circulaire crèche et allaitementIl n’existe aucune loi qui oblige une crèche à accepter le lait maternel. Par contre, certaines collectivités territoriales ont mis en place des circulaires pour permettre cette acceptation du lait maternel.

Je souhaite regrouper ici ces circulaires ou autres documents par villes ou département.

Je vous livre donc celles que je connais et je vous invite à m’indiquer celles que vous connaissez pour que je les ajoute au fur et à mesure.

La ville de Paris a mis en place une circulaire qui oblige les crèches municipales (et uniquement municipales ) à accepter le lait maternel.

La ville de Lille indique dans le règlement intérieur des crèches collectives municipales, à l’article 6.3 sur l’alimentation : « Les mamans qui désirent maintenir l’allaitement maternel sont autorisées à venir allaiter leur enfant dans les locaux de la crèche. »

Le conseil général des Alpes Maritimes a produit ce document qui n’oblige pas les crèches à accepter le lait maternel mais les incite fortement.

La ville de Montigny le Bretonneux a également mis en place un règlement pour que ses crèches acceptent le lait maternel.

Et vous, connaissez-vous d’autres règlements, dans d’autres villes ?

Articles en rapport :

 


read more

crèche et allaitementVous préparez votre retour au travail et vous prévoyez de donner à téter à votre bébé à la crèche sur votre pause du midi. Excellente idée mais attention, toutes les crèches n’acceptent pas que vous veniez donner à téter à la crèche directement…
Petit point sur la question sur crèche et allaitement.

Il n’existe aucun règlement obligeant les crèches à accepter que vous veniez y donner le sein et chaque crèche peut adopter la pratique qu’elle souhaite. Sauf s’il existe une directive en ce sens comme c’est le cas pour les crèches municipales parisiennes : « Si vous avez la possibilité de vous organiser dans ce sens, il est parfaitement envisageable de vous rendre à la crèche pour y allaiter votre bébé. »

Certaines crèches refusent catégoriquement que vous donniez le sein sur place, y compris le matin et le soir. Alors que d’autres encouragent les mères à venir donner le sein sur place.
Certaines crèches sont même tellement d’accord pour les tétées sur place que cela peut se retourner contre vous : le risque est que l’on vous appelle pour venir donner à téter dès que votre bébé refuse un biberon et votre bébé va vite comprendre qu’il n’a aucun intérêt à prendre le biberon puisque vous venez l’allaiter dès qu’il le refuse. A vous de bien définir à quels moment vous venez allaiter.

La question se pose un peu différemment selon qu’il s’agisse de donne une tétée le matin quand vous déposez votre enfant ou le soir quand vous le retrouvez pour une tétée de retrouvailles ou bien qu’il s’agisse de revenir en journée pour une tétée le midi par exemple.
Certaines crèches acceptent les tétées du matin et du soir mais pas que vous reveniez en journée par exemple. Je n’ai jamais rencontré le cas inverse :-).

La tétée du matin est intéressante pour diminuer le nombre de biberons à donner en votre absence, surtout si votre bébé a du mal à prendre les biberons.
La tétée de retrouvailles est souvent très attendue par le bébé…et par vos seins qui ont souvent bien besoin d’être drainés.
Revenir donner des tétées en journée est parfait lorsque vous travaillez à proximité de la crèche. C’est ce qui se fait dans certaines crèches d’entreprises ou certaines crèches hospitalières. Cela peut permettre de ne jamais donner de biberon et de continuer à nourrir votre bébé uniquement au sein. Mais il est également possible de ne venir donner qu’une tétée et que votre bébé prenne le reste de sa ration journalière au biberon.

Les crèches qui refusent les tétées en journée avancent en général l’argument que cela crée plusieurs séparations dans la même journée pour le bébé et que ce n’est pas bon. Ou bien que les autres enfants voient arriver une maman qui n’est pas la leur et du coup réclament la leur.
Dans les crèches qui ont mis en place le système des tétées en journées, l’expérience montre que les séparations multiples en journée ne posent strictement aucun problème et que le bébé s’y habitue très bien.
D’autre part, il est tout à fait possible de s’organiser pour que les autres enfants ne voient pas la maman qui vient donner à téter en proposant un lieu séparé pour la tétée : bureau de la directrice, ou toute autre solution.

Dans les crèches où cela ne s’est jamais fait, c’est important d’oser demander si vous souhaitez revenir donner une tétée. Cela ne vous sera peut-être pas accordé mais l’idée fera son chemin et petit à petit certaines crèches acceptent d’élargir leurs pratiques. Ce que vous n’obtenez pas pour votre aîné, vous l’obtiendrez peut-être pour votre deuxième enfant. Et vous ouvrirez la voie pour les familles suivantes !

Il s’agit juste d’un changement de pratiques pour beaucoup de crèches et cela ne nécessite strictement aucun investissement. C’est donc à la fois simple…et très difficile.

Et vous, avez-vous pu donner des tétées à la crèche ?

Articles en rapport :

 


read more

nounou et allaitementDans ma série de fiches pratiques, je vous propose aujourd’hui une fiche pratique destinée à l’assistante maternelle de votre enfant pour lui permettre de proposer le biberon dans les meilleures conditions pour un bébé allaité qui n’est pas habitué à prendre le biberon.
Nounou et allaitement peuvent faire bon ménage !

Vous pouvez l’imprimer au format Pdf et la donner à votre assistante maternelle.

Quelques conseils pratiques pour proposer le biberon à un bébé allaité

 

  • Proposer le biberon lorsque le bébé est calme et commence à ressentir légèrement la faim.
  • Installer le bébé à la verticale, soit dos à vous, soit face à vous (dans un transat par exemple).
  • Proposer la tétine sur la lèvre inférieure et attendre que le bébé ouvre la bouche pour avancer la tétine.
  • Parler au bébé pour lui expliquer ce qui se passe et l’encourager.
  • Le féliciter même s’il a pris très peu de lait. Les quantités augmenteront petit à petit.
  • Rester patiente et faire confiance au bébé qui va trouver sa façon de se nourrir.
  • Garder en tête que plus on reste calme et confiante, mieux le bébé peut apprendre une nouvelle façon de se nourrir.

Et vous, comment avez-vous fait ?

Articles en rapport :

 


read more

conservation du laitSous ce titre un peu racoleur, je voudrais aborder aujourd’hui un sujet délicat : que faire lorsque les conditions exigées par la crèche (ou l’assistante maternelle ) pour la conservation du lait maternel sont draconiennes ?

En effet, nous avons vu dans les articles sur la conservation du lait que le lait maternel est un produit très stable, qui se conserve très bien.
Certains lieux d’accueil des bébés exigent que le lait donné à la crèche soit tiré le jour même, voir même sur place. Ils jettent alors le lait fourni et non bu par le bébé, alors même que certains biberons n’ont pas été entamés.
Ces exigences sont inutiles car le lait maternel se conserve beaucoup mieux que ça.
Pour les mères qui veulent que leur bébé puisse boire uniquement leur lait, ces conditions sont tout à fait hors de mesure. Dans les faits, il est alors impossible de donner exclusivement du lait maternel à son bébé.

Je prêche en général le dialogue avec les personnes qui s’occupent du bébé car la majorité des situations compliquées se résolvent bien grâce à une discussion franche.
Mais dans ce genre de cas, le personnel refuse le plus souvent de passer outre le protocole mis en place.

Or, qui va boire le lait maternel fourni par une mère à la crèche ? Son bébé et uniquement lui ! Les parents sont donc entièrement responsables du lait fourni pour la santé de leur enfant. Dans ce cas, où est le danger ? Les parents ne cherchent jamais à empoisonner leur bébé…
Il me semble donc logique que ce soient les parents qui décident quelles recommandations de conservation du lait maternel suivre.

Dans les faits, certains parents essaient de convaincre le personnel d’accepter une plus grande souplesse de conservation du lait et lorsqu’ils se heurtent à un refus, décident de mentir délibérément à la crèche (ou à l’assistante maternelle) sur ce point précis.
Ils peuvent alors exiger de récupérer les biberons non bus le soir sous prétexte de les utiliser à la maison…et juste changer l’étiquette de date de tirage pour le lendemain. De manière générale, ils disent à la crèche ce qu’elle veut entendre et gèrent eux-même les temps de conservation du lait.

Quel est alors le problème ? A mon sens aucun car personne n’est mis en danger…
Et vous, qu’en pensez-vous ?

Articles en rapport :


read more

période d'adaptation et allaitementLorsque votre bébé entre en crèche ou est accueilli par une assistante maternelle, il est habituel de faire une période d’adaptation dont la durée varie selon les établissements et les personnes.

Cette période d’adaptation et allaitement n’est pas toujours facile lorsque son bébé refuse le biberon.

Dans beaucoup de crèches, on demande à la mère de donner le biberon à la crèche pendant cette période. Or lorsqu’un bébé refuse le biberon, il ne comprend pas pourquoi maman lui propose un biberon alors que le sein est à portée de bouche. Je suggère en général d’éviter cette étape et de laisser la crèche ou l’assistante maternelle donner le biberon.

Mais même ainsi, certains enfants continuent à refuser le biberon. Dans certains cas, allonger la période d’adaptation peut être une bonne idée. Une lectrice de ce blog nous a donné ce témoignage :
« Nous avons la chance de très bien nous entendre avec l’assistante maternelle qui garde notre fille. Nous avons aussi pu faire une adaptation très progressive : trois semaines en tout avant de faire une « vraie semaine » en avançant demi heure par demi heure. Pendant un temps, j’ai emmené ma fille dès le réveil pour qu’elle ait vraiment besoin du biberon et l’accepte. Cette longue adaptation nous a permis d’échanger, de discuter, de chercher ensemble des solutions pour qu’elle accepte le biberon. L’assistante maternelle qui était septique sur un temps d’adaptation si long a dit ensuite qu’elle le proposerait à d’autres parents parce que cela avait vraiment été bénéfique pour elle et notre fille. »
Cette solution peut très bien convenir aux familles qui ont le temps.

Certaines crèches ou assistantes maternelles proposent à la mère de l’appeler quand leur bébé a faim s’il refuse le biberon, pour qu’elle puisse venir donner une tétée.
Cette solution peut être une bonne idée si vous êtes disponible pour venir mais c’est assez rarement le cas et c’est souvent un bon moyen pour que le bébé continue à refuser le biberon. Il comprend vite que s’il refuse, maman va venir donner à téter : pourquoi s’en priver ?
Cette solution peut donc convenir au début de la période d’adaptation mais ne peut pas perdurer. Il est alors important de rester ferme avec la personne qui s’occupe de votre enfant. Si votre bébé refuse de manger, il a le droit de vous attendre pour téter, ce n’est pas grave et il ne risque rien.

Bien sûr, le dialogue avec la personne qui s’occupe de votre enfant est primordial pendant cette période d’adaptation car cela permet d’établir une relation de confiance pour le plus grand bien de votre enfant, de vous et de la personne qui s’occupe de votre enfant.

Et pour vous, comment s’est passée la période d’adaptation de votre bébé ?

Articles en rapport :

 


read more

assistante maternelle et allaitementVous avez difficilement passé l’étape de l’adaptation chez l’assistante maternelle et vous avez repris le travail.
Votre chérubin s’adapte à son nouveau mode d’accueil. Seul petit bémol, il refuse catégoriquement le biberon.
Vous avez expliqué à l’assistante maternelle que ce n’était pas grave parce qu’il se rattrape le soir et continue à bien prendre du poids, que ce n’est pas pire que s’il dormait toute une nuit sans téter (ce qu’il n’a jamais fait mais vous en rêvez quand même un peu…).

Votre petit ne pleure pas en votre absence et se contente de vous attendre et de refuser catégoriquement toute tentative de biberon. Vous vous dites à juste titre que ce n’est pas grave et que ça s’arrangera avec le temps.

Mais voilà quelque-chose que vous n’aviez pas prévu : votre assistante maternelle vous annonce qu’elle refuse de continuer à garder votre bébé s’il continue à refuser le biberon !

Une fois passé l’effet douche froide (vous ne vous y attendiez pas puisque votre bébé avait l’air de bien vivre ses journées sans vous), vient le moment des questions : pourquoi est-ce un problème pour elle puisqu’il ne pleure pas ??? Comment concilier assistante maternelle et allaitement ?

Pour beaucoup d’assistantes maternelles, donner le biberon est une part importante de leur travail et elles aiment le faire ! Cela fait aussi partie du plaisir qu’elles ont à travailler. S’occuper d’un bébé qui refuse le biberon est donc une grosse frustration !
Dans le contexte actuel il n’est pas difficile de trouver d’autres enfants à garder. Certaines assistantes maternelles peuvent donc préférer s’occuper d’un bébé qui lui acceptera le biberon sans problème. Elles retrouveront là un plaisir de leur travail.

Certes, toutes les assistantes maternelles n’iront pas jusqu’à refuser votre bébé s’il ne prend pas le biberon mais beaucoup seront réellement frustrées et pourront insister pour que vous sevriez votre bébé.

Comment faire face à une telle situation ? Vous devez déjà accepter que la prunelle de vos yeux n’est pas forcément un enfant parfait aux yeux des autres et ce n’est pas facile du tout pour vous.

Vous pouvez ensuite vous montrer empathique avec l’assistante maternelle et reconnaître que oui ce n’est pas facile ni forcément gratifiant pour elle de voir votre bébé refuser le biberon et que vous le comprenez.
Cela ne veut pas dire que vous allez accepter de sevrer votre bébé mais si elle se sent entendue, cela ira forcément mieux.

Vous pouvez enfin faire confiance au temps : votre bébé va surement finir par accepter le biberon et votre assistante maternelle va aussi apprendre tout ce qui fait le charme de votre bébé. En général, ce genre de difficulté s’aplanie avec le temps.

Si ce n’est pas le cas et que votre assistante maternelle refuse d’accepter votre bébé avec son refus du biberon alors c’est peut-être mieux pour tout le monde de chercher une nouvelle assistante maternelle (plus facile à dire qu’à faire, je le sais bien…).

Et vous, comment votre assistante maternelle a-t-elle réagit si votre bébé a refusé le biberon ?

Articles en rapport :

 


read more

Page 1 sur 212