assistante maternelle et allaitementVous avez difficilement passé l’étape de l’adaptation chez l’assistante maternelle et vous avez repris le travail.
Votre chérubin s’adapte à son nouveau mode d’accueil. Seul petit bémol, il refuse catégoriquement le biberon.
Vous avez expliqué à l’assistante maternelle que ce n’était pas grave parce qu’il se rattrape le soir et continue à bien prendre du poids, que ce n’est pas pire que s’il dormait toute une nuit sans téter (ce qu’il n’a jamais fait mais vous en rêvez quand même un peu…).

Votre petit ne pleure pas en votre absence et se contente de vous attendre et de refuser catégoriquement toute tentative de biberon. Vous vous dites à juste titre que ce n’est pas grave et que ça s’arrangera avec le temps.

Mais voilà quelque-chose que vous n’aviez pas prévu : votre assistante maternelle vous annonce qu’elle refuse de continuer à garder votre bébé s’il continue à refuser le biberon !

Une fois passé l’effet douche froide (vous ne vous y attendiez pas puisque votre bébé avait l’air de bien vivre ses journées sans vous), vient le moment des questions : pourquoi est-ce un problème pour elle puisqu’il ne pleure pas ??? Comment concilier assistante maternelle et allaitement ?

Pour beaucoup d’assistantes maternelles, donner le biberon est une part importante de leur travail et elles aiment le faire ! Cela fait aussi partie du plaisir qu’elles ont à travailler. S’occuper d’un bébé qui refuse le biberon est donc une grosse frustration !
Dans le contexte actuel il n’est pas difficile de trouver d’autres enfants à garder. Certaines assistantes maternelles peuvent donc préférer s’occuper d’un bébé qui lui acceptera le biberon sans problème. Elles retrouveront là un plaisir de leur travail.

Certes, toutes les assistantes maternelles n’iront pas jusqu’à refuser votre bébé s’il ne prend pas le biberon mais beaucoup seront réellement frustrées et pourront insister pour que vous sevriez votre bébé.

Comment faire face à une telle situation ? Vous devez déjà accepter que la prunelle de vos yeux n’est pas forcément un enfant parfait aux yeux des autres et ce n’est pas facile du tout pour vous.

Vous pouvez ensuite vous montrer empathique avec l’assistante maternelle et reconnaître que oui ce n’est pas facile ni forcément gratifiant pour elle de voir votre bébé refuser le biberon et que vous le comprenez.
Cela ne veut pas dire que vous allez accepter de sevrer votre bébé mais si elle se sent entendue, cela ira forcément mieux.

Vous pouvez enfin faire confiance au temps : votre bébé va surement finir par accepter le biberon et votre assistante maternelle va aussi apprendre tout ce qui fait le charme de votre bébé. En général, ce genre de difficulté s’aplanie avec le temps.

Si ce n’est pas le cas et que votre assistante maternelle refuse d’accepter votre bébé avec son refus du biberon alors c’est peut-être mieux pour tout le monde de chercher une nouvelle assistante maternelle (plus facile à dire qu’à faire, je le sais bien…).

Et vous, comment votre assistante maternelle a-t-elle réagit si votre bébé a refusé le biberon ?

Articles en rapport :

 


read more

L'allaitement malinL’Allaitement Malin est sorti le 15 avril aux éditions Leduc.s.

Une séance de dédicace est organisée le mardi 21 mai à 15 h au Poussette Café.

Vous pouvez apporter votre exemplaire ou l’acheter sur place !

Je vous attends nombreux et je serai ravie de vous rencontrer !


read more
  • travail et allaitementQuel choix avez-vous fait au moment de la reprise du travail : sevrage ou poursuite de l’allaitement ? Pourquoi ?

J’ai repris le travail lorsque ma fille avait 3 mois.
Je ne voulais pas que ça m’empêche d’allaiter puisque mon allaitement marchait très bien.
J’ai donc décidé de poursuivre.

  • Comment vous êtes-vous organisée pour concilier travail et allaitement ?

La crèche acceptait le lait maternel.
J’avais un stock au congélateur.
Le matin je tirais mon second sein, en même temps qu’elle tétait(ça fait gagner du temps et beaucoup plus efficace) .

Puis je tirais mon lait au travail deux fois aux heures de tétées prévues (vers 11 h et vers 16 h).Je mettais au frigo au travail, puis j’emmenais à la crèche le lendemain dans un sac isotherme.
J’avais pris mon heure d’allaitement de 13 h à 14 h et comme la crèche était à coté, j’allais lui donner le sein. Mais si je ne pouvais pas ils avaient une dose.

  • Quelles ont été vos principales difficultés ?

Le plus difficile c’est de s’isoler et de se détendre pour tirer tranquillement et avoir un bon réflexe d’éjection.

  • Quels ont été vos meilleurs moments ?

Savoir qu’elle buvait mon lait me plaisait, c’est comme si le lien était maintenu à distance.

  • Qu’est-ce que vous souhaiteriez dire aux mamans qui doivent faire un choix dans les semaines à venir ?

Allaiter en travaillant c’est possible. Il faut juste bien s’organiser. Surtout, avoir plusieurs doses au congélateur, grâce à ça, j’ai pu continuer à allaiter en exclusif jusqu’à ses 6 mois et en travaillant, j’en suis très très fière.

Vous pouvez toujours tenter et si vraiment ce n’est pas possible de tirer au travail, le sevrage n’est pas forcément nécessaire. Votre bébé peut toujours boire du lait en poudre à la crèche ou chez la nounou, puis vous pouvez continuer à lui donner le sein le matin, le soir, les weekends.

  • Ce serait à refaire, vous referiez le même choix ? Que changeriez-vous ?

Je ferais le même choix sans hésiter ! Au début j’avais un tire-lait manuel (plus facile à transporter au travail) puis ensuite ma sage-femme m’a prescrit un tire-lait électrique double pompage, ce qui était beaucoup mieux. Si c’était à refaire, j’opterais directement pour le double pompage.

Articles en rapport :

 


read more

revue de presseL‘actualité allaitement du mois écoulé :

– Mon dernier livre est paru : L’allaitement malin, aux éditions Leduc.s. Il s’agit d’un livre complet sur l’allaitement de la grossesse au sevrage mettant l’accent sur tous les choix possibles pour les parents pour que chaque famille puisse faire à tout moment le choix qui lui convient.

– J’ai lu Les 200 astuces de Maman Travaille de Marlène Schiappa. Et dedans on y parle allaitement et travail !

– Un très bon article sur les risques du non allaitement pour la mère et l’enfant dans Reviews in obstetrics and gynecology.

– Maman Eprouvette nous régale toujours :

– Un article qui confirme l’intérêt du tirage combiné dont je vous ai déjà parlé.

– Le réseau périnat du Languedoc Roussillon a mis au point de bons documents pour la reprise du travail et l’allaitement.

– Mamanana nous parle de l’allaitement dans les livres pour enfant.

– Une très bonne interview d’un chirurgien dentiste sur allaitement et santé bucco-dentaire.

– Un très bon article en anglais sur travail et allaitement.

– Une étude montrant que l’allaitement réduit considérablement le risque de septicémie.

– Mes collègues canadiennes écrivent sur l’évolution de l’allaitement à la demande.

– Enfin, une page Facebook extraordinaire montrant des images historiques d’allaitement.

Bonne lecture ! Et surtout, n’hésitez pas à nous faire partager vos découvertes

Articles en rapport :

Voir l’onglet Revues de presse.


read more

les-maternelles

 

L’émission de France 5 Les Maternelles a consacré son numéro du 9 avril à l’allaitement à la reprise du travail.

Trois mamans sont venues parler de leur expérience et de leurs peurs avec beaucoup de simplicité et d’efficacité.

J’étais l’invitée plateau et j’ai été ravie que de nombreux sujets soient abordés, de manière aussi naturelle.

Vous pouvez revoir l’émission ici.

Et vous, qu’en avez-vous pensé ?

Articles en rapport :

 


read more

tirer son lait efficacementBeaucoup de femmes qui décident de tirer leur lait au travail pour leur bébé craignent de ne pas tirer suffisamment de lait pour couvrir les besoins de leur enfant en leur absence.

Voyons ensemble comment faire reculer cette peur et tirer son lait efficacement.

La première des choses, et certainement la plus importante, est de bien s’équiper. Si vous utilisez un mauvais tire-lait, vous avez toutes les chances de ne pas tirer assez de lait. Je vous suggère donc l’article que j’ai rédigé sur les tire-lait pour faire un choix qui vous convienne.

Deuxième chose : apprendre à tirer son lait de manière efficace. Pour cela la méthode du tirage combiné est très utile. Je vous renvoie donc à mon article sur le sujet.

Troisième chose, faire diminuer le stress. En effet celui-ci bloque l’éjection du lait et c’est alors que l’on ne tire pas assez. Pour cela, différentes petites choses peuvent aider : prendre quelques grandes respirations, mâcher quelque-chose, regarder une vidéo de son bébé, respirer un linge qu’il a porté, visualiser le lait en train de jaillir en fontaine,…

Pour diminuer le stress, il peut également être utile de savoir que quoi qu’il arrive, votre bébé a quelque-chose à manger : soit du lait que vous avez stocké au congélateur, soit une préparation pour nourrisson. Acheter une boite de lait permet à certaine femmes de se détendre…et de ne jamais s’en servir !

Quatrième chose : connaitre sa capacité de stockage. Si vous stockez peu de lait entre deux tétées, il peut être beaucoup plus efficace de tirer trois petites fois dans la journée plutôt que d’essayer de tirer toute la quantité de lait nécessaire en une fois sur la pause du midi.

Cinquième chose : faire attention que la personne qui s’occupe de votre bébé ne le gave pas. Les biberons doivent durer environ 20 minutes pour que votre bébé ait le temps de ressentir la sensation de satiété. Il est important également que l’on ne donne pas un biberon à votre bébé une demi-heure avant votre retour…

Avec ces cinq trucs, vous devriez être plus paisible pour obtenir les quantités nécessaires.

Et vous, qu’est-ce qui vous aide à obtenir les quantités nécessaires à votre bébé ?

Articles en rapport :

 


read more

allaitementQuel choix avez-vous fait au moment de la reprise du travail : sevrage ou poursuite de l’allaitement ? Pourquoi ?

A la reprise du travail, j’ai voulu faire de l’allaitement mixte ; la nounou de mon fils n’était pas contre du tout, et elle voyait que le biberon de lait maternel était bien plus apprécié par Anthony que le lait maternisé. Il avait alors quatre mois.

Pour moi c’était une manière d’être quand même là près de lui même en travaillant et lui donner le meilleur. Le soir et la nuit, il était allaité.

Aujourd’hui il a 6 mois et les choses ont changées… Il est diversifié, et très demandeur. Je ne tirais mon lait que très difficilement pour très peu de résultats (et malgré différents tire-lait et méthodes…), il appréciait plus le lait maternisé, nous avons toujours la tétée de nos retrouvailles, et parfois avant de dormir. Je ne produis plus assez pour satisfaire sa demande au réveil ou le soir.

Comment vous êtes-vous organisée ?

Au travail j’avais la possibilité d’utiliser un bureau entre midi et 14 h, pour tirer le lait, avec un tire-lait électrique. Nous avons un frigo dans lequel je conservais le lait jusqu’au retour à la maison, pour le donner à la nounou le lendemain.

Quelles ont été vos principales difficultés ?

Tirer mon lait… Autant quand il tétait j’avais l’impression qu’il ne prendrait jamais assez pour les « vider », autant en le tirant… je ne tirais quasiment rien. Un vrai crève coeur.

Quels ont été vos meilleurs moments ?

Les retrouvailles le soir avec ma crapule. ce sourire qu’il a quand il sait que c’est LE moment de tétouiller. Ses yeux qui pétillent. Ça va me manquer !

Qu’est-ce que vous souhaiteriez dire aux mamans qui doivent faire un choix dans les semaines à venir ?

D’écouter leur bébé et leur corps également. Allaiter fatigue l’air de rien (pour moi qui en ai un 2ème, j’étais ko entre la journée et la nuit), mais il faut avant tout le faire avec plaisir. Idem pour tirer son lait. L’allaitement mixte n’est pas rédhibitoire pour l’allaitement maternel… Le mien sait que le biberon est plus rapide et plus copieux. Mais si je lui donne le choix, il choisira d’abord le sein avant de finir au biberon. J’ai du céder à la tétine aussi, parce qu’il ne s’endort plus au sein, et que ce « sevrage » était trop brutal pour lui. Parfois pour s’endormir il en a besoin, avec maman à côté qui lui caresse la tête et lui chante une berceuse.

Ce serait à refaire, vous referiez le même choix ? Que changeriez-vous ?

Je referais la même chose, en essayant de tirer mon lait un peu plus tôt, de faire plus de stocks, d’habituer plus la poitrine à donner à la machine. Mais mon bébé est heureux et ça se voit, il mange les purées que je lui concocte avec amour, boit ses biberons avec des tonnes de câlins et de bisous… Le sevrage a été doux, il n’a jamais chouiné contre le biberon, au début quand j’étais là impossible de lui en donner un, et on faisait comme il voulait. Quand il a demandé plus, il a pris naturellement le biberon, et venait chercher des câlins. Je pense qu’on a tous les deux pris plaisir à cet allaitement, et que même si on est un peu nostalgiques.. on a d’autres moments rien qu’à nous !

Articles en rapport :

 


read more