• Quel choix avez-vous fait au moment de la reprise du travail : sevrage ou poursuite de l’allaitement ? Pourquoi ?

Mon bébé, Auguste à bientôt 8 mois. Je suis infirmière puéricultrice, j’ai travaillé en maternité pendant 5 ans, et pour moi allaiter était une évidence.

Je n’ai jamais pensé arrêter à la reprise du travail, mon bébé est allé chez une nounou, et j’ai continuer à l’allaiter matin, soir, nuit et pendant mes jours de repos. La journée, au travail, je tirais mon lait. J’ai la chance de travailler dans la fonction publique, et surtout d’avoir un bureau pour moi seule, donc l’isolement était facile. De plus, ma supérieure est elle même enceinte, alors très compréhensive !

  • Comment vous êtes-vous organisée ?

Au départ, je tirais de façon à nourrir mon bébé le lendemain uniquement avec mon lait, puis à 6 mois j’ai commencé à introduire les légumes/fruits/viandes/, et surtout, trop fatiguée, j’ai commencé le lait infantile. De toutes façons, je n’arrivais plus a avoir assez de lait pour le lendemain. J’ai été déçue, apeurée d’être obligée d’arrêter, mais je continue toujours ! Surtout, je ne cherche plus à tirer absolument, j’allaite le soir en rentrant, la nuit, et mes jours de repos, même si là encore je donne aussi des biberons de lait infantile.

  • Quels ont été vos meilleurs moments ?

J’adore allaiter, j’adore quand il se jette sur le sein, il tourne la tête et ouvre la bouche, lorsqu’il s’endort sur le sein… Même quand il le tient avec ses deux petites mains. J’ai même l’impression qu’il commence à tirer mes vêtements lorsqu’il veut le sein! C’est notre moment à nous deux…

  • Quelles ont été vos principales difficultés ?

Mes difficultés sont les nuits, car il tète toujours, et me réveille encore parfois 2 à 3 fois la nuit… Je l’élève seule donc je suis fatiguée. Et puis, il préfère largement un sein, et tète très peu le deuxième, du coup il y a moins de production.

Mais pour rien au monde je n’aurais arrêté ! Allaiter est génial, du pur plaisir ! Cela soigne tout et de tout ! Le repas est toujours prêt. Et même si la tété n’est pas nutritive, c’est un moment partagé exceptionnel.

Je suis regardée et critiquée, surtout que je l’ai beaucoup porté les premiers mois, mais je persiste !!

J’appréhende la fin de ce bonheur… de cette communion…

Articles en rapport :

 

Lire des articles ou poser des questions en commentaire ne suffit pas à résoudre votre problème ? Savez-vous que vous pouvez prendre RDV pour une consultation avec moi ? N’hésitez pas à me contacter !

 


read more
appel à témoignage

Léon Lhermitte – Young Mother

Comme vous avez pu le constater, ce sont les témoignages qui font en grande partie la richesse de ce blog.

Donc si vous souhaitez partager votre expérience autour de l’allaitement et du travail (sevrage ou poursuite de l’allaitement), n’hésitez pas !

Voici les questions auxquelles vous pouvez répondre :

  • Quel choix avez-vous fait au moment de la reprise du travail : sevrage ou poursuite de l’allaitement ? Pourquoi ?
  • Comment vous êtes-vous organisée ?
  • Quelles ont été vos principales difficultés ?
  • Quels ont été vos meilleurs moments ?
  • Qu’est-ce que vous souhaiteriez dire aux mamans qui doivent faire un choix dans les semaines à venir ?
  • Ce serait à refaire, vous referiez le même choix ? Que changeriez-vous ?

Vous me joignez une jolie photo de vous ou de votre bébé (ou des deux) pour illustrer et vous m’envoyez le tout à contact@lactissima.com .

J’attends avec impatience vos messages…

 

Lire des articles ou poser des questions en commentaire ne suffit pas à résoudre votre problème ? Savez-vous que vous pouvez prendre RDV pour une consultation avec moi ? N’hésitez pas à me contacter !

read more

courbe de poidsVous êtes nombreux à me poser des questions sur ce que mange votre bébé pour savoir si c’est suffisant ou non, adapté ou non,…

La meilleure façon de savoir si un bébé mange suffisamment reste de vérifier sa prise de poids. Mais par rapport à quelles références ?

Dans les carnets de santé français, les courbes de poids utilisées datent de 1979 et ont été établies par le professeur Michel Sempé, sur des cohortes d’enfants essentiellement nourris au biberon, à heure fixe avec des quantités prédéfinies d’une préparation pour nourrisson pas franchement adaptée à un bébé humain. Jusqu’à trois ans, la courbe de poids est la même pour les filles et les garçons. Elles ne reflètent pas la prise de poids normale d’un bébé allaité, à la demande.

L’OMS a conduit une vaste étude multicentrique menée de 1997 à 2003 sur 8500 enfants, entièrement allaités et en bonne santé, venant de milieux ethniques et culturels très différents, dans les pays suivants : Brésil, Etats-Unis, Ghana, Inde, Norvège et Oman.
Les résultats de cette étude ont permis d’établir des courbes de poids identiques pour toutes les régions du monde mais différentes pour les filles et les garçons. Ces courbes montrent que les bébés allaités prennent beaucoup de poids au cours des trois premiers mois.

Si l’on compare les courbes de l’OMS avec celle du carnet de santé, on s’aperçoit qu’elles ne sont pas superposables, ni pour les filles, ni pour les garçons.
Dans ce contexte, quelle courbe utiliser ? Puisque l’allaitement est la norme biologique de notre espèce, il est logique de considérer que les courbes de poids des bébés allaités doivent servir de référence pour tous les bébés, allaités ou non.

Je vous engage donc à télécharger les courbes de l’OMS, à les remplir avec les différentes prises de poids de votre bébé.

Courbes de filles :

Courbes de garçons :

Votre bébé a le droit de prendre plus de poids que ce que l’on attend s’il est uniquement nourri au lait maternel.
Par contre, il ne doit pas sortir de son couloir vers le bas.
Globalement, il doit rester dans son couloir. Si c’est un gros bébé au départ, il sera en haut de courbe alors que si vous avez un petit bébé, il restera en bas de courbe et tout cela est complètement normal. Tous les bébés ne doivent pas coller à la courbe verte !

Et vous, avez-vous utilisé les courbes de l’OMS ?

Articles en rapport :

 

Lire des articles ou poser des questions en commentaire ne suffit pas à résoudre votre problème ? Savez-vous que vous pouvez prendre RDV pour une consultation avec moi ? N’hésitez pas à me contacter !

read more

concilier allaitement et travailJe suis complètement passionnée par l’allaitement et souhaite partager mon expérience ! Ce n’était pourtant pas gagné, avant d’être enceinte je ne souhaitais pas vraiment allaiter, une fois enceinte j’ai voulu essayer et ainsi de suite … Mon petit bout a maintenant 8 mois, je l’allaite encore et çà se passe très bien !

A 3 mois je n’avais pas repris le travail mais mon bébé a commencé à aller à la crèche en accueil occasionnel. Très compliqué car le personnel de la crèche me mettait la pression pour que je lui donne des biberons à la maison afin « de l’habituer« . Au départ j’ai donc essayé de tirer mon lait (m’y reprendre en 3 fois pour faire 120 ml merci…), lait qui finissait à la poubelle car il n’en voulait pas, ni à la maison ni à la crèche. Petit bonhomme se jetait donc sur mon sein lorsque je le récupérais.

J’ai rapidement arrêté de tirer mon lait car je produisais moins et une super sage femme consultante en lactation m’a conseillé de tout simplement faire confiance à mon bébé, qui de toute façon ne se laissera pas mourir de faim! C’est ce que j’ai fait, en disant à la crèche de lui donner du lait maternisé et je leur disais qu’à la maison il buvait bien (alors que je ne lui en donnais pas à la maison mais au moins elles ne me mettaient plus la pression). Seule une personne très gentille a trouvé le truc pour qu’il mange : lui donner à la petite cuillère! Et oui c’est long mais ça a marché.

A 4 mois nous avons commencé à intégrer les petits pots donc à la crèche il prenait le solide et je lui donnais le sein lorsque je le récupérais. Parfois il buvait un peu au biberon parce qu’il avait faim tout simplement.
A 5 mois et demi nous avons commencé l’adaptation chez la nounou avant ma reprise à temps plein. Et tout s’est bien déroulé! Elle tenait à lui donner du lait au biberon et il a accepté sans difficulté, elle s’étonne toujours de le voir peu boire la plupart du temps mais je ne suis pas du tout inquiète.

Aujourd’hui il a presque 8 mois, cela fait donc 2 mois que j’ai repris et je ne pense toujours pas arrêter l’allaitement. Le matin c’est petit dej au lit, au sein. Le midi chez la nounou il prend un repas normal avec légumes et un yaourt en dessert. Pour le goûter il a une compote et elle lui donne un biberon qu’il prend, ou pas ! Et après lorsque je le retrouve il a une tétée en rentrant puis le soir, complétée si besoin d’un peu de purée. Et le we c’est pareil pour les plats solides mais je lui propose le sein avant chaque repas.

Il grandit et il y a des moments où il n’en veut pas, je ne me prends pas la tête j’écoute ses envies et ses besoins et ça se passe très bien comme ça ! Il y a d’autres moments où il ne va pas vouloir autre chose que le sein. Là c’était les vacances et nous avons bien profité, bizarrement je reprends demain et aujourd’hui il a un peu moins voulu téter…

Mon bilan est de ne pas écouter les « conseils » de ceux qui veulent qu’on leur facilite la tâche ! Ne pas chercher à donner le biberon à la maison pour l’habituer, faire confiance à bébé qui saura très bien reconnaître ce dont il a besoin le moment venu… Ne pas chercher non plus à lui faire prendre le sein à tout prix, l’allaitement doit rester un plaisir pour tous les deux !

Articles en rapport :

 

Lire des articles ou poser des questions en commentaire ne suffit pas à résoudre votre problème ? Savez-vous que vous pouvez prendre RDV pour une consultation avec moi ? N’hésitez pas à me contacter !


read more

revues de presse allaitementVoici l’actualité que j’ai repérée pour vous depuis un mois (et un peu plus 😉 ) :

– Un témoignage : Pourquoi les bébés africains ne pleurent pas.

– Des vidéos :

  • 1925 pesée avant après la tétée pour évaluer ce que bebe prend au sein, a t’on vraiment évolué ? Film muet, sous forme de fiction, d’enseignement et de diffusion des principes élémentaires de puériculture, en neuf leçons, composé par le docteur Louis DEVRAIGNE chef de la maternité de l’hôpital Lariboisière.
  • Une magnifique histoire de lactation induite !
  • Compte-rendu : Un grand pas pour l’évolution, le lien maternel.
  • Et si les hommes allaitaient au travail ?
  • De l’aluminium en grande quantité dans les préparations pour nourrissons. Je rappelle que le terme « lait maternisé » est interdit par la loi en France.
  • Une très belle vidéo de Jack Newman.
  • Un excellent court métrage, à montrer à toutes les futures mamans !
  • Première tétée de petits lionceaux et celle de petits lapereaux.
  • Cette vidéo vous montre comment utiliser la BN. Un consultant en lactation suggère d’essayer quand votre bébé est détendu et présentant un contact cutané pour aider le bébé à trouver votre sein. Certaines mères disent que l’utilisation de la BN leur a donné plus de confiance. La vidéo montre un bébé qui trouve le sein par lui-même, le prend en bouche et commence à se nourrir. Ce contenu a été produit en collaboration avec l’association Australienne de l’allaitement maternel (aba).

– Des articles :

  • Quand vous inquiéter des selles vertes de votre bébé ?
  • Une Barbie qui allaite pour lutter contre les préjugés.
  • Les différentes positions d’allaitement.
  • Les biberons qui tuent : le scandale demeure
  • À New York, un club de motardes s’est engagé auprès de la seule banque de lait de maternité de la ville pour livrer des dizaines de litres de lait aux bébés malades ou prématurés.
  • Confusion sein/tétine.
  • Allaitement: tirer son lait gagne en popularité.
  • De la succion intra-utérine à l’allaitement, quel continuum ?
  • Un mannequin s’insurge contre ceux qui estiment que l’allaitement doit être caché.
  • Toutes ces femmes anormales.

– Des études :

  • Poids à la naissance: parfois long à reprendre.
  • Les soins maternels de type kangourou aident les bébés prématurés à s’épanouir 20 ans plus tard.
  • Des données probantes appuient l’utilisation du contact peau à peau précoce pour promouvoir l’allaitement maternel.  » Une revue Cochrane !
  • L’ostéopathie couplée à une consultation en lactation est efficace pour résoudre les difficultés de succion.
  • Galactogil° : arrêt de commercialisation bienvenu.

– On termine avec un graffiti à Barcelone :

Rappel : vous pouvez traduire toutes les publications en anglais grâce à Google et donc les lire à peu près correctement en français !

Bonne lecture ! Et surtout, n’hésitez pas à nous faire partager vos découvertes…

Articles en rapport : 

Voir l’onglet Revues de presse.

Lire des articles ou poser des questions en commentaire ne suffit pas à résoudre votre problème ? Savez-vous que vous pouvez prendre RDV pour une consultation avec moi ? N’hésitez pas à me contacter !


read more

Aujourd’hui même, ce blog a 8 ans.

Soit :

  • 401 articles publiés.
  • 12 055 commentaires.

Autant vous dire que c’est vous qui faites la richesse de ce blog, au travers de vos témoignages et de vos commentaires.

Je suis très heureuse de pouvoir continuer à répondre à vos questions sur l’allaitement et la reprise du travail.

Si vous souhaitez me voir aborder certains sujets, n’hésitez pas à me les soumettre.

Et c’est parti pour une nouvelle année pour A tire d’Ailes !

Lire des articles ou poser des questions en commentaire ne suffit pas à résoudre votre problème ? Savez-vous que vous pouvez prendre RDV pour une consultation avec moi ? N’hésitez pas à me contacter !

 


read more

Le 4 septembre 2016 :

Je suis sage femme de profession et jeune maman d’un petit bout de 2 mois et demi que j’allaite. Je souhaite continuer l’aventure jusqu’à ses 6 mois mais bien entendu, je reprends le travail avant, d’ici 1 mois, j’ai donc prévu de tirer mon lait malgré les gardes de 12h, de jour, de nuit, les accouchements inopinés et toutes les autres contraintes que toutes les femmes rencontrent (le premier challenge étant de trouver une nounou qui accepte, la plupart ayant peur de ne pas avoir assez de lait ou que le bébé refuse le biberon).
Car même si je suis du milieu et qu’on pourrait croire que j’aurai le soutien de mes collègues, je ne suis pas sûre que ce soit le cas. D’autant plus que je travaille dans une petite maternité et que je suis seule en suite de couche ou salle de naissance, donc en cas d’urgence impossible de se faire remplacer. Pour mettre toutes les chances de mon côté, j’ai pris 3 semaines de congé supplémentaires (c’est peu mais je sais que ça peut faire toute la différence) et ai modifié mon planning avec l’accord de ma cadre pour ne faire que des jours (et au maximum en suite de couches car moins d’urgences donc plus simple de s’organiser) pendant au moins le premier mois qui suit ma reprise.

Et j’ai commencé à faire des réserves :
J’ai de la chance car Milo a commencé très tôt à faire ses nuits, 5 à 6h dès la fin du premier mois, 7 à 8h avant la fin du deuxième, entre 8h30 et 9h30 maintenant. Très vite je me suis retrouvée avec les seins pleins au réveil et Milo qui refusait catégoriquement de téter sur le deuxième.
D’autant plus que mon petit père a eu beaucoup de coliques, je m’arrangeais donc pour qu’il tète sur un sein au maximum pour avoir le gras du lait et pas trop le lactose de début de tétée. J’ai tiré quelques fois dès la fin du premier mois mais plus pour soulager le deuxième sein quand celui ci était trop plein (bien entendu je ne jetais rien et congelais tout !). Depuis ses deux mois (1 mois et demi avant ma reprise), je tire systématiquement sur le deuxième sein après la tétée du matin et je congèle le lait ainsi tiré (60 à 90 ml à gauche, jusqu’à 140 ml à droite ! Et pourtant, quand c’est Milo qui tète, je suis quasi sûre qu’il prend autant d’un côté que de l’autre^^).

Je n’ai plus cette impression de seins très pleins au réveil car mon corps a du s’habituer aux longues nuits sans tétées mais je constitue ainsi j’espère de bonnes réserves pour allaiter Milo jusqu’à noël (ses 6 mois)! Aujourd’hui, Milo fait 4 tétées par 24h. A la reprise du travail, je me dis qu’entre les 100 ml que je tire le matin, si je tire 100 à 150 ml de plus 2 fois par jour, on devrait y arriver en gardant tétée du matin et du soir.
Et puis il observe déjà l’air très intéressé tout ce que nous mettons à la bouche, j’ai donc bon espoir qu’il démarre la diversification alimentaire peu de temps après ma reprise, ce qui permettra de palier à une éventuelle baisse de lactation.

J’ai acheté un tire-lait Medela Swing simple pompage que je dois recevoir en début de semaine prochaine, je vais pouvoir rendre le tire lait en location que j’avais pris pour tester mais que je trouve peu pratique (alors qu’il est sensé être portatif. Il s’agit du modèle Calypso de la marque Ardo).

Le 11 novembre 2016 :

J’ai repris le travail le 5 octobre, d’abord seulement mon activité libérale, puis les gardes à partir du 18 octobre (j’ai une double activité : temps plein en garde de 12h et 1 jour et demi de libéral par semaine en plus). Beaucoup d’inquiétude au début : à celle de laisser mon cheridou pour la première fois, s’ajoutait celle de ne pas trouver le temps de tirer ou de ne pas tirer assez… Et ça a été le cas les premiers jours.

Alors que pour tester le biberon, j’arrivais à tirer 120 ml sur 1 seul sein en pleine journée, je n’arrivais à tirer que 80-90 ml sur les deux seins au travail, 2 fois dans la journée, parfois 3 fois…Heureusement, j’avais des réserves et je tirais toujours 140-150 ml le matin. Ce qui au final était suffisant pour mini shrek, mon petit glouton (surnom qu’il a gagné au moment de sa poussée de croissance des 3 mois… Il n’avait jamais réclamé autant, pas même à la naissance ou les premières semaines…) !
Mais rapidement, dès la fin de la première semaine de reprise des gardes, j’ai eu cette impression d’avoir moins de lait et que cela ne suffisait plus à Milo (d’autant plus que lui grandit..) : il prenait de nouveau les 2 seins, s’énervait au sein le soir parce qu’il était fatigué (ce qui au final rendait les tétées stressantes pour tous les 2 alors que cela devait rester un plaisir) et dormait moins longtemps la nuit se réveillant de plus en plus tôt.

Au début de la reprise, Milo buvait un seul sein le matin, les deux le soir, et il buvait 120 à 130 ml 2 fois par jour. Au bout de 15 jours, il prenait les deux seins matin et soir (donc impossible de tirer), et prenait 130 à 140 ml parfois 3 fois dans la journée, avec des réveils à 4h du matin… J’avoue que j’ai failli baisser les bras même si cela me rendait très triste d’arrêter.
Mais une super collègue m’a remotivée (après tout, j’ai plein de réserve si jamais je ne tire pas assez, et puis il vaut toujours mieux donner un peu de lait maternel quitte à compléter avec du lait artificiel par la suite), une autre surveillait l’heure pour me « brancher » en double pompage avec le tire-lait Medela du service (ce qui m’a permis de tirer plus rapidement et plus en quantité), et malgré un début de mastite (heureusement endigué à temps) le moral est reparti. Entre tisane d’allaitement et homéopathie, je me suis remise à tirer jusqu’à 140 ml sur les 2 seins la journée et en parallèle nous avons diversifié Milo à 4 mois et demi (il y a une semaine) qui a adoré les purées cuisinées par papa et maman.

Aujourd’hui Milo prend les 2 seins le matin, purée maison à midi + 120 ml de lait maternel, 150 ml de lait maternel à 17h et de nouveaux les 2 seins après son bain le soir pour s’endormir. Et il dort jusqu’à 6h-6h30 le lendemain matin ! Je tire 2 fois par jour, parfois 140 ml parfois seulement 60 ml, c’est très aléatoire. Quand il n’y a pas assez au frigo on décongèle ce qu’il faut en complément (pour le moment ce n’est pas arrivé souvent). Quand je ne suis pas là, c’est ou papa ou la nounou qui donne le biberon, et pour le moment cela c’est toujours bien passé avec les deux.
D’ici 3 semaines on pense commencer les fruits à 17h et avant introduire peut-être un peu de purée de légumes le soir, mais cela semble plus compliqué parce qu’il est souvent fatigué.

Pour le moment ça roule comme ça et c’est très bien. Je ne sais en revanche pas combien de temps cela va durer car on m’a diagnostiqué une thyroïdite cette semaine. Étant en hyperthyroïdie, j’ai perdu 6kg en un mois depuis la reprise, alors que j’avais déjà perdu tous mes kilos de grossesse (et que je ne suis pas bien grosse à la base, avec mes 56kg pour 1m60… 50kg maintenant). C’est surtout mon conjoint qui est inquiet car il me voit maigrir à vu d’œil et trouve que l’allaitement me fatigue même s’il me soutient à 100% dans mes choix, que je poursuive ou que j’arrête. Et heureusement d’ailleurs parce qu’il est essentiel pour moi de pouvoir me reposer sur lui en ce moment. J’aimerais continuer de façon exclusive encore jusqu’au 24 novembre (les 5 mois de mon cheridou) puis diminuer progressivement jusqu’à Noël, de façon à ce que la transition se fasse en douceur. Je pourrais je pense garder les tétées matin et soir en arrêtant de tirer la journée. La difficulté sera de lui donner moi même le biberon quand je suis avec lui, alors que c’est tellement plus simple et plus pratique de donner le sein ! Mais malheureusement toute bonne chose a une fin !

En tout cas si c’était refaire je recommencerais sans hésiter. C’est vraiment un plaisirs de mettre son enfant au sein, de faire ce don de soi et d’avoir cette relation extraordinaire et inexplicable avec son bébé. Malgré les difficultés et les doutes, je ne regrette absolument pas mon choix !

Le 15 décembre 2016 :

Peu de temps après vous avoir écrit, Milo a commencé une grève du sein le soir, pendant quelques temps, il a donc pris le biberon et moi je tirais à la place.
Le 17/11 on a introduit le premier bib de lait artificiel en complément du sein et on a diversifié purée le soir et fruits à 17h cette même semaine. Puis, alors que je devais reprendre les nuits et donc arrêter de tirer la journée, j’ai été arrêté 1 semaine par rapport à ma thyroïde et j’ai pu de nouveau le mettre au sein à chaque tétée ce qui m’a permis de tenir de façon quasi exclusive jusqu’au 30/11 !

Depuis aujourd’hui je ne donne le sein que le matin, et je sens bien que ça ne va pas durer mais ça ne me rend pas triste car c’est Milo qui a choisi. C’est lui qui a réclamé à être diversifié parce qu’il avait faim et se réveillait à 4h le matin, lui qui a décidé que le sein le soir c’était trop difficile, encore lui qui maintenant nous fait comprendre qu’il est trop grand pour le biberon et qu’il veut boire comme un grand à la tasse !
En tant que professionnel, cela va à l’encontre de ce qu’on nous apprend mais j’ai compris qu’il fallait savoir faire confiance à nos enfants et les écouter, parce qu’au final il savent souvent mieux que nous ce dont ils ont besoin !

Articles en rapport :

 

Lire des articles ou poser des questions en commentaire ne suffit pas à résoudre votre problème ? Savez-vous que vous pouvez prendre RDV pour une consultation avec moi ? N’hésitez pas à me contacter !

read more

Page 2 sur 6012345...1020304050...Dernière »