• Quel choix avez-vous fait au moment de la reprise du travail : sevrage ou poursuite de l’allaitement ? Pourquoi ?

Mes trois enfants ont été allaités, pour mes deux premiers j’ai fait la même chose. Pour ma petite dernière, je fais totalement différemment.

Pour les aînés :

J’ai repris le travail aux trois mois de mes enfants. Je souhaitais maintenir la tétée du matin et du soir. A leur 1 mois et demi, ils ont commencé a prendre le biberon, avec mon lait au début, puis avec du lait artificiel, pour arriver à ma reprise, avec la tétée du matin, des biberons de lait artificiel la journée, et la tétée du soir. Très rapidement, j’ai du compléter la tétée du matin, jusqu’à l’arrêter, et garder que celle du soir, qui est devenue une tétée de confort avant le dodo. A leurs 5 mois j’ai sevré mes enfants.

Pour ma joliefée :

La configuration est différente, d’une le travail ça ne se passe pas très bien, puis notre joliefée nous a fait des frayeur à la naissance….bref, après des débuts difficile…j’ai réfléchi pour savoir comment faire vis-à-vis du travail….j’ai posé mes congés, fait le maximum pour notre organisation pour ne reprendre qu’aux 7 mois de ma fille, ce fut un déchirement. Mais pour le coup, pas de prise de tête….j’ai loué un tire lait. Et j’ai décidé de tirer mon lait, et ainsi poursuivre l’allaitement. Je ne pensais pas cela possible. Mais le groupe sur facebook les wondermums m’a aidé.

  • Comment vous êtes-vous organisée ?

Pour ma joliefée :

Sur le coup je partais à l’aventure, je ne savais pas combien de biberons je devais laisser, de combien, joliefée étant à la demande. Donc j’ai tiré mon lait, après l’organisation s’est fait d’elle-même. Le midi, je tire mon lait, soit à mon travail, soit chez moi, le soir quand je rentre je tire mon lait. Au début je devais tirer le matin pour avoir trois biberons de 180 à 210 ml….puis elle s’est calée, et donc je tire un biberon le midi et un le soir, le reste c’est à la demande. J’en ai un peu au congélateur si besoin. En fait, je tire lorsqu’elle n’a pas tété.

  • Quelles ont été vos principales difficultés ?

Au travail : incompréhension de collègues, malgré l’autorisation de la hiérarchie. Parfois ça prend du temps, c’est contraignant, mais je me dis, que c’est pour peu de temps, donc je fais cet effort pour ma beauté. Et je ne le regrette pas. Après, j’ai un frigidaire a disposition, donc glacière, pain de glace…j’ai ce qu’il faut, ça aide. J’ai loué un tire-lait électrique en pharmacie et j’en ai un d’appoint manuel.

  • Quels ont été vos meilleurs moments ?

Nos retrouvailles après le travail, la recherche immédiate de la tétée. Le soir, le rituel du coucher ; et j’avoue la nuit, comme elle ne fait pas ses nuits et que je la vois peu, ben j’aime en profiter.

  • Qu’est-ce que vous souhaiteriez dire aux mamans qui doivent faire un choix dans les semaines à venir ?

Si vous souhaitez essayer de faire du tire allaitement, sans prise de tête, lancez vous. Si en fonction de votre organisation c’est plus compliqué car horaires difficiles, aînés, petits….et j’en passe, alors essayez de garder la tétée du soir et celle du matin. Le principal est de vous faire plaisir et de faire ce que vous pouvez, avec ce que vous avez. C’est un échange, un partage entre vous et le bébé. Mettez des œillères aux sous-entendus. Et 1 mois, 3 mois 9 mois …qu’importe vous êtes là pour lui, c’est le principal.

A oui, important : voyez avec l’assistante maternelle, ou la crèche, si ça ne pose pas de soucis d’avoir du lait maternel.

Et pour votre travail renseignez vous, vous avez la possibilité d’avoir deux fois 30 minutes sur la journée pour allaiter votre bébé ou tirer votre lait.

  • Ce serait à refaire, vous referiez le même choix ? Que changeriez-vous ?

Oh que oui, je ferais pareil…et même je m’arrangerais pour rester à la maison 😊 😊….dommage que pour mes aînés, je n’ai pas eu le vent de cette possibilité, du tire allaitement ; mais d’avoir gardé les tétées du matin et du soir, c’était superbe.

Donc pour l’heure je ne change rien et poursuis cette belle aventure lacté avec ma joliefée.

Articles en rapport :

 

Lire des articles ou poser des questions en commentaire ne suffit pas à résoudre votre problème ? Savez-vous que vous pouvez prendre RDV pour une consultation avec moi ? N’hésitez pas à me contacter !

read more

moins de laitVous allaitez votre enfant exclusivement et tout se passe bien. Vous souhaitez tirer votre lait à la reprise du travail et vous vous renseignez sur le type de tire-lait à choisir, comment tirer son lait, vous vous organisez.

Vous avez donc tous les atouts dans votre manche pour bien reprendre le travail.
Vous décidez donc de faire un peu de stock de lait avant la reprise et vous ne tirez que peu de lait. Cela ne vous inquiète pas car votre bébé tète bien régulièrement et cela paraît donc normal de ne pas tirer beaucoup.

Arrive la reprise du travail et vous commencez à tirer votre lait au bureau. C’est là que la mauvaise surprise se produit : même si vous n’avez pas de bébé ayant tété depuis plusieurs heures, vous ne tirez toujours que très peu de lait. Vous vous dites qu’il faut peut-être vous habituer mais quelques jours plus tard la situation n’a pas évolué et vous commencez à vous inquiéter car il est impossible de fournir les bonnes quantités de lait pour votre bébé.

Vous essayez donc la technique du tirage combiné qui ne change strictement rien. Vous tentez d’exprimer le lait manuellement et vous récoltez trois gouttes… Peine perdue, rien ne fonctionne.

Vous faites probablement partie des quelques femmes qui n’arrivent jamais à tirer leur lait, quoi qu’elles mettent en place.

Oui cela existe et malheureusement, je n’ai pas de méthode miracle à vous proposer. Certaines femmes n’y arrivent pas.

Il vous reste donc la possibilité de faire un allaitement mixte en donnant le plus de tétées possibles lorsque vous êtes avec votre bébé pour pouvoir donner le moins de préparation pour nourrisson possible en votre absence.

Et vous, faites-vous partie de ces femmes qui ne réussissent jamais à tirer du lait ? Comment vous êtes vous organisée ?

 

Lire des articles ou poser des questions en commentaire ne suffit pas à résoudre votre problème ? Savez-vous que vous pouvez prendre RDV pour une consultation avec moi ? N’hésitez pas à me contacter !

read more

revues de presse allaitementVoici l’actualité que j’ai repérée pour vous depuis un mois :

– Des articles :

  • Un bon article sur la différence entre le lait maternel et une préparation pour nourrisson.
  • Marche pour le climat à Bruxelles: des mères allaitent leur bébé assises par terre en signe de protestation.
  • L’histoire de Sainte Agathe.
  • Cher collègue…, le Dr Carlos González répond à un médecin.
  • Tirer son lait au travail : quand, comment et où le faire ?
  • 4 conseils pour continuer à allaiter quand on reprend le travail.
  • Nouveau conseil sur l’allaitement et la carie dentaire en Angleterre.
  • 5 raisons pour avoir recours à une consultante en lactation certifiée IBCLC.

– Des vidéos :

– Des études :

  • L’allaitement réduit le risque de dépression plus tard dans la vie après la ménopause.
  • Retarder le moment du premier bain peut-il favoriser l’allaitement ?
  • L’allaitement maternel, une transmission intergénérationnelle.

– Des photos :

  • L’allaitement de hérissons.
  • L’inquiétude suscitée par l’allaitement en public peut amener les mères à se sentir vulnérables et exposées. Une nouvelle série de photos vise à montrer l’allaitement au public sous un jour positif.

Rappel : vous pouvez traduire toutes les publications en anglais grâce à Google et donc les lire à peu près correctement en français !

Bonne lecture ! Et surtout, n’hésitez pas à nous faire partager vos découvertes

Articles en rapport : voir l’onglet Revues de presse.

 

Lire des articles ou poser des questions en commentaire ne suffit pas à résoudre votre problème ? Savez-vous que vous pouvez prendre RDV pour une consultation avec moi ? N’hésitez pas à me contacter !

read more

Ce tableau a été réalisé par une artiste, Corinne Ko, à partir d’une photo de ma fille et moi…

Je suis maman de deux petites filles une de 8,5 ans et une de 3,5 ans.

Toutes les deux allaitées longuement et j’allaite toujours la deuxième…

Le début de l’allaitement pour la première à été un vrai parcours du combattant, tant le manque d’information et de confiance en moi, en mon bébé et en la nature était grand…

Des la maternité on a commencé à nous conseiller des compléments de LA et évidemment cela n’a pas du tout aidé, en plus ma fille ne le supportait pas du tout… on a été voir un ostéopathe à ses deux mois et il nous a demandé pourquoi nous lui donnions des compléments… nous lui avons répondu que je n’avais pas assez de lait !

Il nous a regarde avec des yeux grands comme des billes et nous a expliqué un peu le fonctionnement de l’offre et la demande et nous a conseillé d’arrêter complètement le LA et de ne plus que lui donner le sein… il faut savoir qu’étant indépendante j’avais recommencé à travailler à mi-temps deux semaines après mon accouchement et qu’à ses deux mois ma fille était en crèche et je recommençais à travailler plein temps.

Mais ça nous était égal, on a tout fait pour y arriver, étant reflexologue et pédicure médicale, je tirais mon lait après chaque patient. Mon mari a été d’une aide si précieuse, je n’y serais jamais arrivée sans lui…

Et petit à petit on s’est rendu compte qu’en effet je n’avais pas beaucoup de lait mais qu’il était hyper concentré, ma fille avait assez avec de petites quantités et elle n’avait plus toutes ces crampes et problèmes de digestion…

On a tenu bon comme ça jusqu’à ses 6 mois en faisant du cododo et en la laissant au sein tout le temps qu’elle voulait jour et nuit après ses journées entières de crèche…

Ma gynécologue m’avait conseillé un magnifique livre qui m’a fait prendre conscience de tout ce que mon corps, celui de mon bébé et la nature était capable, j’ai réellement eu une révélation… ce livre s’appelle “mon bébé comprend tout” de Aletha Solter…

Après ses 6 mois on a pu être soulagé par la diversification alimentaire et tirer de moins en moins, elle mangeait solide à la crèche et tétait à la maison…

Elle a décidé vers ses 3,5 ans qu’elle était devenue grande et qu’elle n’avait plus besoin de téter… on a fait un petit film de “dernière fois” avec un petit truc pour marquer le coup et dire au revoir au tétées de maman…

Nous avons décidé quelques années plus tard de vouloir un deuxième enfant, mais nous ne voulions plus que cela se passe dans les mêmes conditions…

Je suis donc devenue employée dans une administration afin d’avoir droit à des congés de maternité dignes de ce nom et cinq ans plus tard j’ai donné naissance à ma deuxième fille.

Là je n’étais plus la même femme que pour mon premier bébé, tout ce monde était devenu une passion pour moi et j’étais bien décidée d’accoucher le plus naturellement possible et de ne surtout pas perturber mon allaitement avec du LA. J’avais appris à me faire confiance, à faire confiance à mon bébé et en la nature qui est si bien faite..

La petite est née dans la pénombre, sous le regard très bienveillant de mon mari, la sage femme et la gyneco, et sans aucune intervention ni chimique ni physique… nous avons attendu que le cordon cesse de battre avant de le couper et tout doucement elle s’est étirée jusqu’à mon sein pour prendre sa première tétée…

Tout s’est très bien passé, j’ai privilégié le portage, le cododo, l’allaitement à la demande et ai pu rester 6 mois avec elle à la maison… après j’ai repris le boulot et ai pu l’allaiter à la crèche sur le temps de midi

Elle tête encore aujourd’hui matin et soir, elle aura 4 ans en février. Elle a n’a pas encore l’air d’avoir envie d’arrêter mais je lui fais confiance!

La grande est toujours partante quand elle peut recevoir un peu de mon lait qu’elle dit être délicieux avec un goût de noisette… 😉

Je me sers égalent de mon lait comme désinfectant pour tous les petits bobos, conjonctivite ou autre, c’est magique !

Pour moi l’amour, l’information et la confiance ainsi que du soutien notamment de son conjoint sont primordiaux pour mener à bien son allaitement…

Bonne tétée à tous vos petits loulous…

Articles en rapport :

 

Lire des articles ou poser des questions en commentaire ne suffit pas à résoudre votre problème ? Savez-vous que vous pouvez prendre RDV pour une consultation avec moi ? N’hésitez pas à me contacter !

read more

Je vous propose aujourd’hui un petit quizz pour tester vos connaissances…

.

.

.

.

Lire des articles ou poser des questions en commentaire ne suffit pas à résoudre votre problème ? Savez-vous que vous pouvez prendre RDV pour une consultation avec moi ? N’hésitez pas à me contacter !

read more

Genèse

Nous avions avec mon conjoint placé ma grossesse, mon accouchement et le développement de notre petit (et premier !) garçon sous le signe de la physiologie et du naturel. Après un accouchement merveilleux et en douceur en salle nature à l’hôpital, un peau à peau et une première tétée à quelques minutes de vie, je ne m’étais jamais vraiment posé la question de la longueur de mon allaitement. Dans notre cercle familial et amical, nous entendions ici et là combien l’allaitement était laborieux, douloureux, fatiguant pour la maman… Et pourtant, après les quelques jours où il faut tout apprendre aussi bien pour la maman que pour le bébé, l’allaitement s’est tout doucement mis en place. Avec son lot de douleurs, de fatigue, d’engorgement certes mais bien loin du tableau qui m’avais été dressé et avec le soutien indéfectible du papa indispensable en cas de découragement ! Ce qu’on oublie souvent de préciser aux jeunes mamans, c’est qu’une fois que l’allaitement fonctionne bien, ces petits moments maman-bébé sont synonymes de tendresse, douceur et n’ont tout simplement pas de prix.

La fausse conviction de la nécessité d’un sevrage

Au bout de trois mois et quelques de congés maternité, un allaitement bien en place et un déplacement de 10 jours aux Etats-Unis en vue, il était pour moi certain que je ne pouvais, même si cela me chagrinait énormément, continuer à allaiter mon petit. Nous avons donc commencé à lui donner mon lait tiré au biberon pour l’y habituer petit à petit. Puis, nous avons introduit (à mon grand désespoir) un biberon de lait artificiel. Après 3 mois d’allaitement exclusif, le biberon de lait tiré a été accepté sans problème mais pour le lait artificiel, c’était une autre histoire – rejet complet ! Même si dans le fond, je n’étais pas mécontente qu’il refuse le lait artificiel, je comprenais l’angoisse de mon conjoint de se retrouver seul avec un stock de lait certes important mais pas suffisant pour couvrir les besoins de notre petit pendant 10 jours. Après un changement de marque de lait, il a finalement accepté le lait de vache avant mon départ. Cet épisode de refus m’a pourtant permis de repenser mon allaitement car je n’étais vraiment pas prête à le sevrer, j’ai donc congelé un maximum de lait tiré. Nous avons décidé ensemble de continuer l’aventure allaitement et de compléter avec un minimum de lait en poudre pendant mes déplacements.

Le premier déplacement lointain et long

Après des au revoirs difficiles, c’est parti pour la reprise et me voilà en route pour les Etats-Unis avec un congélateur bien achalandé en lait maternel à la maison et un tire-lait manuel dans mon sac, objectif : maintenir ma lactation ! Ça peut paraître bête mais l’allaitement était pour moi le lien qui m’unissait à mon bébé et me permettait de moins culpabiliser de partir loin de lui. C’est, aujourd’hui encore, toujours le cas à chacun de mes déplacements, comme un petit fil rouge, qui nous lie tout au long de la journée. Je vous avoue qu’avec un long courrier, un décalage horaire de 10h, contrôler mes montées de lait et maintenir ma lactation n’a pas été une mince affaire, loin de là ! J’ai été chanceuse à l’aller de pouvoir tirer mon lait à ma place (car personne à côté de moi), ce fut un peu plus difficile au retour avec deux voisins de siège et des toilettes que je ne me voyais pas bloquer pendant quinze minutes.

Une fois sur place, je travaillais sur un salon et j’ai expliqué à mes collègues proches que je devrais m’absenter plusieurs fois pendant la journée, ils ont tous compris et cela a même aiguisé la curiosité de certains hommes sans enfant qui m’ont posé tout un tas de questions sur les mécanismes de l’allaitement !

A mon retour, quel bonheur cela a été de pouvoir allaiter mon bébé et de retrouver cette proximité et douceur qui m’ont tant manquées pendant mes dix jours d’absence. Il a fallu certes relancer la lactation et mettre mon bébé au sein plus souvent, reprendre les tétés nocturnes, faire une cure de fenugrec (merci Véronique !!) mais tout est revenu dans l’ordre au bout de quelques semaines.

Epilogue

Je suis maintenant devenue une professionnelle du tirage de lait en toutes circonstances avec mon tire-lait électrique de poche ! Pendant ces dix jours aux Etats-Unis et mes quelques déplacements européens depuis, j’ai tiré mon lait dans tellement d’endroits, des toilettes d’aéroport, d’hôtels mais aussi découvert que certains pays proposent des ‘lactation suites’ dans les gares et aéroports, très appréciables, et qui permettent de tirer son lait/allaiter dans de biens meilleurs conditions ! Quand je ne suis pas en déplacement, je tire deux biberons de lait pour la journée chez la nourrice, le reste du temps, c’est allaitement ! J’arrive à apprécier mes déplacements car je sais qu’à mon retour la tétée des retrouvailles sera merveilleuse.

J’aurais des milliers d’autres choses à vous raconter sur cette magnifique aventure qu’est l’allaitement mais mon texte est déjà bien long… Je vous confesse toutefois que ça m’est tombé dessus, je ne pensais pas trouver cette expérience si enrichissante, gratifiante, pourtant il n’y a rien de plus naturel au monde.  Aujourd’hui, après 6 mois et quelques semaines d’allaitement, je me dis que finalement, ça n’était pas si compliqué et que si on le souhaite, tout est faisable….

Enfin, si c’était à refaire, j’aurais tiré plus de lait pendant mon congé maternité pour ne pas avoir à introduire de lait artificiel et être en allaitement exclusif !

PS : c’est une aventure collective que je n’aurais pas réussi sans le soutien de mon conjoint, la Leche League, et les mamans et conseillères en lactation sur Facebook !

 

Articles en rapport :

 

Lire des articles ou poser des questions en commentaire ne suffit pas à résoudre votre problème ? Savez-vous que vous pouvez prendre RDV pour une consultation avec moi ? N’hésitez pas à me contacter !

read more

revues de presse allaitementVoici l’actualité que j’ai repérée pour vous depuis un mois :

– Des articles :

– Des vidéos :

  • J’adore cette vidéo de ce bambin qui prend soin de sa maman, avec l’aide de sa grande soeur.
  • C’est ainsi que l’on peut observer si un frein de langue postérieur est suffisamment élastique ou non. Tant que l’on ne passe pas les doigts de cette façon, on peut passer « à côté » d’un frein de langue postérieur.
  • Un des signes qui permet de déterminer si bébé est prêt à démarrer sa diversification alimentaire est l’intérêt pour la nourriture…
  • Une émission de La maison des Maternelles sur France 5 dans laquelle j’interviens.

Bonne lecture ! Et surtout, n’hésitez pas à nous faire partager vos découvertes

Articles en rapport : voir l’onglet Revues de presse.

 

Lire des articles ou poser des questions en commentaire ne suffit pas à résoudre votre problème ? Savez-vous que vous pouvez prendre RDV pour une consultation avec moi ? N’hésitez pas à me contacter !

read more