Mon bébé va être gardé en crèche : que se cache-t-il derrière cette injonction de sevrage ?

Encore trop souvent à mon goût, j’entends les femmes raconter que la crèche qui va très bientôt s’occuper de leur enfant leur a demandé de sevrer bébé…

Quelle justification les crèches apportent-elles à cette demande ? Souvent aucune, soyons clairs. Il s’agit principalement de la peur de se tromper dans la manipulation du lait (n’oublions pas que la France est encore traumatisée par l’histoire du sang contaminé) et de donner à un autre bébé le lait maternel qui est destiné à votre fiston. Pourtant, chaque maman apporte la plupart du temps un lait différent de celui qui nourrit le petit copain. Les boites de lait sont soigneusement étiquetées, tout comme vous allez étiqueter votre biberon de lait maternel.

La crèche peut également refuser pour des raisons d’hygiène : peur de contaminer votre bébé avec un produit dont le personnel ignore souvent tout des conditions de recueil et de conservation.

Plus difficile à vivre pour les mamans, le discours culpabilisant : » il faut le sevrer, Madame, car il est trop attaché à vous ». Là derrière se cachent toutes les craintes au sujet de la mère fusionnelle, ainsi que la méconnaissance des rythmes et des besoins des bébés allaités. Très concrètement la personne qui va s’occuper de l’enfant peut avoir peur de ne pas réussir à calmer ce bébé qui à l’habitude de la chaleur des bras de sa maman.

Parfois la crèche demande aux mamans de « substituer le lait maternel à un autre aliment (solide ou liquide) afin que conformément aux règles HACCP , plus aucun aliment non traçable ne soit introduit à la crèche. » Alors là , dur dur, vous avez une crèche qui assimile le lait maternel aux fluides corporels et qui, par peur de la contamination pour son personnel, applique une règle strictement, sans réfléchir.

Comme vous voyez, les raisons de cette demande de sevrage peuvent-être multiples. Il s’agit donc d’en parler, d’en parler et d’en parler… avant de commencer l’adaptation. Ce sera plus facile pour vous d’en discuter de manière détendue et si vous êtes détendue, ce sera plus facile pour le personnel de la crèche de vous entendre, parce qu’ils n’auront pas le sentiment d’être dans la confrontation.

sevrage crècheDès lors que dire ?

Vous pouvez tout d’abord écouter et essayer de comprendre quelles sont les peurs derrière les raisons invoquées. N’oubliez pas que le personnel de la crèche fait partie des professionnels de la petite enfance, et à ce titre, est très soucieux du bien-être de votre bébé. Entendez et faites savoir que vous entendez ce souci.

Ensuite, vous pouvez donner de l’information et suggérer d’en discuter ensemble. De plus en plus de brochures sont publiées sur le sujet :

  • La mairie de Paris accueille depuis 2002 les bébés allaités dans les crèches collectives et familiales : « L’entrée à la crèche n’est pas synonyme de sevrage. L’allaitement maternel est d’un nourrisson en crèche est possible et même souhaitable ». La brochure « Allaitement maternel à la crèche » conseille les parents sur la manière de s’y prendre.
  • Le Conseil Général des Alpes Maritimes a publié une brochure intitulée « Allaiter et confier son enfant à des tiers ».
  • La ville de Pau, en collaboration avec la Caisse Primaire d’Assurance Maladie, a publié une brochure intitulée « le bébé allaité et les modes d’accueil« .
  • Juliette Le Roy, médecin, a publié un article dans la revue Spirale, intitulé « Allaiter à la crèche ou l’accueil des mamans et de leur bébé allaité ». Il décrit le projet de la crèche familiale « les p’tits malins » autour de l’accueil des bébés allaités.
  • Le Département de la Seine Saint Denis, dans son règlement intérieur des établissements départementaux d’accueil du jeune enfant, stipule à l’article 5 sur l’alimentation : « la poursuite de l’allaitement maternel, soit au sein, soit par du lait tiré, est possible dans les établissements départementaux, dès lors que la mère le souhaite. (merci Elisabeth ;-))

Et chez vous, comment cela se passe-t-il ?

 


30 Comments

  1. Marie

    Bonjour.
    Professionnelle de la petite enfance ( EJE ), la poursuite de l’allaitement, les « difficultés » de sevrage, l’acceptation du lait maternel font partie de notre quotidien. J’ai rencontré une directrice de crèche refusant le lait maternel, des professionnelles désemparées devant des bébés refusant le biberon, en pleurs une bonne partie de la journée ! Des projets, il en existe, mais entre ce qui est préconisé et le terrain il y a parfois un fossé. Je crois que de nombreux facteurs sont en jeu, un manque de personnel QUALIFIÉ, un manque de formation, mais aussi un taux d’encadrement (nombre d’adultes par enfant) vu au plus juste et ça ne va pas en s’améliorant. Bien sûr il existe, heureusement, des structures qui « résistent », souvent plus petites, en particulier des crèches à gestion parentale qui ont souvent un fonctionnement beaucoup plus souple … Mais je pense que dans les grosses structures, les choses sont loin d’être acquises. Il faut en effet « se battre », cela peut interroger l’équipe et la pousser à remettre ces choix en question, à retravailler son projet.
    Bien sûr que les professionnels de la petite enfance sont soucieux du bien être de l’enfant, la question est: leur donne t-on les moyens de cette « attention »? L’idéal est que la maman ait le choix, son lait ou non, allaiter dans la crèche matin et soir, venir dans la journée allaiter. Pour moi, rien ne doit être fixé, rien ne doit être figé. En tant que professionnels, chaque situation doit nous permettre de nous réinterroger sur nos pratiques, sur notre projet. Mais encore une fois, quels sont les moyens qui sont donnés ? Les peurs ne sont pas forcément dues à une méconnaissance, mais bien à la crainte de ne pas pouvoir répondre aux besoins de l’enfant (allaité), par manque de temps, de disponibilité, de personnel …
    Mon petit, tout petit coup de gueule de pro qui se rend bien compte que le travail que l’on demande a beaucoup d’entre nous n’a parfois plus rien à voir avec ce pourquoi nous avions choisi ce métier, nous aussi nous devons parfois « nous battre ».
    Marie.

    • admin

      @Marie
      Je suis désolée, je ne peux pas répondre avec mon avatar habituel, j’ignore pourquoi.
      Je suis bien d’accord avec vous, les structures d’accueil manquent des moyens nécessaires pour un vrai accueil de qualité, c’est d’ailleurs le même problème en maternité.
      Je suis bien consciente que vous devez faire face à des situations ingérables par manque de personnel.
      Cependant, il me semble important que personne ne baisse les bras et n’accepte de brader la qualité de vie de nos tout petits : les mères doivent continuer à demander que la poursuite de l’allaitement soit possible !
      Mais soyez persuadée que je crois en la bonne volonté du personnel de crèche, soucieux du bien-être des bébés qui lui sont confiés !
      Véronique

  2. Crèches parentales

    Bonjour,
    Les crèches parentales acceptent de recevoir du lait maternel…toutes autres crèches le font-elles? LE fait qu’une crèche refuse de recevoir ce lait cela ne veut pas dire que l’enfant arrêtera par la suite…

    • @Crèches parentales
      Toutes les crèches parentales n’acceptent pas le lait maternel malheureusement, cela dépend du règlement intérieur de chaque crèche. Et toutes les crèches ne l’acceptent pas malheureusement.
      Bien sûr que cela ne signifie pas forcément le sevrage mais cela ne facilite pas les choses…

      • Nanette

        J’ai publié un message a ce sujet sur ma page. Ma dernière fille a 5 mois. J’ai postulé (car il s’agit bien de ça) pour une place en crèche parentale et la directrice est très réticente quant à introduire les biberons de mon lait… Je suis très déçue parce que le fonctionnement de la crèche est tourné vers le respect des rythmes de l’enfant…
        Elle m’a dit que c’était compliqué au niveau hygiène etc… Mais je ne souhaite pas, par conviction, donner de lait en poudre. Alors quelle est ma solution ?
        J’angoisse alors que les vacances approchent. Ce mois d’août doit me permettre de commencer en douceur la diversification et de faire en sorte que ma fille accepte le biberon…
        Ce que je me demande c’est si ce qu’elle tète en ma présencee suffira…

        • @Nanette
          Si je comprends bien, elle aura 6 mois. Si elle ne prend pas de lait à la crèche, il faudra qu’elle tète vraiment beaucoup avec vous (y compris la nuit) pour compenser… Bon courage !

  3. Ma crèche est située dans le 91 et accepte le lait maternel. Mon bébé a 10 mois. Le problème que j’ai rencontré avec le personnel était le fait qu’elles ne respectaient pas les quantités (je donnais 3 pots d’un certain nombre de ml et elles prenaient le 3ème pot pour augmenter les 2 autres). Elles n’ont jamais voulu comprendre l’effet de manque de satiété au biberon comparé à celui au sein, et interprétaient certains signaux de mon fils totalement de travers alors que je leur avais expliqué maintes fois gentillement. Elles ont ensuite prétexté que de toute façon elles ne pouvaient pas lui donner 3 biberons par jour et qu’à la crèche ce n’était pas « à la carte » et que la porte était grande ouverte si cela ne me plaisait pas! Mon souci est qu’en lui donnant 2 biberons par jour, mon fils tétant vers 6h du matin et retétant vers 19h15 le soir, il doit attendre 12 pour son premier biberon (soit 5h30 d’attente!)sinon le premier biberon qui va avec le repas du midi est à 10h45?!! (je leur ai dit que pour moi 10h45 c’est le matin, et cela signifie que son goûter est à 14h, et il doit ensuite m’attendre jusqu’à 19h15/30 voire plus selon les aléas des transports et du travail). Mais comme elles me disent ce n’est pas possible 3 par jour! De plus, elles assimilent les quantités de lait maternel avec celles du lait en poudre en me disant il y a quelques temps « à présent il devrait être à 200ml par biberon, alors que je lui faisais des biberons de 120 à 160ml plus rarement), ce qui n’a rien à voir non?! Bref… Je ne sais pas pendant combien de temps je vais encore pouvoir continuer, sachant qu’au travail je ne pourrai plus tirer à partir des 1 an de mon fils, mais mes quantités tirées diminuent… pourtant au sein, mon bébé ne se plaint pas forcément…

    • @Zaz
      C’est vous qui avez raison ! Ce n’est pas toujours facile de dialoguer avec la crèche… Vous faites de votre mieux, et c’est ça le plus important !

  4. Je viens juste de voir la réponse! Merci! N’est-il pas possible de recevoir une notification dans sa boîte mail lorsque l’on reçoit une réponse sur le forum svp? Merci.

  5. Bonjour
    Alors moi j’ai une petite question, ma fille de 6 mois est à la crèche depuis une semaine,ils acceptent le lait maternel et aussi le fait que je vienne allaiter le midi, comme vu avec la conseillère en lactation de ma maternité, quand je ne peux pas y aller sur l’heure du midi, je leur donne 3 sachet de 100ml pour en principe, le gouter du matin, à midi et un dernier pour l’aprem, ce soir quand je suis allee chercher ma fille à 16h ils m’ont redonné un sachet de 110ml ce qui signifie qu’elle n’a bu que 190ml de 9h à 16h ce que je trouve très peu ( elle mange également de la purée de légume le midi mais bon c’est pas ça qui va la nourrir), j’ai peur qu’elle ne prenne pas assez de poids, donc j’aimerais avoir votre point de vue, dois-je insister sur le fait qu’elles donnent toute la quantité de lait que je leur transmet?
    Merci de votre réponse

    • @Fanny
      Vous pouvez en parler avec eux pour comprendre ce qui s’est passé. Peut-être que votre fille n’en a pas voulu plus et ils ont raison de ne pas forcer. Il y a de fortes chances pour qu’elle augmente ses quantités au fil du temps.

      • Oui c’est ce que je pense faire,mais à vrai dire j’ai peur d’être un peu lourde avec mes questions autour du lait car j’ai déjà insisté pour que soit donné le lait avant la purée donc bon…et non ils ne lui ont pas proposé puisque le lait était encore congelé quand ils nous l’ont rendu. Merci de votre réponse rapide!

  6. Bonjour,
    Ma fille de 8 mois est entrée à la crèche depuis 2 semaines. J’ai repris le travail lorsqu’elle avait 5 mois et c’est son Papa qui la gardait : lait maternel de la veille tiré au bureau. Malgré le test de nombreux contenants (biberons, tasse à bec, pipette), elle avait déjà des difficultés pour boire avec lui mais depuis qu’elle est à la crèche elle refuse totalement de boire du lait.Elle mange très bien les purées de légumes le midi, les compotes au gouter et ne fait pas d’histoire pour boire de l’eau à la tasse à bec ((elle refuse donc le lait et pas le biberon ou la tasse). Je continue l’allaitement au sein 1 fois le matin, à 18h lorsque je la récupère à la crèche, à 20h avant d’aller se coucher et une fois pendant la nuit. Je pense qu’elle boit donc sa quantité de lait journalière ?
    Est ce un problème qu’elle ne boive pas de lait à la crèche (8h30-18h) ?
    Dois je continuer à apporter, chaque jour, du lait à la crèche ?
    J’aurai aimé lui donner des desserts fabriqué avec mon lait, mais la crèche l’interdit…
    Merci d’avance pour vos conseils

  7. Bonjour.
    Jai commencé à diversifier ma fille a ses 5 mois car elle était très intéressée par la nourriture.
    J’ai lu sur votre article qu’il fallait toujours proposer le lait avant les solides le lait, est ce toujours vrai à partir de 6mois ? Jusqu’eu un an du bébé ?
    Car mon pédiatre me maintient que ce n’est pas vrai il n’a jamais entendu cela … Surtout qu’il prétend avoir eu des mamans qui ont allaité …
    Du coup la je suis un peu perdue… Surtout que ma fille commence la crèche d’ici 2 semaines. Et la crèche suit les recommandations de ce pédiatre car il y fait des consultations. Donc la directrice ne veut pas que l’on donne du lait avant le repas a ma fille. Du coup j’ai dit que si elle ne voulait pas qu’on lui donne avant on pouvait lui en donner dans la matinée mais même elle ma dit que si ma fille arrivait à patienter jusqu’à 11h pour le repas soupe épaissie et compote il l’a ferait patienter… Je ne comprend pas pourquoi il ne veulent pas respecter notre choix…
    Je ne sais pas vraiment comment faire….
    Est ce grave si elle n’a pas son apport de 250/300 ml de lait sur les 8h30 d’absence de ma part ? Jai surtout peur qu’elle se rattrape la nuit après …. Car elle tète déjà beaucoup la nuit…
    Merci pour vos retours…

    • @Vir
      C’est jusqu’à un an en fait.
      C’est difficile si la crèche refuse mais vous n’y pourrez pas grand-chose à part insister pour qu’ils lui proposent du lait…

      • Merci pour votre réponse.
        Savez qu’elle quantité de lait en moyenne un bébé de plus de 6mois boit sur 24h ?
        Et pensez vous que ce soit grave si elle n’a que peut d’apport en lait durant mon absence ?
        Merci pour vos réponses.

        • @Vir
          Normalement ils continuent à prendre environ 750 ml /24h jusqu’à un an.
          Ce n’est pas grave si elle compense avec vous.

          • Merci pour votre retour.
            Par contre le pédiatre veut qu’elle prenne des solides entre 150-180 g de legumes le midi plus une compote.
            Mais du coup si elle mange trop de solides Elle ne va pas arriver a prendre la quantité de lait qu’il lui faudrait ?
            Désolée je me stresse un peu… Surtout qu’on ne nous laisse pas le choix de choisir ce que l’on veut pour notre fille…

            Merci pour vos réponses…

          • @Vir
            Oui vous avez raison. A cet âge là , le lait est plus important que les solides. Donc ce n’est pas grave si elle mange moins de solides.

    • Bonjour Vir,
      je ne suis pas conseillère, juste une lectrice et une maman, mais je suis sidérée de ce que vous racontez.
      Quand j’entends « la crèche ne veut pas donner » et surtout « le pédiatre dit qu’il faut donner x g de légumes….  » j’ai envie de dire: mais qui sont-ils ? Qui sont-ils pour savoir mieux que vous et votre bébé ce dont il a besoin?
      Je sais que c’est la pensée majoritaire aujourd’hui, que certains pédiatres voudraient tout réguler, compter, peser, etc. Mais je trouve cela très normatif et très infantilisants pour les parents. Faire confiance au bébé me parait ce qu’il y a de plus importants, tout comme respecter le choix des parents.
      Je comprends que la crèche ait des protocoles et des habitudes mais je trouve dommage qu’ils n’essayent pas un peu de vous écouter. Je vous souhaite vraiment beaucoup de courage pour discuter avec eux.

      Peut-être pouvez-vous imprimer des pages de ce blog ou d’autres études sérieuses qui expliquent que le lait est plus important que les solides à cet age? Il doit y avoir des référence sur internet je pense. En tout cas, bon courage , et surtout, ayez confiance en votre bébé, il saura bien vous dire ce dont il a besoin!

  8. Bonjour,

    Je vous demande conseil : mon fils de 10 mois est dans une crèche privée depuis septembre.
    Quand je cherchait une mode de garde jai précisé que je souhaite donner mon lait à la crèche, la directrice à été d’accord, pareil à la signature du contrat. Malheureusement nous étions naïfs et nous n’avons pas précisé cet accord sur le lait maternel dans le contrat.
    Or, la directrice dit maintenant qu’après 1 an il n’acceptent plus le lait maternel. Elle n’en était pas question à la signature, elle a pris cette décision comme ça (ça l’embête).

    Que pouvons nous faire, étant donné que le lait n’a pas été refusé dès là signature du contrat et il n’y a pas eu de soucis d’hygiène de notre part (même si la directrice veut dire que le lait pose problème pour mon fils -quand il a des selles molles à cause de la dentition, quand il a une bronchite et il tousse tellement fort qu’il vomit des fois -même le we quand je l’allaite).
    Il y a pas une solution « juridique » étant donné qu’elle change les règles en cours de contrat?

    Merci d’avance pour votre aide !

  9. Bonjour,
    Je trouve votre article très intéressant. Ma fille intégrera la crèche au début de son cinquième mois, soit debut avril).
    Je commence à tirer mon lait, pensant constituer une réserve pour la reprise. Or la crèche n’accepte que du lait tiré sur les dernières 24h, pour des raisons de précautions de contamination bactérienne. (« vous comprenez, si on a des contrôles, blabla »). Pensez-vous que ce soit réalisable ? Moi je vois ça plutôt comme une façon de nous décourager…
    Merci d’avance de votre réponse…

  10. Bonjour,
    Existe t il des associations qui militent sur le sujet, des pétitions ou autre ? Car je trouve cela vraiment hallucinant! Je ne comprends pas qu’on mette des bâtons dans les roues de celles qui choisissent l’acte le plus naturel au monde et qu’on préfère gaver nos bébés avec de la poudre trafiquée pour des raisons pratiques d’organisation !! J’ai l’impression que ce sujet ne concerne que celles qui le vivent. Il faut le vivre pour se rendre compte de cette triste réalité. Et pire encore, pour certaines femmes la question ne se pose même pas, de toute façon pour elles reprise du travail = sevrage. Par ce que c’est ce qu’on nous met dans la tête depuis des années ! On marche sur la tête. Vraiment. Ça me révolte.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *