Modes de garde et allaitement maternelVous avez choisi de poursuivre l’allaitement après la reprise du travail et de tirer votre lait. Maintenant, comment cela va-t-il se passer avec le mode de garde ?
Tout dépend évidemment du mode de garde choisi, ou de celui que vous avez trouvé in extremis parce que la nounou vous a laché au dernier moment et que votre patron a finalement décidé qu’il avait besoin de vous une semaine plus tôt que prévu…

Séparons les modes de garde collectifs des modes de garde individuels.
En mode de garde collectif, il existe les crèches (collectives, parentales ou d’entreprise et dans une moindre mesure familiales) et les haltes garderies (quand vous n’avez pas besoin d’une garde à plein temps). D’une ville à l’autre, d’une structure à l’autre, d’une direction à l’autre, il existe de grandes disparités. A Paris, par exemple, une directive oblige les crèches municipales à accepter le lait maternel mais c’est loin d’être le cas partout et il faut parfois se battre (sans forcément obtenir gain de cause) pour pouvoir laisser son lait pour son bébé. Parfois il est accepté mais les conditions sont tellement draconiennes que c’est à décourager n’importe quelle mère normalement fatiguée à la reprise du travail. On vous demande par exemple de tirer votre lait uniquement sur place, ou de faire « décontaminer » votre lait au lactarium (lactarium qui vous fait évidemment payer très cher le traitement du lait)…
Il existe également des difficultés pour la tétée de retrouvaille, celle que vous avez terriblement envie de donner à votre bébé parce que vos seins sont tellement tendus que la seule chose à laquelle vous pensez, c’est la tétée libératrice. Si certaines crèches ne posent aucune difficulté pour que vous puissiez allaiter votre bébé dans les locaux, d’autres y sont totalement opposées.
De manière générale, il est souvent plus difficile de faire fléchir une structure plutôt qu’un individu.

Les modes de garde individuels regroupent beaucoup de situations : les assistantes maternelles, les jeunes filles au pair, les gardes à domicile (partagées ou non), les membres de la famille (mari, grand-mère le plus souvent). On trouve dans cette catégorie beaucoup de personnes qui n’ont jamais gardé un bébé allaité et en sont parfois effrayées mais aussi beaucoup de personnes ouvertes à la discussion qu’il est plus facile de convaincre. Les réticences sont parfois loin du raisonnable : la peur de manipuler un fluide humain par exemple (le lait en l’occurrence). Mais ce sont aussi les mêmes que celles des crèches en ce qui concerne la tétée de retrouvaille : certaines assistantes maternelles ne veulent pas que la mère s’installe pour donner une tétée chez elle, elles le vivent comme une intrusion dans leur espace de vie.

De manière générale, comment faire ?
Tout d’abord parler. Cela peut paraître évident mais ne l’est pas forcément lorsque l’on se retrouve face à la seule personne que l’on a trouvé pour garder son bébé et que la reprise est proche. Il est normal d’avoir peur de l’effrayer et de la perdre. Aujourd’hui, c’est encore souvent le parcours du combattant pour faire garder son enfant et l’allaitement est loin d’être le seul facteur à prendre en compte dans son choix.
Néanmoins, si vous tenez à donner votre lait à votre bébé, il faut en parler, clairement, dès la première rencontre. Expliquer concrètement comment vous envisagez les choses, comment gérer le lait maternel et engager la personne qui est face à vous à vous faire part de ses peurs et de ses réticences pour pouvoir les désamorcer.
Poser également toutes les questions qui vous viennent à l’esprit : serait-il possible de passer donner une tétée sur votre pause de midi, pourrez-vous donner une tétée de retrouvaille,… ? Expliquer également que si votre bébérefuse de manger en vous attendant, vous ne serez pas inquiète et n’en voudrez absolument pas à la personne qui garde l’enfant (ce n’est pas pire pour un bébé de ne pas manger pendant une journée que de ne pas manger pendant une nuit…si vous avez la chance d’avoir un bébé qui fait ses nuits).
Soyez également réaliste dans vos attentes, vous n’avez pas forcément besoin d’un soutien sans faille de la crèche mais au moins d’une neutralité bienveillante.

Pour les crèches justement, mettez en avant l’argument de la santé du bébé allaité qui est statistiquement moins malade alors que les bébés en crèche sont souvent malades.

Quand cela se passe bien et que tout le monde fait des efforts, pensez à remercier de l’effort fourni et de l’adaptation qui a été faite.

Et si malgré tous vos efforts, votre lait est refusé, vous avez là un choix difficile : accepter ce mode de garde parce que vous n’en avez pas d’autre ou prendre le risque de le refuser pour en trouver un autre plus conciliant…difficile question !

Et vous, comment avez-vous « négocié » avec votre mode de garde ?

 


34 Comments

  1. Nastia

    Bonjour,
    j’habite à Guyancourt (78), et dans ma ville les crèches n’acceptent pas le lait maternel ni même la tétée sur place à midi. Je ne sais pas encore si j’aurai une place pour la rentrée, mais j’ai envie de me battre pour ma fille et pour les autres bébé allaités qui iront dans ces crèches. Comment faire face à la structure municipale pas du tout prête à bouger?? je cherche d’autres mamans de Guyancourt pour faire une action commune!

    • @Nastia
      Effectivement, une action commune a plus de chances d’aboutir. Cela a été fait dans le 92 l’année dernière je crois. Je vous conseille de contacter la personne qui avait lancé l’action, je vous envoie ses coordonnées en privé.
      Bon courage !

  2. Bonjour,
    même si ce n’est pas évident, la crèche accepte mon lait tiré..par contre, ils me demandent maintenant une décharge comme quoi si mon bébé ne peut pas prendre son biberon (lait n’ayant pas un « aspect consommable » !! ou lait renversé….), je refuse le lait de substitution et doit donc venir chercher mon enfant. Avez vous déjà rencontré ce cas de figure ? qu’avez vous fait ? merci

    • @Karine
      Je trouve cela complètement dingue !!! C’est la première fois que j’entends parler d’une chose pareille. 🙁
      Je n’ai pas de solution malheureusement.
      Bon courage !

  3. bonjour,je suis assistante maternelle et c’est vrai que je prends comme une intrusion le fait qu’une maman vienne chez moi pour la têtée uniquement du midi.
    J’ai deux mamans qui allaitent encore leur enfant l’une d’elle a fait la demande à la crêche familiale dont je dépends de venir chez moi.. que ferais je si la deuxième maman fait la même chose???? j’ai un enfant,et d’autres enfants en garde!!
    j’ai allaité mon fils pdt deux ans donc je comprends ces mamans, mais c’est totalement théorique et irréalisable même avec la meilleure volonté du monde
    Je suis désolée de ne pas aller dans votre sens mais je n’aurais plus d’intimité au sein même de ma propre maison. et c’est pour moi une véritable intrusion au sein de ma vie !
    Je travaille 11 heures par jour en continue,5 jours par semaine sans rtt etc ( n’oubliez pas que les enfants ne dorment pas tous à la même heure!! ) et entre midi et deux c’est le moment le plus stressant de la journée!! Et devoir gerer l’accueil de la mère à ce moment là n’est pas une mince affaire..en PRATIQUE!!
    Je suis pour l’apport du lait maternel mais contre l’allaitement chez l’assistante maternelle..
    merci de penser à nous et autres enfants qui nous sont confiés!!!!

    • @blue
      Merci beaucoup de nous donner votre point de vue qui se comprend tout à fait. Je pense aussi que chaque assistante maternelle gère ce genre de questions à sa manière, en fonction de son espace disponible. Et le fait que vous acceptiez le lait maternel est tout à votre honneur. Je vous remercie de votre participation, n’hésitez pas à recommencer 🙂 .

  4. Nathalie

    Bonjour,
    Je tire mon lait au travail, et l’assistante maternelle de ma fille lui donne sans soucis… Nous avons noté dans le contrat que si ma fille a besoin de téter quand j’arrive, elle m’autorise à allaiter chez elle. Voilà les conditions que nous exigions le papa et moi 🙂

  5. Charlotte

    Bonjour,

    Mon petit chaton est garde par une ass mat. Quand on l’avait vu,je lui avait fait part de mon allaitement et de mon souhait de continuer l’allaitement après la reprise. Elle n’avait jamais garde de bb et jamais de bb allaite. Elle était d’accord, mais elle souhaitait un document qui reprenait les conditions de conservation,de chauffage… Je lui ai imprimé le feuillet de la LLL. Les chose ceux sont gâtées à l’adaptation. Victor refusait le bib (alors qu’il l’avait pris chez nous) et pleurait beaucoup. Elle m’a dit qu’elle regrettait un enfant allaitait et qu’elle trouvait les pleurs d’un bb prenant. Du coup,elle m’a demande de signe un protocole d’allaitement qu’elle avait eu par une amie! Les conditions était drastique:elle ne gardait pas le lait et n’utilisait pas de lait tire plus de 24h avant. je devait lui donnait le lait dans des bib directement et je la décharge de toute responsabilité si il y avait un problème. J’ai accepte un protocole mais avec les données plus récentes,de la LLL. Quand j’ai refait le protocole elle en voulait plus!! Puis, quand j’ai repris le travail, je mes suis appercu des discordance entre ce que je lui donnait,ce qu’elle donnait et ce qu’il restait! Elle me disait qu’elle en jetait pas puis après une semaine elle m’a dit qu’elle en jetait un peu et enfin un jour elle m’a dit qu’elle avait jetait un bib complet. On a ensuite eu d’autres soucis! Au final,on s’est réuni à 3 avec mon compagnon et elle. On a remis les choses à plat. Chacun a fait des efforts. Mais c’est la qu’on se rend compte que c’est pas si facile de poursuivre son allaitement et de travailler.

  6. Clémence

    Ma fille a 6 mois dans quelques jours et cela se passe bien avec l’assistante maternelle qui la garde depuis ses 3 mois. Elle est devenue une véritable partenaire d’éducation. Nous cherchons ensemble les solutions quand les problèmes se présentent, et surtout, je prends toujours le temps de parler avec elle. C’est primordial. Oui, nous faisons des compromis toutes les deux en fait (par exemple, j’aurais aimé qu’elle ait un chauffe biberon adapté au lait maternel, elle préfère le bain marie…). L’acceptation de l’objet biberon n’a pas été simple et l’arrivée de la diversification a encore tout chamboulé. Nous parlons, nous ne sommes pas toujours d’accord mais je continue à proposer de nouvelles solutions et on se rend souvent compte qu’à force de multiples tentatives, on arrive aux mêmes conclusions. Mon assistante maternelle n’avait jamais gardé d’enfant allaité, elle a adopté de nouvelles techniques avec ma fille qu’elle a trouvé en essayant avec ma fille. Je trouve ça riche et cela nous encourage toutes les trois à continuer. @Charlotte, votre assistante maternelle va-t-elle au relais des assistantes maternelles de votre quartier? cela peut-être un très bon moyen de médiation, vous pouvez aussi vous adresser à la puéricultrice de la pmi qui suit votre assistante pour qu’elle fasse une sensibilisation à l’allaitement? (ce sont des propositions évidemment…). Je souhaite que votre assistante maternelle profite de cette expérience et que vous puissiez apprendre ensemble à dépasser ce conflit.

  7. Charlotte

    Bonsoir Clémence,

    Oui,mon ass mat va au RAM. Et à chaque fois qu’il y a eu conflit,c’est quand elle s’en est référée car aucune ass mat du RAM garde d’enfants allaités mais tout le monde y va de son commentaire!!
    Par ex,je donne toujours une tétée avant de le déposer même s’il n’est reclame pas et ce pour 2 choses:c’est notre moment détente/câlin avant de partir,et comme ça,la nourrice ne doit pas lui donner un bib trop rapidement vu que le matin elle est très speed avec ses filles a préparer et a déposée à l’école. On lui a dit que je devais l’arrêter car cela le perturbé plus et qu’en plus parfois il réclame quand même à 8h!
    Par contre j’ai une question à poser à toutes les personnes qui liront ce post,en matière de conservation et réchauffage,quelle règles vous utilise?celle de la lèche league ou celle française de l’ARS plus stricte??
    Sinon,merci pour tes conseils clémence, je vais voire pour le rapprocher de le PMI.

    Merci.

  8. Charlotte

    Merci beaucoup!
    Ça répond bien à mes questions!
    Merci pour votre site,il est très bien fait!

  9. camille

    bonjour,
    j’utilise les règles de conservation trouvées sur ce site (d’ailleurs super bien!) qui sont aussi celles de la LLL. Mais plus ça va, moins je me stresse. D’ailleurs j’ai apporté une fois par erreur du lait décongelé déjà réchauffé et mon bébé a refusé de le boire. Ca me rassure de savoir qu’il sait aussi quand le lait est bon ou pas. Mon bébé est à la crèche mais je vis en Suisse, ici les assistantes maternelles connaissaient les règles de conservation du lait et ça n’a posé aucun problème (c’est la directrice de la crèche qui m’a proposé de continuer à allaiter en me vantant les bienfaits du lait maternel). Elles m’appellent parfois le soir pour me demander si elles doivent chauffer du lait ou si j’arrive bientôt, et dans ce cas aucun problème pour donner le sein à la crèche, c’est vraiment des conditions idéales.

  10. beatrice

    Bonjour

    Ma fille va avoir huit mois et est gardée par une assistante maternelle.
    Je laisse 2 pots de 150 ml pour le repas de midi et le gouter, je revalide chaque mois les repas avec mon pédiatre et la courbe de poids de ma fille est bonne meme si elle n’est pas bien grosse, elle est grande en revanche.Le pédiatre est d’accord pour que je continue l’allaitement (meme s’il estime que je m’embete beaucoup à tirer au travail alors que l’on fait de très bons laits maternisés :-)).
    Matin et soir c’est sein, midi: sein ou 150 ml lait+ 200g légumes +10 g viande, gouter: sein ou 150 ml lait + 110 g fruits
    Tout se passait bien jusqu’au passage de la puericultrice chez l’assistante: elle a dit que je ne devais pas laisser autant de lait mais qu’a 8 mois ma fille pouvait savoir un repas de légumes/viande/fruits et laitage.
    Il ne fallait donner le lait qu’au gouter.
    Mon mari m’a transmis le message mais je n’ai pas eu le temps d’appeler le pédiatre pour qu’il m’aide a modifier le menu de facon correcte (ma dernière visite date d’une semaine :-()
    Donc pour l’instant je vais continuer comme ca mais je ne sais pas si je dois me plier à ce que dit la puericultrice ou aux dires de mon pédiatre. Suis-je obligée de suivre ce que dit la puericultrice?
    Merci

    • Evita

      Je réagis à chaud ce commentaire de béatrice mais Véronique Darmangeat, à vous de répondre en tant que professionelle ;). La réaction de la puéricultrice me semble étrange : elle dit de prendre un repas de midi avec légumes/viande/fruit ET laitage, mais si je comprends bien, quand elle parle de laitage elle ne parle pas de votre lait qui est pourtant le premier des produit laitier ? (vous pouvez encore donner du lait d’humain à votre bébé, cela me semblerait étrange qu’il ait besoin de lait de vache à la place du lait d’humain, non ?). Je réagis car j’ai eu un commentaire semblable de la part d’un médecin (au 6,5 mois je mon bébé, nous avions commencé l’introduction de fruit et légumes depuis 2 semainse) : -« il prend des produits laitiers ? » -moi : « Et bien, il prend mon lait » -« oui mais des produits laitiers, il en prend » -« … ». Que dire aux médecins dans ces cas là ?

      • @Evita
        Je suis entièrement d’accord avec vous. Vous n’êtes pas obligée de répondre au pédiatre et vous pouvez continuer à donner votre lait !

        • Je rajouterai que les recommendations de l’OMS précisent bien pour de 6 à 8 mois des repas « 2 fois par jour et tétées fréquentes, 2 encas peuvent être proposés à la demande », et de 9 à 11 mois « 3 à 4 repas plus des tétées Plus 1 à 2 encas à la demande ». 😉

    • Evita

      Et bien c’est ce que vous faites non ? un « repas de légumes/viande/fruits et laitage », sachant que le laitage, c’est votre lait 😉 (je ne pense pas que du lait de vache soit plus adapté que le lait maternel pour l’enfant!).

      • beatrice

        Non je ne mets pas de fruits le midi, juste légumes et viande et mon lait-laitage 🙂
        Les fruits arrivent a 16h.
        La puéricultrice suggere un repas de midi complet composé entièrement de solides (mais je ne saurais meme pas combien de fruits donner à midi :-().

    • @Beatrice
      Il vaut mieux continuer à faire ce que vous faites !!! Votre lait est bien meilleur qu’un laitage !

  11. Guariguette

    Bonjour Beatrice,
    Mon fils à 9 mois et 1/2. Pour vous donner une idée des quantités de fruits je vous donne ci-dessous le programme alimentaire remis par mon pédiatre pour bb de 6 à 12 mois :

    – Matin : Sein ou Biberon de 210 ml de lait
    – Midi : 1. Petit pot 200g légumes-viandes ou légumes-poisson (dont 10 g de viande,oeuf ou poisson jusqu’ à 8 mois. A partir de 9 mois : 20 g)
    2. 100 à 150 g de fruits (maison ou petit pot 130 g du commerce)
    – Goûter : 1. Sein, bib de 120 ml de lait ou un laitage bébé
    2. Fruit 100 à 150 g
    -Soir : Sein ou bib 210 ml lait. à compléter avec fruits ou légumes si bébé paraît avoir encore faim.

    C’est un ordre d’idée, à valider avec votre pédiatre car chaque bb est différent, je ne vois pas en quoi la pueri aurait autorité sur le régime alimentaire de votre fille.
    Sa suggestion pour le midi me parait énorme, petits pots fruits + légumes + laitage… On recommande souvent de prendre du lait en priorité plutôt que des laitages.
    La réalité est que peu de maman allaite leur enfant encore à cet age, du coup ils sont tous un peu perdu, pédiatre y compris 😉

  12. Barbara

    Bonjour,

    Je vous apporte mon témoignage et une interrogation :

    j’allaite encore ma fille qui a 11 mois. J’ai repris le travail lorsqu’elle avait 4 mois. Elle a été gardé par son papa à notre domicile jusqu’à ses 11 mois.
    Après un premier échec de sevrage à l’âge de 4 mois nous avons décidé de poursuivre l’allaitement maternel. Pour cela, les conditions semblaient être réunies, en effet nous avons emménagé proche de mon lieu de travail(5min max en voiture) préalablement à ma reprise de travail.
    J’ai continué à allaiter le matin, le midi (en rentrant pour ma pause repas), après le goûter (vers 17h ou plus en fonction de l’heure de ma débauche) et le soir.

    Ma fille a fait ses nuits (7heures sans réveil) à l’âge de 1 mois.
    Au moment de ma reprise, les nuits ont commencé à être très compliquées. En effet, un réveil toutes les heures… Nous ne sommes pas pour laisser pleurer notre fille, c’est pourquoi après de nombreux essais variés nous avons opté pour le co-dodo. Ainsi, ma fille est également allaité la nuit…

    Je m’interroge actuellement car ma fille va être gardée par son assistante maternelle à temps plein à partir de début septembre. Elle aura 12 mois et je ne souhaite pas arrêter l’allaitement à la demande. En effet, je ne vois pas l’intérêt de proposer un biberon lorsque je suis présente.
    Ma fille prend plusieurs tétées le matin jusqu’à 9h puis une vers 10h30/11h
    Elle mange des légumes + viande le midi + tétée (en ma présence)
    Au goûter fruit et tétée
    Soir : tétées
    Nuit : tétées
    Je procède à l’allaitement à la demande : ma fille demande le sein peu importe l »heure, je lui donne.

    Avec l’assistante maternelle, nous avons organisé une première adaptation afin que mon bébé et l’ass. mat puissent se connaître et instaurer une relation. Cette adaptation a durée pendant 3 semaines. Ma fille a été gardée par l’assistante maternelle chaque matin durant ces trois semaines.
    L’assistante maternelle a allaité ses 3 enfants, ce qui facilite les échanges.

    Seulement, durant les vacances d’été j’ai eu 5 semaines de congés ainsi j’ai passé 5 semaines avec ma fille en reprenant l’allaitement à la demande.
    Dans 2 semaines ma fille devra retournée chez son assistante maternelle. Nous prévoyons de mettre en place une nouvelle adaptation sur 1 semaine et demi afin que chacun puisse reprendre ses marques. Puis après, ma fille ira chez l’assistante maternelle à temps complet.
    Le pédiatre m’a proposé de poursuivre l’allaitement à la demande en ma présence et de proposer biberon ou yaourt chez l’assistante maternelle. Je trouve cette proposition intéressante. Mais je m’interroge sur sa faisabilité et surtout j’ai peur que cela soit difficile pour ma fille.

    D’autres mamans ou assistantes maternelles ont-elles vécu ce type de situation ?
    Que pensez-vous de ne pas procéder à un servage et de poursuivre l’allaitement à la demande ?
    Je suis à la recherche de témoignages et de conseils.

    J’ai également rechercher à contacter une conseillère en lactation mais je ne trouve pas. Avez-vous des pistes à ce sujet ?

    Pour conclure, suite à cette expérience d’allaitement maternel à la demande, je constate plusieurs choses. Premièrement, il y a encore énormément de travail à faire en France pour que les mamans puissent allaiter au delà de leur congé maternité… Allaiter et travailler ne signifie pas simplicité bien au contraire, il faut le vouloir et surtout le pouvoir… L’entourage ne partage pas tout le temps notre choix ce qui ne facilite pas les choses… Il y a peu voire pas du tout d’accompagnement pour les mamans qui choisissent l’allaitement maternel long…

    Mais cela restera pour moi le meilleur choix pour mon bébé et une expérience magnifique !

    Bien à vous

    • @Barbara
      Merci pour ce témoignage. Je vous suggère de continuer l’allaitement à la demande quand vous êtes avec votre fille. Elle peut prendre d’autres laitages en votre absence.
      Pour trouver une consultante en lactation : http://consultants-lactation.org/

    • Helene

      Bonjour,
      mon fils a 20 mois, il est toujours allaité. Il va chez la nounou depuis ses 8,5 mois. Il ne voulait pas de biberon et je n’ai pas insisté pour l’y habituer, comme il mangeait déjà bien à la cuillère, il a toujours pris des yaourts et des flans de mon lait en mon absence + tétées à la demande avec moi. Je précise que je travaille à 30h/hebdo avec 30mn de trajet matin et soir avant de le retrouver.
      De 12 à 17 mois, il a pris un rythme de croisière avec une tétée le matin, une aux retrouvailles et une la nuit. Depuis vers ses 18 mois, les canines arrivant, il a à nouveau réclamé le sein très souvent (jusqu’à 7 à 8 fois par jour), je lui donne quand il demande.
      Il y a eu les congés puis il a retrouvé la nounou il y a 2 semaines, forcement c’est un peu dur. Quand il est fatigué ou avant la sieste, il lui réclame « tétée »!! Du coup, elle lui propose de faire un câlin, ou lui fait un petit biberon de lait avec un câlin, apparemment ça le réconforte un peu.
      Certes, dès qu’il me retrouve il ne demande qu’à téter mais ensuite il va jouer avec son père et pour autant, il ne se réveille presque plus la nuit malgré ma reprise de travail.
      Je pense qu’il lui faut le temps de se réhabituer à mon absence et surtout à l’impossibilité de téter à la demande, et j’imagine qu’il cessera rapidement de demander une tétée à la nounou 🙂
      Voilà mon témoignage, oui c’est dur! mais il faut bien que l’on continue de vivre et qu’ils apprennent à grandir…

  13. Wattraint lucille

    J’ai lu votre article avec attention et une bonne partie des commentaires. Mon bébé a 2,5mois, il est censé aller chez une ass mat mi octobre donc pour ces 4 mois. Il est allaite depuis sa naissance et à la demande. Comment gérer ça chez la nounou ? Elle est ok pour le lait mais me dit qu’il sera impossible de faire à la demande ? Au pire un bib dans la matinée un bib Le midi et un pour le goûter car elle a deux autres enfants. Je suis déprimée … est ce que à 4 mois les tétées vont s’espacer ? Est ce que si elle donne des « gros » bib mon bébé tiendra ? Est ce Bon pour lui ? Comment le préparer ? J’habite en face de sa maison donc pas de pb avec les tétées retrouvailles, on aura 10 s de marche pour rentrer et se retrouver.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *