end, je m’apprête à laisser à nouveau mon fils, cette fois à ma belle-mère, et bien moins longtemps que la dernière fois (24H). Je suis maintenant plutôt détendue quant au stock de lait qui devrait être suffisant d’ici samedi. En revanche, je sais que ma belle-mère est moins convaincue des bienfaits de l’allaitement que ma mère, et notamment elle a l’habitude de dire « peut-être qu’il a faim ? » dès que mon fils commence à chouiner… du coup, je pense qu’elle serait rassurée d’avoir, en plus de mon lait, du lait en poudre pour « compléter » si besoin. Ma question, c’est est-ce que je peux lui donner la boîte de lait en poudre ouverte pour mon précédent voyage (il y a 6 semaines, donc) et qui n’a servi à faire qu’un seul biberon ? Il est écrit sur la boîte qu’il faut utiliser le lait dans les 4 semaines suivant l’ouverture, est-ce qu’il y a un risque à dépasser cette indication, ou est-ce juste une incitation à la consommation ?

  33. Laetitia

    @clot
    bon, j’ai bien hésité avant de poster cette remarque, mais bon, hein… si tu as suffisamment de stock pour les 24h, et que le souci est lié plus à une angoisse de belle-maman vis à vis de l’allaitement qu’à un réel besoin physiologique de ton poussin… peut être qu’une petite discussion devant une tisane et des petits gâteaux (voire un ti verre de rhum!) pourrait rasséréner tous le monde… vu comment tu as super bien gérer ton dernier voyage, je suppose que c’est une chose importante pour toi, ton fils et son papa… bon, j’dis ça, j’dis rien, hein 😉
    Bon week end !!
    Laetitia

  34. @Laetitia : le plus important, pour moi, c’est que tout se fasse sans tensions. Ma belle-mère fait partie de la génération des jeunes mamans du début des années 80 à qui l’on a dit assez rapidement qu’elle « n’avait pas assez de lait », et c’est également ce qu’on avait dit à sa propre mère, elle pense donc sincèrement que c’est le genre de chose qui arrive fréquemment. J’ai choisi d’allaiter, mais j’ai également choisi de lui laisser mes enfants quand ça m’arrange, donc je ne me permettrais pas de lui faire des remarques sur sa façon de s’en occuper, tant qu’elle ne fait rien de dangereux bien sûr 🙂 Que mon fils aîné soit un peu « gavé » quand il passe une semaine là bas, ce n’est pas dramatique et ça fait plaisir à ma belle-mère dont les enfants n’avaient pas un grand appétit, donc je laisse faire, et de retour à la maison, on reprend les bonnes habitudes !

    … Quand au verre de rhum, je tenterais bien, mais avec une belle-mère qui ne boit pas une goutte d’alcool, ça semble périlleux 😀

    Bref, je suis persuadée qu’elle lui donnera prioritairement mon lait, ma question c’était surtout de savoir si je dois racheter une boîte de lait en poudre alors que la précédente est à peine entamée 🙂

  35. Vervaine

    @Clot
    je crois qu’on doit avoir le même genre de belle-mère… La génération où, même si une femme allaitait, les médecins lui « conseillaient » (c’est-à -dire ordonnaient presque) de compléter avec des biberons. La mienne s’étonne que je ne donne pas de biberon le week-end. Je t’explique pas quand je dis que ma puce (5 mois) fait ses nuits sans que je donne un gros biberon bien tassé de bouillie le soir!
    Mais on les aime quand même, ces belle-mères!
    Bon courage 😉

  36. Bonjour,
    J’ai lu avec attention tous vos témoignages, mais malhaureusement je n’ai pas trouvé réponse à mon problème, alors j’en appelle à votre expérience…
    Je pars en déplacement professionnel à la fin de la semaine, et j’ai repris le travail il y a seulement 15 jours. Mon loulou a 6 mois, et j’avais choisi un allaitement mixte. Mais voila, pas moyen de lui faire accepter le bib, que ce soit de lait maternel ou artificiel. Nous avons commencé à essayer d’introduire le bib un mois avant ma reprise, sans succès, on s’est dit que la crèche le changement lui ferait accepter, rien à faire, il n’en veut pas. Du coup midi et gouter il prend des yaourts, ce qui n’est pas mon idéal mais parfois nous n’avons pas le choix.
    Mon problème est que je suis très inquiète, car du coup, à partir de vendredi, il n’aura justement que du yaourt matin, midi, gouter et soir.
    Ma pédiatre m’a rassuré mais je suis super angoissée, j’ai peur qu’il le vive mal, qu’il soit malheureux. Meme à ma cuillère il ne veut pas du lait. J’ai peur du coup qu’il se sèvre définitivement. J’ai mon minielectric pour entretenir la lactation,et je croise les doigts, mais j’avoue que ça m’aurait rassuré qu’il prenne au moins mon lait au bib.
    Et il m’est impossible de ne pas faire ce déplacement pro.
    Quelqu’un a-t-il rencontré ce problème ?
    D’avance merci de vos réponses
    Lila

    • @Lila
      Je comprends bien votre angoisse. Cependant, s’il accepte de se nourrir, il n’y aura pas de problème. Il sera surement très heureux de retrouver le sein à votre retour !

  37. sasmirah

    Bonjour,
    Je suis l’heureuse maman d’une petite fille de 8 mois et demi. J’ai repris le travail lorsqu’elle en avair 2 et demi et tiré mon lait au boulot. Malgré des horaires postés, un bébé qui refusait les biberons et pleurait pendant des heures en attendant mon retour, j’ai réussi à concillier reprise et allaitement, épaulée par superpapa et supernounou…
    Mais aujourd’hui, je rencontre une difficulté: les déplacements professionnels obligatoires. En effet, dans 5 mois, je dois partir une semaine complète et laisser ma fille. Je ne sais pas si je l’allaiterai toujours car je n’ai encore rien decidé et que c’est un bébé très accroché au sein (elle m’attend pour boire et se réveille beaucoup la nuit). Mon employeur me rappelle que les deplacements professionnels sont obligatoires et que je ne peux pas y déroger et je me demandais s’il est possible de partir une semaine sans « couper » sa lactation. Y a t-il des dispositions legales en matiere de deplacement professionnel si on ne veut pas partir?

    • @sasmirah
      Il n’existe aucune législation en la matière et vous n’avez pas le droit de refuser le déplacement professionnel…
      Par contre vous pouvez maintenir votre lactation en tirant 3 ou 4 fois par 24h pendant votre absence et si votre bébé reprend le sein à votre retour, elle relancera la lactation elle-même.
      Bon courage !

  38. Hollybotine

    Bonsoir,
    Pourriez-vous me conseiller sur le choix de la glacière ?
    Je dois reprendre mon travail début juin, j’ai été changé de site entre temps et je ne sais pas s’il va y avoir un frigo à ma dispo…
    Je pense donc investir dans une super glacière souple (je dois prendre deux bus et un train pour rentrer)mais est ce que cela est vraiment nécessaire ? Est ce qu’elles ne se valent pas toutes…

  39. anne

    Bonjour

    Je déterre un vieux post mais je saute sur l’occasion d’avoir enfin trouvé un article traitant de mon soucis. Je dois partir pour New York mi juin pour 7 jours.
    Ma puce est née le 1er janvier et l’allaitement se passe bien depuis le début.
    Elle est gardée depuis ses 3 mois chez la nounou car j’ai repris le travail et je tire actuellement mon lait 2 fois dans la journée avec un tire lait freestyle (avec tétée a volonté le soir, la nuit et les week-end). Elle tête encore beaucoup la nuit (entre 2 et 4 réveils en moyenne) plus au moins 2 tétées a des heures plus « normales ».

    Je tire plus qu’elle ne consomme depuis la reprise; j’ai réussi à stocker 120ml, 2 fois par semaine environ et j’ai actuellement 2L de lait congelé. J’ai beau retourner le problème dans tous les sens, je n’aurais jamais assez de réserve pour la laisser uniquement avec mon lait. J’avoue que je culpabilise de la laisser elle et sa soeur (c’est la première fois!).

    A quel moment dois je la passer en mixte ? Comment le faire en douceur ? Est ce irréversible ?

    Une fois sur place je ne pourrais tirer que le matin et le soir. Est ce que ma lactation va tenir avec ces 7jours d’arrêt ? Comment gérer les 7heures d’avion ?

    Cordialement
    Anne

    • @Anne
      Je vous suggère de ne pas la passer au mixte avant votre départ et elle prendra une préparation pour nourrisson si besoin en votre absence.
      Ainsi vous pourrez la remettre au sein à votre retour.
      Seulement 2 tirages pendant 7 jours, cela signifie que votre lactation va diminuer. Mais si elle tète beaucoup à votre retour, votre lactation devrait remonter.
      Les 7 h d’avion ne sont pas pires qu’une journée de travail… En cas de besoin vous pourrez soulager un peu les seins aux toilettes.
      Bon courage !

    • Isabelle

      Bonjour Anne,
      Je dois reprendre le travail en décembre et ma pitchoune aura alors 9 mois. Le cas que vous décrivez (voyage pro) m’arrivera certainement. Comment votre histoire a t elle finie? avez vous repris l’allaitement?
      Amitiés d’une maman angoissée par le retour au travail

  40. Stéphanie

    Bonjour,
    Encore un cas particulier (il n’y a que des cas particuliers!)
    Mon fils a 18 mois aujourd’hui (pile!), il est un super accro au sein (j’ai très difficilement réussi à arrêter les tétées nocturnes il y a 4 mois grâce à votre site et à l’aide inconditionnelle de son super super papa). Il tête 3 fois par jour quand je travaille (j’ai la chance de pouvoir rentrer à midi) et à volonté le week-end (là c’est très aléatoire, mais ça peut être assez souvent). Pour finir le tableau, Monsieur s’endort au sein tous les soirs et généralement pour la sieste.
    D’ici quelques semaines je vais changer de boulot et je dois envisager des déplacements de 3 à 5 jours. Je ne pense pas pouvoir tirer mon lait, depuis plusieurs mois je n’ai plus de montées de lait et produis plutôt à la demande (il est arrivé qu’il saute plusieurs tétées, je n’ai rien senti du tout). J’avais réessayé le tire lait manuel il y a 6 mois, ce fut difficile de tirer à peine 10 ml Je n’aurai pas de tire-lait plus efficace là où je vis
    Comment puis-je gérer ces absences?
    Je n’ai pas spécialement envie de sevrer mon garçon qui est grand, certes, mais, je le disais plus haut, est un vrai nichonïnomane et d’un autre côté je crains que ces absences ne stoppent la lactation
    J’apprécierai infiniment vos conseils là -dessus.
    Merci d’avance

    • @Stéphanie
      Vous pouvez essayer de tirer votre lait pendant vos jours d’absence. Si vous n’y arrivez pas, vous pourrez voir si votre enfant relance de lui même la lactation à votre retour…

      • Stéphanie

        Merci de m’avoir répondu.
        En fait, je ne pourrai pas tirer mon lait, je n’ai plus de tire-lait et comme je le disais, c’est difficile à trouver ici (à Abidjan, impossible de louer par exemple). Je me demandais, à 18/20 mois d’allaitement, combien de temps la lactation peut être maintenue sans tétée, avec une expression manuelle en cas d’engorgement… Mon fils peut-il relancer la lactation après 3 à 5 jours d’absence?
        Je ne le prendrai pas mal s’il se sèvre à cette occasion, c’est juste que je regrette de lui imposer ça alors qu’il ne semble vraiment pas prêt. Je me demande donc comment négocier le virage…
        Merci encore de votre aide!
        Et bonne chance à Magali!

        • @Stéphanie
          Votre lactation va diminuer mais si votre fils est motivé à votre retour il peut sans problème relancer la lactation. Ce sera à lui de décider…
          Bonne chance !

  41. Magali

    Bonjour et merci d’avoir remis cet article au goût du jour !
    Ma fille a 20 mois et en aura 21 mi juin. Elle tète encore, en semaine le matin, vers 18h à nos retrouvailles, et le soir sporadiquement, souvent dans son lit au coucher. Le week end c’est quand elle le souhaite, ça peut être très souvent mais très peu à la fois. En gros je dirais qu’il nous reste deux vraies belles tétées : au réveil et aux retrouvailles.
    Pour la première fois à la fin du mois, je vais partir sans elle une journée entière + une nuit (départ après la tétée du matin et retour le lendemain en début d’après midi), et cela m’angoisse énormément. Pas pour ma production car au stade où nous en sommes je ne m’inquiète pas pour les quantités, mais j’ai très peur qu’elle se sèvre et décide de ne plus téter. Elle est en effet à l’âge où elle peut « oublier » de téter si elle a des choses plus intéressantes à faire, et c’est bien normal. Mais c’est moi qui ne suis pas du tout prête à arrêter ! J’essaie de me rassurer en me disant qu’elle aime encore beaucoup téter et que ça reste son principal aliment du matin, sa consolation quand elle s’est fait mal ou qu’elle est grognon, son occupation quand elle s’ennuie… Mais malgré tout je ne peux m’empêcher de m’inquiéter.
    C’est une grande fille maintenant et il faut que j’accepte qu’un jour elle ne voudra plus téter… Mais comment font donc les autres mamans ?

    Je n’attends pas véritablement de réponse, j’avais juste besoin de me confier je crois.
    Merci pour vos articles.

    • @Magali
      C’est tout à fait normal de ne pas être prête. Ceci dit, il y a très peu de chances qu’elle se sèvre pour 24h d’absence…

      • Magali

        Bonjour Véronique,
        Un tout petit retour d’expérience.
        Finalement, vous (et tout le monde !) aviez raison, tout s’est très bien passé. J’ai eu le plus gros câlin de l’univers quand je suis rentrée à la maison, et à peine 10 minutes plus tard un timide « téter maman ? » qui a fait disparaître tous mes doutes.
        J’ai exprimé mon lait manuellement le matin où ma fille n’a pas tété car j’en ressentais le besoin, et j’ai été très surprise de la quantité de lait (qui a malheureusement fini dans le lavabo…)que j’ai obtenue. Je ne tire plus du tout mon lait depuis plus d’un an et je ne pensais pas en obtenir autant !

  42. sasmirah

    Bonjour,

    je reviens poster pour partager mon expérience de déplacement de 8 jours avec une petite fille de 14 mois, têteuse acharnée!

    Contrainte à partir par mon employeur, j’ai stockée du lait au congélateur. Je n’étais pas inquiète à ce sujet, parce que ma fille était déjà en allaitement mixte (allaitement avec moi, lait de vache avec papa ou nounou). Je suis donc partie avec mon tire-lait sous le bras. J’ai tiré 3 fois par jour puis 2 fois car j’avais du mal à me détacher du temps (je travaille avec des enfants, et nous n’avons pas toujours la possibilité de faire des pauses: par exemple si nous partons une journée avec pique-nique, pas de tirage). Ma lactation a donc diminué au fil des jours, et le tirage pouvait être long et fastidieux, généralement 30 minutes, avant de commencer la journée ou après le coucher des enfants. C’était contraignant, fatigant, mais j’ai pu congeler mon lait et le ramener. J’ai un peu souffert d’engorgements et il m’ait arrivé de devoir me lever la nuit pour exprimer manuellement mon lait, car le tirage du soir n’avait rien donné…A mon retour, ma fille m’a fait un merveilleux accueil, plein de tendresse et de douceur. Elle avait passé une bonne semaine avec son papa et sa nounou. Elle n’osait pas vraiment me demander le sein, et regardait ma poitrine en coin. Je lui avait expliqué avant mon départ la situation et aussi, qu’elle pourrait têter, si elle le souhaitait encore, à mon retour. Je lui ai donc rappelé. Quelle joie pour elle de retrouver le sein! Par contre, après une semaine, avec peu de tirages, le lait ne venait pas. Le premier soir a donc été très difficile!!! Elle têtait, pleurait, retêtait, repleurait, et j’avais envie de pleurer avec elle! Elle a refusé en hurlant le biberon que je lui tendait en desespoir de cause, et a tété un maximum le soir, la nuit le lendemain, etc. J’ai pu mesurer sa determination. De mon côté, j’ai fait une cure de tisanes d’allaitement et en 2/3 jours, j’avais du lait à profusion. Ce qui était chouette, c’est que j’étais en vacances et donc complètement disponible.
    Donc, je peux dire que c’est possible! Avec un peu d’organisation, mais surtout beaucoup de détermination.

    Aujourd’hui, ma fille a presque 16 mois, et ne semble pas du tout prête à se détacher du sein. Et malheureusement, mon prochain déplacement professionnel est de 15 jours!!! Et impossible pour le papa ou une autre personne de venir sur place (question de durée de trajet, de manque de congés, etc). Alors je me demande si ces 15 jours ne vont pas marquer la fin de l’allaitement, ce qui m’attristerait si ma fille n’estpas prête… Qu’en pensez-vous?

    • @sasmirah
      Merci beaucoup pour ce retour d’expérience !
      Pour les 15 jours, c’est impossible de prévoir, je suis désolée.

      • sasmirah

        On ne peut pas savoir si la lactation va disparaître ou non? C ça ? Même en tirant mon lait?

  43. virginie

    Bonjour,
    Tout d’abord un retour d’expérience sur un déplacement professionnel qui a eu lieu quand ma fille avait 6 mois. Je suis parti 3 jours, mais le papa a pu m’accompagner avec bebe.J’ai donc juste prévu la quantité de lait nécessaire pour les 3 journées car je pouvais donner le sein le matin et le soir. J’ai mis le lait en soute avec un thermomètre. Tout s’ est bien passé. J’avais aussi choisi un hôtel avec un frigo dans la chambre. Par contre, je n’ai pas pu tirer le lait la journée, donc ça a été un peu difficile pour ma poitrine.
    A partir de septembre, je devrai m’absenter 3 jours par semaine une semaine sur 2. Ma fille sera plus grande, elle aura 10 mois. Je me demande comment gérer ces absences. Normalement, j’aurai du stock pour laisser au papa et à la nounou et pour optimiser mon stock , ma fille pourrait prendre des yaourts dans la journée . De mon côté, je ne pourrais probablement tirer que le matin et le soir et je ne pourrai probablement pas conserver le lait. Est ce que ce sera suffisant pour maintenir la lactation? Est ce qu’à cet âge, mon absence ne va pas detourner ma fille du sein et aboutir à un sevrage non souhaité?

    • @Virginie
      Merci de ce retour d’expérience !
      2 tirages devraient être suffisants pour maintenir la lactation mais effectivement il y a un risque pour que votre fille se détourne du sein. C’est un risque, pas une obligation !

  44. Gaëlle

    Bonjour,
    Maman d’un ptit bout de 6 mois et demi, allaité exclusivement, j’ai un déplacement pro prévu aux USA fin août.
    D’ici là , j’imagine qu’il ne tétera que matin et soir, voir encore pendant la nuit. Du coup, pas besoin de tirer mon lait en journée.
    Ma question concerne le décalage horaire. C’est peut-être une question bête, mais mon corps est habitué à le nourrir à des heures fixes (françaises). Comment suis-je supposée tirer mon lait aux US ?
    Ex: j’allaite à 8h. Lorsque je serais aux US, il faudrait du coup que je tire mon lait à 2h du matin?…afin que rien n’est changé à mon retour ?

    Merci beaucoup pour votre réponse.

    • @Gaëlle
      C’est plus le nombre de stimulations par 24 h qui compte plutôt que les horaires. Donc vous pouvez tirer votre lait aux heures qui vous arrangent !

      • Gaëlle

        Merci beaucoup !!!! Me voilà soulagée !
        Et encore bravo pour toutes les informations que vous pouvez apporter ! Cela m’a beaucoup aidé et m’aide toujours 🙂

  45. Stéphanie

    Bonjour,
    Après avoir exposé mes inquiétudes en Juin, je voulais donner mon retour après une première mission de 4 jours (presque 5 en fait…)
    Je n’ai pas du tout tiré mon lait, comme prévu. Heureusement j’étais à la période du mois où j’ai naturellement une baisse de lait assez forte, j’ai pris des gélule de sauge pour diminuer encore la lactation et de l’ibuprofène pour éviter toute inflammation.
    Je n’ai pas eu du tout d’engorgement, à peine des picotements et les seins un peu chauds le mercredi soir (dernière tétée le lundi à 6h), s’est passé avec quelques compresses d’eau froide. Retour à la maison le vendredi à 19h, M. Mon Fils déjà au taquet et full de lait, à ma plus grande stupéfaction!!
    J’avais commencé à briefer mon fils en lui disant que je le laisserai téter s’il le voulait mais que je n’aurai probablement pas de lait Il s’est arrêté au bout de quelques gorgées pour me dire, ravi, « lait, lait »! :oD
    Cela peut rassurer les mamans de de « vieux téteurs » comme le mien, même en cherchant à diminuer a lactation elle peut se maitenir sur 4/5 jours…
    Mais moi, j’étais dépitée!
    Parce qu’à dire vrai, même si mon fils n’est pas prêt, je suis moi de plus en plus motivée pour arrêter (le bonhomme à 21 mois maintenant, il aura profité…) et je comptais assez sur cet absence pour le sevrer!
    Cela dit, je dois repartir très bientôt, pour 11 jours cette fois. Je vais continuer la sauge (j’ai poursuivi depuis mon retour ça diminue en effet un peu) et commence déjà à expliquer à mon téteur de fils que c’est le début de la fin et que bientôt tout ça sera un beau souvenir
    Mais je ne sais pas quels arguments trouver pour bien lui exliquer tout ça, quand on lui dit qu’il est grand, il répond « non petit ». Ma prochaine absence est lontaine (dans 1 semaine et demi) et abstraite pour lui.
    Je ne sais pas comment je vais gérer le retour? L’empêcher absolument de téter? le laisser essayer pour lui montrer que c’est fini? (avec le risque d’avoir encore du lait malgré la durée!) Quoi lui dire pour qu’il accepte cette frustration? Il peut piquer des colères noires quand j’ai une baisse de lait et stoppe la tétée parce que ça me fait mal
    Bon, je suis un peu hors sujet puisqu’il s’agit de gérer un sevrage d’un grand et non l’absence mais j’ai vraiment besoin de conseils (ici on est un peu radical sur le sevrage à base de piment sur les tétons! Difficile de trouver des conseils avisés )
    Merci d’avance pour les conseils, et bonne chance à toutes les mamans qui souhaite allaiter longtemps, c’est vraiment de super moments de complicité (et d’autres moins sympa quand il ss’agit de se lever à 6h pour la tétée du matin!)

    • @Stéphanie
      Si pour vous c’est très clair que vous souhaitez arrêter, je vous suggère de le faire sans forcément le lier à vos déplacements. Quand votre fils vous retrouve, c’est certainement important pour lui de téter donc difficile de lui refuser. Par contre le jour où vous décidez d’arrêter, vous lui expliquez et vous êtes là pour l’aider à passer le cap. Oui il va pleurer pour dire qu’il n’est pas d’accord mais vous pourrez l’accompagner en douceur.
      Bon courage !

  46. Stéphanie

    Merci beaucoup de ce retour, qui m’a ouvert les yeux!
    C’est vrai que ce n’est pas très fair play de « profiter » d’une absence pour ce sevrage. A vrai dire, je n’arrive pas à assumer que je vais le priver de quelque chose qui est important pour lui. Et pourtant ça devient vraiment important pour moi!
    Parallèlement à votre message, Mon Grand Téteur a de lui même (ou presque, j’ai esquivé ses demandes les 2 premiers jours) arrêté de téter le matin. Depuis, je lui dis que je n’ai plus assez de lait et qu’il ne tétera que le soir avant de s’endormir et que ce lait là aussi va s’arrêter. Je continue la sauge, donc je n’ai effectivement plus trop de réserve…
    Je lui explique qu’il est grand et que c’est normal que ça se passe comme ça, quand on vieilli le lait s’arrête (oui, je n’assume vraiment pas que c’est moi aussi qui en a assez!).
    Le manque au retour de mes 10 jours d’absence sera moins cruel, j’espère.
    Comme c’est compliqué!
    Merci encore de vos articles et conseils, c’est tellement éclairant. Surtout quand l’allaitement se poursuit au-delà de ce qui est « normal » dans nos sociétés…
    Très bon week-end.

    • @Stéphanie
      Je suis heureuse pour vous de cette réflexion qui avance !

      • Lorraine

        Bonjour,
        on a « réussi » à sevrer mon premier garçon en lui donnant envie de grandir, il avait 26 mois. Le projet: lui acheter un lit de grand qu’il a choisi lui meme, on en a parlé au moins 2 mois avant de le faire. Une fois acheté et monté, pour le premier coucher, je n’étais pas là , donc il n’a pas pu téter. Le lendemain matin, il a demandé, mais avec mon mari on lui a rappelé qu’il était grand maintenant et qu’on pouvait passer directement au petit déjeuner. Il s’est passé plusieurs jours sans qu’il réclame sa tétée. Puis il a voulu réessayé, j’ai dit ok, mais ça ne lui avait finalement pas tant manqué que ça un sevrage en douceur comme j’en rêvais. Je précise que c’était un gros teteur (de jour comme de nuit), mais qu’il avait passé le mois précédent quelques jours sans nous, et avait donc commencé à savoir se passer du sein, sans pour autant l’avoir abandonné.
        Bon courage à toutes celles qui se demandent comment arrêter l’allaitement de manière douce

  47. Lorraine

    Mon deuxième fils a 1 an aujourd’hui !
    Je prévois de partir au Canada pour le travail pendant 7 jours (et 7 nuits) dans un mois environ. Ca me tracasse pas mal, du fait de laisser les enfants si longtemps (ils sont déjà passé une nuit sans moi), que mon bébé ne fait pas ses nuits, et que je ne veux pas arrêter l’allaitement maintenant.

    Comme je ne tire presque plus mon lait la journée mais seulement le soir après l’avoir couché, je n’ai pas un gros stock de lait congelé, juste un sac de 150 ml environ par jour d’absence, qui devront être gérés par Papa dans un premier temps et par les grands-parents ensuite.

    Mon bébé aime prendre des biberons (de mon lait habituellement, 2 petits dans la journée), alors j’ai commencé à introduire du lait en poudre bio qu’il accepte bien, c’est un grand soulagement, même si je ne veux pas que ça le détourne du sein. J’hésite donc sur les directives à donner à ceux qui s’occuperont de lui. Quand vaut il mieux lui donner le lait maternel? le matin et le soir, et compléter avec celui en poudre durant la journée? il est diversifié donc mange aussi des yaourts, mais apprécie le réconfort du biberon, je voudrais juste lui donner la bonne quantité

    Pour soulager mes seins et entretenir ma lactation, je prévoyais d’amener mon tire lait manuel avent, meme si d’habitude j’utilise le Lactaline d’Ameda (double pompage). Je trouve qu’en cas de seins très tendus, le manuel peut etre assez efficace, car en peu de pompage on récolte beaucoup. Quels seraient vos conseils? Est ce envisageable de ramener son stock de lait en avion dans la soute (au moins le lait tiré des derniers jours) ?

    Merci pour vos conseils. Je me sens assez coupable car ce déplacement n’est en soi pas obligatoire, mais bien vu pour ma carrière (et on a déjà payé l’inscription à la conférence), et j’y vois aussi une respiration pour changer du quotidien (qui devra être géré par le Papa en grande partie). le tout sera d’en profiter vraiment sans trop culpabiliser.

    A bientôt

    Lorraine

    • @Lorraine
      Les personnes qui s’occuperont de votre fils peuvent donner votre lait en priorité et l’autre quand il n’y a plus de votre lait.
      Ceci dit, il peut aussi, à son âge, boire tout simplement du lait entier.
      Le plus simple est de le laisser prendre ce qu’il souhaite.
      Emportez le tire-lait qui fonctionne le mieux pour vous.
      Par contre vous ne pourrez pas rapporter votre lait en soute car ce n’est pas réfrigéré correctement.
      Bon anniversaire à votre fils !

      • Charlotte

        Je prévois de partir en Russie pour le travail pendant 6 jours. Comme pour Lorraine, c’est important pour ma carrière mais pas fondamentalement obligatoire.
        Comment faire pour ne pas trop culpabiliser?
        Le risque de sevrage est-il fort? Idem pour la lactation (en tirant deux fois en tire-lait manuel)? Le risque d’engorgement est possible (bébé sera trop loin en cas d’engorgement – 13H d’avion)?
        Bref beaucoup de questions pour un bébé qui aura 16 mois, avec pleins d’exemples autour de moi de maman qui sont partis dans la première année de leur bébé sans soucis (par contre, allaitement arrêté).
        Merci!

        • @Charlotte
          Je ne sais pas quoi faire pour que vous ne culpabilisiez pas 😉
          A cet âge là , il y a de fortes chances que votre enfant reprenne le sein à votre retour mais on ne peut jamais être sûre. S’il reprend le sein, votre lactation repartira sans problème si vous avez tiré régulièrement pendant votre absence.

  48. Bonjour,
    Comme Lorraine, dans 2 mois je pars en déplacement professionnel pour quelques jours (4_5 jours). Mon bébé est plus grand (16 mois, il aura donc 18 mois) mais je l’allaite toujours et cela nous convient bien. Il boit bien du lait de vache entier par ailleurs. Mon questionnement porte donc plutôt sur ma lactation : après jours d’absence, va-t-elle se maintenir (dans le cas où je l’allaite encore dans 2 mois) ? Ou devrais-je par prévention tirer mon lait au moins le matin et le soir ? (je ne tire plus mon lait depuis ses 11 mois!). Ou devrais-je initier un sevrage à étalonner sur 2 mois ? Merci ! 🙂

    • @Evita
      Je pense que vous pouvez prévoir un ou deux tirages pendant vos jours d’absence, ne serait-ce que pour éviter l’engorgement.

      • Evita

        Merci !
        Et pour la période pendant laquelle je serai absente, avez-vous des conseils (mon garçon tête encore la nuit, au minimum 1 fois ! ) ? Lui donner un gros bol de lait le matin, un verre le soir ? Et beaucoup de calins de la part de son Papa ? Cela fait longtemps qu’il n’a pas pris de biberon donc je pense que cela ne l’interessera pas ?

  49. Karine

    Bonjour, peut être ai je lu trop vite les commentaires , mais je cherche à m’organiser pour un a/r d’une journée en avion. Actuellement, je tire mon lait 2 fois par jour au boulot +1 fois le soir…j’ai une lactation un peu tirée par les cheveux malgré fenugrec et qui chute vite. Mon fils a 15 mois bientôt ce n’est dc pas dramatique mais bon…. comme je vais partir à 5h30 du matin, je vais tirer mon lait pour qu’il ait un bib à son réveil. j’ai vu qu’une maman avait tiré dans les toilettes de l’avion ? c’est « toléré » ? (j’avoue que j’ai abandonné les toilettes du train, le controleur ayant déjà ouvert les toilettes de force aec sa clé alors que je lui expliquais la situation et que je me suis fait jetée…..je tire maintenant dans les espaces de change de bb…) ? qu’est ce qui est interdit en cabine ? le lait lui même ? les contenants ? le tire lait ? j’espère ensuite pouvoir tirer a midi .. Avez vous eu cette espérience ? comment avez vous fait ? (je sais que c’est moins d’organisation qu’un déplacement de 7j ou plus, mais j’ai une lactation sur le fil donc je suis preneuse de conseils!). merci !

    • @Karine
      Le problème des toilettes dans l’avion, c’est le temps d’occupation, les gens risquent de râler et vous risquez effectivement des ennuis.
      C’est le lait qui est interdit en cabine, comme tous les liquides. Je vous suggère donc d’attendre d’être arrivée pour tirer.
      Si vous tirez votre lait, vous ne pourrez pas le rapporter dans l’avion donc ce sera juste pour stimuler et éviter l’engorgement.

      • Pour les mamans qui se posent la meme question, je viens compléter votre commentaire. J’ai déjà tiré plusieurs fois mon lait dans l’avion avec un tire lait manuel.
        Une fois dans les toilettes, j’ai prévenue l’hotesse de l’air qui etait comprehensive (elle etait passée par la aussi). Il y avait plusieurs toilettes dans l’avion … et j’ai bloqué 2 fois 15min
        Une autre fois à ma place avec un passager à coté de moi qui n’a rien dit, ni regarder. J’avais un grand foulard pour cacher et je portais des vetements d’allaitement (ce que je fais toujous). Je n’avais pas le choix, je suis arrivée en retard à l’aeroport…
        Un de mes derniers deplacements, l’avion avait 2h de retard, j’ai tiré dans l’avion (tire lait manuel) j’ai demandé au stewart une place « tranquille ». Il n’y avait personne à coté de moi. Voila pour mon experience.
        C’est faisable mais si on peut eviter c’est mieux.

  50. Bonjour,

    J’allaite ma fille de 18 mois, trois fois par jour (sans compter les tétées de nuit) quand je travaille, à la demande (c’est-à -dire très souvent) le week-end.
    Dans un mois et demi (elle aura presque 20 mois), je devrai faire un déplacement professionnel de trois jours (donc deux nuits). Je pense tirer mon lait pendant le déplacement pour éviter les engorgements. J’espère que ma fille ne renoncera pas à l’allaitement en trois jours (elle tètera le matin du premier jour et le soir du 3ème), mais, vu qu’elle est très accro, ça devrait aller.
    Je me demande surtout s’il faut que son papa lui donne du lait maternel en mon absence ; j’ai 4 petits biberons au congélateur, il pourrai en utiliser un ou deux. Mais à son âge, a-t-elle vraiment besoin de lait maternel sur cette période, ou bien peut-elle se contenter de yaourts et autres petits suisses ? Merci pour votre avis sur cette question.

  51. Bonjour Véronique,
    Je dois partir 5 jours rendre visite à ma soeur qui vient d’avoir un bébé et qui habite en Hollande et j’hésite à emmener ma 2e qui a 10 mois. En effet, ça me semble compliqué de partir seule avec mes 2 filles, la grande ayant 3 ans et demi, et j’aimerais quand même emmener ma grande rencontrer son nouveau cousin. En plus, je me dis que c’est aussi l’occasion de passer un peu de temps seule avec elle. Ma crainte est que ces 5 jours de séparation marquent la fin de mon allaitement, alors que j’aimerais vraiment continuer encore quelques mois. Ma fille tête matin et soir et 2 ou 3 fois par nuit. Je me dis que je pourrai tirer mon lait matin et soir, en emmenant un tire lait manuel (j’ai rendu le ameda lactaline car je ne tirais plus au travail, étant passée en allaitement mixte). Mais j’ai peur qu’en passant 5 jours sans téter, ma fille se détourne du sein et ne veuille plus téter à mon retour. Pensez-vous que je pourrai reprendre l’allaitement en rentrant?
    Merci de votre réponse et merci beaucoup pour ce blog si précieux!

  52. Sophie Belmonte

    Bonjour Véronique,

    j’allaite mon bébé de 18 mois matin et soir. Or, je dois partir pendant 5 jours en formation loin de mon domicile. Je serai donc absente. En cas d’engorgement, puis je enlever le surplus manuellement ou faut-il prévoir un tire-lait?
    J’ai entendu parler des gélules de sauge pr faire baisser la lactation, ainsi que de l’ibuprofène en cas de douleur?
    Qu’en pensez-vous vu qu’à mon retour je compte redonner le sein à ma fille, si elle accepte.
    Un grand merci pr votre aise

  53. Aline

    J’ai trouvé la reponse à presque tous mes problemes!!! J’aurai une question qui reste sans reponse… Quoi faire pour amener le lait congelé en avion (long trajet, plus de 8h)? A part le jeter j’ai pas d’autre choix?? 🙁
    Courage a toutes!!!

    • @Aline
      A priori vous ne pouvez pas transporter votre lait en avion : il sera refusé en cabine (mais demandez quand même à la compagnie aérienne) et en soute il va geler, dégeler et sera donc inutilisable.

  54. sanae 2016

    bonjour,
    je dois partir pour une semaine en mission en Afrique du sud (un vol de plus de 15 heures continues). je me demande si le transport du tire lait n’est pas interdit en cabine d’avion? j’ai constaté récemment que les mesures de sécurité deviennent de plus en plus serrées et je crains que les services de sécurité portuaires me le prennent. de plus combien de fois dois je tirer le lait dans l’avion? pour information mon bb a 6 mois il a à peine entamé l’allaitement mixte. je tire deux fois par jour un le matin au boulot le second le soir en rentrant. bb tète à midi, le soir et la nuit. j’ai vraiment peur des situation d’engorgement, surtt que je ne connaitrai exactement ma charge du travail qu’une fois arrivée sur place

    • @Sanae
      Malheureusement vous risquez de ne pas pouvoir transporter votre lait en cabine… Vous pourrez tirer à la même fréquence que d’habitude et jeter

  55. HEBTING

    Bonjour,

    Ma petite a tout juste 5 mois, je dois partir pendant 5 jours et 4 nuits en déplacement professionnel dans 6 semaines. Elle aura donc 6 mois révolus.

    Actuellement, elle boit le lait maternel exclusivement, depuis ses 4 mois elle goûte (pas de quoi la rassasier) quelques purées et du yaourt nature 1 fois par jour. Depuis quelques jours nous ajoutons une compote au goûter et elle a pris goût aux purées et en mange donc plus. Toutefois elle finit toujours par une tétée.

    Je m’absente environ 1 fois par semaine pendant 2 heures depuis qu’elle a 2 semaines et c’est son papa qui la garde et la nourrit de mon lait tiré. Tout se passait très bien jusqu’à ses 3 mois.

    Depuis elle refuse le biberon, rien à faire, elle ne mange pas pendant mon absence. Ce point n’est pas vraiment inquiétant car j’ai bien conscience que ces quelques heures sans manger ne la mette pas en danger. Le problème est plutôt qu’elle hurle à la mort, elle se met dans un état terrible.

    Je m’inquiète donc pour mon déplacement, le papa a pris une semaine de congés pour rester avec elle mais j’ai peur qu’elle lui fasse vivre un enfer et qu’elle finisse traumatisée…

    J’explique chaque jour à ma fille que je vais partir dans quelques temps et qu’elle sera seule avec son papa et on essaie de reproposer le biberon chaque jour un peu sans succès jusqu’à présent. Mais du coup le papa pense que je devrais éviter les tétées réconforts, ce qui me coûte énormément car ce réconfort fait pour moi partir de l’allaitement, sans ça on se résume à une machine à faire manger…

    Je pense essayer de changer de tétine, on m’a aussi parlé de remplacer les tétées par du yaourt pendant mon absence mais pendant toute une semaine ça me semble long…

    Avez vous des suggestions?

    • CATHERINE

      pardon… mon nom est Catherine… fausse manip’

    • @Catherine
      Le plus probable c’est que votre absence se passera bien car votre bébé comprendra que vous êtes vraiment absente. Donc elle prendra soit le biberon soit les solides.
      Bon courage !

  56. Elvite

    Bonjour,
    Je viens moi aussi partager mon expérience. J’avais un déplacement prévu de longue date. Je m’étais donc renseignée grâce à cet article et aux différents commentaires sur comment m’organiser pour ce déplacement de 3jours. Ma fille a bientôt 8 mois et elle est toujours allaitée. Mon déplacement était prévu mercredi, jeudi et vendredi avec voyage en train. Il s’agissait de 2 journées de travail avec des clients et des entreprises partenaires.
    Pour la nounou, j’ai laissé des sachets de lait congelé. Pour la maison avec le papa j’ai tirer dimanche lundi et mardi 3fois par jours de façon à qu’il y ait assez de lait pour le matin, le soir et la nuit.Il y avait donc en tout 8 bib de 100 à 150 ml. En fin de compte seul 4 biberons ont été utilisés. J’angoissais un peu pour les nuits car à mon grand desespoir, ma fille ne les fais pas et je lui donne souvent des tétées. Et bien le papa a bien gérer en faisant des câlins, donner la tétine et si vmt rien n’y faisiant il donnait un bib. Tout s’est bien passé de ce côté là .

    De mon côté le mercredi matin il y a eu 2 tétées avant le départ du train. Dans ce dernier j’ai tout de suite prévenu le controleur de la situation. Il m’a gentiment montré la nursery et dit que si on lui signalait une personne enfernée pdt longtemps, il ne viendrait pas me déranger. J’ai donc tirer une fois dans le train. En arrivant pour la préparation des journées suivantes, j’ai pu m’isoler pour tirer en milieu d’après midi et le soir dans la chambre d’hôtel. Toutes les personnes assistant aux groupe de travail me connaissent et savent que j’ai eu un bébé il y a peu. J’ai prévenu les organisatrices de ma situation et j’ai pu trouver un lieu pour tirer les jours suivants durant les poses. Personnes n’y faisant attention et si quelqu’un se posait des questions je n’ai eu aucune remarque.
    La nuit de mercredi à jeudi s’est bien passée. J’ai pu faire une nuit complète pour la première fois depuis 7 mois!! Mais je me suis réveillée à 5:30 à cause des seins qui commencait à s’engorger. J’ai donc tirer mon lait au TL manuel (20 min en tout environ) de façon à vider mes seins. AU cours de la journée,pareil TL manuel durant les poses environ 15 min dans le but de vider. Je tentans en fait de reproduire un peu une journée de travail normale avec les tétées et les tirages au boulot. Tout allait bien me semblait il mais en fin de journée vers 19h je me suis retrouvée avec le seins gauche à moitié engorgé et le sein droit comme du béton!!! (Je ne comprend pas ce qui s’est passé!) Donc là , je suis passée sous la douohe et j’ai massé mes seins pdt de longues minutes, puis j’ai exprimer manuellement. Le lait sortait à flot et je me suis dit que c’était du gâchis. Puis j’ai enchainé avec le TL manuel toujours pour bien drainer mes seins. Ok pour le droit mais je gauche refuse de se laisser faire
    Vendredi matin, douleurs au sein gauche et points durs sous l’aisselle que je n’arrive pas à faire passer. Je prends de l’ibuprofène et mon mal en patience car je retrouve ma fille en fin de journée. Ce jour-là j’ai tire juste ce qu’il fallait pour le soulager sans drainer complètement les seins.
    Le soir ma fille me fait une grand sourire et réclame sa tétée dans la foulée. En 1 min chrono, l’engorgement était résorbé! Elle a tété pendant de longues minutes. On sentait que ca lui avait manquer!!! Et j’étais contente qu’elle ne m’en veuille pas!

    Donc grâce aux bons conseils de Véronique tout s’est bien passé. J’ai cependant un question. où ai-je fais un erreur qui à conduit à cet engorgement? Ai-je trop stimulé? N’aurais-je pas dû drainer?

    • @Elvite
      Merci pour ce témoignage très complet !
      Je ne pense pas que vous avez trop stimulé mais plutôt que le tire-lait était moins efficace que votre bébé et que vos seins ont finis par s’engorger car moins bien drainés.

  57. Elvire

    Bonjour, je viens de laisser un long commentaire qui doit être parti dans les spams.
    Pour le completer, j’ai pris avec moi mon TL electrique medela freestyle et le TL manuel avent. Le manuel a servi dans la journée au cours des pauses et l’electrique le matin et le soir. Je suis bien contente aussi d’avoir appris la technique d’expression manuelle car en cas d’engorgement rien ne sort au TL.

  58. Bonjour,
    Jai des questions concernant un déplacement mais pas professionnel… Je pars en voyages de noces en février prochain ! Seulement je n’avais pas pensé que j’allaiterai encore mon bébé qui a 11 mois aujourd’hui et en aura donc 16 en février…
    L’allaitement de passe très bien depuis sa naissance, j’utilise un tire lait électrique quotidiennement pour fournir deux biberons pour la creche tous les jours. (J’ai laissé un post au sujet d’une baisse de lactation dans un autre sujet d’ailleurs !)
    Seulement voilà , jai très peur de ce voyage car je pars 15 jours entier et ai entendu dire que mon fils pouvait oublié’er comment téter en le laissant si longtemps….
    L’allaitement se passe tellement bien que je m’en voudrais que ce voyage y mette un terme et en même temps on m’a dit qu’il y avait de fortes chances pour que ce soit le cas :’-(((
    Que puis je mettre en place en amont pour tout faire pour que l’allaitement se poursuive/reprenne à mon retour ? J’ai prévu d’emmener mes tire lait (manuel et électrique) avec moi de tte façon, pour me stimuler tous les jours mais avez-vous des conseils à me donner : combien de fois par jour dois-je stimuler, quel quantité de lait mon fils aura besoin par jour pendant mon absence ?(jai des réserves au congél que j’arrive à maintenir pr l’instant).
    Je cherche à être rassurée mais je ne veux pas me leurrer non plus et me faire de faux espoirs…

    • @Nathalie
      En fait c’est quitte ou double : soit votre enfant ne voudra plus téter au retour, soit u=il sera ravie de reprendre le sein, c’est impossible à prévoir !
      Oui je vous suggère de tirer votre lait efficacement au moins 3 fois par jour sinon plus.
      Pour les quantités de lait pour votre fils, vous pouvez compter autour de 500 ml par jour mais peut-être qu’il en prendra moins.

      • Nathalie PORTE

        Bonjour,

        la grande séparation se rapproche à grands pas et j’avais encore besoin de soutien / conseils !
        Mon fils a maintenant 15 mois et l’allaitement se poursuit très bien. Seul bémol, depuis une semaine il refuse le biberon de lait maternel que j’emmène quotidiennement pour lui à la crèche et a des petits suisses à la place… j’ai assez de lait au congélateur qu’il ait 3 biberons de 180 ml par jour pendant 15 jours. Je me demande si jamais il n’en avait que 2 par jour (cela fera donc 360 ml de lait par jour) est-ce que ce sera suffisant ? sachant qu’il mange un peu de fromage et possibilité de yaourts natures aussi (mais je ne suis pas vraiment pour tant qu’il a mon lait !)
        Il tète énormément la nuit depuis quelques jours, est-ce parce qu’il sent que je vais m’en aller et qu’il cherche à me garder près de lui ? je culpabilise énormément pourtant ce voyage devrait être merveilleux pour moi !

        • @Nathalie
          Bien qûr qu’il fait le plein avant votre départ et c’est bien normal ! Plus il aura de lait maternel, mieux ce sera mais surtout il prendra ce qu’il voudra bien prendre ! Je vous souhaite un très beau voyage !

          • Nathalie PORTE

            Bonjour,
            je voulais juste vous donner mon témoignage sur la séparation de 15 jours avec mon fils de 16 mois allaité ! Il n’a pas du tout voulu boire mon lait en mon absence, a refusé systématiquement tous les biberons, même à la cuillère ou à la paille. Malgré tout, à mon retour, il a réclamé de téter dès mon arrivée à l’aéroport et l’allaitement à repris comme si je n’étais pas parti ! il tète par contre beaucoup plus qu’avant mon départ, particulièrement la nuit ! mais j’en suis ravie, j’avais réellement peur que la séparation ne signe la fin de l’allaitement mais ce n’a pas été le cas !
            j’avais une question pour mon lait congelé non utilisé.. puis-je en faire des yaourts par exemple ?
            Merci et bon allaitement à toutes !

          • @Nathalie
            Merci pour ce joli retour !
            Vous ne pouvez pas faire de yaourts mais des flans : http://www.lactissima.com/a-tire-d-ailes/flan-de-lait-maternel-a-l-agar-agar/

  59. SARA MORIN

    Bonjour,

    J’ai posté une question il y a un plus d’un mois sur la reprise pro et des déplacements de 48h… Pour éviter les engorgements successifs, j’ai essayé de me « calibrer » à lui donner le sein matin et soir, même les deux weekend derniers.( c’est peut-être mon erreur) Résultat, au retour de mon dernier déplacement (48H)il a refusé le sein. Me disant, qu’il n’en voulait plus, j’ai donc renoncé… et puis depuis hier, vu que je suis un peu plus présente, il a voulu téter…il me reste un peu de lait mais pas suffisamment pour le nourrir… dois-je accepter que c’est la fin de l’allaitement ou puis-je encore espérer pouvoir relancer ma lactation ? si oui, comment ? j’aimerai vraiment pouvoir tenir encore un petit mois… (il a 5 mois)
    Merci d’avance…

    • @Sara
      S’il redemande à téter, vous pouvez lui donner à volonté et vous verrez si la lactation remonte suffisamment. De toute façon c’est bon pour lui.

  60. Bonjour
    je dois reprendre le travail à la fin du mois de janvier, mais mon travail implique des absences de 72 heures par semaine j’aimerais continuer l’allaitement en tirant mon lait (et en ayant fait des stocks au préalable) puis en reprenant l’allaitement quand je serai présente pensez vous que cela soit réaliste (évidemment avec une grande motivation…)
    merci de votre réponse

  61. Bonjour
    Je reprends le travail début janvier. Ma fille aura 10 mois. J’étais assez sereine pour ma reprise : ma fille et la nounou se connaissent bien, elle mange bien la purée et la compote, elle peut s’endormir dans la journée sans tétée, j’ai des réserves de lait au congélateur et un tire lait pour le bureau. Le gros hic est que Je viens d’apprendre que je devrais partir une semaine à 10j en déplacement dès la première semaine de mon retour. Je ne sais pas par ou commencer pour préparer cette séparation. Il me reste quelques jours devant moi mais je n’ai pas envie de mettre fin à l’allaitement … Merci d’avance pour votre aide !

  62. Bonjour Véronique,

    Je dois partir mardi prochain pour une tournée de concerts qui m’éloignera de mon grand bébé pendant une semaine (retour au matin du 7ème jour). Mon fils a 22 mois dans une semaine et c’est un serial téteur: 4 à 6 tétées en journée, et plusieurs la nuit aussi. Je ne suis jamais partie aussi longtemps, j’ai fait 48h max de déplacement auparavant… J’emporte mon Medela Freestyle avec moi. Combien de fois dois-je tirer par jour pour maintenir une lactation convenable? Et dois-je prévoir un tire-lait manuel pour les longs voyages en avion (long courrier et correspondance), car je voyage en classe éco et pour la discrétion au moment du tirage on repassera… Merci pour vos conseils.

  63. Bonjour, je dois partir en déplacements pendant 2 jours et 1 nuit.
    Mon fils de 1 an tète plusieurs fois par jour mais plus la nuit.
    Il tète le matin et soir la semaine chez la nounou et mange des produits laitiers la journée.
    Je ne tire plus mon lait depuis des mois et j’ai un sein HS.
    Comment je peux faire pour ce déplacements de 2 jours sans stock de lait à la maison ?
    Si pas de solution je vais refuser ce déplacement (c’est pour une formation)

    Merci

  64. ROBIN

    Trois mois maintenant nous alternons chaque semaine:
    3 jours de biberons de lait maternel avec du lait tiré pendant mes absences pour le travail
    et 4 jours d’allaitement au sein quand je suis à la maison

    On va essayer de continuer comme cela le plus longtemps possible mais nous sommes déjà très fiers d’avoir tenu jusqu’ici..
    Merci pour vos précieux conseils

  65. Tiphaine

    Bonjour Veronique.

    Je suis dans le même cas que Byha (4 messages au dessus).
    Dans la journée il a deja des laitages solides. Mais pour remplacer la tétée du matin et celle du soir, quel lait puis je lui donner? Et comment (biberon?)?

    J’ai un déplacement de 3 jours prévus, bebe aura 12 mois tout pile.

    Merci

  66. Tiphaine

    Veronique.
    Merci pour votre réponse.
    Autre question. Il a tendance à se réveiller dans la nuit vers 4h du matin et je lui donne habituellement le sein. Pendant mon absence pensez vous qu’il faut lui donner un biberon de lait à son réveil nocturne ou qu’il faut essayer de le sevrer la nuit? Merci

  67. Bonjour,
    Je viens faire part de mon experience de maman allaitante et travailleuse.
    Tout d’abord, votre site m’a beaucoup aidé à moins culpabiliser pour la reprise de mon travail et également à relativiser de ma situation (il y a toujours « pire »).
    J’ai repris le travail à la fin du délai légal cad au 2,5 mois de mon fils. J’ai la chance d’avoir ma mère qui habite à 5 min de chez moi et est assistante maternelle depuis 20 ans. Avant même la conception du petit je lui avait demandé si elle était prête à s’occuper de son premier petit enfant (jours et nuits si besoin !!!) elle était ravie !
    4 jours avant ma reprise du travail, nous avons fait la période d’adaptation, je tirais et livrais aussitôt, pour pouvoir faire des reserves (très petite réserve)
    J’ai donc repris le travail et nous nous sommes vite rendus compte que la consommation allait crescendo.
    Je tirais mon lait le matin à 6h30 avant le travail, chez elle jusqu’a 7h, puis à ma pause à midi. Puis le soir au retour toujours chez ma mere (assistante maternelle) vers 17h30. Puis à 21h lorsque il dormait. Soit plus de 700ml par jour au pic de production. Et une période ou je mettait le réveil à 4h du mat pour faire des reserves. Tout en sachant que mon fils ne faisait pas ses nuits et ne les fait toujours pas. Au pire, ses réveils sont à 22h, 1h, 4h, 6h. Je fais du cododo quasi systématiquement, de toute manière je m’endors pendant qu’il tète.
    A ses 3,5 mois j’ai fait mon premier déplacement de 2 jours, 1 nuit. C’était affreux, dans l’avion j’ai eu les seins au bord de la rupture, j’avais le tire lait manuel (medela harmony) mais j’avais oublié la téterelle, j’ai pressé manuellement dans les toilettes, il y en avait partout. A l’arrivée j’ai fais 3 pharmacies pour trouver un tire lait manuel. Heureusement que j’étais seule et en déplacement pour un salon en Espagne (pas de rdv).
    Depuis j’ai décidé de prendre systématiquement un bagage en soute (ce que je ne faisais pas avant). J’emporte avec moi dans ma valise cabine : soit l’électrique, soit le manuel. Et un sac congelation et 1 petit pain de glace, lorsque je tire après le contrôle sécurité à l’aéroport sur le trajet retour. (Jusqu’à présent le petit pain de glace est passé, je dit que c’est pour mon lait… et ca passe. Le jour ou on ne me laissera pas le prendre je jèterai le lait tiré. Je n’ai pas tenté en UK)
    Soit : 2 tires lait manuel (medela harmony et celui acheté en urgence en Espagne), le tire lait électrique (medela symphonie), 4 pains de glace minimum. Des sachets conservation pour le lait. Et 2 glacières souples dans lesquelles je stocke le lait et les pains. Et des bouts d’éponge, une brosse à dent et du liquide vaisselle dans un petit contenant pour nettoyer le matériel.
    Je réserve uniquement des hotels/ B&B avec mini bar ou frigo/congélateur et je demande à la reception de mettre mes pains de glace au congélateur pour la nuit. Je suis responsable commerciale et je m’occupe des clients en Europe, à ce jour j’ai voyagé et tiré mon lait, en Espagne, Italie, Suisse, Pologne, Belgique, Pays Bas, Grande Bretagne… et ponctuellement en France.
    En France nous sommes vraiment mal lotis ! Par exemple à l’aéroport de Madrid il y a une salle réservée aux familles avec bebe dont une pour donner le sein ou tirer le lait! Idem en Pologne, j’ai pu tirer mon lait à l’aéroport de Varsovie dans une salle fermée avec prise électrique, lavabo et fauteuil confortable. Tandis, qu’en France sur l’autoroute, je me suis retrouvée a tirer mon lait débout pour tourner le dos à une porte vitrée, porte sans verrou. Je n’avais pas le temps d’utiliser le manuel. J’étais trop habituée au « confort » des autres pays.
    En general, je pars 2/3 jours, 2 nuits une semaine sur 2.
    Aujourd’hui mon fils a 7 mois, je suis actuellement en Grande-Bretagne, mes seins sont passés en lactation automatique, j’ai moins de soucis d’engorgement. Je tire allaite toujours mais c’est moins difficile comparé à il y a quelques mois.
    Tout cela pour dire que travailler sans « contact » avec bebe 10h par jour est faisable, cela demande beaucoup de temps et beaucoup d’organisation. Idem pour les déplacements il faut penser à tout, et organiser son temps en fonction. Pour ce qui est du coté pratique / materiel. De l’autre coté, je le vis tout de meme moyennement bien, les separations sont difficiles, il me manque. Si nous faisons un deuxième je prendrai un congé parental, je mets de l’argent de cote au cas ou… et le papa dans tout ca ? Et bien il est militaire, pas là de la semaine et quelques weekends également, lorsqu’il n’est pas en mission pour 4/6 mois (opex).
    Bon courage à toutes les mamans

  68. Chère Véronique,
    A mon tour de vous demander conseil. Depuis ma reprise du travail il y a 3 semaines, mon fils de 6 mois prend des biberons en mon absence en journée (biberons de mon lait que je tire tous les jours au boulot, complétés au besoin par du lait artificiel). Je l’allaite à volonté les week-ends et jours de congé, et quand je travaille, le matin avant de partir et le soir en rentrant (en général, une fois à mon arrivée et une fois avant son coucher- il arrive aussi qu’il se réveille puis réclame à manger la nuit mais à notre grand bonheur, cela devient très rare!). Il est ainsi habitué à avoir son premier et surtout, son dernier repas au sein. La dernière tétée-câlin a fini par faire partie de son rituel du soir et même s’il ne s’endort que rarement au sein, il la réclame toujours quand vient l’heure d’aller au lit, juste avant chansons et histoires, même s’il a fait son dernier repas peu de temps avant.
    J’effectuerai un premier déplacement professionnel dans une quinzaine de jours, pour deux jours (mais avec un départ aux aurores le premier jour) et une nuit. Ce sera la première nuit que je passerai loin de mon fils. Mon compagnon est très stressé à l’idée que notre fils ne puisse pas se passer de la tétée du soir et insiste pour que nous commencions à l’habituer à prendre un biberon le soir dès à présent, pour ne pas être au pied du mur s’il le refuse le jour venu. Je me dis instinctivement qu’au contraire, il vaut mieux lui donner la tétée le soir autant que possible, pour maintenir ma lactation… mnais c’est peut-être aussi parce que je voudrais préserver ce moment si doux au maximum! Qu’en pensez-vous? Faut-il essayer de préparer notre bébé à ce biberon du soir dès que possible (dans ce cas, je tirerais mon lait le soir à la place) ou peut-on attendre le déplacement en question? Je précise que mon travail requiert des déplacements réguliers, mais courts et que je devrai passer quelques nuits par mois hors de mon domicile à l’avenir, mais par tranches de une à trois nuits maximum… Je ne pense pas que ce soit la peine de donner plus de biberons le soir que nécessaire pour cela, mais votre avis nous serait d’une grande aide.
    Un grand merci d’avance, et un immense merci aussi pour votre blog qui m’a permis de poursuivre l’allaitement de mon fils à ma reprise du travail, en toute sérénité!

    • @Esi
      Je ne pense pas que ce soit nécessaire de supprimer la tétée du soir. Quand vous serez absente, il comprendra bien qu’il ne peut pas téter …

  69. Bonjour Véronique, merci pour vos précieux conseils, votre blog à changé ma vie de de femme qui allaite !
    On me demande de partir en décembre au Sénégal pour 10 jours pour une mission. Je vais essayer de faire reporter le voyage, car mon bébé aura 9 mois, donc en pleine période d’angoisse de séparation, cela ne me parait pas raisonnable. Si je pars vers ses 11-12 mois, pensez vous que 2 tirages par jour peuvent suffire à maintenir la lactation ?
    Merci

    • @Eva
      J’en garderais au moins 3.

      • ok, merci !

        • Bonjour,
          Voici mon retour d’expérience de voyage pro !! Je suis partie au Senegal 8 jours. J’avais réussi en m’y prenant à l’avance à mettre au congélo 24 sachets de 200 ml de lait maternel, ce qui faisait comme laitage : 3 bibi de 200 ml de lait maternel par jour + 1 yaourt. j’avais rajouté 2 tirage pendant 1 mois en plus de mes tirages habituels au boulot !
          Malheureusement, la porte du congélateur est restée quelques heures un peu entrouverte la veille de mon départ… Le lait n’avait pas fondu, que des blocs de glace, mais mon mari a préféré ne pas les utiliser même ceux au fond du congélo, mon bébé à donc finalement pris du lait artificiel pendant mon absence…
          J’ai pu tirer 2 à 3 fois mon lait par jour pendant le voyage (plus souvent 2 que 3), j’ai eu la joie de voir mon bébé téter à nouveau à mon retour comme si de rien n’était !!
          Par contre mon bébé à commencé à faire ses nuits pendant mon absence, ce que mon mari attribu au lait artificiel… Je n’ai pas pu négocier mieux qu’un mixte, mais c’est déjà bien, mon bébé à 11 mois aujourd’hui !
          Merci pour tous les conseils que j’ai trouvé sur le blog avant mon départ

  70. Violaine

    Bonjour,
    Merci pour vos conseils,
    J’ai bien noté les trucs et astuces côté maman, mais ma fille de 6 mois aime beaucoup téter le soir et la nuit et j’ai du mal à passer au 100% biberon, surtout la nuit.
    Je dois partir 2 nuits en déplacement la semaine prochaine et je me demande que faire pour la préparer au mieux de son côté.
    Auriez vous des conseils svp? Dois-je essayer une nuit 100% biberon avant le déplacement, pour essayer avant que le papa ne se retrouve seul avec elle?
    Merci,

  71. Bonjour Véronique,
    Merci pour votre site si utile, que je consulte régulièrement depuis que j’ai repris le travail en allaitant mon bébé, il y a presque un an déjà! Mon fils a maintenant 15 mois et je continue à l’allaiter matin et soir en semaine, et pour tous ses repas le week-end. Mon travail requiert des déplacements réguliers (tous les mois environ),et j’ai jusqu’ici réussi à m’en tirer avec des missions de 3-4 jours maximum, ce qui avec une bonne discipline de tirage de lait matin et soir avec un Medela Symphony a bien fonctionné jusqu’ici. Je pars ce dimanche pour une mission plus longue- une grosse semaine. J’ai peur que ma lactation en prenne un coup. Il faudrait idéalement que je tire mon lait trois fois par jour, n’est-ce pas? Je ne pourrai pas le faire durant la journée, trop de déplacements, et dans des lieux pas du tout adaptés pour la plupart. Est-ce que cela suffirait de tirer mon lait une fois le matin, une fois en début de soirée (avant le dîner) et une fois 3 heures après environ, avant le coucher? Ou les deux derneirs tirages seront-ils trop rapprochés? Merci d’avance pour votre avis.

  72. Cannelle Mermet

    Bonjour,

    Merci pour votre blog 🙂 j’allaite exclusivement mon fils de 10 mois (il prend le biberon avec mon lait le matin quand je travaille mais ne prend jamais beaucoup). Je dois m’absenter pour une mission en Chine pendant 15 jours et il aura 1 an à ce moment là. J’angoisse énormément à l’idée de le laisser par rapport à l’allaitement, je ne sais pas si je devrais le sevrer avant ou si j’essaye de reprendre l’allaitement à mon retour. Il tête encore très souvent. Est-ce qu’il est possible de reprendre l’allaitement avec un bébé de 12 mois après une aussi longue période ou vous pensez qu’il serait mieux de le sevrer. Et comme m’y prendre pour le sevrer en douceur? Je suis un peu perdue.
    Merci d’avance pour votre aide!!

    • @Cannelle
      Vous pouvez faire ce que vous sentez le mieux.
      Si vous souhaitez poursuivre l’allaitement à votre retour, il faudrait essayer d’avoir au moins 3 tirages par 24h pendant votre absence pour maintenir une lactation minimum et lui proposer le sein au retour, qu’il peut mettre quelques jours à reprendre.

  73. Helene

    Bonjour,
    je vais devoir me séparer de mon fils dans quelques mois, il ne pourra pas téter pendant cinq jours entiers, il aura alors presque 23 mois. A ce stade de l’allaitement, faut-il absolument que je tire mon lait pour stimuler la lactation? Si oui, combien de fois par 24h?
    J’ai vu plus haut 3 x par 24h, mais pour des enfants plus jeunes. Est-ce que 2 x pourraient suffire?
    Merci d’avance!

    • @Hélène
      A cet âge là, le tirage n’est nécessaire que pour éviter les engorgements donc au rythme qui vous convient.

      • Je pense quand même relouer un tire-lait électrique afin d’avoir au mois un tirage efficace le soir ou le matin, et je soulagerai manuellement au besoin.
        Merci pour votre réponse, les informations que vous me donnez vont me simplifier les choses.

  74. Bonjour,
    et merci encore pour votre merveilleux site !
    Je pense avoir la même interrogation et les mêmes inquiétudes que la lectrice précédente, mais je me permets de me tourner vers vous quand même :
    j’allaite ma petite de 14 mois, matin et soir (au coucher mais aussi avec une tétée de retrouvailles vers 18h) quand je travaille, donc environ 4 jours par semaine, et sinon à la demande le reste du temps. J’allaite aussi une fois le soir ma grande de 3ans. Mais je vais avoir un déplacement professionnel de 2 jours (et 2 soirs donc en tout 3 tétées pour la petite). J’ai très peur que cela arrête ma lactation donc mon allaitement, et cela me désespère ! Je pensais donc louer un tire-lait et tirer le lait au moment des 3 tétées (à quelques heures près). Qu’en pensez-vous ?

    J’ai une dernière question : pensez-vous souhaitable de sevrer la grande et si oui comment m’y prendre (je ne le souhaite pas, c’est un moment précieux de câlin et peut-être pas inutile pour les « apports » nutritionnels ), mais j’ai lu et entendu beaucoup sur le sujet… avez-vous des lectures à me conseiller ?
    D’avance merci infiniment !!!

    • @Pauline
      Pour 2 jours, je ne pense pas que votre lactation soit en risque…
      Je ne pense pas qu’il soit souhaitable de sevrer votre grande si elle n’en manifeste pas l’envie !

  75. Merci ! Cela confirme mes sentiments ! Je vais attendre que ma grande soit prête et en parle d’elle même (d’autant que là avec les nouveautés de la rentrée, l’école…notre petit rituel tétée câlin a toute son importance !).
    Et je ne vais pas m’embeter à re louer un tire lait pour tirer le lait pour 2 jours lors de mon déplacement pro… au pire si j’ai mal aux seins, je ferai l’expression manuelle dans la douche ? Car finalement c’est le seul « risque » (pas bien gênant) et pas que la lactation s’arrête ?
    Merci !

  76. myrtille BUSSELOT

    Bonsoir Véronique, Encore une fois de plus je viens trouver réconfort en lisant votre magnifique site!! Voilà jusqu’à présent j’ai toujours réussi à éviter les déplacements quitte à faire l’A/R sur la journée. Mais à chaque fois je rate la deuxième journée de réunion. En septembre j’ai changé de chef, et celui-ci est plus regardant sur l’obligation de déplacement. Le prochain se tiendra sur 2 jour en décembre. La règle habituelle voudrait que je parte pour dormir la veille du premier jour sur place. Du coup 2 nuits…. Je vais être franche, je suis hyper angoissée. Ma fille est « grande » elle aura 26 mois mais elle tête à la demande et surtout encore 2 à 3 fois la nuit. Je tire mon lait au travail et elle prend un biberon chez ses nounous. J’ai peur que la nuit soit une épreuve pour elle et son papa ( elle s’endort au sein et se réveille pour teter ), j’ai peur de ne pas en dormir ou à peine. Et j’ai peur qu’elle boude et ne veuille plus téter à mon retour ( ce serait une catastrophe pour moi je n’en voudrais terriblement !)…
    Vos témoignages sont vraiment les bienvenus et vos conseils Véronique le sont aussi. Encore merci pour ce magnifique lieu de partage que vous avez créé!

    • @Myrtille
      A cet âge, quand on leur explique ce qui se passe, la plupart des enfants vivent bien la nuit sans maman, quitte à rester collé contre papa.
      Elle peut effectivement refuser le sein à votre retour, cela arrive, mais c’est rarement durable. La plupart du temps, ils le reprennent rapidement.
      Bon courage !

      • Hélène

        Je suis actuellement en déplacement pour la semaine. Mon fils a 23 mois, allaité à la demande. Même s’il ne s’endort pas au sein, les couchers sont plus compliqués en ce moment et il se réveille plusieurs fois par nuit, ne veut que maman… (les dents je pense). Bref, je redoutait mon absence. J’ai commencé à lui dire 2 jours avant que j’allais partir quelques jours, en train à Paris, sans parler des tétés. Ça fait 48h sans maman, il gère super bien avec son père, n’a pas demandé à téter. Au 1er réveil de nuit, son père l’a amené dans notre chambre pour lui montrer que je n’étais pas là. Je suis épatée, en effet je pense qu’il est suffisamment grand pour avoir bien compris. Il va surement finir par trouver ça long d’ici vendredi, en tout cas j’espère que ce témoignage te tranquilisera un peu. Je crois que finalement ça a été plus dur pour moi de le laisser… Bon courage!

  77. myrtille BUSSELOT

    Bonjour Hélène, merci d’avoir pris le temps de me répondre. Oui ton petit bonhomme à l’air de gérer! Je suis convaincue que je suis moi même plus « angoissée que mon petit crapaud, mais j’ai cette espèce de culpabilité de la laisser devoir gérer cette frustration imposée et cette crainte qu’elle ne veuille plus téter à mon retour…( bon c’est une tetocheuse acharnée mais avec un bon petit caractère…)
    Bref, merci Véronique pour votre avis. En tout cas je vais souffler un bon coup, bien évidemment lui parler et nous faire confiance comme depuis le début mais je me fais violence !
    Bon courage Hélène pour cette aventure, je te souhaite de douces retrouvailles !

  78. Pauline O.

    Bonjour,
    Merci pour cet article! J’ai juste une question quant au lait tiré en déplacement : si on le conserve au frigo après avoir été tiré, puis en glacière pour le retour en train, peut-on ensuite le congeler? Si ce n’est pas le cas, le jeter?! 🙁
    Voici les précisions quant à ma situation : mon fils a 5 mois et demi. Je pars en déplacement pro en train avec 2 nuits à l’extérieur. Je tire mon lait depuis qq semaines sur mon lieu de travail. Mon tire-lait est tout à fait transportable.
    Mille merci!
    Pauline

    • @Pauline
      Oui vous pouvez le congeler si vous ne cumulez pas les maxima.
      S’il a fait 2 jours au frigo et 6h en glacière, vous pouvez le congeler.
      S’il fait 5 jours au frigo puis 12h en glacière, vous ne pouvez pas le congeler.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *