biberon lait maternel entaméVous avez réchauffé un biberon de lait maternel pour votre bébé et il ne l’a pas terminé.
Qu’en faire ?

S’il s’agit de lait décongelé, vous ne pouvez malheureusement pas le garder et vous devez le jeter.

S’il s’agit de lait frais qui a atteint les maxima de conservation, déjà 5 heures à 25° par exemple, vous ne pouvez pas non plus le garder.

S’il s’agit de lait frais qui n’a pas atteint les maxima de conservation, vous pouvez le remettre au frigo et l’utiliser pour le repas suivant, sans aucun risque.
Cette information est particulièrement importante pour ne pas gâcher de lait maternel.

Malheureusement, il n’est pas sûr que votre crèche ou votre assistante maternelle l’accepte.

Pour leur donner des arguments, voici les études récentes qui en parlent :

  • Le lait maternel restant après un repas peut être stocké pour une alimentation prochaine avec un statut bactériologiquement sûre et immunologiquement stable (Fogleman A, Allen J, Meng T, Storage of Human Milk, JHL, 2015).
  • On a testé la conservation du lait maternel restant dans le biberon. Le lait proposé était du lait pasteurisé, ayant déjà perdu une partie de ses défenses contre les microbes, mais sans microbe au début du test. Le lait préparé d’une part, et le reste dans le biberon d’autre part, ont été conservés 24h à 24°C ou 7 jours à 4°C. La conclusion est que :
    – le lait restant, conservé à 24°C, se conserve bien pendant 3h puis perd une partie de ses protéines et IgAs. La quantité de bactéries commence à augmenter significativement après 9h à 24°C
    – Le lait restant, conservé à 4°C, se conserve parfaitement à 4°C : il n’y a aucune modification de concentration en bactéries, protéines et IgAs, entre la fin du repas et 7 jours plus tard.
    (Meng, Perrin, Allen, Osborne, Jones, Fogleman, Storage of Unfed and Leftover Pasteurized Human Milk, Breastfeed Med. 2016 Dec)

Cette dernière étude étant réalisée sur du lait pasteurisé, les résultats sont d’autant plus extrapolables à du lait non pasteurisé car celui-ci contient des facteurs immunologiques qui nettoient le lait au fur et à mesure de sa conservation.

 

Articles en rapport :

 

Lire des articles ou poser des questions en commentaire ne suffit pas à résoudre votre problème ? Savez-vous que vous pouvez prendre RDV pour une consultation avec moi ? N’hésitez pas à me contacter !

read more

Suite à ma demande, j’ai reçu des photos de lait congelé que je vous livre :

Madeleine : « à gauche frais et à droite congelé (devient plus jaune et le gras se sépare un peu). Mon bébé à deux mois. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Caroline :

 

 

 

 

 

Erika : « Voici les photos de l’un de mes sachets de lait congelé. Il est resté congelé 4 semaines (1er photo congelé). J’ai décongelé au frigo toute la nuit et voici l’aspect (2ème photo).  »

 

 

 

 

 

 

Ghislaine : « Voici un lait congelé qui a 1 mois et demi (du 13 mars). Une photo congelé et une autre une fois chauffé dans de l’eau chaude. »

 

 

 

 

 

 

 

Plusieurs poches congelées :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Manon : « Mon lait congelé depuis un mois puis dégelé (au frigo, en une nuit). »

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous pouvez constater que l’aspect est variable : la couleur change, présence ou non de tâches blanches.

A la décongélation, l’aspect est souvent différent de celui du lait frais.

N’hésitez pas à m’envoyer vos photos, je les ajouterai.

Articles en rapport :

 

Lire des articles ou poser des questions en commentaire ne suffit pas à résoudre votre problème ? Savez-vous que vous pouvez prendre RDV pour une consultation avec moi ? N’hésitez pas à me contacter !

read more
lait maternel congelé

Photo : Daniel Lobo

Suite à deux questions des lectrices de ce blog, j’aimerais pouvoir partager tous les aspects possibles du lait maternel congelé.

Je fais donc appel à vous pour m’envoyer des photos de votre lait congelé puis décongelé si possible. Si vous pouvez m’indiquer depuis combien de temps le lait est congelé, et de quelle manière il a été décongelé (au frigo lentement ou à chaud) c’est encore mieux !

Plus on connaîtra l’aspect du lait maternel, moins cela créera d’inquiétude donc toutes les photos seront publiées sur ce blog.

Alors à vos appareils et envoyez moi vos photos à contact@allaiteraparis.fr !

 

Lire des articles ou poser des questions en commentaire ne suffit pas à résoudre votre problème ? Savez-vous que vous pouvez prendre RDV pour une consultation avec moi ? N’hésitez pas à me contacter !

read more

conservation du lait maternelLa question de la conservation du lait suscite toujours de nombreuses questions.

Je vous propose d’imaginer ma tête quand je reçois certaines questions 😉 :

« Je souhaite connaitre le temps de conservation d’un biberon de lait maternel une fois entamé par le bébé mais non terminé. Peut-on congeler ce qu’il reste ou pas ? »

« Pour une raison que j’ignore mon réfrigérateur est a 11 degrés(j’ai mis un thermomètre a l’endroit suppose être le plus froid) ! Il doit être un peu trop vieux est ce que c’est trop « chaud » pour conserver le lait fraîchement tiré même 5 jours ? »

« Peut-on mélanger un lait qui a été chauffé une fois ( il n’a pas terminé son biberon) avec un lait fraîchement tiré ?
Et combien de temps peut-on conserver au réfrigérateur un lait qui a été chauffé une fois ? »

« Je propose à mon bébé de la bouillie de millet faite avec mon lait (chauffé à 40 maxi à cette occasion). Le lait est frais Au bout de combien de temps dois-je jeter la bouillie et puis-je la réutiliser si elle a été mise au frigo ? Sur l’emballage du fabriquant de la bouillie, rien n’est spécifié « 

« Une fois le lait maternel réchauffé, combien de temps peut-on le garder à température ambiante avant de le redonner à bébé (mademoiselle ne fini jamais ses biberons) ? »

A toutes ces questions, je ne peux, honnêtement, pas répondre. Pourquoi ? Tout simplement parce que tous ces cas de figures n’ont jamais été étudiés.
Seuls les cas de figures figurant dans mon article sur la conservation du lait maternel ont été étudiés.

Pour toutes les autres situations, il faut juste faire preuve de bon sens et quand on ne sait pas, on évite de donner le lait au bébé.
On peut également goûter le lait. S’il est bon, on peut, en général, le donner. S’il a mauvais goût, il n’est pas forcément mauvais. Je vous rappelle que le lait peut prendre un mauvais goût.

Donc, il est inutile de me poser des questions sur la conservation du lait dans des situations particulières : je ne peux pas vous répondre 🙂 .

Et vous, comment faites-vous lorsque vous avez un doute ?

Articles en rapport :

 


read more

lait prédigéréC’est ce que me disent de nombreuses femmes en craignant que le lait qu’elles ont laborieusement tiré au travail ait tourné et ne soit plus bon pour leur bébé.
Certaines décrivent un goût de rance, de lait caillé, de savon, … Parfois le lait prend un aspect mousseux. Dans tous les cas, il sent très fort et le goût est très mauvais.

Et pourtant, ce lait est bon à la consommation ! Si votre bébé le boit sans faire la grimace, vous pouvez continuer à lui donner sans aucun problème.
Mais certains bébés (souvent plus âgés) refusent ce lait. Voyons ensemble que faire dans ce cas de figure.

En fait, 3 raisons peuvent conduire au mauvais goût du lait.

1- La première est due aux modifications des matières grasses du lait lors de l’entreposage dans les congélateurs à dégivrage automatique. Cette cause semble assez peu fréquente.

2- La cause qui semble la plus fréquente est l’action des lipases du lait maternel. Leur rôle est de digérer les graisses du lait. On trouve bien sûr des lipases dans l’intestin du bébé mais également dans le lait maternel, ce qui permet d’aider le système digestif du bébé, encore immature.

L’action des lipases commence dès que le lait est tiré. Or il semble que certaines femmes produisent plus de lipases dans leur lait que d’autres. Et c’est la transformation du gras du lait, digéré par ces lipases qui donne un goût savonneux ou rance au lait. Il s’agit de lait prédigéré

Certaines femmes constatent l’apparition de ce mauvais goût très rapidement après le tirage alors que pour d’autres, le mauvais goût apparaît de nombreuses heures après le tirage ou bien lors de la congélation.

Pour éviter l’apparition de ce goût, il faut bloquer l’action des lipase. Pour cela, il suffit de chauffer le lait à 60° avant qu’il ne prenne ce goût. 60° correspond au moment où le lait fait des bulles sur le bord de la casserole. Une fois à cette température, on arrête de le chauffer pour éviter de le faire bouillir, ce qui détruirait les éléments vivants du lait maternel. Puis on le refroidit rapidement avant de le mettre au réfrigérateur ou au congélateur.

Si vous faites partie des femmes qui peuvent attendre plusieurs heures avant que le mauvais goût se manifeste, il suffit que vous fassiez chauffer votre lait à votre retour du travail. Certaines mères utilisent un thermoplongeur en vérifiant la température à l’aide d’un thermomètre de cuisson.
Par contre, si vous devez le faire chauffer rapidement, vous devrez le faire au travail. Il existe certains chauffe-biberon qui permettent de chauffer à 60°. Une mère m’a indiqué que la marque Philips Avent fait un chauffe-biberon qui chauffe au choix à 30-60-90 °C. Si vous connaissez d’autres marques, merci de les partager en commentaire ! Sinon, il est possible de choisir un chauffe-biberon très bas de gamme qui n’a pas de thermostat et de surveiller le lait.

Une mère m’a proposé la technique suivante : « Eurêka ! Technique du bain-marie-bouilloire ! Mettre de l’eau à mi-bouilloire et prendre un grand bib (360). Contrôler la température du lait avec un thermomètre. Ça prend 3 min. Attention à ne pas se brûler avec l’eau (ne pas mettre trop d eau). Et mettre une serviette sous la bouilloire (ça éclabousse). Il faut attendre au moins 1 min quand l eau bout à gros bouillon pour atteindre les 60°. »

3- La dernière cause semble être l’oxydation des acides gras polyinsaturés du lait maternel. Comme on ne dispose pas de recherches sur ce sujet sur le lait humain, on ne peut que se référer aux recherches faites sur le lait bovin. Celles-ci laissent à penser que l’alimentation de la mère peut accélérer ce processus. En effet la composition en graisses du lait maternel est en grande partie liée à la composition en graisses de l’alimentation de la mère. Si celle-ci consomme beaucoup d’acides gras polyinsaturés, l’oxydation pourrait être plus importante. Si l’alimentation de la mère est riche en fer libre ou en ion cuivre, cette oxydation peut être accélérée. Enfin, la consommation de graisses rances (comme les anchois par exemple) peut aussi conduire à ce résultat.

Les mères pour lesquelles le lait ne prend pas toujours une odeur rance mais seulement certains jours semblent plutôt concernées par ce cas de figure. Dans ce cas, chauffer le lait n’est pas efficace et il suffit que la mère change son alimentation pour que le problème disparaisse.

Et vous, comment avez-vous fait ?

Articles en rapport :

 


read more

conservation lait maternelJe vous ai déjà parlé des temps de conservation du lait maternel car c’est une question très importante pour les femmes qui tirent leur lait et se trouvent confrontées à des recommandations très diverses.

Je souhaite aujourd’hui être plus complète sur les différentes références pour déterminer ces temps. Différentes études ont été conduites. Au niveau international, The Journal of Human Lactation a publié en 2010 une méta-analyse des études sur la conservation du lait maternel. La 3ème édition (2011) du livre Best Practice for Expressing, Storing and Handling Human Milk publié par l‘Human Milk Banking Association of North America (HMBANA) propose des recommandations fondées sur l’ensemble des études menées sur le lait maternel. Cette publication étant à ce jour la plus complète, elle a été reprise par l’Association Internationale des Consultants en Lactation (ILCA). Ce sont les recommandations que vous trouvez dans mon article précédent sur la conservation du lait.

En France, la Haute Autorité de Santé (HAS) indique dans Favoriser l’allaitement maternel : processus-évaluation, en juin 2006 « Le lait maternel peut être gardé 8 jours au réfrigérateur, grâce à ses propriétés biologiques ». Mais l’AFSSA (Agence française pour la sécurité sanitaire des aliments) indique des temps de conservation du lait beaucoup plus courts. En effet, les études prises en compte sont les mêmes que pour les organismes précédents mais a été appliqué un…principe de précaution, sans aucune justification d’ordre scientifique.

Or ce sont les recommandations de l’AFSSA que vous trouverez dans la plupart des organismes français, qui ne veulent pas prendre le risque d’aller contre des recommandations officielles.

Je vous propose donc un tableau comparatif de tous ces temps :

conservation lait maternel

Enfin, je vous propose de lire quelques études sur la conservation lait maternel.

Et maintenant, c’est à vous de choisir quelles recommandations vous souhaitez suivre. Qu’avez-vous choisi ?

Articles en rapport :

 


read more