allaitement et travailQuel choix avez-vous fait au moment de la reprise du travail : sevrage ou poursuite de l’allaitement ? Pourquoi ?

Au départ, j’étais peu renseignée sur l’allaitement. Je savais vaguement ce qu’avait fait ma sœur : elle avait un tire-lait manuel, congelait son lait et avait eu son lot de remarques désagréables de ses collègues.

Je devais reprendre le travail le jour du 5ème « mésiversaire » de mon fils. Je m’étais dit que si ça se passait bien, si j’avais « toujours du lait », j’essaierai de continuer en reprenant le travail quitte à me « frotter » aux remarques des collègues et de la hiérarchie.
Le début de l’allaitement a été très pénible pour moi, jusqu’au 3 mois de mon fils. Alors, il est devenu évident pour moi que je n’avais pas souffert 3 mois pour n’avoir que 2 mois agréables. Et tout ce que je lisais sur l’allaitement (recommandations de l’OMS, etc…) me confortait dans mon choix.

Comment vous êtes-vous organisée ?

J’ai essayé le tire-lait manuel Avent un peu plus d’un mois avant la reprise. ça marchait bien mais mes lectures me portaient à croire qu’un électrique double-pompage serait plus rapide et plus efficace. J’ai donc loué l’affreux Kitett de ma pharmacie sans la bonne taille de téterelle… Puis un calypso de chez Ardo, puis le Selecta d’Ardo. Pour conclure que tous étaient plus désagréables que le manuel, me prenaient autant de temps pour aucun gain de productivité.

J’ai repris le travail avec 10 petits pots de 100ml environ, ce qui correspondait à ses premiers biberons.
Cette réserve a fondue très vite car la reprise du travail a coïncidé avec mon retour de couche et une grosse chute de productivité.

J’ai donc été rapidement confronté au flux tendu et les tentatives de reconstitution de stock les week-end.
J’ai maintenant repris depuis plus de 2 mois et mon travail m’amène à me déplacer pour la journée complète plusieurs fois par semaine en dehors du bureau. Je ne vais jamais dans les même endroits ni avec les même personnes. Eh bien, je dois dire que jusqu’à maintenant j’ai été bien reçue partout. Bien sûr, j’ai rarement d’autre choix que les toilettes ou ma voiture pour être tranquille. Mais je n’ai eu aucune remarque négative, ni regard désapprobateur (même quand je dis l’âge de mon garçon).
Quant aux collègues et supérieurs hiérarchiques, ils sont souvent intrigués, certains s’essaient à l’humour mais je sens bien que c’est par curiosité. Là aussi, aucun retour négatif. Quand j’en ai parlé à mon directeur, il m’a dit « oui, oui, vous avez le droit à deux fois une demi-heure, j’avais une ancienne collègue qui le faisait. Vois avec l’agent d’entretien quel endroit serait le mieux pour vous. » Je partage donc avec une collègue qui allaite aussi une pièce qui était sous-utilisée sur la porte de laquelle il a rajouté un verrou. L’agent d’entretien nous a même dit que si on lui apportait un rideau, il le fixerait à la fenêtre.

Quelles ont été vos principales difficultés ?

Trouver le bon tire-lait (en fait je l’avais dès le départ mais j’espérais mieux).
Renverser un biberon en faisant un transfert (j’en ai pleuré).
La fatigue après chaque tirage (mon garçon tète 2 à 3 fois par nuit et je suis… j’étais une grosse dormeuse).
Surmonter la gêne de quitter momentanément une réunion parce que j’ai l’impression que mes seins vont exploser et surtout que mon fils n’aura pas assez de lait le lendemain.
Voir le stock du congélateur diminuer parce que c’est la semaine de règles et anticiper sur la fatigue du week-end à suivre pour reconstituer le stock.

Quels ont été vos meilleurs moments ?

Le bonheur de continuer aujourd’hui encore un allaitement qui avait mal débuté.
L’assurance de donner à mon enfant exactement ce qu’il lui faut (on a découvert après quelques tentatives que son estomac rejetait violemment le lait en poudre).

Avoir la conscience tranquille quand je passe 2 fois une demi-heure sur mon temps de travail à ne penser qu’à mon fils.
Être tout à fait tranquille quand je me déplace avec mon enfant car à tout moment, j’ai ce qu’il lui faut, à la bonne température.

Qu’est-ce que vous souhaiteriez dire aux mamans qui doivent faire un choix dans les semaines à venir ?

Surtout ne pas se mettre de pression, ni dans un sens ni dans l’autre. Ne pas se laisser convaincre qu’il FAUT faire ceci ou cela. Se laisser le temps d’expérimenter ce qui nous convient le mieux. Lire tout ce qu’on peut sur l’allaitement (sur des blogs comme celui-ci par exemple) pour pouvoir argumenter sereinement face aux questions (idiotes forcément mais qu’on aurait posées nous-même avant de se renseigner) que l’entourage pose.

Ce serait à refaire, vous referiez le même choix ? Que changeriez-vous ?

Bien sûr je continuerais d’allaiter mais je ne chercherais pas à tout prix à trouver un « meilleur » tire-lait.

Je me dis aussi que j’aurais dû faire plus de réserve quand j’étais encore à la maison et que je débordais de lait. Mais la constitution de mon lait n’était-elle pas différente quand mon garçon n’avait que 3 mois ? et n’est-elle pas maintenant exactement ce qu’il lui faut ?

Articles en rapport :

 


read more
sevrageNous poursuivons la série de témoignages sur les sevrages avec un témoignage sur le sevrage naturel : et oui, c’est aussi un sevrage !
.
« J’ai allaité mes deux enfants jusqu’au sevrage naturel.

Je n’étais pas partie pour ça à la naissance de ma fille, mais finalement cela s’est fait tout seul !

Ma fille est née en novembre 2008 et a été allaitée jusqu’en mai 2012 soit 3 ans et demi. Et mon fils est né en juillet 2010 et a tété jusqu’à ses 4 ans soit juillet 2014. J’ai donc coallaité mes 2 loulous pendant un peu moins de 2 ans.

Ma fille a cessé de téter au retour des vacances, elle ne tétait que le soir depuis quelque temps déjà et pendant les vacances elle a sauté des tétées. Puis au retour elle m’a dit qu’elle n’avait plus de lait, je lui ai expliqué quelle était peut-être trop grande… Elle a redemandé le lendemain, mais n’a rien bu, et finalement s’est dit qu’elle était trop grande, et elle n’a jamais plus redemandé.

Pour mon fils, il a décidé à ses 4 ans de cesser de téter du jour au lendemain. (il avait décidé à 3 ans d’arrêter les couches, jour et nuit en même temps !)

Évidemment je suis totalement satisfaite de ces deux sevrages, car ils ont été décidé par mes enfants ! »

Articles en rapport :

.. 

read more

revues de presse allaitementVoici l’actualité que j’ai repérée pour vous depuis un mois :

Parlons tout d’abord allaitement et travail.

– La semaine mondiale de l’allaitement maternel (SMAM pour les intimes) aura lieu du 11 au 18 octobre 2015 et aura pour thème « Allaitement et travail… ».
A cette occasion la Coordination française pour l’allaitement maternel (COFAM pour les intimes) propose différents outils :

– Une étude (en anglais) sur les besoins des mères africaines pour concilier allaitement et travail.

– Scarlett Johansson a tiré son lait aux Oscars.

– Un superbe dessin de Korrig’Anne :

korriganne

Et maintenant, l’allaitement dans tous ses états :

– Un document québécois sur les inégalités sociales pointe du doigt le rôle de l’allaitement et c’est tout à fait transposable à la France : page 60 « Parmi les facteurs protecteurs, l’allaitement est pratiquement une panacée qui compense les effets négatifs de la pauvreté. La littérature scientifique a établi que l’allaitement est associé à une diminution des risques d’avoir plusieurs maladies, à court et à long terme. Aussi, les enfants allaités courent moins de risque de souffrir d’otites moyennes aiguës, de gastroentérites, d’infections sévères des voies respiratoires inférieures, de dermatites atopiques, d’asthme, d’obésité, de diabète, de leucémie et d’entérite nécrosante, ou d’être victime du syndrome de la mort subite du nourrisson (AHRQ, 2007).
L’allaitement maternel pendant six mois suffirait à ramener le risque d’hospitalisation (habituellement plus élevé) des enfants de familles à faible revenu au niveau de celui des enfants issus de milieux privilégiés, et ce, jusqu’à ce qu’ils atteignent l’âge de six ans. »

– Un bel article sur Madeleine Brès, première femme médecin en 1875 après avoir soutenu sa thèse De la mamelle et de l’allaitement.

– Ma collègue Isabelle Steffan-Robert nous propose plusieurs articles :

– Un excellent article d’explications sur les freins de lèvre et de langue qui peuvent poser problème lors de l’allaitement.

– Une bonne explication de la physiologie de l’allaitement maternel.

– Un article sur la vague des « Brelfies« .

– Un bon article sur la crème tous usages du Dr Newman.

– Une étude passionnante sur le reflexe d’éjection du lait : « Le réflexe d’éjection, c’est lorsque le lait est expulsé hors du sein pendant une tétée. Il semble toutefois qu’on devrait plutôt parler des réflexes d’éjection. En effet, des chercheurs ont étudié plusieurs canaux lactifères d’un même sein pour remarquer que le réflexe d’éjection de chacun ne se produisait pas exactement au même moment. Le phénomène avait d’ailleurs déjà été observé chez les animaux. Selon les scientifiques, la présence de plusieurs réflexes d’éjections à la fois permettrait d’accélérer le débit du lait tout en évitant que le bébé s’étouffe. »

Rappel : vous pouvez traduire toutes les publications en anglais grâce à Google et donc les lire à peu près correctement en français !

Bonne lecture ! Et surtout, n’hésitez pas à nous faire partager vos découvertes…

Articles en rapport : 

Voir l’onglet Revues de presse.

 


read more

video allaitementJe vous propose un recensement des bonnes vidéos disponibles pour les femmes qui allaitent et reprennent le travail :

Allaitement et travail :

– une video allaitement que j’ai tournée pour la minute facile.

– l’émission des Maternelles du 9 décembre 2010 : « J’ai un problème : je retravaille et je veux continuer à  allaiter ».

– l’émission des Maternelles du 3 novembre 2011 : « Je reprends le travail et je veux continuer à allaiter »

– l’émission des Maternelles du 9 avril 2013 : « Comment concilier allaitement et reprise du travail ? »

– l’émission des Maternelles du 31 octobre 2014 : « Allaiter quand on travaille, est-ce vraiment possible ? »

Pour choisir un tire-lait :

– une video que j’ai tourné pour la minute facile.

– Une video de ma collègue sur le choix d’un tire-lait.

Pour tirer son lait :

– Les excellentes videos de Jane Morton :

Si vous connaissez d’autres bonnes videos, n’hésitez pas à me les indiquer en commentaire pour que je puisse compléter l’article !

 


read more

allaiter et travaillerQuel choix avez-vous fait au moment de la reprise du travail : sevrage ou poursuite de l’allaitement ? Pourquoi ?

J’ai repris le travail à 80 % lorsque mon bébé avait 4 mois : je n’ai pas hésité une seconde à demander un arrêt de travail d’un mois après la fin de mon congé maternité auprès de mon médecin. La raison ? C’était pour moi inconcevable de laisser mon bébé aussi petit (allaitement ou pas). Pourtant je laissais mon bébé à une personne de confiance : son papa ! Mon compagnon a pris un congé parental de 5 mois pour s’occuper de notre enfant.

Si on veut une vrai politique d’allaitement en France, il faut commencer par l’allongement du congé mater !

Continuer d’allaiter me permettait d’être présente malgré tout.

Quand mon compagnon a repris le travail, je me suis mise à 60 % et c’est un vrai bonheur de partager tout ce temps avec mon enfant. Finalement le congé parental de mon compagnon a été une expérience incroyable pour nous tous : je recommande (si on peut).

Depuis la naissance de Baby, je me suis toujours fixée de petits objectifs pour mon allaitement : d’abord 3 semaines pour l’installation de l’allaitement puis 4 mois jusqu’à la reprise du travail puis 6 mois jusqu’à la diversification (faite finalement à 5 mois car Baby avait trop envie de croquer) puis puis… Baby a 12 mois et je ne suis pas prête d’arrêter !

Comment vous êtes-vous organisée ?

J’ai commencé à faire des réserves quand Baby avait 2 mois. D’abord j’ai loué un Medela Lactina (efficace mais énorme) à la pharmacie : le 1er jour j’ai tiré 5 ml ! Oui il faut être têtue pour tirer son lait ! Au début, c’était juste « pour voir » si j’arrivais à tirer. Puis les quantités ont augmenté rapidement et j’ai changé de tire-lait dans l’objectif d’en avoir un plus petit pour le boulot. J’ai loué un Ameda Lactaline via Almafil et je ne suis pas déçue : petit, silencieux, efficace.

Malheureusement quand Baby a eu 3 mois et demi je me suis aperçue que mon lait était prédigéré… J’avais pourtant fait des tests au début mais je n’avais rien remarqué d’anormal… J’ai donc tenté de décongeler quelques sachets et… c’était immonde ! A 15 jours de la reprise, j’ai tout jeté (5 litres) et j’ai reconstitué un stock en chauffant mon lait. Je n’ai pas été abattue : au contraire ! j’ai passé des heures à réfléchir à comment chauffer mon lait au travail rapidement et efficacement. J’étais trop investie pour abandonner maintenant. J’ai tout essayé : casserole, chauffe biberon, bain marie avec une bouilloire, thermoplongeur.

A la reprise, j’ai opté pour… la casserole (avec un thermomètre). Dans les lieux où je travaille, il y a toujours une petite cuisine avec une plaque (et un frigo). Evidemment j’ai attiré les questions : déjà que tirer son lait au travail ça fait extra-terrestre mais alors là le faire chauffer à 60° précise dans la cuisine commune avec tous les collègues !!!! Quand je ne pouvais pas le chauffer, je jetais mon lait. Globalement je trouvais toujours un petit coin où tirer mon lait (je travaille dans un conseil général) mais 2-3 fois, j’ai du tirer aux WC et j’ai jeté de peur de la contamination.

Très important, j’ai acheté un bustier pour tirer mon lait : non mais vraiment j’aurais du l’acheter plus tôt ! Très pratique.

Un petit truc appris sur le blog, je mettais mon matos au frigo entre 2 tirages : gain de temps pas négligeable.

Je tiens à dire également que la prédigestion de mon lait n’a duré qu’un temps : comme je l’ai dit je n’avais rien remarqué au début donc ça a sans doute commencé vers 3 mois et ça s’est terminé vers 7 mois. Il faut tester régulièrement.

Quelles ont été vos principales difficultés ?

La prédigestion de mon lait sans doute. Avec l’expérience tirer mon lait me prenait 15 min mais le temps de chauffage (aller à la cuisine, chauffer, laver le matériel) ajoutait 15-20 min. Donc 2 fois 40 minutes par jour… Pas évident dans le cadre du travail…

Parfois j’ai eu des petits moments de doute notamment quand Baby a eu 8 mois (angoisse de séparation+poussée dentaire) et ses réveils nocturnes (3 à 5)… Mais ces moments ne durent pas longtemps.

J’ai été aussi bousculée par les différentes remarques de mon entourage : « tu lui donnes ENCORE à manger ? » (allaitement à la demande). « Tu vas allaiter ENCORE combien de temps ? » (16 ans). «Tu lui donnes ENCORE QUE ton lait ? » (mère maltraitante qui affame son enfant). Bref oui même moi médecin de mon état, du haut de mes 33 ans, on m’a fait la leçon… Finalement tout cela a augmenté ma confiance en moi car oui mon enfant est formidable : très sociable, très souriant, indépendant, jamais malade, hyper moteur. Jamais personne n’a fait le lien entre cela et la qualité de notre maternage (le papa et moi).

Quels ont été vos meilleurs moments ?

Allaiter c’est le bonheur : les tétées de retrouvailles, les tétées de nuit (oui oui ce moment rien qu’à nous deux), les tétées sur les aires d’autoroute, les tétées à la terrasse d’un café, les tétées dans le train etc… Je ne pensais pas que je deviendrais une pro-allaitement.

Je suis fière de ce que j’ai mobilisé pour Baby et je ne me suis jamais sentie aussi femme et aussi féministe de par mon allaitement.

Qu’est-ce que vous souhaiteriez dire aux mamans qui doivent faire un choix dans les semaines à venir ?

N’écoute personne : ni ta mère, ni ta belle-mère (surtout), ni ton mec (et oui), ni ton médecin, ni ta voisine.

Fais toi confiance.

Sois têtue.

Appelle une conseillère en lactation si besoin : moi j’ai appelé Solidarilait 2 fois : 2 fois j’ai pleuré pendant 1 h et… ma conseillère m’a écoutée, rassurée, motivée. Et j’ai écris de nombreuses fois à Véronique.

Renseigne toi : lire ce blog et le livre de Véronique.

Juste pour info : dans ma formation de médecin généraliste (10 ans), je n’ai pas eu une seule heure consacrée à l’allaitement… Et je n’ai appris que les complications (engorgement , mastite, etc…).

Ce serait à refaire, vous referiez le même choix ? Que changeriez-vous ?

Oui absolument ! J’espère bien recommencer pour Baby 2.

Je commencerai par faire des réserves plus tard et de manière moins angoissée car finalement Baby a eu du lait frais dans 95 % des cas. Le surplus de lait congelé a fini dans les purées. Si j’avais su je n’aurai pas jeté le lait prédigéré et j’aurai essayé de le mettre dans les purées.

Comme j’ai connu l’expérience de la pré-digestion, je chaufferai mes réserves par prévention…

Articles en rapport :

 


read more

SevragesJ’inaugure aujourd’hui cette nouvelle rubrique de témoignages sur les sevrages avec celui de Jeanne.

A quel moment avez-vous décidé de sevrer votre bébé ?

J’ai sevré mon bébé au bout de 4 mois 1/2 d allaitement à cause de ma reprise de travail.

Comment vous y êtes-vous prise ?

J’ai d’abord reçu les conseils de Mme Coursaget aux Diaconnesses qui m’a toujours été d’une grande aide durant l’allaitement. Je devais m’y prendre un mois avant la reprise, en remplaçant d’abord une tétée par un biberon, puis deux, trois…

Quelles difficultés avez-vous rencontré ?

Les choses ne se sont pas du tout passées comme prévu ! Mon bébé a totalement refusé de boire avec un biberon. Et cela pendant des semaines, parfois il prenait quelques millilitres au biberon puis s’arrêtait. Nous avons tout essayé, toutes les marques de biberon, de lait, en mettant mon lait dans le biberon, on m’a même dit de l' »affamer » car s' »il a vraiment faim, il mangera » ! Et bien c’est faux ! Le jour où j ai repris mon travail, mon bébé n’était donc pas vraiment sevré et c’était très dur de laisser comme ça chez sa nounou. Au bout de quelques jours il a pris plus facilement le biberon.

Etes-vous satisfaite de ce sevrage ?

Pas vraiment ! Je ne m’attendais pas à ce que mon bébé refuse à ce point la tétine. Avec le recul je ne vois pas ce que j’aurais pu faire de plus, peut-être prévoir un mois de plus de préparation au sevrage et ainsi faire les choses plus en douceur…

Qu’aimeriez-vous dire aux femmes qui souhaitent sevrer leur bébé ?

La clé est l’accompagnement. De son conjoint, de sa famille et d’une spécialiste en lactation. Si ces trois choses pour moi avaient été réunies j’aurais réussi mon rêve : un allaitement mixte à la reprise du travail. Biberon chez la nounou et tétées à volonté avec moi. Mais avec le sevrage mon bébé a commencé à ne plus prendre assez de poids et j’ai subi beaucoup de pression de mon entourage et de ma pédiatre pour cesser l’allaitement qui était vu comme la cause du ralentissement de croissance de mon bébé (en tout cas peu d’encouragement pour continuer). Je pense qu’une spécialiste en lactation à l’époque m’aurait été d’une grande aide. Mais c’était l’été, j’étais en vacances et donc je n’ai pas pu en bénéficier !

..


read more

revues de presse allaitementVoici l’actualité que j’ai repérée pour vous depuis un mois :

– On a parlé allaitement et travail :

– Un très joli témoignage de maman sur l’allaitement sans y penser.

– A votre avis quel est l’âge moyen du sevrage dans le monde ?

– Un texte d’historien sur l’allaitement mercenaire en France au XVIIIe siècle. Attention, c’est très dur à lire !

– L’Academy of Breastfeeding medicine a mis à jour son protocole sur la contraception et l’allaitement.

– Un très bon article sur le soutien à l’allaitement et pourquoi faire appel à une consultante en lactation.

– Une série de vidéos qui montrent le chemin vers le sein d’un bébé prématuré. C’est en anglais mais vous pouvez utiliser la traduction des sous-titres proposée par Youtube.
Je ne suis pas d’accord avec tout ce qui est montré mais ce sont de bonnes vidéos.

– Un article qui explique exactement ce que je pense et que j’essaye de faire passer comme message sur le sommeil des bébés allaités.

– Une étude très intéressante sur le microbiome des bébés allaités.

– Maman Eprouvette nous propose une belle synthèse sur allaitement et fertilité.

– Une excellente synthèse sur allaitement et obésité.

Rappel : vous pouvez traduire toutes les publications en anglais grâce à Google et donc les lire à peu près correctement en français !

Bonne lecture ! Et surtout, n’hésitez pas à nous faire partager vos découvertes…

Articles en rapport : 

Voir l’onglet Revues de presse.

 


read more

Page 2 sur 4812345...10203040...Dernière »