Aujourd’hui, j’aimerais mener une enquête : avez-vous repoussé votre reprise du travail pour pouvoir poursuivre l’allaitement ?

Voici un questionnaire que vous pouvez faire circuler, d’avance je vous en remercie :

 

 

Lire des articles ou poser des questions en commentaire ne suffit pas à résoudre votre problème ? Savez-vous que vous pouvez prendre RDV pour une consultation avec moi ? N’hésitez pas à me contacter !

read more

allaiter et travaillerNous allons le mois prochain fêter avec ma fille nos 3 ans d’allaitement. Moi qui me disait « j’essaye 1 semaine »…

La reprise du travail c’était pour ses 5 mois.
Je travaillais dans une petite entreprise de 10 personnes, avec un siège anglais, en open-space et depuis que l’entreprise s’était implantée il y a 4 ans j’étais la première à allaiter. Ce n’était pas gagné à première vue.

  • Quel choix avez-vous fait au moment de la reprise du travail : sevrage ou poursuite de l’allaitement ? Pourquoi ?

Les premiers mois avaient été très compliqués et maintenant ça se passait bien ; alors je voulais continuer.
J’ai choisi de continuer l’allaitement exclusif jusqu’à 6 mois, avec l’aide de mon assistante maternelle.

  • Comment vous êtes-vous organisée ?

Je n’avais que très très peu de stock.
Le matin je donnais un sein à ma fille et je tirais l’autre, j’arrivais à tirer 50 ml en même temps que mon petit déjeuner.
Je tirais dans le local informatique le midi, sur mon heure de pause, encore 50 ml sur les deux seins (j’étais dans de moins bonnes conditions je tirais moins).
Puis le soir je tirais encore 50 ml en tirant les deux seins.
Le week-end je continuais soir et matin pour refaire des réserves pour les jours où je tirais moins.
Elle partait donc chez la nounou avec ses 3 contenants de 50 ml et j’en donnais un congelé en plus.
Ca a marché jusqu’à ses 9 mois. Elle n’a pas augmenté la dose car elle s’est diversifiée dans le même temps.

A ses 9 mois j’ai changé de travail, structure encore plus petite. Pas de salle supplémentaire, nous sommes passées en mixte. Lait en poudre chez l’assistante maternelle et nous avons conservé les tétées du matin, retrouvailles, couché et nuit et à volonté le week-end.

  • Quelles ont été vos principales difficultés ?

Mes principales craintes étaient de ne pas avoir le 4e biberons. Mais avec les petits stocks reconstitués le week-end ça s’est bien passé.

  • Quels ont été vos meilleurs moments ?

L’aide de mon assistante maternelle a été très importante, elle avait la gentillesse de me laver les biberons ce qui me simplifiait les soirées. Je lui avais fait une feuille sur la conservation, les mélanges possibles et elle n’a jamais jeté une goutte de lait, m’aidant à optimiser mon stock.

  • Qu’est-ce que vous souhaiteriez dire aux mamans qui doivent faire un choix dans les semaines à venir ?

Si vous devez faire un choix faites-le en essayant ce que vous dit votre coeur, et donnez-vous quelques moyens matériels (glacière adaptée, sachets congélations… contenants pour la congélation sécables…). Faites de votre mieux et ce qui est possible et vous aurez le coeur léger, quelque soit le résultat.

  • Ce serait à refaire, vous referiez le même choix ? Que changeriez-vous ?

Si c’était à refaire je ferais pareil, c’était intense mais je voulais lui donner uniquement mon lait le plus longtemps possible et je l’ai fait, même si j’aurais aimé continuer plus longtemps, ce n’était plus possible.

Merci à toutes les mamans qui ont donné leur témoignages et qui m’ont aidée à trouver ma solution, merci pour ce blog que j’ai beaucoup parcouru.

Bon chemin à toutes !

 

Articles en rapport :

 

Lire des articles ou poser des questions en commentaire ne suffit pas à résoudre votre problème ? Savez-vous que vous pouvez prendre RDV pour une consultation avec moi ? N’hésitez pas à me contacter !

read more

revues de presse allaitementVoici l’actualité que j’ai repérée pour vous depuis un mois :

– Des articles :

– Des histoires d’allaitement :

  • Un témoignage très touchant. Je rappelle que le syndrôme des ovaires polykystiques peut provoquer une lactation insuffisante mais aussi trop de lait !
  • Que d’amour dans cette histoire !
  • Don de lait maternel, l’or blanc.

– Des photos :

  • Une portion de la grande mosaïque qui se trouve depuis peu dans la station de métro Bellas Artes, à Santiago du Chili. La mosaïque entière fait 81m² et s’intitule « la infancia que debe ser » (l’enfance qui doit être).

– Des vidéos :

  • Un film norvégien, présenté par une femme médecin et mère. Sous-titré en anglais. Titre : « La sale vérité derrière l’industrie des PPN produits pour nourrissons ».
  • Tétée du matin…fatigante.
  • Trop mignon !!!

Rappel : vous pouvez traduire toutes les publications en anglais grâce à Google et donc les lire à peu près correctement en français !

Bonne lecture ! Et surtout, n’hésitez pas à nous faire partager vos découvertes

Articles en rapport :

Voir l’onglet Revues de presse.

 

Lire des articles ou poser des questions en commentaire ne suffit pas à résoudre votre problème ? Savez-vous que vous pouvez prendre RDV pour une consultation avec moi ? N’hésitez pas à me contacter !

read more

courbes de poidsJe vous expliquais dans un article précédent, l’intérêt d’utiliser les courbes de poids de l’OMS pour le suivi des bébés.

Dans les nouveaux carnets de santé disponibles depuis le 1er avril 2018, les courbes de poids ont changé. Le choix a été fait de ne pas prendre les courbes de l’OMS car elles avaient été faites uniquement avec des bébés allaités. De nouvelles études ont donc été conduites. Vous en trouverez le détail ici.

Le nouveau carnet de santé est disponible en ligne, avec ses nouvelles courbes, ici.

Quelles courbes faut-il donc préférer pour le suivi des bébés allaités ? Celles du nouveau carnet de santé ou celles de l’OMS ?

J’ai superposé les courbes de l’un et de l’autre et je me suis aperçue qu’elles se ressemblent beaucoup. La seule différence, c’est que celles du carnet de santé sont légèrement plus hautes entre 6 mois et 2 ans mais rien qui ne devrait poser problème dans le suivi quotidien des bébés.

Vous pouvez donc choisir celles que vous voulez 🙂

Article en rapport : 

 

Lire des articles ou poser des questions en commentaire ne suffit pas à résoudre votre problème ? Savez-vous que vous pouvez prendre RDV pour une consultation avec moi ? N’hésitez pas à me contacter !

read more

allaitement et travailMon allaitement a été, à ses débuts, très difficile. Je me rappelle très distinctement allaiter dans la cuisine, alors que ma petite a environ deux mois et dire à mon mari : je crois que c’est la première fois que j’apprécie réellement cet allaitement.

Pourquoi ai-je persévéré ? A vrai dire, je n’ai pas de raison. Lorsque j’étais enceinte, je ne faisais pas de l’allaitement une obsession. Je disais, bêtement, « j’allaiterai si je peux, on verra. » L’équipe de la maternité était géniale et respectueuse de mon choix sur l’allaitement. J’avais d’ailleurs un suivi un peu privilégié car une très bonne amie était auxiliaire de puériculture dans la clinique. Mais, la naissance de ma pitchounette s’est suivi d’une dispute assez profonde avec ma famille qui m’a beaucoup affectée. Je pense que cela explique les difficultés de mise en place de la lactation.
Toujours est-il que le 3ème jour, ma pepette avait perdu beaucoup de poids. Pour moi, je ne voulais pas mettre en balance la santé de mon bébé et la réussite d’un allaitement. Il y a donc bien eu par ci par là pendant deux premières semaines quelques petits compléments. Je passais plusieurs heures par jour avec le bébé au sein. Quand je lisais, «un nourrisson tête 7 fois par jour et dort 18 heures »… la mienne tétait 20 min toutes les 40 minutes et n’acceptait de dormir que le sein dans la bouche, sur moi, jour et nuit. Là, c’était dur.

Si je m’examine en conscience, j’ai continué pour 3 motifs que je veux partager :

  • La simplicité. J’ai lâché prise. Tout a commencé à aller mieux alors que j’ai arrêté de noter les heures de début, de fin, sein droit, sein gauche… Rien que de parler de cette feuille, pfff… et, j’ai envoyé balader soutien-gorge voire tee-shirt ! C’était tellement plus simple. Résonnent en moi, les mots lâchés par la sage-femme à mon départ (alors que je n’arrivais pas à faire téter à droite) : « l’allaitement, c’est pour les mamans cools ».
  • La conviction intime que ça ne serait pas plus facile avec un biberon. Et honnêtement, l’allaitement c’est LA solution de facilité. Je n’imagine pas aujourd’hui devoir me lever à 3 heures du matin pour préparer un biberon ! Ma fille est un bébé qui n’a presque pas pleuré, que je pouvais amener partout : la solution simple à tout était de la mettre au sein. C’est ce qu’elle voulait et rien d’autre. Je suis son doudou, c’est parfois contraignant mais c’est un grand honneur et au fond, c’est quand même plus logique qu’elle veuille sa maman plutôt qu’un bout de plastique ou qu’une poupée (pas faute d’avoir essayé).
    On a une image de l’allaitement comme choix de maman plutôt casanière, mais la réalité c’est qu’allaiter est le mode d’alimentation le plus rassurant et le plus pratique quand on est une maman nomade. Je pars dans la journée quand je veux, je peux la nourrir partout, sans préparatif. Je peux aller quelque part et décider de ne pas rentrer manger chez moi. Si ma pépette a des selles liquides, remède : tétée ; si elle est constipée : tétée ; si elle a de la fièvre : tétée. C’est pas magique ?
  • Mon mari est pro-allaitement. Ainsi que ma mère. Aucun des deux ne m’a poussé à continuer. Ils m’ont même dit, « arrête, si c’est pour mal le vivre ». Mais, je savais qu’ils y étaient favorables. Je savais qu’ils pensaient que c’était le mieux pour pitchounette. A ceux qui pensent que le père est mis de côté : il est vrai qu’il n’y avait que moi pour apaiser notre fille lorsqu’elle était nourrisson. A quelques mois déjà, ce n’était plus le cas. Mon mari a pris un congés parental de 5 mois. Il a pris ma relève lorsque j’ai repris le travail, tout en allaitant.

Comment s’est passé ma reprise ?

Jamais je n’aurais pensé reprendre le travail et continuer à allaiter. Pour moi, il était clair que le sevrage s’imposerait avec la reprise.

Nous sommes partis en vacances en Croatie juste avant ma reprise et pour moi, il était impensable de la sevrer à 8 mois, en pleine crise de la séparation, pendant des vacances où l’on est bien content de ne pas se traîner pack d’eau, lait artificiel et biberon… C’est votre site qui m’a montré que c’était possible.

La pédiatre m’a dit : un laitage en plus à midi et un laitage au goûter. J’avoue qu’on ne le fait pas vraiment car elle n’est pas fan (mais vu tout le fromage qu’elle s’engouffre je ne me fais pas de souci). Pas de biberon. Elle était diversifiée depuis ses 6 mois. J’ai donc continué l’allaitement à la demande quand j’étais là, et les jours de travail à minima une tétée le matin et le soir. Quand j’ai repris le travail, j’avais 7 poches de lait congelé au cas où je partirais tôt ou rentrerais tard. Je n’ai jamais tiré mon lait au travail.

Aujourd’hui, Pitchounette a plus d’un an (et quelques jours). Je l’allaite encore. Je ne sais pas quand j’arrêterai. Demain ? Dans 2 mois ? Dans 6 mois ? Plus ?

Articles en rapport :

 

Lire des articles ou poser des questions en commentaire ne suffit pas à résoudre votre problème ? Savez-vous que vous pouvez prendre RDV pour une consultation avec moi ? N’hésitez pas à me contacter !

read more

Suite à ma demande, j’ai reçu des photos de lait congelé que je vous livre :

Madeleine : « à gauche frais et à droite congelé (devient plus jaune et le gras se sépare un peu). Mon bébé à deux mois. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Caroline :

 

 

 

 

 

Erika : « Voici les photos de l’un de mes sachets de lait congelé. Il est resté congelé 4 semaines (1er photo congelé). J’ai décongelé au frigo toute la nuit et voici l’aspect (2ème photo).  »

 

 

 

 

 

 

Ghislaine : « Voici un lait congelé qui a 1 mois et demi (du 13 mars). Une photo congelé et une autre une fois chauffé dans de l’eau chaude. »

 

 

 

 

 

 

 

Plusieurs poches congelées :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Manon : « Mon lait congelé depuis un mois puis dégelé (au frigo, en une nuit). »

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous pouvez constater que l’aspect est variable : la couleur change, présence ou non de tâches blanches.

A la décongélation, l’aspect est souvent différent de celui du lait frais.

N’hésitez pas à m’envoyer vos photos, je les ajouterai.

Articles en rapport :

 

Lire des articles ou poser des questions en commentaire ne suffit pas à résoudre votre problème ? Savez-vous que vous pouvez prendre RDV pour une consultation avec moi ? N’hésitez pas à me contacter !

read more

revues de presse allaitementVoici l’actualité que j’ai repérée pour vous depuis un mois :

– Des vidéos :

– Des articles :

– Un témoignage de reprise du travail.

Dompéridone prescrite aux mères d’enfants prématurés / Revue systématique.

– Une illustration que je trouve très vraie :

Rappel : vous pouvez traduire toutes les publications en anglais grâce à Google et donc les lire à peu près correctement en français !

Bonne lecture ! Et surtout, n’hésitez pas à nous faire partager vos découvertes

Articles en rapport :

Voir l’onglet Revues de presse.

 

Lire des articles ou poser des questions en commentaire ne suffit pas à résoudre votre problème ? Savez-vous que vous pouvez prendre RDV pour une consultation avec moi ? N’hésitez pas à me contacter !

read more