Sevrages : le témoignage d’Aurore

sevrageJe m’appelle Aurore, j’ai 28 ans et ma fille vient d’avoir 8 mois. J’avais pris la décision d’allaiter exclusivement ma fille jusqu’à ses 3 mois (ma reprise du travail) et de la sevrer partiellement (garder tétées matin et soir) à ce moment là . A 1 mois j’ai fait le test de lui donner très ponctuellement des biberons de mon lait pour vérifier que le biberon ne lui posait pas de problème. Par ailleurs je ne suis pas fan de l’allaitement en public. Tout s’est très bien passé à ce niveau là .Quelques semaines avant ma reprise, j’ai essayé de lui donner du lait artificiel. Durant une semaine j’ai remplacé une tétée par un biberon. Sauf que reprendre le travail était mon choix et je me sentais mal d’imposer le sevrage à ma fille. Du coup j’ai décidé de ne pas la sevrer et de tirer du lait 4 fois par jour pour que la nounou puisse lui donner mon lait. C’est là que j’ai découvert votre blog et les témoignages qui m’ont convaincus d’essayer. Ça a été dur : bébé tétait à 4h, tire-lait à 7h, tire-lait à 11h dans les toilettes du bureau (je travaille dans un grand groupe qui prône l’égalité homme-femme et la conciliation vie perso-pro …), tire-lait encore à 16h, tétée à 19h et tire-lait à 23h.

Ma vie tournait un peu autour de ça mais je me suis accrochée jusqu’aux fêtes de fin d’année et les 7 mois de ma fille.
C’est là que j’ai arrêté de tirer du lait. J’ai liquidé le stock de lait congelé qui restait et qui diminuait inexorablement car je n’arrivait plus à tirer suffisamment pour les biberons de la journée. Le lait artificiel a pris le relais en douceur durant la journée et j’ai conservé les tétées matin et soir.Depuis cette semaine et sa première dent, le sevrage complet est enclenché. En effet, elle joue avec le sein, le mordille (ouch !) mais ne tète plus vraiment alors qu’avec le biberon oui. La tétée du soir a donc disparu au profit d’un biberon câlin. La tétée du matin a encore lieu avec un bébé endormi donc qui ne tire presque pas. Je me demande si ce n’est pas plus pour moi, pour ce moment de partage et de câlin avec mon bébé, que je conserve cette tétée. Je ne la sortirais pas de son lit pour juste un câlin mais là j’ai le prétexte tétée 🙂 .

Au final, ce sevrage s’est fait plus à la demande de bébé qu’à la mienne mais je l’ai très bien vécu. J’ai le sentiment d’avoir été plus loin que ce que je m’étais fixé initialement tout en sachant écouter les envies de mon bébé. Le fait de l’avoir sevrée progressivement m’a évité les engorgements et autres désagréments liés au sevrage.

J’aurais plusieurs conseils pour les mamans qui veulent sevrer leur bébé.
D’abord de s’assurer qu’on est sûre de ce choix. Je pense que si j’avais sevré ma fille à 3 mois comme je pensais devoir le faire à cause du retour au travail, je l’aurais vraiment regretté.
Ensuite, de le faire progressivement et autant que possible, en suivant les demandes de bébé.
Et enfin (et surtout !), de ne pas culpabiliser ! Le sevrage n’est pas un échec ! On n’en est pas moins une bonne maman !

Articles en rapport :

..

15 Comments

  1. Ohlala comme ce témoignage fait du bien.
    Au départ je m’étais fixée 3 mois d’allaitement. Et puis finalement il était totalement inconcevable d’arrêter pour moi (d’autant que je ne reprenais le travail qu’au bout de 4 mois et demi).
    Et puis très vite s’est imposée à moi l’évidence : je ne pouvais pas arrêter l’allaitement même avec la reprise du boulot. J’aime être organisée et ne pas me laisser surprendre. Du coup j’ai fait un sacré stock en prévision (J’ai remplacé la tétée de 23h par un tirage à la machine).
    Je m’étais dit (et dit à tout le monde) « jusqu’à ses 6 mois ». Comme si la diversification était l’échéance supreme.
    aujourd’hui, la date approche à grand pas et je me dis « pourquoi arrêter? » Est ce que je le fais pour elle ? Pour moi? Ou cette « pression sociale »? et malheureusement je crois que c’est par peur de « ce qu’on peut en penser ». Et ce n’est pas une bonne raison alors je crois que je vais continuer. Et un témoignage comme ça me prouve que je fais le bon choix. Je n’arrive pas à envisager le sevrage donc pourquoi y penser ?

  2. Renarde

    Quel courage Aurore de sortir le tire-lait 4 fois par jour !! Quelle motivation !! (comme quoi, il semblerait que tu n’étais pas prête à sevrer ta fille à 3 mois ^^)
    @Jue : si tu prends le temps de te poser des questions, d’écouter ton enfant et toi-même, et de mettre de côté la pression sociale de faire ou ne pas faire tout et son contraire, tu trouveras le bon moment du sevrage 😉

  3. jessica

    perso moi je lui donne mon lait au biberon la journée au une tété matin et soir
    ma petite a 2 mois 1/2

    moi aussi je sort le tire lait 4 à 5 fois par jour

  4. Merci pour cet inspirant témoignage! je reprends le travail dans 15 jours (BB aura 5 mois) et j’espère réussir à maintenir un allaitement exclusif…l’avenir nous dira jusqu’à quand…

  5. Quand j’ai du reprendre le travail mon fils avait 4 mois et je souhaitais l’allaiter au mois jusqu’à ses 6 mois. Il a aujourd’hui 9mois et il est allaité exclusivement. Je tire 2 fois par jour mon lait pour sa « ration » du lendemain (sauf quand je travaille pas). Il est diversifier depuis ses 6mois donc il a besoin de moins de biberon. Mais quand on est ensemble c’est tété à volonté! Et quel bonheur !
    Je ne pense pas pour l’instant au sevrage, je n’ai pas encore fait mon choix. Je souhaiterais le sevrage naturel mais j’ai l’impression qu pour certain c’est mal vu d’allaiter un « grand  » bébé !
    Si vous avez des conseils…

  6. Au travers de tout ces témoignages je me retrouve…
    J’ai repris le travail après 6 mois de congés parental, impossible de me décider sur le sevrage, j’ai donc décider de continuer jusqu’à ce que ça devienne évident pour moi de sevrer BB.
    Ce temps n’est pas encore venu, et de toute manière je ne m’étais fixé aucun objectif sur l’allaitement, car je n’ai pu allaiter mon premier enfant et j’en ai été extrêmement frustrée.
    Donc pas de pression!
    Pour ma part, j’ai commencé à habituer BB au biberon, puis j’ai progressivement réduit a 2 tétées par jour et un biberon de lait en poudre en journée.
    Cela me rassure, que quelqu’un d’autre puisse nourrir mon enfant… Il aime autant le biberon que le sein. Et je n’ai pas la contrainte de tirer mon lait c’est trop de fatigue pour moi.
    Ce rythme était pris depuis 2 mois avant ma reprise et du coup on continue et ça me va très bien comme ça.
    BB a maintenant 10 mois, et je sens dans mon entourage plus ou moins proche l’incompréhension d’allaiter « encore » un bébé si grand.
    Moi aussi je portais un certain jugement sur l’allaitement prolongé, mais je ne vois plus du tout les choses de la même manière.
    Je m’efforce de ne pas céder à la pression sociale et familiale, et finalement, j’aime bien l’idée d’être une sorte d’extraterrestre. J’ai le sentiment de faire qq. chose d’important en allaitant mon bébé, je me sens valorisée, et j’ai envie de montrer à celles qui hésitent que c’est possible…
    C’est en voyant nos bambins tétouiller, que les gens s’habituent à cette idée, et que les mentalité changes…

  7. Juliette

    Très beau témoignage, dans lequel je me suis un peu reconnue 😉
    J’allaite toujours ma fille qui a 6 mois et 1 semaine. Au départ idem, je pensais la sevrer à la reprise du boulot (elle avait alors 2 mois 1/2) mais laissant la vie parler et se faire, j’ai commencé à tirer mon lait, ma puce s’est habituée à boire mon lait au biberon chez la nourrice et… l’aventure continuait !
    j’ai dû moi aussi prendre 4 pauses tire-lait au boulot + 1 vers 23h pour avoir les biberons nécessaires pour le lendemain !
    Mais depuis ses 5 mois, ma fille s’est régulée à 4 tétées par jour (7h30/12h/16h/20h en gros). De plus, j’avais commencé la diversification à 4 mois 1/2 car elle lorgnait sur nos assiettes 😎 et ça s’est super bien passé !
    Du coup, cela fait un peu plus d’un mois que je peux me permettre de ne tirer que 2 fois au boulot + 1 fois vers 23h.
    Avec accord du pédiatre, nous allons remplacer ces jours-ci le biberon de 12h après les légumes par un laitage, puis d’ici 2-3 semaines on fera pareil avec celui du goûter.
    Il ne restera donc plus que les tétées du matin et du soir ; la nourrice n’aura plus besoin de donner de biberon.
    Je me pose du coup une question : faut-il tout de même que je continue à tirer mon lait en journée pour entretenir la lactation ? ou alors celle-ci est-elle suffisamment en place pour durer avec juste les 1 tétée matin et 1 tétée soir ? Car bien sûr… ma petite mémère et moi-même avons pris goût à ce rituel et aimerions bien poursuivre encore quelques mois :)!
    Merci Véronique pour tout ce beau travail !!!

  8. Elodie

    Je me reconnais dans ce témoignage qui fait chaud au coeur!
    Au départ je ne me sentais pas d’allaité car « pudique » et j’avais peur de ne « pas avoir assez », d’avoir « mal ». J’ai souhaité tenter « l’aventure » mais en me disant que je n’allaiterai que max jusqu’à ses 3 mois.
    J’ai repris le travail à ses 4 mois 1/2 et je l’allaitais toujours exclusivement jusqu’à ses 5 mois 1/2 ou nous avons senti son envie, sa curiosité de goûter autre chose!
    Aujourd’hui elle a bientôt 7 mois et je l’allaite toujours… Il est clair qu’allaiter un bébé de plus de 3 mois n’est pas bien « accepté » dans notre pays, notre culture française… Je trouve cela bien dommage que beaucoup de personnes se voient choqués d’une femme qui nourri son enfant. Finalement on est arrivé à un tel degrés de « développement » qu’on en vient à être choqué par le naturel! Bien triste!
    Je ne sais pas quand je vais la sevrer, je redoute… Mais on me fait comprendre qu’il serait temps! J’aimerai avoir le déclic pour le sevrage car je pense qu’il est important que cela vienne de soit et pas de l’opinion général (bien que mon pédiatre me pousse à allaiter jusqu’à ses 10 mois…). A suivre, je ne me mets pas la pression, j’attends le déclic.
    Merci pour tous ces conseils précieux en tout cas.

  9. Je me retrouve un peu dans ce témoignage aussi. Sauf que moi je voulais allaiter le plus longtemps possible (mon ainée n’a eu que mon lait jusqu’à 12 mois). Mon fils a 7 mois et depuis que j’ai repris le travail(il y a deux mois), je tire mon lait 4 fois par jour (a la maison et au bureau). Au début, je ne le faisais que deux fois, mais la baisse de fréquence d’expression a aussi fait diminuer la quantité de lait. Tous les jours, je prends mon tire lait sous le bras dans les transports en commun et je le ramène à la maison le soir. Cette semaine, j’ai commencé à envisager le sevrage, mais mon petit ne veut rien savoir. Il est gardé et refuse désormais tous les biberons qui lui sont proposés (LM ou LA). Il mange sa purée ou compote et attend que je rentre pour boire le lait de maman à la source. Je suis un peu désemparée, parce que j’ai envie d’arrêter. On veut un petit dernier, et je n’aimerai pas qu’il sente qu’on lui vole sa place. Pour l’heure, c’est pas gagné, il refuse biberon, tasse à bec, cuillère, timbale. J’ai essayé 4 laits différents, rien à faire. J’aime voir téter mon fils, mais je suis fatiguée de me trimbaler avec mon tire lait et d’avoir à fournir le lait à la nounou.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *