video allaitementJe vous propose un recensement des bonnes vidéos disponibles pour les femmes qui allaitent et reprennent le travail :

Allaitement et travail :

– une video allaitement que j’ai tournée pour la minute facile.

– l’émission des Maternelles du 9 décembre 2010 : « J’ai un problème : je retravaille et je veux continuer à  allaiter ».

– l’émission des Maternelles du 3 novembre 2011 : « Je reprends le travail et je veux continuer à allaiter »

– l’émission des Maternelles du 9 avril 2013 : « Comment concilier allaitement et reprise du travail ? »

– l’émission des Maternelles du 31 octobre 2014 : « Allaiter quand on travaille, est-ce vraiment possible ? »

Pour choisir un tire-lait :

– une video que j’ai tourné pour la minute facile.

– Une video de ma collègue sur le choix d’un tire-lait.

Pour tirer son lait :

– Les excellentes videos de Jane Morton :

Si vous connaissez d’autres bonnes videos, n’hésitez pas à me les indiquer en commentaire pour que je puisse compléter l’article !

 


read more

allaiter et travaillerQuel choix avez-vous fait au moment de la reprise du travail : sevrage ou poursuite de l’allaitement ? Pourquoi ?

J’ai repris le travail à 80 % lorsque mon bébé avait 4 mois : je n’ai pas hésité une seconde à demander un arrêt de travail d’un mois après la fin de mon congé maternité auprès de mon médecin. La raison ? C’était pour moi inconcevable de laisser mon bébé aussi petit (allaitement ou pas). Pourtant je laissais mon bébé à une personne de confiance : son papa ! Mon compagnon a pris un congé parental de 5 mois pour s’occuper de notre enfant.

Si on veut une vrai politique d’allaitement en France, il faut commencer par l’allongement du congé mater !

Continuer d’allaiter me permettait d’être présente malgré tout.

Quand mon compagnon a repris le travail, je me suis mise à 60 % et c’est un vrai bonheur de partager tout ce temps avec mon enfant. Finalement le congé parental de mon compagnon a été une expérience incroyable pour nous tous : je recommande (si on peut).

Depuis la naissance de Baby, je me suis toujours fixée de petits objectifs pour mon allaitement : d’abord 3 semaines pour l’installation de l’allaitement puis 4 mois jusqu’à la reprise du travail puis 6 mois jusqu’à la diversification (faite finalement à 5 mois car Baby avait trop envie de croquer) puis puis… Baby a 12 mois et je ne suis pas prête d’arrêter !

Comment vous êtes-vous organisée ?

J’ai commencé à faire des réserves quand Baby avait 2 mois. D’abord j’ai loué un Medela Lactina (efficace mais énorme) à la pharmacie : le 1er jour j’ai tiré 5 ml ! Oui il faut être têtue pour tirer son lait ! Au début, c’était juste « pour voir » si j’arrivais à tirer. Puis les quantités ont augmenté rapidement et j’ai changé de tire-lait dans l’objectif d’en avoir un plus petit pour le boulot. J’ai loué un Ameda Lactaline via Almafil et je ne suis pas déçue : petit, silencieux, efficace.

Malheureusement quand Baby a eu 3 mois et demi je me suis aperçue que mon lait était prédigéré… J’avais pourtant fait des tests au début mais je n’avais rien remarqué d’anormal… J’ai donc tenté de décongeler quelques sachets et… c’était immonde ! A 15 jours de la reprise, j’ai tout jeté (5 litres) et j’ai reconstitué un stock en chauffant mon lait. Je n’ai pas été abattue : au contraire ! j’ai passé des heures à réfléchir à comment chauffer mon lait au travail rapidement et efficacement. J’étais trop investie pour abandonner maintenant. J’ai tout essayé : casserole, chauffe biberon, bain marie avec une bouilloire, thermoplongeur.

A la reprise, j’ai opté pour… la casserole (avec un thermomètre). Dans les lieux où je travaille, il y a toujours une petite cuisine avec une plaque (et un frigo). Evidemment j’ai attiré les questions : déjà que tirer son lait au travail ça fait extra-terrestre mais alors là le faire chauffer à 60° précise dans la cuisine commune avec tous les collègues !!!! Quand je ne pouvais pas le chauffer, je jetais mon lait. Globalement je trouvais toujours un petit coin où tirer mon lait (je travaille dans un conseil général) mais 2-3 fois, j’ai du tirer aux WC et j’ai jeté de peur de la contamination.

Très important, j’ai acheté un bustier pour tirer mon lait : non mais vraiment j’aurais du l’acheter plus tôt ! Très pratique.

Un petit truc appris sur le blog, je mettais mon matos au frigo entre 2 tirages : gain de temps pas négligeable.

Je tiens à dire également que la prédigestion de mon lait n’a duré qu’un temps : comme je l’ai dit je n’avais rien remarqué au début donc ça a sans doute commencé vers 3 mois et ça s’est terminé vers 7 mois. Il faut tester régulièrement.

Quelles ont été vos principales difficultés ?

La prédigestion de mon lait sans doute. Avec l’expérience tirer mon lait me prenait 15 min mais le temps de chauffage (aller à la cuisine, chauffer, laver le matériel) ajoutait 15-20 min. Donc 2 fois 40 minutes par jour… Pas évident dans le cadre du travail…

Parfois j’ai eu des petits moments de doute notamment quand Baby a eu 8 mois (angoisse de séparation+poussée dentaire) et ses réveils nocturnes (3 à 5)… Mais ces moments ne durent pas longtemps.

J’ai été aussi bousculée par les différentes remarques de mon entourage : « tu lui donnes ENCORE à manger ? » (allaitement à la demande). « Tu vas allaiter ENCORE combien de temps ? » (16 ans). «Tu lui donnes ENCORE QUE ton lait ? » (mère maltraitante qui affame son enfant). Bref oui même moi médecin de mon état, du haut de mes 33 ans, on m’a fait la leçon… Finalement tout cela a augmenté ma confiance en moi car oui mon enfant est formidable : très sociable, très souriant, indépendant, jamais malade, hyper moteur. Jamais personne n’a fait le lien entre cela et la qualité de notre maternage (le papa et moi).

Quels ont été vos meilleurs moments ?

Allaiter c’est le bonheur : les tétées de retrouvailles, les tétées de nuit (oui oui ce moment rien qu’à nous deux), les tétées sur les aires d’autoroute, les tétées à la terrasse d’un café, les tétées dans le train etc… Je ne pensais pas que je deviendrais une pro-allaitement.

Je suis fière de ce que j’ai mobilisé pour Baby et je ne me suis jamais sentie aussi femme et aussi féministe de par mon allaitement.

Qu’est-ce que vous souhaiteriez dire aux mamans qui doivent faire un choix dans les semaines à venir ?

N’écoute personne : ni ta mère, ni ta belle-mère (surtout), ni ton mec (et oui), ni ton médecin, ni ta voisine.

Fais toi confiance.

Sois têtue.

Appelle une conseillère en lactation si besoin : moi j’ai appelé Solidarilait 2 fois : 2 fois j’ai pleuré pendant 1 h et… ma conseillère m’a écoutée, rassurée, motivée. Et j’ai écris de nombreuses fois à Véronique.

Renseigne toi : lire ce blog et le livre de Véronique.

Juste pour info : dans ma formation de médecin généraliste (10 ans), je n’ai pas eu une seule heure consacrée à l’allaitement… Et je n’ai appris que les complications (engorgement , mastite, etc…).

Ce serait à refaire, vous referiez le même choix ? Que changeriez-vous ?

Oui absolument ! J’espère bien recommencer pour Baby 2.

Je commencerai par faire des réserves plus tard et de manière moins angoissée car finalement Baby a eu du lait frais dans 95 % des cas. Le surplus de lait congelé a fini dans les purées. Si j’avais su je n’aurai pas jeté le lait prédigéré et j’aurai essayé de le mettre dans les purées.

Comme j’ai connu l’expérience de la pré-digestion, je chaufferai mes réserves par prévention…

Articles en rapport :

 


read more

SevragesJ’inaugure aujourd’hui cette nouvelle rubrique de témoignages sur les sevrages avec celui de Jeanne.

A quel moment avez-vous décidé de sevrer votre bébé ?

J’ai sevré mon bébé au bout de 4 mois 1/2 d allaitement à cause de ma reprise de travail.

Comment vous y êtes-vous prise ?

J’ai d’abord reçu les conseils de Mme Coursaget aux Diaconnesses qui m’a toujours été d’une grande aide durant l’allaitement. Je devais m’y prendre un mois avant la reprise, en remplaçant d’abord une tétée par un biberon, puis deux, trois…

Quelles difficultés avez-vous rencontré ?

Les choses ne se sont pas du tout passées comme prévu ! Mon bébé a totalement refusé de boire avec un biberon. Et cela pendant des semaines, parfois il prenait quelques millilitres au biberon puis s’arrêtait. Nous avons tout essayé, toutes les marques de biberon, de lait, en mettant mon lait dans le biberon, on m’a même dit de l' »affamer » car s' »il a vraiment faim, il mangera » ! Et bien c’est faux ! Le jour où j ai repris mon travail, mon bébé n’était donc pas vraiment sevré et c’était très dur de laisser comme ça chez sa nounou. Au bout de quelques jours il a pris plus facilement le biberon.

Etes-vous satisfaite de ce sevrage ?

Pas vraiment ! Je ne m’attendais pas à ce que mon bébé refuse à ce point la tétine. Avec le recul je ne vois pas ce que j’aurais pu faire de plus, peut-être prévoir un mois de plus de préparation au sevrage et ainsi faire les choses plus en douceur…

Qu’aimeriez-vous dire aux femmes qui souhaitent sevrer leur bébé ?

La clé est l’accompagnement. De son conjoint, de sa famille et d’une spécialiste en lactation. Si ces trois choses pour moi avaient été réunies j’aurais réussi mon rêve : un allaitement mixte à la reprise du travail. Biberon chez la nounou et tétées à volonté avec moi. Mais avec le sevrage mon bébé a commencé à ne plus prendre assez de poids et j’ai subi beaucoup de pression de mon entourage et de ma pédiatre pour cesser l’allaitement qui était vu comme la cause du ralentissement de croissance de mon bébé (en tout cas peu d’encouragement pour continuer). Je pense qu’une spécialiste en lactation à l’époque m’aurait été d’une grande aide. Mais c’était l’été, j’étais en vacances et donc je n’ai pas pu en bénéficier !

..


read more

revues de presse allaitementVoici l’actualité que j’ai repérée pour vous depuis un mois :

– On a parlé allaitement et travail :

– Un très joli témoignage de maman sur l’allaitement sans y penser.

– A votre avis quel est l’âge moyen du sevrage dans le monde ?

– Un texte d’historien sur l’allaitement mercenaire en France au XVIIIe siècle. Attention, c’est très dur à lire !

– L’Academy of Breastfeeding medicine a mis à jour son protocole sur la contraception et l’allaitement.

– Un très bon article sur le soutien à l’allaitement et pourquoi faire appel à une consultante en lactation.

– Une série de vidéos qui montrent le chemin vers le sein d’un bébé prématuré. C’est en anglais mais vous pouvez utiliser la traduction des sous-titres proposée par Youtube.
Je ne suis pas d’accord avec tout ce qui est montré mais ce sont de bonnes vidéos.

– Un article qui explique exactement ce que je pense et que j’essaye de faire passer comme message sur le sommeil des bébés allaités.

– Une étude très intéressante sur le microbiome des bébés allaités.

– Maman Eprouvette nous propose une belle synthèse sur allaitement et fertilité.

– Une excellente synthèse sur allaitement et obésité.

Rappel : vous pouvez traduire toutes les publications en anglais grâce à Google et donc les lire à peu près correctement en français !

Bonne lecture ! Et surtout, n’hésitez pas à nous faire partager vos découvertes…

Articles en rapport : 

Voir l’onglet Revues de presse.

 


read more

vie du blogPour répondre aux demandes qui m’ont été faites, je voudrais publier une série de témoignages sur le sevrage, tous les sevrages, à n’importe quel âge, pour toutes les raisons possibles, …

Si vous souhaitez participer, il vous suffit de répondre aux questions suivantes :

  • A quel moment avez-vous décidé de sevrer votre bébé ?
  • Comment vous y êtes-vous prise ?
  • Quelles difficultés avez-vous rencontré ?
  • Etes-vous satisfaite de ce sevrage ?
  • Qu’aimeriez-vous dire aux femmes qui souhaitent sevrer leur bébé ?

Pour illustrer l’article vous pouvez me joindre une photo de vous ou de votre bébé et m’envoyer le tout à contact@allaiteraparis.fr .

J’attends vos témoignages avec impatience !

 


read more

pause tire-laitBeaucoup de femmes me demandent quel est le meilleur moment pour prendre ses pauses tire-lait.

Tout dépend de votre travail. En effet, selon le code du travail, les pauses allaitement doivent théoriquement être décidées d’un commun accord entre le patron et sa salariée. Si aucun accord n’est trouvé, la salariée dispose de 30 minutes en milieu de matinée et de 30 minutes en milieu d’après-midi.
Mais beaucoup de femmes ne demandent rien à leur patron et prennent leur pauses quand c’est possible pour elles.

Si vous avez la possibilité de choisir vos moments de pause, il va falloir apprendre à connaitre votre lactation. Certaines femmes stockent beaucoup de lait dans leur glande mammaire et peuvent se contenter d’une pause par jour pour tirer la quantité nécessaire à leur bébé sans risquer l’engorgement.
D’autres femmes stockent peu de lait et doivent tirer trois fois par jour pour obtenir les quantités nécessaires. Ces tirages sont du coup plus brefs.

Si votre bébé a tété juste avant votre départ de la maison, il est en général plus productif d’attendre trois heures avant de tirer votre lait.
Si votre bébé demande à téter dès votre retour, il vaut mieux tirer au plus tard 2 heures avant votre retour.

Entre ces bornes, c’est à vous de voir ce qui est le plus pratique dans votre activité quotidienne et comment vos seins réagissent.

Ce n’est absolument pas grave si les heures de tirage ne sont pas régulières. Si vous avez du attendre très longtemps avant de tirer votre lait, faites attention à l’engorgement ! Il vaut parfois mieux s’absenter quelques minutes au toilettes pour soulager les seins afin d’éviter l’engorgement.

Et vous, à quel moment tirez-vous votre lait ?

Articles en rapport :

 


read more
allaitement et travailJ’ai 40 ans et je suis maman de deux enfants, deux garçons de 6 ans et 15 mois.
Je suis aussi médecin généraliste installée en libéral depuis 2002, autant dire que pour moi les congés de maternités « légaux » sont un doux rêve…
..
Quel choix avez-vous fait au moment de la reprise du travail : sevrage ou poursuite de l’allaitement ? Pourquoi ?
 ..
J’ai accouché à terme de mon premier en février 2008, et j’ai travaillé encore la veille de mon accouchement. L’allaitement était pour moi une évidence, aussi je ne me suis posé aucune question et j’ai débuté mon allaitement dès la salle d’accouchement. Les débuts ont été très difficiles, il n’arrivait pas à téter mon sein (j’ai compris bien plus tard que le problème venait du complément de préparation pour nourrisson donné au biberon que la puer lui avait spontanément donné en salle d’accouchement) et cela a duré 24h.
Je n’ai pas cédé aux pressions des différentes puéricultrices, exigé un tire-lait (on m’a apporté une antiquité des années 50…mais qui fonctionnait encore tant bien que mal), donné mon lait à la seringue et à la cuillère. Le lendemain il a fini par réussir à prendre mon sein, et tout s’est mis en route.
Sauf que, là encore mal entourée, personne n’avait détecté un frein de langue trop court, et les crevasses se sont invitées rapidement…là encore ma motivation a pris le dessus et j’ai persisté malgré les douleurs.
Etant complètement novice et désinformée dans le domaine de l’allaitement, ça a mis 5 mois pour qu’une connaissance remarque un jour par hasard ce problème de langue chez mon bébé. Ca a pris 10 jours pour cicatriser une fois le frein sectionné…
Et mon travail dans tout ça ??
 ..
Comment vous êtes-vous organisée ?
 ..
Et bien j’ai repris mon activité à temps plein 5 semaines après avoir accouché. J’ai la chance d’habiter au dessus de mon cabinet médical, et j’ai donc mobilisé papa, mamie et nounou pour garder mon petit bout chez moi. Pendant 2 mois on me l’a amené au cabinet dès qu’il avait faim, je l’ai donc allaité dans mon bureau la journée, le reste du temps chez moi, je n’avais pas besoin de tirer mon lait.
Ayant à l’époque en plus une activité salariée dans un service d’urgences, j’ai du y reprendre mon travail 10 semaines après mon accouchement, et par contre là je tirais mon lait 2 fois pendant la journée, je stockais le lait au réfrigérateur du service et parfois mon homme me ramenait le bébé pour que je puisse directement lui donner le sein dans une chambre de garde, ou à l’office. Je n’ai pas demandé l’accord de quiconque, et personne n’est venu me reprocher quoi que ce soit au service, au contraire, tout le monde était admiratif.
J’ai allaité exclusivement 6 mois, puis au moment de la diversification j’ai introduit un lait artificiel et n’ai gardé que les tétées du matin et du soir pendant 4 mois, puis uniquement la tétée du soir. J’ai allaité mon premier au final 14 mois.
 ..
Pour mon deuxième, j’ai pris les devants. J’ai réussi à trouver des remplaçants pour une durée totale de 11 semaines. J’ai accouché en septembre 2013 et j’ai donc pu avoir 8 semaines de congé post-natal. L’allaitement s’est très bien mis en place (malgré une absence totale d’intérêt des puéricultrices au service de maternité), les notions de base sont vite revenues, et je me suis beaucoup informée sur les différents sites internet et blogs que j’ai pu trouver.
J’avais entre temps changé de poste salarié et pris un poste de médecin coordonnateur dans une maison de retraite, à la place de mon poste aux urgences. La directrice de cet EHPAD étant très compréhensive et ancienne maman allaitante, elle m’a permis de continuer mon allaitement sur place (j’emmenais bébé 2 à la maison de retraite toute la journée!!! ). J’ai refais comme avec mon premier pendant mon travail au cabinet. On me l’amenait au bureau. J’ai commencé à tirer mon lait après 3 mois, car ce système de garde à domicile n’était plus possible plus longtemps et j‘ai du le mettre chez une nourrice la journée.
 ..
Je tirais sur un sein le matin, en l’allaitant de l’autre côté simultanément. Je tirais ensuite à midi, à 16h et lui donnait le sein le soir. Le seul souci que j’ai rencontré est qu’il a refusé le biberon pendant 15 jours. Il n’a pris mon lait d’aucune manière. Il a fini par accepter après moultes essais de biberons, tétines, soft cup, cuillères, pipettes….
Il a pris ensuite sans souci au biberon pendant plusieurs mois, pour ensuite le refuser à nouveau d’un coup quand il a eu 9 mois. Et depuis plus moyen de lui donner du lait. J’ai donc arrêté de tirer, j’ai « cuisiné »  le lait que j’avais mis au congélateur, sous forme de crèmes desserts. Désormais je ne tire que lorsque je dois passer plus de 48h éloignée de mon fils, et je lui achète des yaourts au lait artificiel pour compléter.
Il a 15 mois, et continue à téter matin et soir. Je n’ai pas encore d’envie de sevrage.
 ..
Malgré une charge de travail au cabinet très importante (mon associé est parti en retraite début 2014), mon travail de salariée à l’EHPAD et tous les autres impératifs communs à toutes les mamans de plusieurs enfants, je ne regrette absolument pas mon choix d’allaiter.
Je pense que l’allaitement maternel est la chose la meilleure qui soit pour un bébé. En dehors du fait qu’il apporte exactement ce dont un nouveau-né a besoin, de tous les bénéfices médicaux connus et encore à découvrir, l’allaitement maternel crée des liens et une interaction différents de ceux créés dans l’allaitement artificiel, enfin c’est mon point de vue.
 ..
Qu’est-ce que vous souhaiteriez dire aux mamans qui doivent faire un choix dans les semaines à venir ?
 ..
Je pense que tout est possible, si on est vraiment motivée et soutenue par son entourage. Il ne faut pas hésiter à demander de l’aide si on rencontre des difficultés. J’ai été voir une consultante en lactation pour mon deuxième, et grâce à ses conseils j’ai pu venir à bout d’une crevasse irréductible (et cette fois il n’y avait pas de souci de frein de langue !)
 ..
Ce serait à refaire, vous referiez le même choix ? Que changeriez-vous ?
 ..
Si c’était à refaire, je referais exactement la même chose que pour mon deuxième. Je regrette juste de ne pas avoir allaité mon premier plus longtemps, même si 14 mois c’était déjà pas mal :-)
  ..

Articles en rapport :

 ..


read more

Page 2 sur 4712345...10203040...Dernière »