Aujourd’hui, je vous propose de faire leur fête aux fausses informations sur allaitement et travail.

1- Il est impossible de continuer à allaiter quand on reprend le travail.

C’est bien évidemment faux ! De plus en plus de femmes reprennent le travail en poursuivant leur allaitement. Il faut un peu d’organisation et de détermination mais c’est possible !

2- Je peux poursuivre mon allaitement avec une tétée le matin et une tétée le soir.

C’est malheureusement faux pour une majorité de femmes. Pour certaines femmes, 2 tétées suffisent pour maintenir une lactation mais pour la majorité des femmes, la lactation va s’arrêter à plus ou moins brève échéance en ne gardant que 2 tétées. Il vaut mieux partir sur un minimum de 3 tétées les jours travaillés et tétées à la demande les jours non travaillés.

3- J’ai droit à un congé supplémentaire pour allaitement.

C’est faux ! L’allaitement n’est pas un motif pour prolonger le congé maternité, sauf dans certaines branches dans lesquelles la convention collective prévoit un congé pour allaitement, comme dans les banques par exemple.

4- Les crèches sont obligées d’accepter le lait maternel.

C’est encore faux à ce jour. Les crèches comme les assistantes maternelles ont le droit de refuser de prendre le lait maternel. Seules quelques municipalités ont établi des règles en ce sens. Je vous suggère cet article.

5- Le meilleur tire-lait au travail, c’est le tire-lait manuel.

Pas du tout ! Si un bon tire-lait manuel peut convenir à certaines femmes, la plupart des femmes préfèrent un bon tire-lait électrique de petit format.

Et vous, quelles sont les idées reçues que vous avez dû combattre ?

Articles en rapport :

 

Lire des articles ou poser des questions en commentaire ne suffit pas à résoudre votre problème ? Savez-vous que vous pouvez prendre RDV pour une consultation avec moi ? N’hésitez pas à me contacter !

 

 


read more

revues de presse allaitementVoici l’actualité que j’ai repérée pour vous depuis un mois :

– Une étudeCannabis et allaitement.

– Des supers mamans :

  • Elle participe à l’ultra trail en allaitant son bébé de trois mois.
  • La première ministre de Nouvelle Zélande amène son bébé à l’ONU : « La raison de ce déplacement tient en une seule phrase : elle est encore nourrie au sein par sa mère. »
  • Allaiter dans le monde entier.

– Les consultantes en lactation du Centre Allaitement à l’honneur dans La Maison des Maternelles sur France 5 :

– Des articles :

– Un bon documentaire !

– Un peu d’humour ne fait pas de mal :

Rappel : vous pouvez traduire toutes les publications en anglais grâce à Google et donc les lire à peu près correctement en français !

Bonne lecture ! Et surtout, n’hésitez pas à nous faire partager vos découvertes

Articles en rapport :

Voir l’onglet Revues de presse.

Lire des articles ou poser des questions en commentaire ne suffit pas à résoudre votre problème ? Savez-vous que vous pouvez prendre RDV pour une consultation avec moi ? N’hésitez pas à me contacter !

read more

allaiter et travailler Je pourrai écrire des pages et des pages sur l’allaitement. C’est un vrai bonheur de ma vie ! Un accomplissement et une révélation. L’allaitement m’a facilité la maternité ! Il renforce le lien (ou en tout cas le facilite), il atténue ma culpabilité de ne pas être là tout le temps.

Je suis avocate, collaboratrice libérale. Cela signifie que je n’ai pas les droits des femmes salariées pour l’allaitement, mais que j’ai quand même un patron à qui je rends des comptes. Au moment de la reprise, j’ai fait le choix de poursuivre l’allaitement, et sur ce point-là, je n’ai  pas envisagé avoir ni son accord, ni son assentiment ! Cela signifie aussi que je ne suis pas beaucoup à la maison (tétée du matin 7h30, tétée du soir 19h30 au plus tôt) !

Quel choix avez-vous fait au moment de la reprise du travail : sevrage ou poursuite de l’allaitement ? Pourquoi ?

J’ai choisi de poursuivre l’allaitement pour ma fille (née en 2015) et j’ai fait d’autant plus ce choix pour mon fils (né en 2017).  Pour ma fille, je ne savais même pas qu’on pouvait allaiter « longtemps » (après 3 mois) ou en travaillant. Je n’avais jamais entendu parler de tire lait, je ne savais pas que ça existait. A la maternité ils nous ont donné un petit livret pour écrire les premiers jours, à la fin de ce livret il était indiqué : allaitement pendant 6 mois exclusif ???? Je me suis renseignée ! J’ai trouvé ce site, j’ai lu des témoignages et je me suis dit ok je m’organise et on verra bien ! Pour ma fille, je n’ai eu de cesse que de repousser « ma limite », j’ai arrêté à ses 15 mois pour cause de 2e grossesse. Le sevrage a été assez doux. Pour mon fils, 15 mois actuellement, je n’ai plus de limite ! On verra bien !

Comment vous êtes-vous organisée ?

Si je ne savais pas qu’on pouvait allaiter et travailler, je voulais quand même allaiter et le plus longtemps possible. J’avais donc décalé le plus possible mon congé maternité pour pouvoir profiter de ma fille et l’allaiter. J’ai fait le même choix pour mon fils. J’ai donc bénéficié de 14 semaines avec ma fille et de 15 semaines avec mon fils. (Je suis profession libérale, le RSI nous autorise à cesser le travail à j-15). Donc j’ai repris le travail, mes enfants avaient 3 mois. Ma fille allait chez ma mère et la nounou, donc très facile pour gérer le lait, l’une comme l’autre suivaient mes recommandations, et je pouvais aller sur place le midi.

J’ai voulu tirer mon lait 3 fois par jour. J’ai vite renoncé car les locaux où je travaillais à l’époque,  étaient  peu adaptés. Je tirais donc le matin avant de partir, juste après la tétée, et le midi après la tétée également. Je tirais les DEUX seins et pas seulement celui qui n’avait pas été pris par ma fille. Tirer le lait juste après que ma fille ait pris me permettait d’avoir un tirage efficace. (Le matin 200 ml minimum et le midi 150 ml minimum). J’ai eu très vite du surplus (mais je ne savais pas qu’on pouvait donner au lactarium). J’ai tiré mon lait jusqu’à ses 10 mois. Ensuite j’ai poursuivi l’allaitement sans lait tiré (je rentrais toujours le midi) jusqu’à ses 15 mois où j’arrivais à la fin du premier trimestre de ma 2e grossesse et c’était devenu compliqué pour moi. Elle a tété la nuit jusqu’à ses 12 mois. L’organisation était somme toute facile compte-tenu du fait que c’était une nounou et ma mère.

Pour mon fils c’était la crèche, donc une organisation beaucoup plus réglementée. Il fallait préparer tous les biberons à l’avance (sans savoir combien il allait avoir besoin sur la journée c’est très difficile de savoir si lors d’une tétée il aura besoin de 100 ou 200 ou 60 ml ! et bien sûr si c’est chauffé et non bu dans les 30 minutes c’est jeté !!). Je ne pouvais pas venir le midi pour l’allaiter (même si la crèche l’autorisait). J’ai repris grosso modo la même façon de tirer. Une fois le matin et une fois le midi. Comme je ne pouvais pas rentrer le midi, j’ai poursuivi le tire-lait jusqu’à ses 12 mois. Il est toujours allaité (15 mois) le matin et le soir et le weekend à la demande.

Autre remarque utile peut-être pour des mamans :

J’avais plusieurs kits, donc je rinçais juste le kit de tirage du matin, idem le midi, et mon mari (il était très investi) faisait la vaisselle du tout le soir.

J’avais fabriqué avec une brassière de sport un « kit main libre » (petit trou dans le bonnet – cette astuce fonctionne avec les kits de chez medela où la téterelle se détache)

Tirer son lait en se détendant (lire un magazine, écouter de la musique, regarder une série)

Quelles ont été vos principales difficultés ?

Pour mon premier allaitement : la course le midi ! J’avais 1h30 je devais allaiter ma fille et tirer mon lait et manger et faire l’aller-retour !  (Avec mon kit main libre je tirais le lait en mangeant)

Pour mon deuxième allaitement : l’organisation avec la crèche, gérer les multiples biberons de quantité différentes et les étiquettes, l’impossibilité en pratique de donner du lait congelé car le protocole était trop complexe (ou alors il fallait mentir sur le fait que le lait ait été congelé – je l’ai fait 2 ou 3 fois). Transporter mon tire-lait tous les jours dans le métro et les remarques de collègues qui ne voulaient pas voir le lait dans le frigo commun (j’ai dû improviser des « caches » biberons).  La «course » le midi pour avoir le temps de manger, puis d’aller tirer mon lait. La fatigue qui faisait que parfois j’avais très peu de lait et donc le stress de me dire que mon fils n’aurait pas assez le lendemain. L’attitude du médecin de la crèche qui met clairement des bâtons dans les roues, qui voulaient absolument que je donne le biberon à mon fils avant son arrivée à la crèche ! (elle n’a jamais dû entendre parler du risque de confusion sein-tétine). J’ai été en flux tendu tout le temps où mon fils avait des biberons. Je n’avais pratiquement aucun stock d’avance. La fatigue joue beaucoup dans la production de lait je pense.

Quels ont été vos meilleurs moments ?

Chaque tétée ! Pour ma fille celle du matin au réveil, pour mon fils celle du soir avant de l’endormir ! De vrais moments câlins. J’aime toutes les étapes de l’allaitement, mais j’adore vraiment l’allaitement à partir de 5 mois jusqu’à 10 mois ! Je ne sais pas pourquoi !

Le soutien de mon mari (je n’ai pratiquement jamais lavé moi-même les kits !!)

Qu’est-ce que vous souhaiteriez dire aux mamans qui doivent faire un choix dans les semaines à venir ?

 Essayez ! Vous verrez bien ! Ne posez pas la question à votre travail, informez les, mais en ayant déjà pensé à comment vous allez faire pour 1/ être sure de vous, et 2/ qu’ils ne tentent pas de vous dissuader !

Pour moi : allaiter c’est l’une des seules choses que je fais pour mes enfants dont je suis sûre qu’elle leur est bénéfique !

Une maman disait sur ce site à tire d’aile (je reprends l’idée, je n’ai plus les mots exacts) déjà qu’on doit repartir travailler, qu’on doit les laisser toute la journée, ce serait dommage de perdre en plus ce lien magnifique !

Ce serait à refaire, vous referiez le même choix ? Que changeriez-vous ?

Oui j’allaiterais à nouveau un autre enfant. Et je ferais tout pour concilier l’allaitement et le travail ! Je ne changerais rien du tout, surtout que maintenant, je suis très équipée ! Sauf peut-être que j’envisagerais mieux le don de lait !

Articles en rapport :

 

Lire des articles ou poser des questions en commentaire ne suffit pas à résoudre votre problème ? Savez-vous que vous pouvez prendre RDV pour une consultation avec moi ? N’hésitez pas à me contacter !

read more

Lorsque vous tirez votre lait au travail, vous l’utilisez pendant de nombreuses semaines. Un bon entretien du tire-lait est nécessaire.

Nous allons voir ce qui concerne le bloc moteur, les tubulures et les téterelles.

Le bloc moteur doit juste être nettoyé avec un chiffon humide une fois par semaine pour enlever la poussière, les traces de doigt ou de lait éventuelles. On ne cherche jamais à démonter le bloc moteur pour le nettoyer.

entretien du tire-lait

Les tubulures sont les tubes en plastique souple dans lesquelles il ne passe jamais de lait, uniquement de l’air. Ces tubulures n’ont pas à être nettoyées puisque le lait ne coule pas dedans. Vous pouvez les essuyer avec un chiffon humide si besoin.

entretien du tire-lait
Si vous utilisez un tire-lait de la marque Kitett (ce que je ne vous recommande pas…), il n’y a aucun système qui empêche le lait de passer dans les tubulures. Il peut donc arriver que du lait passe dans ces tuyaux et arrive jusqu’au petit flacon de recueil. Le petit flacon doit être nettoyé chaque jour pour éviter un développement de bactéries. Les tuyaux doivent également être nettoyés à l’eau chaude et savonneuse.

entretien du tire-lait

Il reste à présent la partie téterelles et flacons se vissant sous les téterelles.
Avant toute première utilisation du tire-lait,  il est nécessaire de démonter complètement tous les éléments et de les nettoyer à l’eau chaude et au liquide vaisselle, puis de les stériliser une fois.
Par la suite, pour une utilisation courante, la stérilisation n’est pas nécessaire. Par contre, chaque élément doit être nettoyé séparément à l’eau chaude et au liquide vaisselle, bien rincé.

entretien du tire-lait

Si vous utilisez votre tire-lait plusieurs fois dans la journée, le nettoyage répété peut être fastidieux.
Vous pouvez mettre les téterelles dans un sac plastique zippé (type sac de congélation) au réfrigérateur entre deux tirages. Il n’y a que du lait sur vos téterelles, or le lait se conserve très bien au réfrigérateur, donc pas de problème. Ainsi vous nettoierez votre tire-lait en rentrant chez vous le soir et vous gagnez du temps au travail. Vous changez de sac zippé tous les jours.

Et vous, l’entretien de votre tire-lait vous pose t-il problème ?

Article en rapport :

 

Lire des articles ou poser des questions en commentaire ne suffit pas à résoudre votre problème ? Savez-vous que vous pouvez prendre RDV pour une consultation avec moi ? N’hésitez pas à me contacter !

read more

Sophie est anesthésiste en libéral et fait des gardes hospitalières.

  • Quel choix avez-vous fait au moment de la reprise du travail : sevrage ou poursuite de l’allaitement ? Pourquoi ?

j’ai repris à plein temps aux 4 mois et demi de mon bébé. C’est parce que je changeais de lieu d’exercice que j’ai pu reprendre aussi tard. C’était à la fois une chance mais également stressant parce que nouvel endroit.
Autant prévu d’allaiter environ 6 mois la case tire-lait était incontournable, avant même d’accoucher j’avais rempli la demande de tire-lait à grandir nature pour avoir le Medela Symphony et j’avais rencontré une consultante en lactation.

  • Comment vous êtes-vous organisée ?

Je prends ma nourrice 55 h par semaine et je fais par mois 2 gardes de 24 h.
J’avais donc besoin d’avoir du stock.
J’ai commencé à tirer vers 4 semaines au début pas longtemps et pas tous les jours. Ça ma permis de voir le temps que ça me prenait le temps de vaisselle et quel moment de la journée était le plus adapté (le matin pour moi).
Jusqu’à 2 mois et demi j’ai donné mon lait au lactarium.
Je pensais reprendre le travail plus tôt et j’avais une nourrice à partir de ses 3 mois date où j’ai commencé à le mettre quelques heures par ci par là en augmentant progressivement.
J’ai commencé à être régulière sur les tirages à ce moment là.
J’ai testé différentes forme de stockage (petits glaçons, bâtonnets et enfin sachets) pour choisir finalement les sachets à plat pour gagner de la place.. J’ai aussi vérifié avant de stocker une grande quantité que mon lait ne lipasait pas.
Ayant un bébé glouton il a toujours accepté mon lait donc j’ai stocké de 120 jusqu’à 180 ml par sac.
Le choix du contenant a été source de stress et d’interrogations.
On lit partout qu’il ne faut pas utiliser de biberon pour éviter la confusion mais les alternatives ne me paraissaient pas adaptées à la fois pour mon bébé comme pour ma nourrice qui garde 4 jeunes bébés.
J’ai donc pris le « risque » et il n’y a pas eu de problème.
C’était son premier bébé allaité je lui ai donc expliqué de ne pas lui donner trop vite, s’il avait l’air d’avoir faim à la fin de lui faire un câlin.. Au final j’avais peur qu’elle décongèle mais elle ne m’a jamais jeté de poche.
Je lui laissais 2 poches par journée gardée mais elle avait toujours les 2 poches du lendemain + un stock au congélateur.
Le soir elle essayait de le faire patienter si elle savait que j’allais arriver.

Pour les tirages j’ai tiré tous les matins avant qu’il tète, WE compris jusqu’à ses 6 mois+ 1 fois à midi +en partant du travail.
J’ai eu la chance de découvrir une salle de tirage en néonatologie avec tire-lait et kit à disposition ce qui m’a grandement changé la vie.
J’avais plusieurs mini glacières souples un peu bariolées pour ranger ma brassiere et mes biberons.

Quand je le récupérais c’était tétées à volonté.

  • Quelles ont été vos principales difficultés ?

Retour de couche la première semaine de l’adaptation je ne tirais pas assez, heureusement que j’avais du stock. Idem avant de reprendre le travail je n’ai pas tiré pendant les vacances de noël, il a fallu à nouveau 15 jours pour récupérer mes quantités.
Se lever plus tôt tous les jours est fatiguant à la longue. Devoir calculer chaque jour quel est le moment le plus opportun pour ne pas gêner le travail (même si mes collègues ont été très arrangeants).

  • Quels ont été vos meilleurs moments ?

Les meilleurs moments sont clairement les retrouvailles, les sourires et pouvoir aller partout avec son bébé sans presque rien prendre.

  • Qu’est-ce que vous souhaiteriez dire aux mamans qui doivent faire un choix dans les semaines à venir ?

Choisir le bon tire-lait, se faire accompagner par une conseillère (les forums ne sont pas très adaptés lorsqu’on travaille beaucoup/ culpabilisant etc).
Avoir du stock ma permis de reprendre sereinement, de pas faire un drame si un tirage saute. Cela ma permis d’avoir du lait 3 mois après l’arrêt des tirages.
Assumer devant ses collègues mais ne pas attendre des fleurs ou des félicitations c’est un choix personnel. Idem être inflexible sur les horaires quelle que soit la charge de travail…se mettre à dos ses collègues est à mon avis néfaste sur le long terme.
Chercher personnellement l’endroit le plus adapté pour tirer.

  • Ce serait à refaire, vous referiez le même choix ? Que changeriez-vous ?

Si c’était à refaire je referais pareil mais en stressant beaucoup moins.

Lait maternel exclusif 9 mois.. Allaitement mixte quand je suis au travail 9 mois -1 an, exclusif si non.

 

Articles en rapport :

 

Lire des articles ou poser des questions en commentaire ne suffit pas à résoudre votre problème ? Savez-vous que vous pouvez prendre RDV pour une consultation avec moi ? N’hésitez pas à me contacter !

read more

revues de presse allaitementVoici l’actualité que j’ai repérée pour vous depuis 2 mois :

– Des articles :

  • Mon bébé a un frein de langue trop court.
  • Les accessoires indispensables (ou pas) pour l’allaitement.
  • En Inde, allaiter en public entraîne des réactions violentes, voire des avances sexuelles. Des femmes ont décidé de se battre pour briser ce tabou.
  • Pourquoi la tétée de bienvenue est indispensable.
  • Choisir l’allaitement.

– Des études :

  • L’allaitement peut-il réduire le risque d’accident vasculaire cérébral ?
  • Dans les milieux où la couverture antirétrovirale est universelle et les taux d’ allaitement élevés, l’ allaitement au sein atténue les effets de l’exposition intra-utérine au VIH chez les nourrissons au cours de la première année de vie

– Des témoignages :

– Des photos :

  • Une scène d’allaitement dans le dernier Popi
  • Pendant le show de « Sports Illustrated », cette mannequin a défilé tout en allaitant son bébé de 5 mois.
  • Street art à Glasgow
    ..
  • Anytime, anywhere : le projet photographique qui banalise l’allaitement en public.

– Un livre : Je suis très heureuse de vous annoncer la sortie de mon nouveau livre : « Cas cliniques d’une consultante en lactation » !

Ce livre est le fruit de mes années de pratique en tant que consultante en lactation et je suis émue de voir aujourd’hui cette richesse à la portée de tous.

Rappel : vous pouvez traduire toutes les publications en anglais grâce à Google et donc les lire à peu près correctement en français !

Bonne lecture ! Et surtout, n’hésitez pas à nous faire partager vos découvertes

Articles en rapport :

Voir l’onglet Revues de presse.

 

Lire des articles ou poser des questions en commentaire ne suffit pas à résoudre votre problème ? Savez-vous que vous pouvez prendre RDV pour une consultation avec moi ? N’hésitez pas à me contacter !

read more

En ce retour de congés, je suis très heureuse de vous annoncer que mon livre Allaiter et reprendre le travail est ré-édité.
Il a été mis à jour et augmenté.

Vous y trouverez un véritable guide pratique pour tout savoir sur l’allaitement à la reprise du travail.

Vous le trouverez dans toutes les bonnes librairies pour une bonne rentrée !

 

Lire des articles ou poser des questions en commentaire ne suffit pas à résoudre votre problème ? Savez-vous que vous pouvez prendre RDV pour une consultation avec moi ? N’hésitez pas à me contacter !

read more