Allaiter et travailler : le témoignage de Mélodie

  • allaiter et travaillerQuel choix avez-vous fait au moment de la reprise du travail : sevrage ou poursuite de l’allaitement ? Pourquoi ?

J’ai choisi, avec mon compagnon, de continuer complètement l’allaitement, je voulais qu’il prenne mon lait le plus possible. Lors de la naissance de Pompoko (c’est son petit surnom sur la toile), il était prévu que je l’allaite au moins 12 mois. Pourquoi, je n’en savais rien, c’était dans ma tête. Il était donc impensable que j’arrête à cause de ma reprise de boulot. J’ai pu décaler cette reprise (initialement le 10 juin 2014) au 1er septembre. Ce qui a été plus simple pour moi. Tout d’abord mentalement, laisser mon tout petit d’à peine 2 mois était impossible. Ensuite physiquement, j’ai une thyroidite d’Hashimoto et le mois de juin m’a été complètement fatal. Ma TSH est montée à 100 ce qui a réduit considérablement mes montées de lait. En Août, nous avions déjà commencé un peu la diversification de notre fils ce qui laissait à la nounou une autre alternative au cas où « il n’y avait pas assez de lait ».

  • Comment vous êtes-vous organisée ?

J’avais commencé, petit à petit, mon stock de lait. J’en ai pris beaucoup plus conscience lorsque j’ai cru « ne plus en avoir » en juin. Dès que ma lactation est revenue (début juillet), j’ai essayé de tirer mon lait tous les jours pour avoir du stock. Si bien qu’en septembre, tout allait bien. Je donnais le lait frais à la nounou et le lait congelé était pour le matin avec papa (je pars très tôt malheureusement).

  • Quelles ont été vos principales difficultés ?

Faire le stock ! Et encore maintenant, je suis en flux tendu. Le fait de ne pas pouvoir donner la tétée du matin avant que mon fils aille chez la nounou, aussi… C’est frustrant et démoralisant. Je pars le matin à 5h45 et rentre autour de 18h. Le transport est mon principal ennemi.

  • Quels ont été vos meilleurs moments ?

Ils sont là tous les jours, lorsque je vois sa frimousse « en transe » de mon lait. Il ferme les yeux, me regarde, est ailleurs… J’ai l’impression que je le shoote de mon lait ! Ses sourires post-tétées, son regard et son attention lorsqu’il tète… Bref, les meilleures moments c’est aussi lorsqu’il est au sein !

  • Qu’est-ce que vous souhaiteriez dire aux mamans qui doivent faire un choix dans les semaines à venir ?

Il n’y a pas d’obstacle ! Ma chef m’avait laissé un bureau au début de ma reprise… puis elle m’a dit que si je voulais continuer l’allaitement, il fallait que je tire dans les toilettes… Ça m’a beaucoup miné le moral, je produisais moins d’ailleurs. Et puis, je m’y suis faite… Après tout, qui a dit que l’allaitement était un choix de facilité ?

  • Ce serait à refaire, vous referiez le même choix ? Que changeriez-vous ?

Je referais le même choix oui ! Ce que je changerais, dans l’idéal mon temps de transport (4h par jours), j’ai tout essayé au niveau interne mais rien n’y a fait. En septembre 2015 sans doute, on sera tous plus proche. Pour un second bébé, je pense que je prendrai un 80% progressif. C’est-à -dire passer de 40% à 80 en 6 mois. La coupure a été trop brusque pour mon fils, je le sens bien, il tolère très mal notre séparation… tout comme moi.

Je ne saurais l’expliquer mais grâce à l’allaitement, je me sens complètement à ma place et je n’ai pas fait de baby blues ou de dépression post accouchement. Très sincèrement, je pense que j’en aurais fait une (dépression) si je n’avais pas allaité mon fils. Si je n’avais pas maintenu un lien qui progressivement se coupera de manière non brutale. C’est un peu extrême comme pensée et je conçois que toutes les personnes ne pensent pas comme moi mais c’est mon ressenti.
J’espère que mon témoignage pourra aider d’autres mamans. Pour moi, l’allaitement est un choix simple où chaque jour nous avons une épreuve à surmonter, il n’y a pas de routine. L’allaitement peut être difficile à certains moment mais il n’empêche rien à la fierté que l’on éprouve lorsque l’on nourri son enfant !

Articles en rapport :

 

Lire des articles ou poser des questions en commentaire ne suffit pas à résoudre votre problème ? Savez-vous que vous pouvez prendre RDV pour une consultation avec moi ? N’hésitez pas à me contacter !

 


1 Comment

  1. 4 h de transport par jour ??? Je compatis ++++
    J’en avais 3h/jour (ouf, c’est fini), et pareil, je partais sans voir mon (puis mes) bébé(s) le matin, c’était très difficile pour tout le monde !
    Bravo en tout cas !
    (et oui, le 80 %, ça soulage bien!)

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *