Allaiter et travailler : le témoignage de Marie-Hélène

  • Marie-HélèneQuel choix avez-vous fait au moment de la reprise du travail : sevrage ou poursuite de l’allaitement ?

J’ai repris le travail quand ma fille avait 9 mois. C’est mon troisième enfant et j’ai pu bénéficier d’1 mois d’arrêt supplémentaire et de beaucoup de congés économisés sur mon compte épargne temps depuis 3 ans.

Il était pour moi tout à fait naturel de reprendre le travail en poursuivant l’allaitement et de tirer mon lait au bureau pour le donner à la crèche puisque c’est ce que j’avais fait pour les 2 premiers. A l époque ma fille aînée ne m’avait pas donné le choix puisqu’elle refusait le biberon.

  • Pourquoi ?

J’ai allaité mes deux premiers 28 mois et 13 mois en travaillant. Je suis très attachée à l’allaitement long qui me parait le meilleur pour mes enfants. De plus nous avons un terrain allergique dans la famille et je n’introduis les produits laitiers qu’aux 12 mois de mes enfants. Et puis pour dire la vérité je n’ai aucune idée de comment on fait un biberon je n’en ai jamais fait. L’allaitement était pour moi la seule proposition.

  • Comment vous êtes-vous organisée ?

J’ai fait des réserves au congélateur durant tout mon congé maternité, j’ai eu la chance d’avoir un bébé qui a fait ses nuits très tôt donc je tirais le matin avant de lui donner (j’ai un réflexe d’éjection fort, si je ne tire pas avant la tétée du matin mon bébé a des reflux toute la matinée).

Je me suis rapprochée de ma sage femme qui m’a conseillé le tire lait électrique et le rythme des tirages (2 par jour car je fais facilement des engorgements).

Je donne mon lait à la crèche, 3 biberons de 150 au départ et maintenant 1 seul pour le goûter vu que ma fille a 16 mois et mange de tout.

  • Quelles ont été vos principales difficultés ?

L’allaitement de ce troisième bébé à la reprise du travail s’est très bien passé les 2 premiers mois et ensuite la catastrophe (et oui le nombre d’enfant n’empêche pas les imprévus). J’ai développé une candidose des canaux lactifères qu’on a mis plus de 1 mois à diagnostiquer. Pendant ce temps j’avais des douleurs terribles et un grand épuisement. Ensuite le traitement préconisé par la leche league n’a pas fonctionné. Je me suis donc documenté et ai élaboré un traitement naturel, après 5 mois de brûlures quotidiennes j’ai enfin une amélioration. J’ai eu de la chance d’avoir une généraliste et un employeur très compréhensif, après 2 mois d’arrêt de travail, j ai pu disposer d’un aménagement de mon temps de travail avec 2 jours au bureau et 2 jours en télétravail, je récupère tranquillement. Je bénéficie de cet arrangement pour 6 mois. Et je suis heureuse d’enfin retrouver des tétées sans douleur.

L’autre difficulté que j’ai rencontrée pour tous mes allaitements est ma balance énergétique négative, je maigris trop en allaitant et je me trouve à moins de 18 d’IMC, je suis donc obligée de faire très attention à ce que je mange et aussi à ne pas être trop active (sport en pause).

  • Quels ont été vos meilleurs moments ?

A chaque fois que mon bébé est au sein, les yeux dans les yeux, ses petits mains qui caressent mon visage. Son odeur toute chaude quand son papa me l’emmène dans notre lit le matin. Et puis aussi voir ma grande de 10 ans qui n’envisage pas de donner un jour un biberon à ses enfants. Constater à quel point mes enfants sont en bonne santé.

  • Qu’est-ce que vous souhaiteriez dire aux mamans qui doivent faire un choix dans les semaines à venir ?

Ne pas négliger que tirer son lait au travail demande beaucoup d’énergie et penser à se préserver du temps de repos pour soi. Prendre des RTT sans bébé, faire des siestes, prévoir de temps en temps la baby sitter pour emmener les grands à la piscine… et aussi être bien entouré par des professionnels qui partagent vos valeurs, mon allaitement n’aurait pas survécu à la candidose sans ma généraliste et ma sage femme!

  • Ce serait à refaire, vous referiez le même choix ? Que changeriez-vous ?

Sans aucun doute pour ce qui est du maintien de l allaitement. Par contre je reprendrais le travail de façon plus progressive (3 jours puis 4 jours) car la deuxième année d’allaitement avec le travail est vraiment rude.

Articles en rapport :

 

Lire des articles ou poser des questions en commentaire ne suffit pas à résoudre votre problème ? Savez-vous que vous pouvez prendre RDV pour une consultation avec moi ? N’hésitez pas à me contacter !

 


2 Comments

  1. Florence

    Quel parcours impressionnant ! Bravo !

  2. Bravo et merci de votre temoignage! je suis moi meme en allaitement exclusif et ai repris le travail depuis 3 semaines ( bebe a 3 mois) , je tire mon lait 2x par jour et ca suffit pour l’instant. Je suis en 80% jusqu’a la fin du mois et c’est tres dur je trouve. Le rythme est soutenu et heureusement je suis bien entouree mais je suis epuisee malgre une bonne organisation. Merci de dire que c’est possible, ca m’encourage a continuer et me motive!

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *