Allaiter et travailler : le témoignage de Virginie

  • VirginieQuel choix avez-vous fait au moment de la reprise du travail : sevrage ou poursuite de l’allaitement ? Pourquoi ?

J’ai choisi de poursuivre l’allaitement car je voulais allaiter exclusivement mon enfant pendant au moins 6 mois. J’ai des soucis d’allergie et cela me semblait important.
Par ailleurs, l’allaitement se passant très bien, je ne souhaite pas acheter de lait artificiel. J’ai donc à coeur de tirer mon lait afin de ne donner que ce lait à mon enfant.

  • Comment vous êtes-vous organisée ?

Je me suis renseignée sur internet pour comprendre comment faire pour tirer mon lait et le donner à mon bébé. Pour faire mes choix aussi.
Un mois avant de reprendre le travail j’ai loué un tire-lait. Je savais que la location d’un tire-lait est remboursée par la sécurité sociale et ma mutuelle m’a confirmé qu’elle compléterai même si le tire-lait coutait plus cher que le tarif sécu.
J’ai regardé des avis sur internet pour choisir mon tire-lait: double pompage (ameda lactaline), électrique, fonctionnant sur secteur et sur batterie. Ces deux modes de fonctionnement étaient important pour moi car je ne travaille pas toujours dans les même locaux. Je n’ai pas l’adaptateur voiture, mais il ne me manque pas pour le moment.

Pour l’organisation de la journée et des tirages, j’ai consulté les feuillets de la leche ligue et du Dr Newman.
J’ai choisi de réaliser deux tétées le matin avant de partir travailler, puis mes tirages et les tétées à la maison.
Au début, je réalisait quatre tirages: le matin juste après la dernière tétée, 10h, 12h et 16h.
Cela m’a permis de congeler du lait. Le congel étant plein, je ne tire plus que deux fois : 11h et 16h, sauf si j’ai une baisse de lait.
Avant de reprendre le travail, j’ai introduit une tétée fictive le soir (ma fille faisait ses nuits). Cela m’a permis de congeler du lait et de me familiariser avec les tirages.

J’ai investi dans une brassière spéciale me permettant de lire pendant que je tire mon lait. (Les 2 mains sont libres.)

J’ai une nounou très coopérative, ce qui aide bien. Je lui ai parlé de mes choix dès la grossesse, lorsque nous l’avons rencontrée. Il était primordial pour moi qu’elle accepte le lait maternel et qu’elle sache comment le préparer. Je lui ai fourni un texte expliquant comment manipuler et conserver le lait maternel. Chaque jour, nous faisons le point sur le lait que je dois lui fournir. Pour elle, manipuler du lait maternel est plus simple que de manipuler du lait en poudre : il n’y a pas de risque de se tromper dans les mesures!

  • Quelles ont été vos principales difficultés ?

Au début je ne tirais pas beaucoup. Les feuillets du Dr Newman m’ont permis d’apprendre, ainsi qu’une vidéo de l’université de stanford expliquant comment masser les seins pour tirer le lait.
Les premiers temps c’était un peu dur de faire les quatre tirages. Cela prend du temps bien que j’ai le droit à 1h d’allaitement (rémunérée par chance!).

J’ai eu un déplacement et j’ai du tirer mon lait dans le train et un restaurant. Ce n’est pas facile au restaurant mais cela se fait! Dans le train, les espaces de change pour bébé sont très pratiques.

  • Quels ont été vos meilleurs moments ?

Mon entourage, le papa la nounou et les collègues me soutiennent bien pour le moment. C’est très agréable. Personne n’a l’air choqué lorsque je parle (souvent d’ailleurs) du fait que je tire mon lait. J’en parle naturellement afin de faire passer plus facilement les pauses tirage 🙂

J’ai été enchantée quand une connaissance m’a dit qu’elle allait tirer son lait au travail également.

Il y a des moments où je trouve très agréable de sentir le réflexe d’éjection lorsque je tire mon lait. j’aime faire cela pour mon bébé, d’un certain coté je m’occupe de lui même au travail !

  • Qu’est-ce que vous souhaiteriez dire aux mamans qui doivent faire un choix dans les semaines à venir ?

Tirer mon lait était pour moi une évidence, ce n’est pas tellement compliqué à faire. Les feuillets de La Leche League expliquent tout ce qu’il faut savoir sur le sujet. D’autres sources sur le net peuvent permettre de se rassurer. Tirer son lait c’est un peu comme commencer l’allaitement, au début il faut être motivée pour tout mettre en place, ne pas lâcher lorsque l’on trouve les tirages trop justes, … Au bout de quelques semaines tout roule et c’est du bonheur de consacrer du temps à bébé sur son lieu de travail.
Le choix que vous ferez sera de toute façon le meilleur choix pour vous et votre bébé.

  • Ce serait à refaire, vous referiez le même choix ? Que changeriez-vous ?

Oui ! Je ne changerais rien, je suis actuellement très satisfaite de mon choix et de l’organisation mise en place.
Ou alors seulement, trouver le courage ou la solution pour tirer à mon poste de travail ou en réunion. Je ne suis pas à l’aise avec un châle sur les téterelles, je trouve que cela les descend trop.
J’ai fait un mini test de biberon avant la mise en garde de ma fille.
J’aurai préféré trouver quelqu’un qui utilise une tasse à bec ou une tasse pour la nourrir, afin de limiter les risques de confusion sein/tétine.

Articles en rapport :

 


5 Comments

  1. savez-vous où on trouve le type de brassière cité dans l’article ? (ou s’agit-il +ou- d’un soutien d’allaitement classique ?)

  2. super, je clique l’acheter !
    et je suis en pleine lecture du petit guide…à suivre : mes impressions !
    un grand MERCI en tous cas !

  3. Véronique

    @Virginie
    Bonjour,
    Je n’ai pas gardé vos coordonnées et j’ai quelque-chose à vous demander d’un peu urgent.
    Si vous me lisez, pouvez-vous me contacter à contact@lactissima.com ?
    D’avance je vous remercie.
    Véronique

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *