conservation du lait maternelLa question de la conservation du lait suscite toujours de nombreuses questions.

Je vous propose d’imaginer ma tête quand je reçois certaines questions 😉 :

« Je souhaite connaitre le temps de conservation d’un biberon de lait maternel une fois entamé par le bébé mais non terminé. Peut-on congeler ce qu’il reste ou pas ? »

« Pour une raison que j’ignore mon réfrigérateur est a 11 degrés(j’ai mis un thermomètre a l’endroit suppose être le plus froid) ! Il doit être un peu trop vieux est ce que c’est trop « chaud » pour conserver le lait fraîchement tiré même 5 jours ? »

« Peut-on mélanger un lait qui a été chauffé une fois ( il n’a pas terminé son biberon) avec un lait fraîchement tiré ?
Et combien de temps peut-on conserver au réfrigérateur un lait qui a été chauffé une fois ? »

« Je propose à mon bébé de la bouillie de millet faite avec mon lait (chauffé à 40 maxi à cette occasion). Le lait est frais Au bout de combien de temps dois-je jeter la bouillie et puis-je la réutiliser si elle a été mise au frigo ? Sur l’emballage du fabriquant de la bouillie, rien n’est spécifié « 

« Une fois le lait maternel réchauffé, combien de temps peut-on le garder à température ambiante avant de le redonner à bébé (mademoiselle ne fini jamais ses biberons) ? »

A toutes ces questions, je ne peux, honnêtement, pas répondre. Pourquoi ? Tout simplement parce que tous ces cas de figures n’ont jamais été étudiés.
Seuls les cas de figures figurant dans mon article sur la conservation du lait maternel ont été étudiés.

Pour toutes les autres situations, il faut juste faire preuve de bon sens et quand on ne sait pas, on évite de donner le lait au bébé.
On peut également goûter le lait. S’il est bon, on peut, en général, le donner. S’il a mauvais goût, il n’est pas forcément mauvais. Je vous rappelle que le lait peut prendre un mauvais goût.

Donc, il est inutile de me poser des questions sur la conservation du lait dans des situations particulières : je ne peux pas vous répondre 🙂 .

Et vous, comment faites-vous lorsque vous avez un doute ?

Articles en rapport :

 


read more

lait prédigéréC’est ce que me disent de nombreuses femmes en craignant que le lait qu’elles ont laborieusement tiré au travail ait tourné et ne soit plus bon pour leur bébé.
Certaines décrivent un goût de rance, de lait caillé, de savon, … Parfois le lait prend un aspect mousseux. Dans tous les cas, il sent très fort et le goût est très mauvais.

Et pourtant, ce lait est bon à la consommation ! Si votre bébé le boit sans faire la grimace, vous pouvez continuer à lui donner sans aucun problème.
Mais certains bébés (souvent plus âgés) refusent ce lait. Voyons ensemble que faire dans ce cas de figure.

En fait, 3 raisons peuvent conduire au mauvais goût du lait.

1- La première est due aux modifications des matières grasses du lait lors de l’entreposage dans les congélateurs à dégivrage automatique. Cette cause semble assez peu fréquente.

2- La cause qui semble la plus fréquente est l’action des lipases du lait maternel. Leur rôle est de digérer les graisses du lait. On trouve bien sûr des lipases dans l’intestin du bébé mais également dans le lait maternel, ce qui permet d’aider le système digestif du bébé, encore immature.

L’action des lipases commence dès que le lait est tiré. Or il semble que certaines femmes produisent plus de lipases dans leur lait que d’autres. Et c’est la transformation du gras du lait, digéré par ces lipases qui donne un goût savonneux ou rance au lait. Il s’agit de lait prédigéré

Certaines femmes constatent l’apparition de ce mauvais goût très rapidement après le tirage alors que pour d’autres, le mauvais goût apparaît de nombreuses heures après le tirage ou bien lors de la congélation.

Pour éviter l’apparition de ce goût, il faut bloquer l’action des lipase. Pour cela, il suffit de chauffer le lait à 60° avant qu’il ne prenne ce goût. 60° correspond au moment où le lait fait des bulles sur le bord de la casserole. Une fois à cette température, on arrête de le chauffer pour éviter de le faire bouillir, ce qui détruirait les éléments vivants du lait maternel. Puis on le refroidit rapidement avant de le mettre au réfrigérateur ou au congélateur.

Si vous faites partie des femmes qui peuvent attendre plusieurs heures avant que le mauvais goût se manifeste, il suffit que vous fassiez chauffer votre lait à votre retour du travail. Certaines mères utilisent un thermoplongeur en vérifiant la température à l’aide d’un thermomètre de cuisson.
Par contre, si vous devez le faire chauffer rapidement, vous devrez le faire au travail. Il existe certains chauffe-biberon qui permettent de chauffer à 60°. Une mère m’a indiqué que la marque Philips Avent fait un chauffe-biberon qui chauffe au choix à 30-60-90 °C. Si vous connaissez d’autres marques, merci de les partager en commentaire ! Sinon, il est possible de choisir un chauffe-biberon très bas de gamme qui n’a pas de thermostat et de surveiller le lait.

Une mère m’a proposé la technique suivante : « Eurêka ! Technique du bain-marie-bouilloire ! Mettre de l’eau à mi-bouilloire et prendre un grand bib (360). Contrôler la température du lait avec un thermomètre. Ça prend 3 min. Attention à ne pas se brûler avec l’eau (ne pas mettre trop d eau). Et mettre une serviette sous la bouilloire (ça éclabousse). Il faut attendre au moins 1 min quand l eau bout à gros bouillon pour atteindre les 60°. »

3- La dernière cause semble être l’oxydation des acides gras polyinsaturés du lait maternel. Comme on ne dispose pas de recherches sur ce sujet sur le lait humain, on ne peut que se référer aux recherches faites sur le lait bovin. Celles-ci laissent à penser que l’alimentation de la mère peut accélérer ce processus. En effet la composition en graisses du lait maternel est en grande partie liée à la composition en graisses de l’alimentation de la mère. Si celle-ci consomme beaucoup d’acides gras polyinsaturés, l’oxydation pourrait être plus importante. Si l’alimentation de la mère est riche en fer libre ou en ion cuivre, cette oxydation peut être accélérée. Enfin, la consommation de graisses rances (comme les anchois par exemple) peut aussi conduire à ce résultat.

Les mères pour lesquelles le lait ne prend pas toujours une odeur rance mais seulement certains jours semblent plutôt concernées par ce cas de figure. Dans ce cas, chauffer le lait n’est pas efficace et il suffit que la mère change son alimentation pour que le problème disparaisse.

Et vous, comment avez-vous fait ?

Articles en rapport :

 


read more

conservation lait maternelJe vous ai déjà parlé des temps de conservation du lait maternel car c’est une question très importante pour les femmes qui tirent leur lait et se trouvent confrontées à des recommandations très diverses.

Je souhaite aujourd’hui être plus complète sur les différentes références pour déterminer ces temps. Différentes études ont été conduites. Au niveau international, The Journal of Human Lactation a publié en 2010 une méta-analyse des études sur la conservation du lait maternel. La 3ème édition (2011) du livre Best Practice for Expressing, Storing and Handling Human Milk publié par l‘Human Milk Banking Association of North America (HMBANA) propose des recommandations fondées sur l’ensemble des études menées sur le lait maternel. Cette publication étant à ce jour la plus complète, elle a été reprise par l’Association Internationale des Consultants en Lactation (ILCA). Ce sont les recommandations que vous trouvez dans mon article précédent sur la conservation du lait.

En France, la Haute Autorité de Santé (HAS) indique dans Favoriser l’allaitement maternel : processus-évaluation, en juin 2006 « Le lait maternel peut être gardé 8 jours au réfrigérateur, grâce à ses propriétés biologiques ». Mais l’AFSSA (Agence française pour la sécurité sanitaire des aliments) indique des temps de conservation du lait beaucoup plus courts. En effet, les études prises en compte sont les mêmes que pour les organismes précédents mais a été appliqué un…principe de précaution, sans aucune justification d’ordre scientifique.

Or ce sont les recommandations de l’AFSSA que vous trouverez dans la plupart des organismes français, qui ne veulent pas prendre le risque d’aller contre des recommandations officielles.

Je vous propose donc un tableau comparatif de tous ces temps :

conservation lait maternel

Enfin, je vous propose de lire quelques études sur la conservation lait maternel.

Et maintenant, c’est à vous de choisir quelles recommandations vous souhaitez suivre. Qu’avez-vous choisi ?

Articles en rapport :

 


read more

Gestion des stocks de lait maternelDans un article précédent (il y a longtemps…), je vous parlais de l’organisation lorsque l’on tire son lait. Cette organisation peut être très régulière pour certaines familles car votre emploi est à heures fixes et votre bébé tète environ toujours aux mêmes heures.
Mais dans d’autres familles, il faut parfois jongler pour réussir à prévoir les bonnes quantités de lait pour vos absences : vous travaillez à des horaires irréguliers ou votre bébé ne tète jamais de la même façon.

Dans ce genre de cas, il peut être utile d’utiliser une fiche pour prévoir ses horaires de tirage de lait et et noter les quantités tirées. On pourra également y noter les besoins de votre bébé en votre absence et réussir à tout faire coïncider pour une bonne gestion des stocks de lait maternel.

Je vous propose donc aujourd’hui une fiche qui vous permette de noter tout ça.

Date : ………………….

Horaire de tirage : ……………………………………….. Quantité tirée : …………………………………
Horaire de tirage : ……………………………………….. Quantité tirée : …………………………………
Horaire de tirage : ……………………………………….. Quantité tirée : …………………………………
Horaire de tirage : ……………………………………….. Quantité tirée : …………………………………
Horaire de tirage : ……………………………………….. Quantité tirée : …………………………………

Horaire de biberon : ……………………………………….. Quantité nécessaire : …………………………………
Horaire de biberon : ……………………………………….. Quantité nécessaire : …………………………………
Horaire de biberon : ……………………………………….. Quantité nécessaire : …………………………………
Horaire de biberon : ……………………………………….. Quantité nécessaire : …………………………………
Horaire de biberon : ……………………………………….. Quantité nécessaire : …………………………………

Quantité à garder au réfrigérateur en fin de journée : ……………………………………..

Quantité à congeler en fin de journée : ………………………………………

Pour vous, est-ce qu’une telle fiche est utile ?

Articles en rapport :

 


read more

congélation du lait maternelQuand on reprend le travail et que l’on allaite, il peut être utile de pouvoir congeler son lait.
Mais un congélateur n’étant pas extensible, c’est souvent difficile de trouver la place pour en stocker beaucoup.

Voici donc quelques astuces pour la congélation du lait maternel :

  1. Utiliser des sachets vendus pour faire des glaçons. Cela permet de stocker le lait à plat, en petites quantités facilement décongelables.
    Attention cependant à prendre des sachets de bonne qualité pour éviter tout risque de fuite.
  2. Placer son lait dans des bacs à glaçon. Quand le lait est congelé, défaire les glaçons et les mettre dans un sac congélation. Les avantages sont les mêmes que précédemment.
  3. Utiliser des sachets spéciaux pour le lait maternel. Ils sont parfaitement adaptés. Attention à ne pas trop les remplir car votre bébé ne boira pas forcément un sachet complet.
  4. Innover avec les nouvelles plaques pour congélation du lait maternel. Plaques permettant de congeler le lait maternel sous la forme de bâtonnets de 30mL, faciles à insérer dans un biberon. Vous pouvez en trouver ici.
  5. Utiliser des pots de congélation, plus petits que des biberons. Inconvénient majeur, cela revient vite cher et prend plus de place que les sachets.

De manière générale :

  • Si l’on peut stocker le lait à l’horizontale, on peut stocker de plus grandes quantités.
  • Le stockage en pots ou en biberons coûte plus cher.
  • Pensez à bien noter la date de congélation sur chaque contenant.
  • Respectez les durées de conservation que vous trouverez .

Et vous, comment avez-vous stocké votre lait ?

Articles en rapport :

 


read more

stock de laitPour celles qui ont décidé de tirer leur lait, la question se pose souvent : faut-il prévoir un stock de lait avant la reprise ? Pour certaines mamans qui souhaitent que leur enfant ne soit nourri qu’au lait maternel, faire un stock de lait maternel au congélateur pour avoir moins de pression sur les épaules au moment de la reprise du travail peut être une bonne idée.

Pour cela, vous pouvez choisir de tirer régulièrement du lait tous les jours. Soit vous choisissez une heure fixe tous les jours, soit vous tirez quand votre emploi du temps vous le permet.
Beaucoup de mamans ont plus de lait le matin. En effet, le corps produit un pic d’hormones en fin de nuit qui fait augmenter la lactation le matin. Le repos participe aussi certainement à cette meilleure lactation du matin. Si vous êtes dans ce cas, vous pouvez donner un sein à votre bébé lors de la tétée du matin puis tirer le lait en double pompage ensuite. Le sein déjà tété fournira peu de lait mais sera drainé au maximum, ce qui aide à maintenir une bonne lactation. L’autre sein fournira un bon stock que vous pourrez congeler.
Si votre pic de lactation se situe à un autre moment, n’hésitez pas à décaler ce tirage de lait supplémentaire à la meilleure heure pour vous.
Certaines mamans préfèrent tirer le lait du deuxième sein pendant que l’enfant tète le premier car c’est le bébé qui provoque le reflexe d’éjection du lait qui est nettement plus efficace. Elles tirent alors plus de lait. C’est à vous de voir si cela vous convient : il faut une certaine habileté pour donner à téter tout en tirant son lait, certains enfants n’aiment pas ça, cela peut rendre la tétée moins agréable.
L’avantage de tirer du lait à heure fixe, c’est de donner l’habitude au corps d’une stimulation supplémentaire et donc d’une production supérieure.

Si votre bébé a un rythme de tétées très variable d’un jour à l’autre, cela peut être difficile pour vous de pouvoir prévoir ce tirage de lait. Dans ce cas, vous pouvez vous adapter au jour le jour et tirer du lait au moment qui vous semble le plus opportun.

Ne craignez pas de tirer du lait qui va manquer à votre bébé s’il demande peu de temps après. Plus un sein est drainé, plus il produit vite et en grande quantité. Si votre bébé tète efficacement, il aura toujours du lait, le sein n’est jamais vide. Evidemment, si vous avez drainé vos seins une demi-heure avant, le lait coulera beaucoup moins facilement et votre bébé peut être agacé par ce débit moins important. Encouragez-le à persévérer car il y a toujours du lait pour lui ! Plus vous êtes tranquille à ce sujet, plus votre lait coule facilement et moins votre bébé risque d’être frustré.

Un autre avantage de commencer à tirer du lait avant la reprise du travail, c’est de s’habituer à l’utilisation du tire-lait. Plus vous avez l’habitude de vous en servir, plus c’est facile et plus ce sera rapide sur votre lieu de travail. Vous connaitrez tous les petits trucs qui rendent un tirage plus efficace. Pour cela, rien de tel que la pratique.

Ne vous inquiétez pas de la quantité que vous stockez, qui n’est pas toujours très importante puisque vous avez un bébé avec vous qui tète toute la journée (et parfois toute la nuit). Ce sera beaucoup plus facile de tirer votre lait lorsque votre bébé sera gardé et que vos seins n’auront pas été drainés pendant plusieurs heures… Je dois quand même vous informer qu’un très petit nombre de femmes n’arrive pas à tirer du lait au travail, cela peut arriver même si c’est rare.

L’important c’est d’avoir un petit stock au congélateur qui vous permette de faire face aux journées difficiles au cours desquelles vous n’avez pas pu tirer votre lait comme d’habitude : une réunion qui s’est prolongée, l’infirmerie occupée toute la journée, un déplacement chez un client… Vous êtes alors plus détendue, vous savez que le stock du congélateur est là pour ça.

Vous pouvez également envisager de reconstituer ce stock petit à petit les fins de semaine si vous avez pioché dedans au cours de la semaine. Ainsi vous gardez toujours une réserve de sécurité.

Certaines femmes savent qu’elles ne pourront pas tirer leur lait au travail mais souhaitent quand même que leur bébé soit nourri au maximum au lait maternel. Ces femmes là peuvent faire un stock de lait pendant toute la durée de leur congé maternité à partir de la naissance.

Si vous faites partie de ces femmes là , n’hésitez pas à utiliser la période du premier mois au cours de laquelle beaucoup de femmes ont trop de lait par rapport aux besoins de leur enfant. Vous pouvez en profiter pour tirer ce lait supplémentaire et le conserver au congélateur.

Certes, le lait maternel évolue au cours des mois d’allaitement mais votre bébé sera bien content de boire à trois mois du lait tiré lorsqu’il avait quinze jours, c’est absolument incomparable avec une préparation pour nourrisson et c’est toujours aussi bon pour lui !

Attention cependant ! Si vous souhaitez poursuivre l’allaitement plusieurs semaines ou mois, que vous ne donnez que votre stock de lait en journée et que votre bébé ne tète que deux fois par 24 heures, votre production de lait peut rapidement diminuer et votre allaitement s’arrêter. Beaucoup de bébés n’aiment pas téter un sein qui ne produit quasiment plus de lait. Dans ce cas là , essayez de conserver au moins trois tétées par 24 heures : la tétée de retrouvailles, la tétée du soir et celle du matin par exemple.

Quand commencer à faire du stock ? Quand vous le souhaitez ! Dès la naissance si cela ne vous pose pas de problème, ou un mois avant la reprise si vous ne voulez pas vous compliquer la vie avant.

Et vous, avez-vous fait un stock de lait maternel ? Comment vous êtes-vous prise ?

Articles en rapport :


read more

Page 1 sur 212