Aujourd’hui je vous propose d’aider Emeline qui fait un mémoire sur la reprise du travail et l’allaitement.

Voici son message :

Bonjour à tous,

Dans le cadre de l’obtention du diplôme interuniversitaire « Lactation humaine et allaitement maternel », je réalise un mémoire dans le sujet est « Reprise du travail et allaitement maternel ».
J’ai besoin de votre participation pour enrichir mon étude.

Pour répondre à mon enquête, voici les conditions :

· allaiter ou avoir allaité son enfant à la reprise de travail
· cet enfant doit voir à ce jour moins de sept ans

Si vous avez vécu cette expérience pour plusieurs enfants de la fratrie, je vous remercie de remplir 1 questionnaire par enfant.

Si vous souhaitez connaître les résultats de mon enquête, envoyez-moi un mail à sondagediulham@gmail.com. Je me ferai un plaisir de partager avec vous autour de l’allaitement et vous remercie par avance du temps que vous acceptez de me consacrer.

Cordialement.

Emeline Falzon

Veuillez trouver ci-dessous le lien permettant de remplir le formulaire :
http://www.oxiforms.com/?D0zbx

 


read more

Gestion des stocks de lait maternelDans un article précédent (il y a longtemps…), je vous parlais de l’organisation lorsque l’on tire son lait. Cette organisation peut être très régulière pour certaines familles car votre emploi est à heures fixes et votre bébé tète environ toujours aux mêmes heures.
Mais dans d’autres familles, il faut parfois jongler pour réussir à prévoir les bonnes quantités de lait pour vos absences : vous travaillez à des horaires irréguliers ou votre bébé ne tète jamais de la même façon.

Dans ce genre de cas, il peut être utile d’utiliser une fiche pour prévoir ses horaires de tirage de lait et et noter les quantités tirées. On pourra également y noter les besoins de votre bébé en votre absence et réussir à tout faire coïncider pour une bonne gestion des stocks de lait maternel.

Je vous propose donc aujourd’hui une fiche qui vous permette de noter tout ça.

Date : ………………….

Horaire de tirage : ……………………………………….. Quantité tirée : …………………………………
Horaire de tirage : ……………………………………….. Quantité tirée : …………………………………
Horaire de tirage : ……………………………………….. Quantité tirée : …………………………………
Horaire de tirage : ……………………………………….. Quantité tirée : …………………………………
Horaire de tirage : ……………………………………….. Quantité tirée : …………………………………

Horaire de biberon : ……………………………………….. Quantité nécessaire : …………………………………
Horaire de biberon : ……………………………………….. Quantité nécessaire : …………………………………
Horaire de biberon : ……………………………………….. Quantité nécessaire : …………………………………
Horaire de biberon : ……………………………………….. Quantité nécessaire : …………………………………
Horaire de biberon : ……………………………………….. Quantité nécessaire : …………………………………

Quantité à garder au réfrigérateur en fin de journée : ……………………………………..

Quantité à congeler en fin de journée : ………………………………………

Pour vous, est-ce qu’une telle fiche est utile ?

Articles en rapport :

 


read more

ne pas utiliser un tire-laitVous souhaitez poursuivre l’allaitement après votre reprise du travail mais il est inenvisageable pour vous d’utiliser un tire-lait. Vous n’êtes pas la seule et sachez qu’il existe différentes solutions pour ne pas utiliser un tire-lait à la reprise du travail.

Si vous souhaitez que votre bébé continue à être nourri uniquement avec votre lait, vous avez peut-être la chance qu’il soit accueilli dans une crèche située dans votre entreprise. Vous pouvez ainsi aller l’allaiter quand il en a besoin. Cette situation est relativement rare mais elle existe et avec le développement des crèches d’entreprise risque d’être plus fréquente.

Si votre bébé est gardé près de votre lieu de travail, la personne qui le garde peut vous l’amener pour des tétées sur votre lieu de travail. Ce n’est pas une solution qui convient à tout le monde mais certaines femmes sont ravies de cette solution.

Si ces deux situations ne font pas partie de votre quotidien, vous pouvez aussi envisager de tirer votre lait à la main. L’expression manuelle est très efficace et vous permet d’obtenir autant de lait qu’avec un tire-lait.

Mais vous pouvez aussi envisager un allaitement mixte : votre bébé tète quand vous êtes avec lui et prend autre-chose quand vous êtes absente : préparation pour nourrisson ou solides selon son âge. Cette solution est plébiscitée par de nombreuses mamans et peut durer autant que vous le souhaitez.

Vous n’êtes donc pas obligée de passer par la case tire-lait si vous reprenez le travail et souhaitez poursuivre l’allaitement, pensez-y !

Et vous, comment avez-vous fait pour vous passer de tire-lait ?

Articles en rapport :

 


read more

travail et allaitement

  • Quel choix avez-vous fait au moment de la reprise du travail : sevrage ou poursuite de l’allaitement ? Pourquoi ?

Lorsque j’ai repris le travail, ma fille (que nous appellerons Gussette) avait 3 mois ½. J’avais prévu de la sevrer car c’était pour moi la seule méthode envisageable. Mais le temps passant, je n’arrivais pas à me décider de tout arrêter, j’ai donc commencé à poser des questions aux professionnels de la petite enfance.

Ma sage-femme a été très évasive, la puéricultrice de la PMI m’a soutenue dans ce choix (je sais, c’est rare, mais je suis très contente des personnes que j’ai vu en PMI) et m’a conseillée de privilégier un allaitement mixte car moins fatigant, le pédiatre, lui, m’a seulement dit : « Vous n’y arriverez pas ». C’est à ce moment-là que je suis tombée sur ce blog (et que j’ai changé de médecin). Par ailleurs, j’en avais aussi parlé avec ma responsable qui m’a encouragée à tirer mon lait. J’ai donc décidé de poursuivre en exclusif.

La nounou n’avait jamais fait cette expérience mais n’y voyait pas d’objection particulière, puisque ce n’était pas plus compliqué pour elle que de faire un biberon de lait en poudre. L’expérience lui a donné raison, bien qu’elle a été perturbée par le fait que Gussette continue à prendre des petits biberons très rapprochés pendant longtemps.

Au final, Gussette a été allaitée jusqu’à ses 6-7 mois car lui donner le sein devenait trop compliqué, mais j’aurais aimé poursuivre encore longtemps.

  • Comment vous êtes-vous organisée ?

La PMI m’a fournie une ordonnance pour un double pompage, mais mon pharmacien, pas très au fait, m’a procuré un Kitett. Je l’ai très vite ramené pour l’échanger contre un Medela Lactina. Quoi qu’il en soit je n’arrivais pas à tirer mon lait et j’ai fait très peu de stock au congélateur.

De plus, ça a été plus compliqué que prévu. Dès le départ mon allaitement a été très difficile, et 3 semaines avant la reprise, ma fille avait perdu du poids et j’ai encore passé du temps à relancer ma lactation, en vain.

Le premier jour, je suis donc arrivée chez l’assistante maternelle avec ma Gussette, un tout petit biberon de lait maternel et une boîte de lait 1er âge. J’ai quand même insisté et j’ai tiré mon lait comme prévu. Au départ je l’ai fait plus souvent, dès que mon emploi du temps le permettait, puis petit à petit moins souvent, avec des résultats de plus en plus satisfaisants.

Tous les matins, j’apportais mon lait maternel (environ la moitié ou les 3/4 des besoins pour la journée) et la nounou avait une boîte de lait en poudre pour compléter. Mes petites victoires furent les jours où ma fille a été nourrie exclusivement au lait maternel. Finalement j’ai fait un demi-mixte…

Au boulot, l’organisation s’est faite d’elle-même. Je tirais mon lait à la pause de midi et vers 15h30-16h. Je travaille en médiathèque, je débauche donc assez tard, mais en dehors des heures d’ouverture, j’ai pu m’organiser avec pas mal de fluidité, en particulier la première semaine où j’ai tiré plus souvent.

Ma responsable étant « pour les bébés » (comme elle dit), elle a largement participé à la poursuite de cet allaitement. Elle a mis une pièce à ma disposition et me rappelait régulièrement l’heure de « ma pause ». L’ambiance parmi les collègues était tout à fait détendue. Ils savaient qu’à telle heure, je m’éclipsais pour tirer mon lait et que la cuisine était inaccessible. J’ai beaucoup apprécié de me sentir soutenue sur mon lieu de travail.

Je tirais dans la cuisine du personnel. C’est une pièce aveugle et le tire-lait et loin d’être glamour, mais j’en profitais pour bouquiner et me détendre, ce qui était aussi positif pour la qualité de mon travail.

Le problème s’est posé lorsque je me suis retrouvée à faire des permanences seule toute la journée. Je tirais mon lait le matin avant d’ouvrir, puis à la pause de midi, et malgré mes craintes, je n’ai pas eu trop de soucis dans l’après-midi car l’heure habituelle du tirage tombait sur une période de rush et que de ne pas y penser a contribué à éviter les douleurs.

Le soir, tétée de retrouvailles, et un dernier tirage avant de me coucher pour compléter mon stock du jour. Les jours de repos, tétées à la demande.

J’ai acheté pour les déplacements une adorable glacière au rayon bébé du supermarché, mais heureusement que mes temps de trajets étaient courts car je n’ai jamais réussi à trouver de bloc congélation en plein hiver !

  • Quelles ont été vos principales difficultés ?

Mes principales difficultés, je les ai eu à la maison. En semaine, j’avais au moins la certitude que Gussette mangeait à sa faim. Le compromis de la boîte de lait pour compléter mes ressources insuffisantes m’a beaucoup détendue. Je savais que de toutes façons, même si ma fille n’était pas allaitée à 100%, elle bénéficiait quand même des protections apportées par mon lait au maximum de ce que je pouvais lui apporter.

Par contre, j’ai eu à faire avec beaucoup de fatigue au début, non pas à cause de l’allaitement et du tirage, mais d’une organisation très chronométrée à la maison le matin et le soir qui s’est assouplie avec le temps.

  • Quels ont été vos meilleurs moments ?

Rien n’est plus beau que de regarder son bébé s’endormir au sein. Tant que Gussette a été allaitée, c’était le meilleur moyen de l’endormir !

  • Qu’est-ce que vous souhaiteriez dire aux mamans qui doivent faire un choix dans les semaines à venir ?

D’en parler, et de ne pas accepter un choix qui ne vous satisfait pas entièrement. Et de farfouiller sur ce blog car il est plein de ressources pour prendre une décision éclairée.

  • Ce serait à refaire, vous referiez le même choix ? Que changeriez-vous ?

Oui, à coup sûr. Je le referai, et j’essaierai d’éviter les écueils que j’ai rencontrés au cours de mon allaitement pour pouvoir poursuivre plus longtemps. J’ai la chance que mon cadre de travail me permette de continuer facilement à allaiter, alors pourquoi sevrer ?

Articles en rapport :

 


read more

Voici ce que j’ai repéré pour vous ce dernier mois :

– Maman Eprouvette nous propose de nouveaux articles :

– J’ai beaucoup aimé cette photo : « les oursons polaires ont des dents à partir de deux mois et ils continuent à téter pendant deux ans. Les dents ne sont pas une raison de sevrer. »

ours polaire

– Une bonne vidéo d’une de mes collègues sur le choix du tire-lait.

– Une belle émission de Doctissimo sur l’allaitement long.

– Une étude qui montre que l’allaitement réduit le risque d’apparition d’un diabète chez les mères qui font du diabète gestationnel.

– Deux bons articles sur la place de l’allaitement au long de notre histoire.

– Une étude de l’Inserm qui montre que l’allaitement est bon pour le développement psychomoteur du bébé.

– Un bon article sur le droit et l’allaitement au travail.

– 1937 : allaitement d’une petite fille pendant un meeting. Oui on peut être active et poursuivre l’allaitement !

meeting

– Une étude montre que l’allaitement réduit le risque de septicémie.

– Un excellent livret pour démarrer l’allaitement.

– Une très belle statue d’Oviedo en Espagne qui montre un allaitement de bambin.

statue bambin

– Et on termine avec une magnifique photo d’allaitement de triplés.

triplés2

Bonne lecture ! Et surtout, n’hésitez pas à nous faire partager vos découvertes

Articles en rapport :

Voir l’onglet Revues de presse.

 


read more

Cette fiche pratique est destinée à la personne qui va s’occuper de votre bébé en votre absence (père, grands-parents, assistante maternelle, crèche …). Elle est destinée à lui donner des repères si elle n’a pas l’habitude des bébés allaités et qu’elle ne sait pas quelle est la quantité de lait pour bébé.

quantité de lait pour bébé

Quantité de lait à proposer à (nom du bébé)

  • … a l’habitude de téter … fois par 24 heures. Dont … fois sur mes heures d’absence. C’est donc normal s’il (elle) prend des petites quantités fréquentes. C’est également normal qu’il prenne moins sur la journée qu’un autre bébé car il tète encore beaucoup à la maison.
  • Vous pouvez lui proposer des biberons de … ml à prendre en 20 min environ (ne pas hésiter à lui faire faire beaucoup de pauses). S’il boit trop vite, il risque de réclamer plus que nécessaire.
  • Si … réclame davantage après un biberon de 20 min, vous pouvez compléter avec … ml.
  • Si … a faim moins d’une heure avant de me retrouver, merci de le faire patienter pour qu’il puisse téter en me retrouvant.
  • Merci de me dire combien … prend au biberon pour que je puisse adapter les quantités de lait que je vous fournis.
  • Merci de ne jamais jeter de lait maternel. En cas de doute, vous pouvez le conserver et me poser la question le soir.

Pour compléter cette fiche, vous pouvez vous aider de l’article déjà publié à ce sujet sur les quantités de lait bues par un bébé.

Et vous, une telle fiche vous est-elle ou vous aurait-elle été utile ?

Articles en rapport :

 


read more

tétée de retrouvaillesLa tétée de retrouvailles, ce moment si particulier où vous retrouvez votre enfant après une journée de travail et qu’il vous demande à téter.

Ses yeux brillants à l’idée du bonheur retrouvé.

Cette détente après une journée passée sans lui.

Ce bébé qui a refusé de manger sans vous et peut enfin se régaler.

Ce bambin qui semble ivre et ne sait plus marcher droit en lâchant le sein.

Faim ou pas, là n’est pas la question…

Vos seins si tendus en fin de journée, soulagés par votre bébé.

Maison à ranger, repas à préparer, peu importe, tout cela attendra après cette tétée.

Douceur du canapé, petite chaise de la crèche, dans l’entrée chez la nounou, dans la voiture pas encore réchauffée, tous les lieux sont bons pour cette tétée.

15 h, 17 h ou 22 h, peu importe l’heure, ce qui compte c’est de se retrouver.

Papa peut faire un câlin, la nounou peut aider à dormir mais personne de peut vous remplacer pour cette tétée !

La tétée de retrouvailles est unique pour toutes les mamans et tous les bébés.

 

Photo de Pusteblumenland


read more